Étudiantes et mères : défi ou galère ?

Être parent - et surtout mère - en étudiant : est-ce une « galère » ou simplement un mode de vie différent ? Un peu les deux, nous répond Aden Gaide qui a consacré son mémoire de recherche à ce sujet. Un mode de vie si mal exploré que la portée de son travail lui a valu de recevoir le 1er prix de l’Observatoire de la vie étudiante (OVE). Échographie.

Pourquoi avoir choisi ce sujet ?

Aden Gaide : Je m’intéresse aux normes sociales, aux rapports que l’on entretient avec elles, mais aussi aux questions de genre. Après avoir exploré plusieurs thématiques, j’ai repéré une sorte d’angle mort des politiques publiques, comme de la recherche en sciences sociales, une anomalie : les étudiants parents. Peu de travaux y sont consacrés, aucune brochure ou site institutionnel évoquant des dispositifs spécifiques pour cette population… La parentalité étudiante apparait comme un non-dit. À l’étranger, ce n’est pas tellement mieux, à l’exception des études sur les « Mature Students » au Royaume-Uni qui dès 1990 se sont intéressées au phénomène des reprises d’étude et, par ce biais, aux mères étudiantes. Au total, le manque de travaux sur ce sujet m’a semblé devoir être comblé.  Il faut savoir que rien qu’en France, ce sont 100.000 étudiants* qui sont concernés.

La maternité étudiante semble donc vécue de manière problématique ?

A. G. : Si l’on parle du quotidien des étudiants ayant un enfant, les choses sont loin d’être simples, du fait notamment de l’absence de cadre institutionnel. Il n’y a pas de statut officiel, les gens sont renvoyés de la CAF au CROUS, les mutuelles étudiantes se désintéressent de la question… Dans les universités ou grandes écoles, alors qu’avoir des frères et sœurs étudiants est pris en compte, il n’y a pas de case « je suis parent » ! Il n’y a aucune visibilité pour les personnes dans cette situation, car la « norme » assimile l’étudiant à un statut célibataire qui n’a pas encore bâti de foyer stable.

Comment expliquez-vous ce que l’on pourrait appeler un déni de réalité?

A. G. : C’est à nouveau une norme, implicite, qui présuppose un ensemble de conditions pour construire une famille : un couple stable, un projet parental, une sécurité professionnelle... Dans cet esprit, il y aurait un « bon moment » pour avoir un enfant  et celui-ci serait après les études.

En conséquence, rien n’est fait pour accompagner ou faciliter la parentalité étudiante. Les Cité U ne sont pas conçues pour accueillir des enfants, les aménagements de cursus sont laissés au bon vouloir du personnel d’encadrement des études. On impose parfois une année de césure ; et bien souvent on n’aura aucun report possible pour bénéficier d’une bourse ou passer un examen. Vivre de manière positive ou déplaisante cette maternité dépendra donc des relations interpersonnelles avec les équipes de l’établissement…

Comment avez-vous pu identifier et rencontrer cette population ?

A. G. : Cela s’est avéré difficile et a demandé pas mal de pugnacité. C’est un sujet délicat à aborder car il recèle des questions intimes. Par ailleurs, il est souvent traité de manière caricaturale dans les médias. In fine, cela crée une méfiance envers le chercheur qui viendrait les « épier ».   

Il m’a donc fallu investir plusieurs lieux virtuels ou réels : les réseaux sociaux (Twitter, Facebook), les forums assez spécialisés où les étudiantes échangent questions angoissées et conseils pratiques, les sites plus généralistes comme celui de l’émission de France 5 « Les maternelles », mais aussi les listes de diffusion de chercheurs, les petites annonces des universités ou la visite de crèches étudiantes, qui sont très rares, évidemment. Les mères étudiantes apparaissent assez isolées, elles ne se connaissent pas entre elles. Il est en particulier très symptomatique que les forums contiennent énormément d’interrogations sur la « faisabilité » d’une grossesse et d’une parentalité pendant les études. Beaucoup de questions sont concrètes, voire triviales, en rapport avec l’absence de dispositifs publics ou de relais d’informations. On recherche l’entraide, l’expérience d’autrui.

J’ai connu pas mal de déconvenues pour trouver des volontaires qui acceptent un entretien. Ceci a conforté mon sentiment d’avoir à faire à une « population invisible », difficile à saisir, ce qui n’a fait que renforcer ma détermination de chercheur !

Quelle est l’importance de cette population ? Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur ses caractéristiques ? Est-elle homogène ?

A. G. : Comme je vous le disais, en France c’est environ 100 000 étudiants qui sont parents, soit 4,4% des étudiants. Ça fait du monde ! Au passage, il faut savoir que dans certains pays du Nord de l’Europe, comme la Suède, cette proportion peut aller jusqu’à plus de 20%.

Pour revenir à la France, ce que l’on constate, c’est qu’une bonne moitié des étudiants parents ont plus de 35 ans : ils ont repris des études. Autre fait à relever, seuls 19% des parents  sont célibataires contre 78% pour les étudiants sans enfants. Enfin, autre évolution à noter : d’une manière générale  les scolarités sont de plus en plus longues et les étudiants plus âgés : 13% des étudiants français ont aujourd’hui plus de 27 ans.

Est-ce un problème « genré » ?

A. G. : Les femmes représentent les 2/3 des étudiants parents, et leur conjoint travaillent souvent. D’ailleurs, il m’a été très difficile de rencontrer des pères étudiants… Ils se mettent volontiers en retrait, se sentant peu concernés.

Au-delà,  on retrouve des  problématiques qui se posent à tous les couples, notamment les questions d’articulation travail/vie de famille. En pratique, ce sont les mères qui prennent la responsabilité de rendre compatible le fait d’avoir un enfant et de faire des études.

Malgré son hétérogénéité, vous avez réussi à dégager 3 grands types de population ?

A. G. : Oui, les entretiens m’ont permis de distinguer 3 grands profils. D'abord des femmes de moins de 23 ans, très jeunes par rapport à la « norme » et qui n’ont pas de projet parental. La découverte de la grossesse est pour elles un choc mais l’avortement leur semble trop dur. Ensuite, des femmes de 23 à 25 ans qui jugent que c’est le bon moment d’avoir un enfant et dont le conjoint travaille. Elles ont généralement anticipé les difficultés possibles et se sont organisé en conséquence. Enfin, on trouve des femmes de plus de 25 ans (plus de 90% des mères étudiantes) qui ont « l’âge » de devenir mères. Elles sont dans la norme tant du point de vue de l’âge que de leur mode de vie. La seule condition de la “norme” qui n’est pas remplie : la stabilité professionnelle.  

Vous avez évoqué à plusieurs reprises l’absence de politique publique sur cette question. Pensez-vous qu'un jeune chercheur en sociologie puisse éclairer la décision publique, susciter un intérêt auprès de décideurs, faire bouger les choses ?

A. G. : Tout à fait, et le prix que m’a décerné l’Observatoire de la vie étudiante en est le reflet. Ce travail a rencontré un grand intérêt, bien au-delà de celui attendu d’un mémoire de Master 2. Le Centre National des Œuvres Universitaires et Scolaires (CNOUS) s’est intéressé à l’étude, qui est aujourd’hui  publiée sur le site de l’OVE. La Caisse Nationale d’Allocation Familiale m’a attribué une bourse doctorale me permettant d’approfondir ces travaux à l’Observatoire sociologique du changement. C’est une belle opportunité ! Sciences Po, au titre de son programme pour l’égalité femmes / hommes réfléchit à des dispositifs d’accompagnement pour prendre en compte ces situations. Il faut dire aussi que petit à petit, les choses évoluent. L’information émerge, le problème gagne l’espace public.      

Justement, comment le travail de thèse que vous avez débuté depuis quelques mois, va-t-il prendre le relais de ces recherches exploratoires ?

A. G. : Les problématiques ont été posées dans le mémoire de M2. J’interroge toujours la « norme étudiante » aux prises avec la parentalité. Mais je souhaite me concentrer sur quelques points encore mystérieux comme le rôle des pères, l’influence de la massification de l’enseignement supérieur, ou les différences entre filières ou établissements. 14% des étudiants en école d’infirmière sont des parents, contre 1% dans les classes préparatoires aux grandes écoles.

* Statistiques de l’Observatoire de  la vie étudiante, 2010

Propos recueillis par Bernard Corminboeuf, responsable de la valorisation à l’OSC

En savoir plus

Que deviennent nos diplômés ?

Que deviennent nos diplômés ?

L’enquête jeunes diplômés 2020 portant sur la promotion 2018 conforte l’attractivité des étudiants de Sciences Po auprès des employeurs avec 9 diplômés sur 10 en activité professionnelle. Parmi eux, 86 % ont trouvé leur premier emploi en moins de 6 mois, et près des ¾ occupent un emploi stable. Ils sont de plus en plus nombreux (37 %) à travailler à l’étranger, dans 87 pays. Découvrez tous les résultats de notre enquête* !

Lire la suite
“L’égalité des chances doit aussi être territoriale”

“L’égalité des chances doit aussi être territoriale”

Originaire de l’Allier, Salomé Berlioux a livré une longue bataille contre l’autocensure avant d’obtenir son diplôme de l’École d’affaires publiques de Sciences Po. En 2016, elle engage le combat à grande échelle en fondant l’association Chemin d’avenirs, qui aide aujourd’hui 1000 jeunes issus des campagnes et des petites villes à surmonter les obstacles qui entravent leurs ambitions. Entretien avec une alumna déterminée.

Lire la suite
Leçons d’un semestre pas comme les autres

Leçons d’un semestre pas comme les autres

Les étudiants de l’année 2019/2020 viennent de clôturer une année académique à nulle autre pareille. Quel bilan tirer de cette expérience ? Comment s’est déroulée cette bascule en urgence pour les étudiants et les enseignants ? Le bilan que nous publions aujourd’hui montre un pari plutôt réussi pour la grande majorité d’entre eux. Et permet de tirer d’utiles leçons pour le semestre à venir. 

Lire la suite
Féminicides : cartographie d'une controverse

Féminicides : cartographie d'une controverse

En 2020, Auriane, Cassandre, Cloë, Fiona et Huifang, étudiantes en Master Communication, médias et industries créatives à l'École du Management et de l’Innovation de Sciences Po, ont cartographié les controverses autour des féminicides en France. Cette méthode pédagogique, créée par Bruno Latour, professeur émérite à Sciences Po, a pour but d’apprendre aux étudiants à se repérer dans l'univers de la recherche en sélectionnant une controverse sur laquelle ils accumulent une documentation complète qu’ils mettent en forme et publient sur un site web. Chaque thème devient alors une sorte de "parlement virtuel" aidant à la mise en politique des nouvelles "choses publiques". Elles racontent leur expérience.

Lire la suite
Et le prix du meilleur reportage est attribué à...

Et le prix du meilleur reportage est attribué à...

Bouclage en beauté pour les étudiants de l’École de journalisme de Sciences Po ! Sept d’entre eux ont été distingués par l'un des prix remis chaque année par des rédactions prestigieuses pour identifier leurs prochaines recrues ou récompenser des reportages et enquêtes de qualité, et 15 d'entre eux ont été invités à rejoindre les rédactions de TF1/LCI et France Télévisions. Alors que l’École s’apprête à accueillir une nouvelle promotion, présentation du palmarès 2020. 

Lire la suite
Peuplecratie : le nouveau populisme

Peuplecratie : le nouveau populisme

Les infos passent, les idées restent. Dans FOCUS, la série vidéo de Sciences Po, un chercheur ou un enseignant aborde son domaine sous un angle inattendu. En trois minutes, FOCUS offre une réflexion hors des sentiers battus sur les questions qui animent le débat public et propose des perspectives pour comprendre et pour agir.

Lire la suite
À l'écoute des campagnes

À l'écoute des campagnes

Fondée par des diplômés de l’Ecole urbaine, l’association La Traverse a pour mission d’accompagner les territoires ruraux dans leurs démarches de transition écologique et sociale. Pour étudier et diffuser les bonnes pratiques, cette association produit le podcast “Transitions en terrain connu”, qui met en valeur des stratégies territoriales ambitieuses. Elle a ainsi réalisé un “tour de France des territoires ruraux” dont elle vient de publier le bilan. À cette occasion, Alexia Beaujeux, une des fondatrices, témoigne. 

Lire la suite
L'innovation dans tous ses États

L'innovation dans tous ses États

Comment réinventer les prisons de demain ? Comment décarboner les Jeux olympiques de 2024 ? Comment rendre le patrimoine du Domaine de Chantilly accessible aux générations futures ? Voici quelques-unes des questions soulevées par l’Incubateur des politiques publiques, un programme destiné aux étudiants de master de l’École d’affaires publiques de Sciences Po.

Lire la suite
Voyage au coeur de la <em>start-up nation</em>

Voyage au coeur de la start-up nation

Après la Silicon Valley en 2017 et le MIT en 2019, le Centre pour l’Entrepreneuriat a organisé sa troisième Learning Expedition en Israël, pays équivalent en taille à un département français mais qui détient le record mondial du nombre de start-ups par habitant (1 pour 6000). Sur quoi repose ce “miracle entrepreneurial”, et quelles en sont ses limites ? Parmi les douze étudiants qui ont été sélectionnés pour prendre part à l’aventure, Loanne Guérin et Laura Salesse (respectivement en première et deuxième année du master Finance et Stratégie) témoignent. 

Lire la suite