“Les universités, des anarchies organisées mais pas dysfonctionnelles”

Par Christine Musselin, directrice scientifique de Sciences Po. Aux États-Unis, dans les années 60 et 70, les spécialistes du management et les sociologues des organisations ont souvent pris les universités comme objets d’études et ont utilisé ces travaux pour développer des théories plus générales. C’est le cas de James March, professeur de sociologie à la business school de Stanford, décédé à l’âge de 90 ans le 27 septembre 2018, dont les apports - avec ses comparses Michael Cohen et Johan Peter Olsen - ont été particulièrement remarqués et sont encore aujourd’hui très fréquemment cités en sciences de gestion, en sociologie ou en science politique.

J’ai eu l’occasion de mobiliser les travaux de Jim March et de les discuter à de nombreuses reprises dans mes propres recherches. J’ai aussi eu la chance de partager avec lui plusieurs échanges délicieux et pétillants dont je garde un souvenir vivace. En guise d’hommage à celui qui fut l’un des fondateurs des analyses organisationnelles, et certainement le plus original, le plus malicieux et le plus « poil à gratter » de tous, je voudrais rappeler la justesse de son regard et de ses analyses sur les universités, alors que les réformes de l’enseignement supérieur, en France comme partout dans le monde, visent à rationaliser, « managérialiser », mettre au carré, les institutions d’enseignement supérieur.

Des universités qui se plient peu aux lois du management

Jim March utilise un audacieux oxymore pour décrire les universités : il les qualifie d’anarchies organisées. Peut-être est-ce son amour des mots -  il écrivait des poèmes à ses heures perdues - qui explique sa capacité à élaborer des théories illustrées par des formules savoureuses dont celles de “technology of foolishness” qui devrait décourager tout enseignant lucide de proposer des cours de leadership, ou celle du fameux “garbage-can model of decision-making” (modèle de la poubelle en français).

Pour lui, les universités sont donc anarchiques et organisées. Elles le sont tout d’abord parce qu’elles sont traversées de missions et objectifs multiples, inconstants et en tension : former, éduquer, participer au développement local, transmettre, faire de la recherche, la valoriser, répondre aux défis des sociétés contemporaines… Et cette liste est loin d’être exhaustive. Bref, les universités ne sont pas guidées par un objectif prioritaire, incontesté et unique mais sont intrinsèquement brouillonnes et se dispersent dans moult directions. Poursuivre toutes ces missions simultanément et avec la même intensité est impossible et les velléités rationalisatrices dont les universités sont aujourd’hui l’objet se heurtent à cette diversité des fins, comme l’ont montré les innombrables travaux qui relatent les échecs de tel ou tel outil managérial, de telle ou telle réorganisation, que d’aucuns veulent appliquer à ces grands ensembles polyphoniques.

Pour March et ses deux co-auteurs, ce caractère anarchique est renforcé par le fait que l’enseignement et la recherche – leurs activités principales – sont des technologies de production molles. D’une part, il reste très difficile de décrypter, reproduire, décrire la magie qui se produit dans une salle de cours (ou de comprendre pourquoi elle ne se produit pas), comme de standardiser le processus de production de découvertes scientifiques. Et d’autre part, il s’agit d’activités où les relations de cause à effets sont complexes et difficiles à identifier : qui peut par exemple dire quelle est la part réelle de la pédagogie et du contenu d’un cours dans la réussite professionnelle d’un étudiant ? N’en déplaise aux stratèges, il faut donc envisager avec beaucoup de modestie et des attentes modérées, les réformes de l’enseignement et les plans stratégiques pour la science qui tentent de modifier par le haut des activités si peu structurées, stabilisées et formalisées en bas.

Enfin, les universités sont des anarchies organisées parce que leur fonctionnement repose sur de multiples comités, réunions, assemblées dont les membres sont plus ou moins assidus, et auxquels ils participent avec plus ou moins d’attention – le nombre d’ordinateurs ouverts pendant les conseils est toujours pour moi un excellent indicateur du niveau d’attention réelle des participants.

Toutes ces propriétés restent d’actualité. Elles pourraient être illustrées par de multiples exemples pris dans les établissements que je connais de l’intérieur, y compris notre belle maison… Et elles expliquent encore pourquoi il est illusoire, vain et contre-productif de traiter une université comme une direction d’administration centrale ou une entreprise, sans tenir compte de ces spécificités organisationnelles.

Contrer les adeptes de la rationalité optimale

Allant plus loin, Jim March et ses co-auteurs explorent les conséquences de ces caractéristiques organisationnelles sur la prise de décision. Sans exclure que des choix rationnels puissent être faits, ils démontrent, à l’aide d’un modèle informatique simulant l’attention fluctuante des participants, que le “garbage can model of decision making” prévaut dans de tels univers. Les décisions sont prises quand des problèmes en attente de résolution sont appariés à des solutions en quête de problèmes, par des acteurs à l'affût d’opportunités de décision. Si bien que nombre de décisions promeuvent des solutions qui ne résolvent pas le problème auquel elles sont attachées.

March et ses co-auteurs vont bien sûr trop loin. Mes propres travaux ou ceux de Cynthia Hardy ou Stéphanie Mignot-Gérard ont relativisé leurs conclusions. Mais ce serait une erreur de jeter à la poubelle le garbage can model of decision making ! N’arrive-t-il pas souvent dans nos institutions universitaires que les décisions prises ne résolvent pas les problèmes qu’elles étaient censées traiter et que ceux-ci perdurent ? Que les décisions qui paraissent les plus rationnelles, surtout quand elles s’appuient sur l’introduction d’un nouveau logiciel, accroissent la complexité plus qu’elles ne la réduisent ?  Si bien que de nouveaux problèmes rejoignent le stock de problèmes qui attendent de retenter leur chance. Regardez les ordres du jour des commissions, réunions, et divers comités et vous identifierez facilement ces irréductibles serpents de mer.

Jim March, contrairement à beaucoup de réformateurs à courte vue, ne déduit pas de ces analyses que les universités sont des organisations dysfonctionnelles qu’il faudrait “recadrer”. Elles sont anarchiques oui, mais pas dysfonctionnelles. Au contraire, taclant les adeptes de la rationalité optimale, il voit dans ces caractéristiques une richesse, un potentiel d’innovation, une source de créativité. Et plutôt que d’inciter les dirigeants universitaires à rationaliser ce qui ne peut l’être et ne doit pas l’être, il les encourage à la modestie et à un leadership inventif, décalé,… disruptif dirait-on aujourd’hui !

Quelle pertinence plus de quarante ans plus tard !

Christine Musselin, directrice scientifique de Sciences Po, directrice de recherche CNRS, Centre de sociologie des organisations (CSO)

Aller plus loin :

James March

  • CYERT, Richard M. et MARCH, James G.  A Behavioral Theory of the Firm. Englewood Cliffs, New Jersey: Prentice-Hall, Inc., 1963.
  • MARCH, James G. et SIMON, Herbert Alexander. Organizations. Oxford, England: Wiley, 1958.
  • COHEN, Michael D., MARCH, James G., et OLSEN, Johan P. A garbage can model of organizational choice. Administrative Science Quarterly, 1972, p. 1-25.
  • MARCH, James G. The Technology of Foolishness. In March, James G. et Olsen, Johan P. (eds.): Ambiguity and Choice in Organizations, 1976, p. 69-81.

Christine Musselin : publications récentes

  • Musselin, C. (2018) : "New forms of competition in higher education", Socio-Economic Review, 16 (3), pp. 657–683.
  • Musselin, C.  (2017), La Grande course des universités, Paris, Presses de Sciences Po.
  • Chatelain-Ponroy S., Mignot-Gérard S., Musselin, C. & Sponem S. (2017): Is Commitment to Performance-based Management Compatible with Commitment to University Values in French Universities, Organization Studies. 39 (10), pp. 1357–1376, DOI: 10.1177/0170840617717099

Abonnez-vous à nos newsletters :

Quels enjeux pour les municipales ?

Quels enjeux pour les municipales ?

Reconfigurations des alliances politiques, marges de manœuvres budgétaires réduites : c'est dans un paysage politique à la fois brouillé et contraint que vont se dérouler les élections municipales de mars prochain en France. Analyse des enjeux par Patrick Le Lidec, politiste au Centre d'études européennes de Sciences Po.

Lire la suite
Le fact-checking est-il vraiment efficace ?

Le fact-checking est-il vraiment efficace ?

Par Manon Berriche - Le fact-checking ne date pas d’hier. Dès son lancement, en 1923, le magazine Time avait déjà recruté une équipe de fact-checkers. Leur rôle à l’époque : vérifier scrupuleusement toutes les informations avant qu’elles ne soient publiées. Mais à l’ère du numérique, l’essor des réseaux sociaux a entraîné un bouleversement du fonctionnement de l’espace public traditionnel.

Lire la suite
Sciences Po crée un Institut des compétences et de l'innovation

Sciences Po crée un Institut des compétences et de l'innovation

Sciences Po crée un Institut des compétences et de l’innovation pour une formation qui s'adapte aux transformations profondes que connaît la société. Son rôle est d’accompagner étroitement les enseignants dans leurs réflexions et actions pédagogiques, et de renforcer pour les étudiants la lisibilité et l’appropriation des compétences acquises tout au long de la formation.

Lire la suite
Les sciences sociales au prisme du genre

Les sciences sociales au prisme du genre

PRESAGE, le Programme de recherche et d’enseignement des savoirs sur le genre de Sciences Po, a été créé en 2010. Destiné à promouvoir la recherche sur le genre, à développer l’offre de cours et à diffuser les savoirs sur ce champ, c’est l’un des plus anciens programmes transversal et pluridisciplinaire dédié au genre en France. Rencontre avec ses fondatrices, Hélène Périvier et Françoise Milewski, chercheuses à l'Observatoire français des conjonctures économiques.

Lire la suite
Ne jetez plus vos couverts, mangez-les !

Ne jetez plus vos couverts, mangez-les !

Écologiste convaincue et diplômée de Sciences Po en 2015, Tiphaine Guerout a mis ambition entrepreneuriale au service de la cause environnementale. Elle a fondé Koovee, une start-up qui propose une alternative aux couverts jetables en plastique : des cuillères et fourchettes en biscuit, fabriqués en France, qui ont la particularité d’être suffisamment résistants pour que l’on puisse manger avec. Rencontre avec une jeune diplômée qui ambitionne d’inonder les marchés français et européens dans les prochaines années.

Lire la suite
La France est-elle vraiment une

La France est-elle vraiment une "startup nation" ?

Spécialiste de l’histoire politique des États-Unis, Denis Lacorne enquête dans son ouvrage Tous Milliardaires !, paru chez Fayard en novembre 2019, sur le mythe de la "startup nation". L'ambition de la France à figurer parmi les nations capables de produire des géants du numérique est-elle une réalité ?

Lire la suite
Patrick Chamoiseau, nouvel écrivain en résidence

Patrick Chamoiseau, nouvel écrivain en résidence

Après Kamel Daoud et Marie Darrieussecq, Patrick Chamoiseau est le nouveau titulaire de la chaire d’écrivain en résidence de Sciences Po. Lauréat du Prix Goncourt 1992, primé à maintes reprises, Patrick Chamoiseau est auteur de romans, contes, essais, scénarios. À partir de janvier 2020, il donnera cours aux étudiants de Sciences Po.

Lire la suite
Et si vous étudiiez à Sciences Po cet été ?

Et si vous étudiiez à Sciences Po cet été ?

Vous êtes lycéen ou étudiant ? Vous souhaitez étudier les sciences humaines et sociales à Sciences Po le temps d'un été ? Les candidatures pour l’édition 2020 de la Summer School sont ouvertes, avec deux programmes distincts, l'un pour les étudiants, l'autre pour les lycéens. Voici ce qu’il faut savoir avant de déposer sa candidature.

Lire la suite

"On peut sortir de la croissance sans sortir du capitalisme"

Économiste engagé pour une société visant le bien-être, Éloi Laurent démontre dans son dernier ouvrage, Sortir de la croissance, mode d’emploi, pourquoi la crise écologique ne pourra être résolue sans abandonner l’objectif de croissance. Utopiste ? Non, d’après lui, il s’agit au contraire d’un objectif non seulement humaniste mais aussi tout à fait réaliste. Preuves à l’appui.

Lire la suite