“L’écosystème français des startups est fascinant !”

Le 11 octobre dernier, les équipes de Station F intervenaient devant les étudiants de Sciences Po pour leur parler de la vie au sein de l'incubateur parisien, l'une des plus grandes pépinières de startups du monde. La directrice de Station F, Roxanne Varza, diplômée de Sciences Po, a notamment insisté sur la richesse des possibilités offertes par l'écosystème français aux entrepreneurs qui veulent se lancer, Paris demeurant injustement sous-estimée dans le monde de la tech. Elle a aussi présenté la "méthode Station F" pour révéler le potentiel des créateurs d'entreprises. Entretien. 

Vous avez grandi dans la Silicon Valley aux États-Unis. Qu’est-ce qui vous a amené à rejoindre le double diplôme Sciences Po - London School of Economics ? En quoi ces études ont-elles influencé votre trajectoire professionnelle ?

Roxanne Varza : J’ai fait une licence à UCLA (University of California Los Angeles) en littérature française : mes parents étaient très inquiets. Ils pensaient que je ne trouverais jamais d’emploi. À quel genre de métier ce diplôme pouvait-il bien mener ? Mon père pensait que je finirais, au mieux, prof de français moyennement douée. Après UCLA j’avais vraiment envie de travailler en lien avec la France. Je me suis donc débrouillée pour aller travailler à Business France à San Francisco. Business France est l’agence de développement économique de la France. Mon job consistait à aider les start-ups de la Silicon Valley à s’implanter en France. C’était un travail très intéressant mais aussi très difficile pour moi : je “vendais” la destination France alors que je connaissais très mal le marché français. Je ne me sentais pas très crédible. Quand on me disait “en France, c’est la grève en permanence, personne ne bosse, les gens ne font que leurs 35 h par semaine et basta”, je ne savais pas vraiment ce qui relevait de la réalité ou pas.

J’ai donc décidé d’aller faire des études de master en France, pour me rendre compte de la réalité par moi-même. Je n’ai candidaté que pour un seul programme : le double diplôme Sciences Po / LSE. J’étais persuadée que c’était le meilleur choix pour quelqu’un qui aspirait à une carrière en développement international.

Mais quand je suis arrivée en France pour démarrer la formation, je me suis rendue compte que l’univers des startups de la Silicon Valley me manquait énormément ! J’ai donc décidé de m’impliquer à fond dans l’écosystème entrepreneurial français... et je ne l’ai pas quitté depuis !

Pourquoi avez-vous décidé de travailler dans la tech en France ? Qu’est-ce qui fait la spécificité et l’attractivité de Paris en tant que “hub” mondial pour les entrepreneurs ?

R. V. : J’ai toujours eu envie de vivre et de travailler en France, j’avais cet objectif dans un coin de ma tête depuis de nombreuses années. Mais quand j’ai découvert l’écosystème français des startups, j’ai accroché tout de suite. Pour moi l’environnement entrepreneurial en France a toujours été beaucoup plus intéressant que la Silicon Valley. En Californie, j’avais la sensation que le marché était en voie de saturation : c’est devenu compliqué de se distinguer vraiment. Quand je suis arrivée en France, le secteur était très neuf, tout était à construire. J’ai eu le sentiment que je pourrais moi-même avoir un impact. Cet écosystème français doit affronter des défis très divers : je trouve cela assez fascinant. Et quelque part, je le trouve plus “sain” que le monde du travail américain où règne une culture assez rude.

Que peuvent faire les universités pour inspirer les étudiants et les aider à faire grandir leurs ambitions entrepreneuriales ?

R. V. : Je crois que les universités françaises ont parcouru beaucoup de chemin au cours des dix dernières années. Quand je suis arrivée en France en 2009, il y avait très peu de programmes dédiés à l’entrepreneuriat, et seules quelques écoles avaient un incubateur. Maintenant il y a des incubateurs et des formations à la création d’entreprise dans tous les établissements ! C’est fantastique de voir ça.

Aux États-Unis, les étudiants travaillent très souvent en parallèle de leurs études universitaires. C’est moins le cas en France. Quand j’étais à Sciences Po et LSE, j’étais rédactrice en chef de TechCrunch France, j’ai co-fondé l’association StartHer et j’ai organisé la conférence Failcon France. Je trouve que le moment où on fait ses études est la meilleure période pour vivre ce genre d’expériences : on peut se permettre de prendre des risques et de faire des erreurs. Je crois qu’il faudrait vraiment encourager ce type d’expériences.

En tant que diplômée de Sciences Po à la tête de Station F, le plus grand incubateur de startups du monde, quel conseil donneriez-vous à une étudiante de Sciences Po qui voudrait faire carrière dans la tech ?

R. V. : Je donne les mêmes conseils aussi bien aux filles qu’aux garçons ! (rires). D’abord, lancez un projet, de préférence pendant vos études à l’université. Je ne pense pas que tout le monde ait besoin de créer une startup, mais mener un projet, quel qu’il soit, est une des meilleures façons d’acquérir de l’expérience et de se constituer un réseau. Quand j’étais étudiante à Sciences Po, j’ai lancé mon blog (Techbaguette), puis une association (StartHer), une conférence (Failcon France) et enfin un média (Tech.eu). Il n’y avait pas de startup dans tout ça. Mais ces aventures m’ont apporté énormément d’expérience et de notoriété, et cela a beaucoup facilité mon insertion professionnelle après mon diplôme.

Deuxième conseil : profitez de vos expériences à l’international. Je suis sûre que le fait de venir en France m’a ouvert des possibilités que je n’aurais jamais eues aux États-Unis. En France, mon réseau international a été un atout très précieux : je sortais du lot. Je ne pousse pas tout le monde à s’expatrier, mais quand vous vous rendez à l’étranger pour une conférence, profitez-en pour rencontrer des gens, développer votre réseau. Cela vous aidera beaucoup.

Dernier conseil : apprenez un minimum de code. Vous n’avez pas besoin de devenir un développeur professionnel. Mais cela vous aidera dans tous les métiers et tous les secteurs, que vous travailliez ou non dans la tech.

Question ouverte : qu’avez-vous à ajouter à l’attention de la communauté des Sciences Po ? C’est à vous !

R. V. : Venez, on recrute ! :) jobs.stationf.co

En savoir plus

Réformer les universités ?

Réformer les universités ?

Dans sa course pour rester à la pointe de la recherche scientifique et des classements mondiaux, l'Université française n’en finit pas de se recomposer, enchaînant depuis trois décennies fusions, regroupements, créations et mises en compétition.

Lire la suite
L’argent des ménages, un objet politique

L’argent des ménages, un objet politique

États-Unis, 2008  : des panneaux “For Sale” poussent aux portes de milliers de pavillons, devenant le symbole du surendettement - quasi forcé - des ménages. Mais la crise des subprimes, aussi scandaleuse qu’elle soit, cache une vérité plus durable : celle des foyers qui s’endettent pour se soigner, des étudiants empruntant pour payer leurs études et dont la dette équivaut aujourd’hui à 75% du PIB états-unien. Si, en France, l’État-providence protège encore de tels phénomènes, il n’en reste pas moins que la question se pose. Désireux d’y répondre, les pouvoirs publics mettent en place de nouvelles politiques de l’argent. Quelles sont-elles et que nous disent-elles de l’État et de la société ? Analyse par Jeanne Lazarus, sociologue de l’argent, chargée de recherche CNRS au Centre de sociologie des organisations.

Lire la suite
Stiglitz et Zelizer, docteurs honoris causa

Stiglitz et Zelizer, docteurs honoris causa

La sociologue Viviana Zelizer et l'économiste Joseph Stiglitz se sont vus décerner le titre de docteur honoris causa de Sciences Po, au cours d'une émouvante cérémonie le mercredi 13 novembre 2019. Cette distinction récompense les deux chercheurs ; la première en tant que fondatrice de la sociologie économique et le second comme figure de la nouvelle économie keynésienne. Ces précieux apports à leurs disciplines respectives ont été soulignés lors des éloges prononcés par Jeanne Lazarus et Jean-Paul Fitoussi.

Lire la suite
En chantier

En chantier

A la rentrée 2021, Sciences Po verra le déménagement d’une partie de ses activités sur le site du 1, place Saint-Thomas d’Aquin à Paris : l’ancien hôtel de l'Artillerie aura achevé sa mue pour devenir le coeur du futur campus parisien. Mais, pour le moment, le lieu est le terrain de jeu des pelleteuses et des hommes de l’art. Notre photographe, Martin Argyroglo, s'est baladé sur le chantier.

Lire la suite
150 étudiants de Sciences Po au Paris Peace Forum

150 étudiants de Sciences Po au Paris Peace Forum

Du 11 au 13 novembre 2019, se tient à Paris la deuxième édition du Paris Peace Forum. Initié par le président Emmanuel Macron et co-organisé par 8 membres fondateurs dont Sciences Po, ce forum réunit de nombreux acteurs de la gouvernance mondiale. 30 chefs d’État et 150 étudiants de l’École des affaires internationales de Sciences Po (PSIA) ont répondu présents.

Lire la suite
Quels financements publics pour les énergies renouvelables en France ?

Quels financements publics pour les énergies renouvelables en France ?

En France et dans le monde, le développement des énergies renouvelables électriques s’est jusqu’à présent largement appuyé sur des mécanismes de soutien public. Ces mécanismes financent généralement la différence entre la rémunération de leur production sur le marché de l’électricité et le prix cible garanti par l’État au producteur renouvelable. Alors que la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) vise à multiplier par trois les capacités de production éoliennes et photovoltaïques en dix ans et que, dans le même temps, les coûts de production de ces technologies sont amenés à baisser, quel besoin de financement public pour les énergies renouvelables électriques peut-on anticiper ?

Lire la suite
Joseph Stiglitz, l'économie contre les inégalités

Joseph Stiglitz, l'économie contre les inégalités

Joseph Stiglitz, prix Nobel d'économie, séjourne ce semestre d'automne à Sciences Po, partageant à cette occasion ses travaux avec les étudiants et les chercheurs de l'établissement. L'économiste se livre ainsi sur son parcours et sa carrière, mais aussi sur ses inspirations, ses rapports à l'œuvre de Keynes et ses convictions pour de meilleures politiques publiques, luttant de manière efficace contre les inégalités.

Lire la suite

"Sciences Po, c'est le Harvard français"

La Mastercard Foundation, en partenariat avec Sciences Po, attribue des bourses qui permettent d’accompagner et de former des étudiants du continent africain talentueux et engagés. Témoignages d'étudiants bénéficiaires de ce dispositif.

Lire la suite
Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Suite à l’annonce de Frédéric Mion, en mars 2019, Sciences Po s’engage pour le climat à travers un ensemble d’initiatives éco-responsables regroupées sous le programme “Climate Action: Make it Work”. Programme événementiel dédié, audit des enseignements, plan d'action écoresponsable, consultations en ligne : toutes les communautés de Sciences Po sont invitées à devenir des acteurs engagés pour mener la transition écologique.

Lire la suite