“L’écosystème français des startups est fascinant !”

Le 11 octobre dernier, les équipes de Station F intervenaient devant les étudiants de Sciences Po pour leur parler de la vie au sein de l'incubateur parisien, l'une des plus grandes pépinières de startups du monde. La directrice de Station F, Roxanne Varza, diplômée de Sciences Po, a notamment insisté sur la richesse des possibilités offertes par l'écosystème français aux entrepreneurs qui veulent se lancer, Paris demeurant injustement sous-estimée dans le monde de la tech. Elle a aussi présenté la "méthode Station F" pour révéler le potentiel des créateurs d'entreprises. Entretien. 

Vous avez grandi dans la Silicon Valley aux États-Unis. Qu’est-ce qui vous a amené à rejoindre le double diplôme Sciences Po - London School of Economics ? En quoi ces études ont-elles influencé votre trajectoire professionnelle ?

Roxanne Varza : J’ai fait une licence à UCLA (University of California Los Angeles) en littérature française : mes parents étaient très inquiets. Ils pensaient que je ne trouverais jamais d’emploi. À quel genre de métier ce diplôme pouvait-il bien mener ? Mon père pensait que je finirais, au mieux, prof de français moyennement douée. Après UCLA j’avais vraiment envie de travailler en lien avec la France. Je me suis donc débrouillée pour aller travailler à Business France à San Francisco. Business France est l’agence de développement économique de la France. Mon job consistait à aider les start-ups de la Silicon Valley à s’implanter en France. C’était un travail très intéressant mais aussi très difficile pour moi : je “vendais” la destination France alors que je connaissais très mal le marché français. Je ne me sentais pas très crédible. Quand on me disait “en France, c’est la grève en permanence, personne ne bosse, les gens ne font que leurs 35 h par semaine et basta”, je ne savais pas vraiment ce qui relevait de la réalité ou pas.

J’ai donc décidé d’aller faire des études de master en France, pour me rendre compte de la réalité par moi-même. Je n’ai candidaté que pour un seul programme : le double diplôme Sciences Po / LSE. J’étais persuadée que c’était le meilleur choix pour quelqu’un qui aspirait à une carrière en développement international.

Mais quand je suis arrivée en France pour démarrer la formation, je me suis rendue compte que l’univers des startups de la Silicon Valley me manquait énormément ! J’ai donc décidé de m’impliquer à fond dans l’écosystème entrepreneurial français... et je ne l’ai pas quitté depuis !

Pourquoi avez-vous décidé de travailler dans la tech en France ? Qu’est-ce qui fait la spécificité et l’attractivité de Paris en tant que “hub” mondial pour les entrepreneurs ?

R. V. : J’ai toujours eu envie de vivre et de travailler en France, j’avais cet objectif dans un coin de ma tête depuis de nombreuses années. Mais quand j’ai découvert l’écosystème français des startups, j’ai accroché tout de suite. Pour moi l’environnement entrepreneurial en France a toujours été beaucoup plus intéressant que la Silicon Valley. En Californie, j’avais la sensation que le marché était en voie de saturation : c’est devenu compliqué de se distinguer vraiment. Quand je suis arrivée en France, le secteur était très neuf, tout était à construire. J’ai eu le sentiment que je pourrais moi-même avoir un impact. Cet écosystème français doit affronter des défis très divers : je trouve cela assez fascinant. Et quelque part, je le trouve plus “sain” que le monde du travail américain où règne une culture assez rude.

Que peuvent faire les universités pour inspirer les étudiants et les aider à faire grandir leurs ambitions entrepreneuriales ?

R. V. : Je crois que les universités françaises ont parcouru beaucoup de chemin au cours des dix dernières années. Quand je suis arrivée en France en 2009, il y avait très peu de programmes dédiés à l’entrepreneuriat, et seules quelques écoles avaient un incubateur. Maintenant il y a des incubateurs et des formations à la création d’entreprise dans tous les établissements ! C’est fantastique de voir ça.

Aux États-Unis, les étudiants travaillent très souvent en parallèle de leurs études universitaires. C’est moins le cas en France. Quand j’étais à Sciences Po et LSE, j’étais rédactrice en chef de TechCrunch France, j’ai co-fondé l’association StartHer et j’ai organisé la conférence Failcon France. Je trouve que le moment où on fait ses études est la meilleure période pour vivre ce genre d’expériences : on peut se permettre de prendre des risques et de faire des erreurs. Je crois qu’il faudrait vraiment encourager ce type d’expériences.

En tant que diplômée de Sciences Po à la tête de Station F, le plus grand incubateur de startups du monde, quel conseil donneriez-vous à une étudiante de Sciences Po qui voudrait faire carrière dans la tech ?

R. V. : Je donne les mêmes conseils aussi bien aux filles qu’aux garçons ! (rires). D’abord, lancez un projet, de préférence pendant vos études à l’université. Je ne pense pas que tout le monde ait besoin de créer une startup, mais mener un projet, quel qu’il soit, est une des meilleures façons d’acquérir de l’expérience et de se constituer un réseau. Quand j’étais étudiante à Sciences Po, j’ai lancé mon blog (Techbaguette), puis une association (StartHer), une conférence (Failcon France) et enfin un média (Tech.eu). Il n’y avait pas de startup dans tout ça. Mais ces aventures m’ont apporté énormément d’expérience et de notoriété, et cela a beaucoup facilité mon insertion professionnelle après mon diplôme.

Deuxième conseil : profitez de vos expériences à l’international. Je suis sûre que le fait de venir en France m’a ouvert des possibilités que je n’aurais jamais eues aux États-Unis. En France, mon réseau international a été un atout très précieux : je sortais du lot. Je ne pousse pas tout le monde à s’expatrier, mais quand vous vous rendez à l’étranger pour une conférence, profitez-en pour rencontrer des gens, développer votre réseau. Cela vous aidera beaucoup.

Dernier conseil : apprenez un minimum de code. Vous n’avez pas besoin de devenir un développeur professionnel. Mais cela vous aidera dans tous les métiers et tous les secteurs, que vous travailliez ou non dans la tech.

Question ouverte : qu’avez-vous à ajouter à l’attention de la communauté des Sciences Po ? C’est à vous !

R. V. : Venez, on recrute ! :) jobs.stationf.co

En savoir plus

Algérie : “Les étudiants au coeur de la transition”

Algérie : “Les étudiants au coeur de la transition”

Écrivain titulaire de la chaire d'écrivain en résidence de Sciences Po, Kamel Daoud a donné ce 16 avril 2019 une conférence exceptionnelle sur la situation en Algérie. Avec une université aujourd’hui au coeur de la transition qui se joue dans le pays, l'écrivain a rendu hommage aux étudiants algériens.

Lire la suite

"Pas de photo, c'est interdit"

Si votre photo n’est pas assez bonne, c’est que vous n’êtes pas assez près”, disait le photographe Robert Capa. Dans leurs cours consacré au photojournalisme, Dimitri Beck, Alain Genestar et leurs prestigieux invités poussent les futurs journalistes à aiguiser leur regard, leur curiosité, mais aussi leur humanité. Pour apprendre à capturer le réel dans l’obturateur, et parfois sa beauté. 

Lire la suite
Comment atteindre plus d’égalité entre hommes et femmes en Europe ?

Comment atteindre plus d’égalité entre hommes et femmes en Europe ?

Par Rawane Yasser (Chaire pour l'entrepreneuriat des femmes). Selon le dernier rapport du Forum économique mondial, l’Islande – suivi par le reste des pays nordiques – serait la société la plus égalitaire en Europe, et au monde. Mais les autres pays européens – y compris au sein de l’Union européenne – restent à la traîne. En effet si les écarts entre hommes et femmes dans les pays de l’OCDE ont diminué pendant les 50 dernières années, les inégalités persistent dans tous les domaines de la vie sociale et économique. De façon plus générale, à ce rythme il faudra attendre 108 ans pour que l’écart entre les genres se résorbe dans le monde. Quels sont les leviers sur lesquels les pouvoirs publics européens peuvent s’appuyer ?

Lire la suite
Paul Claudel, diplomate à ses heures

Paul Claudel, diplomate à ses heures

Poète et dramaturge français, frère de la sculptrice Camille Claudel, membre de l’Académie française, Paul Claudel est un ancien élève de Sciences Po. Bien que son parcours étudiant fut en demi-teinte, les années qu’il passa à Sciences Po ont été déterminantes dans le choix de sa carrière diplomatique. Parallèlement à ses fonctions de consul, Claudel a écrit des poèmes, pièces et essais, loués pour leur lyrisme. Catholique fervent souvent controversé pour ses positions politiques très à droite, Paul Claudel fut un grand artiste symboliste. 

Lire la suite

"Notre but est de créer des liens"

Écolo, autogérée et militante, PAVéS est l’une des associations les plus engagées sur les questions de transition climatique à Sciences Po. Mais c’est aussi un lieu bien connu des étudiants avec CAFéS, sa cafétéria éthique et solidaire gérée de manière autonome par les étudiants du campus parisien. Rencontre avec deux de ses membres, Ilytie Piroit et Clémentine Sainclair, autour d’un café bio. 

Lire la suite
Poitiers : 5 choses étonnantes sur notre nouveau campus

Poitiers : 5 choses étonnantes sur notre nouveau campus

Présent à Poitiers depuis 2001, le Collège universitaire de Sciences Po était à l’étroit dans ses locaux de l’hôtel Chaboureau : avec une croissance continue des effectifs, l’attractivité du programme latino-américain du premier cycle rendait un déménagement nécessaire. C’est chose faite depuis septembre 2018 au sein d’un nouveau site construit au XVIIIe siècle et réinventé pour le XXIe siècle. Visite guidée à l’occasion de l’inauguration officielle qui a lieu mercredi 10 avril.

Lire la suite
Candidats en master : derniers conseils pour les oraux

Candidats en master : derniers conseils pour les oraux

Vous avez été déclaré admissible à un master de Sciences Po. Il vous reste à réussir l’entretien oral pour intégrer l’une de nos sept écoles. Les épreuves d’admission se déroulent du 23 avril au 10 mai 2019. Elle peuvent parfois générer du stress car vous vous posez encore des questions sur le profil des candidats recherchés, sur votre capacité à démontrer votre motivation et à défendre votre projet…. Restez serein et gardez confiance en vous ! Voici nos derniers conseils pour cette dernière ligne droite. 

Lire la suite
Candidats en 1ère année : 5 idées reçues sur les oraux

Candidats en 1ère année : 5 idées reçues sur les oraux

En train de préparer la procédure par examen pour être admis à Sciences Po ? La deuxième quinzaine du mois de mai 2019, tous les candidats admissibles au Collège universitaire (1er cycle) de Sciences Po sont invités à un entretien. Une épreuve parfois stressante qui génère son lot d’idées reçues : voici quelques conseils pour se débarrasser des clichés et aborder ce dernier round avec le maximum de sérénité.

Lire la suite
L’Europe : entre désir et nécessité

L’Europe : entre désir et nécessité

Ancienne conseillère du président de la Commission européenne et députée depuis 10 ans, Sylvie Goulard est une europhile convaincue. Ce 3 avril 2019, elle était à Sciences Po dans le cadre du festival Italissimo pour une conférence exceptionnelle : “L’Europe, quitte ou double ?”, aux côtés de Alessandro Campi, politologue et enseignant à l’université de Pérouse. Souvent réduite à des enjeux de dérive technocratique et de rigueur budgétaire, l’Europe peut-elle davantage donner envie à ses citoyens de s’y intéresser ? Si oui, comment ?  Éléments de réponses en vidéo.

Lire la suite
Européennes : un mode de scrutin pas si innocent

Européennes : un mode de scrutin pas si innocent

Par Bruno Cautrès (CEVIPOF). Les règles de base qui organisent un scrutin jouent un rôle essentiel du point de vue de la question démocratique qui sous-tend toute élection : de qui et de quoi les élus du peuple seront-ils les représentants ? Cette vieille question continue de susciter des débats politiques et institutionnels passionnés tant s’affrontent autour de cette question (faussement simple) des conceptions et idéaux démocratiques parfois opposés. « Majoritaristes » et « proportionnalites », tenants de la représentation « nationale » et de la représentation « populaire » continuent de s’opposer, malgré la recherche permanente de modalités d’organisation des élections combinant les atouts de ces différentes conceptions.
Lire la suite