“La propagande a été le ciment de la démocratie libérale”

La persuasion de masse n’est pas née avec Internet, mais le numérique et les réseaux sociaux marquent une révolution dans l’histoire de la propagande. Loin d’avoir disparu avec les régimes totalitaires du XXè siècle, la voici plus présente, plus efficace, et plus dangereuse que jamais pour la démocratie. Entretien avec David Colon, historien et enseignant à Sciences Po, sur son ouvrage Propagande. La manipulation de masse dans le monde contemporain.

Vous écrivez avec ce livre une histoire de la “propagande”, dans une définition large à laquelle vous n’attachez pas de jugement moral a priori : il s’agit de toutes les techniques et les fondements de la persuasion de masse. Pourquoi avez-vous décidé d’écrire cette histoire ? 

David Colon : À la naissance de ma fille aînée, en janvier 2016, j’ai mis à profit mes nuits éveillées pour suivre en direct les primaires américaines. J’ai été sidéré par la propagande radicalement nouvelle qui se déployait tant dans le discours et la campagne de Donald Trump que sur les réseaux sociaux. J’ai eu envie d’y consacrer un livre dans une perspective très “Sciences Po”, c’est-à-dire en analysant cette réalité par une approche pluridisciplinaire, à la lumière des sciences sociales et cognitives. Cet ouvrage est le fruit d’une bonne partie des enseignements que je donne à Sciences Po depuis 2013. Ce qui m’intéresse, c’est la “fabrique de l’opinion” et la "gouvernance des conduites" : comment agit-on sur les attitudes et les comportements des individus ?

Vous étudiez un siècle d’évolution de la propagande sous toutes ses formes. En quoi la propagande du début du XXe siècle est-elle différente ? 

D. C. : L’avènement d’Internet marque une véritable rupture avec le modèle de propagande qui a dominé jusqu’alors dans les régimes démocratiques. La propagande du XXè siècle a été le ciment de la démocratie libérale. Elle a permis de concilier le principe démocratique avec le respect des libertés individuelles et le respect du rôle des élites. Elle a ainsi consisté pour l’essentiel en la « fabrique du consentement », grâce aux médias de masse et à un espace public élargi et inclusif. Les mutations de la propagande à laquelle nous assistons aujourd’hui sont le symptôme d’une crise démocratique. Internet a « disrupté » la démocratie libérale, en proposant un modèle qui, du point de vue de l’historien, nous fait revenir plus d’un siècle en arrière. 

Jusqu’où va ce retour en arrière ?  

D. C. : Nous sommes de retour dans la situation qui prévalait en France avant l’affaire Dreyfus, où chacun se confortait dans ses avis tout faits en lisant une presse d’opinion. Lors de l’affaire Dreyfus, l’arrivée à maturité de la grande presse populaire a permis, selon la formule de Gabriel Tarde, la  "fusion des opinions personnelles en opinion nationale". Cette presse a fait naître un espace public élargi qui faisait la part belle à des faits communément admis. C’est ce ciment qui s’effrite aujourd’hui, sous l’effet dissolvant de la propagande numérique : l’espace public se rétrécit, les médias traditionnels ne jouent plus ce rôle d’intégration, de pacification de la vie politique et sociale. Le relativisme et la polarisation extrême dominent, dans un contexte de brutalisation des débats. Au régime de vérité fondé sur des faits partagés succède un nouveau régime de vérité qui repose sur un relativisme absolu et le cloisonnement idéologique : la post-vérité. 

Le livre doit beaucoup à la lecture d’Edward Bernays, de Jacques Ellul, et aussi à Marshall McLuhan, avec cette idée que pour comprendre le phénomène de la propagande, il faut considérer le système technicien. Quel est le rôle d’Internet dans cette évolution récente ? 

D. C. : Internet change tout. L’accès à des sources d’information plus nombreuses et variées fait jouer à plein le " biais de confirmation", en rendant immédiatement accessibles et en grand nombre des informations étayant tous les points de vue, à commencer par les plus absurdes. Les réseaux sociaux ont décuplé les effets du phénomène "d’exposition sélective", c’est-à-dire notre tendance naturelle à privilégier les informations allant dans notre sens et à réfuter les autres, tout en favorisant un "ensauvagement" d’Internet, puisqu’il a été démontré que les contenus les plus viraux sont ceux qui provoquent le plus d’émotion, qu’il s’agisse de joie ou de colère. La "bulle de filtres" des algorithmes personnalisés qui président à l’accès à l’information aussi bien qu’au divertissement sur Internet tend à favoriser à notre insu un cloisonnement idéologique ou communautaire tout en donnant naissance à des "super leaders d’opinion" à la capacité d’influence démultipliée. Jacques Ellul avait raison d’écrire, en 1962, que "plus il y a de propagande, plus il y a de cloisonnement". L’écosystème numérique favorise ainsi à la fois la diffusion des fausses nouvelles et l’instrumentalisation des passions humaines à des fins de manipulation. 

Mais que faire pour lutter contre les effets néfastes de cette propagande d’un genre nouveau ? Faut-il déployer une “propagande blanche” en utilisant les mêmes moyens techniques ? 

D.C : La propagande a été inventée par les démocraties, qui ont considéré son utilisation légitime, voire nécessaire en temps de guerre, mais ont tardé à l’utiliser en temps de paix. C’est la guerre froide qui a fait entrer la propagande blanche, c’est-à-dire assumée, dans les moyens d’action ordinaires du gouvernement. Par la suite, cet usage est devenu moins facile à assumer, de sorte que le mot "propagande" a disparu au profit du mot "communication". Toutefois, les effets néfastes de la propagande numérique, blanche ou noire, employée par certains États pour déstabiliser nos démocraties, ont conduit à une large prise de conscience par les milieux politiques et militaires de l’enjeu que représente la propagande. Il s’agit tant de s’en prémunir, en cherchant par exemple, à lutter contre les fausses nouvelles, que de repenser la "contre-propagande". Cela dit, il n’existe pas de solution miracle, et les techniques de fact-checking, par exemple, ont souvent montré leurs limites en renforçant par "effet boomerang" les convictions préétablies des individus qui diffusent des infox. 

Comment alors recréer cet espace public qui s’est fractionné ? 

D. C. : Pour sauver l’espace public, il faut d’abord "sauver les médias", selon la formule de Julia Cagé, dont les travaux sont particulièrement éclairants. Dans le contexte de la concentration des médias que nous connaissons dans les démocraties libérales, il est nécessaire, comme elle le préconise, de favoriser la création de médias indépendants tant vis-à-vis des pouvoirs politiques que des pouvoirs économiques. Il faut aussi "sauver les journalistes", dont le nombre a chuté à une vitesse effarante aux États-Unis et baisse depuis 2 ans en France. 
Il faut aussi agir sur les règles de financement de la vie politique. Il existe en effet beaucoup d’industries et de lobbys qui ont intérêt à ce qu’on ne s’entende pas sur les faits et à ce que la science elle-même soit contestée ou affaiblie. Il est donc indispensable de recréer les conditions d’un espace public apaisé et d’un espace informationnel où les journalistes retrouvent leur rôle de gatekeepers, c’est-à-dire de "portiers de l’information" en même temps que la confiance du public.   

Les plateformes sociales elles-mêmes peuvent-elles jouer un rôle ? Et les utilisateurs ? 

D.C. : Je ne crois pas vraiment que des plateformes comme Facebook ou Twitter puissent lutter efficacement contre ces techniques de manipulation, car leur modèle économique est fondé sur la publicité ciblée et la commercialisation du "temps de cerveau disponible" de leurs utilisateurs... Et je trouve dangereux que des gouvernements ou des États s’en remettent à des acteurs privés pour gérer ce qui devrait être considéré comme un bien commun, à savoir l’information. C’est d’autant plus inquiétant que nous assistons aujourd’hui à l’essor une propagande algorithmique, automatisée, ultra-personnalisée... 

En dernier ressort, je considère qu’à l’âge de la propagande cybernétique, il faut avant tout réhabiliter l’humain. Les institutions d’enseignement ont une responsabilité qui est de former à l’exercice de l’esprit critique. Il faut doter nos étudiants de moyens d’autodéfense intellectuelle. Leur apprendre à trouver et recouper l’information, leur enseigner l’art de retourner à la source. Plus que jamais, nous devons mettre en garde contre la somme des biais cognitifs propres à l’espèce humaine, car le rêve des propagandistes du XXè siècle - comprendre les mobiles de toute action - est en passe de devenir une réalité en même temps que le cauchemar des démocraties. On est en présence d’une propagande à l’efficacité redoutable : il faut donc en connaître les mécanismes, et développer une éthique de son utilisation. Toute technique de communication de masse est par essence manipulatoire. La question qui est posée donc est celle du but recherché. Souhaite-t-on mettre ces techniques au service d’intérêts privés ou du bien de l’intérêt général ?

En savoir plus

Abonnez-vous à nos newsletters

"Faut pas se la jouer"

C’est un peu comme apprendre le tennis avec Roger Federer : difficile de trouver plus “ancré dans la réalité” - comme aime à le dire le projet éducatif de Sciences Po - que le cours de l’ancien juge d’instruction Renaud Van Ruymbeke en “Droit pénal économique”. Un épisode de Prof. aux premières loges, à regarder toutes affaires cessantes...

Lire la suite
La puissance des faibles : repenser les relations internationales

La puissance des faibles : repenser les relations internationales

Pour Bertrand Badie, la vision classique des relations internationales se fonde sur un schéma éculé, qui oublie l'histoire et la diversité des cultures. Les politiques étrangères qui s'en inspirent agissent dans un monde "qui n'existe pas", et commettent des erreurs aux conséquences dramatiques sur le fragile équilibre mondial. Le Professeur émérite à Sciences Po, l'auteur de L'hégémonie contestée, et tout récemment de Rethinking International Relations, montre que d’autres logiques peuvent se montrer plus déterminantes que la puissance.

Lire la suite

"Un cours comme un point d'interrogation"

Quoi de plus iconique qu’un cours sur “l’abécédaire du politique” à Sciences Po ? Un grand classique, certes, mais qui n’exclut pas l’originalité. En convoquant théorie politique, philosophie, littérature, et anthropologie, Astrid Von Busekist questionne le champ du politique et mène les étudiants vers une réflexion “un peu ordonnée” avec un seul credo : penser, c’est argumenter. 

Lire la suite
L’armée algérienne à l’épreuve du mouvement citoyen du Hirak

L’armée algérienne à l’épreuve du mouvement citoyen du Hirak

Par Luis Martinez (CERI) - Aux yeux de l’armée, le mouvement dit Hirak, qui balaie l’Algérie depuis maintenant près d’un an, exprime avant tout la colère du peuple à l’encontre du système Bouteflika – un système caractérisé par la présence au gouvernement de nombreux civils, souvent accusés de corruption. La réponse politique des militaires, qui tiennent les rênes du pays depuis la démission de Bouteflika en avril 2019, a donc été de mettre en place un gouvernement de technocrates présentés comme compétents et intègres. L’armée ne souhaite pas démocratiser le régime, mais seulement améliorer la gouvernance afin de pouvoir répondre aux besoins socio-économiques de la population.

Lire la suite
5 conseils avant les écrits

5 conseils avant les écrits

Samedi 22 et dimanche 23 février prochains, vous serez des milliers de candidats à plancher sur les épreuves écrites pour l’entrée en 1ère année à Sciences Po. C’est le moment d’avoir confiance en soi : voici quelques rappels utiles pour arriver sereins. 

Lire la suite
Fabrice Amedeo, de Sciences Po au grand large

Fabrice Amedeo, de Sciences Po au grand large

Diplômé de Sciences Po en 2002, Fabrice Amedeo a déjà plusieurs vies. Journaliste, auteur, et désormais navigateur au long cours, ce quarantenaire s'apprête à prendre le départ du Vendée Globe 2020 à la barre d'un monocoque doté de capteurs ultra-sophistiqués qui lui permettent d'allier passion pour la voile et protection de l'environnement. Portrait en vidéo.

Lire la suite
Transition écologique : Sciences Po lance un programme d’action à 3 ans

Transition écologique : Sciences Po lance un programme d’action à 3 ans

Face à l’urgence climatique et aux bouleversements environnementaux planétaires, Sciences Po se donne une feuille de route sur trois ans dans le cadre de l’initiative globale « Climate Action : Make it work » lancée en 2015. Elle engage l’institution à la fois en tant que lieu de formation et de savoir, et en tant que lieu d’études et de travail, à Paris et sur ses six campus en région.  

Lire la suite
Admissions 2019 : nouveau record de candidatures

Admissions 2019 : nouveau record de candidatures

Le dernier bilan des admissions confirme l’attractivité de Sciences Po avec plus de 20 000 candidatures en 2019. 4218 nouveaux étudiants issus de 137 pays ont rejoint nos cursus de premier cycle, de master et de doctorat. Les effectifs totaux de Sciences Po restent stables, et la sélectivité est en hausse avec un taux d’admis de l’ordre de 20%. 

Lire la suite
Solidarité avec nos chercheurs captifs en Iran

Solidarité avec nos chercheurs captifs en Iran

Fariba Adelkhah et Roland Marchal, tous deux chercheurs au Centre de recherches internationales de Sciences Po (CERI), ont été arrêtés en Iran au début du mois de juin 2019. Depuis lors, ils sont toujours incarcérés. Le 31 janvier 2020, le CERI organisait un colloque, « Captifs sans motif », visant à contribuer à la mobilisation en faveur de leur libération et à sensibiliser aux divers enjeux (diplomatiques, politiques, intellectuels et humains) que soulève leur détention. De nombreux chercheurs, mais aussi des personnalités familières de la question des arrestations arbitraires, étaient présents. Retour en vidéo sur leurs échanges.

Lire la suite
Hommage à David Kessler, enseignant et compagnon de route de Sciences Po

Hommage à David Kessler, enseignant et compagnon de route de Sciences Po

Disparu le 3 février 2020, David Kessler, intellectuel, haut fonctionnaire, conseiller politique et acteur majeur du secteur culturel en France, a enseigné à Sciences Po durant une trentaine d’années. Avec lui, Sciences Po perd un enseignant de talent et un compagnon de route très fidèle, attentif et bienveillant, qui a soutenu l’institution dans toutes les grandes transformations qui ont marqué les dernières décennies. 

Lire la suite