Archives - Regards sur nos publications

© Daguerréotype, 1855, CC0 Public Domain Designation, Chicago Art Institute.

Cette page présente par ordre de parution les débats et les analyses suscités par les publications scientifiques des chercheur-e-s du CERI au cours du trimestre.

Vous y trouverez, entre autres, des entretiens, vidéos, podcasts et comptes rendus qui contribuent à prolonger et à enrichir la réflexion développée dans ces travaux.
Toutes ces ressources sont librement accessibles en ligne, sauf les recensions parues dans des revues à comité de lecture.

Au-delà de cette page,
la liste complète des publications scientifiques.

Revue / Les Etudes du CERI

Christophe Jaffrelot et Nicolas Belorgey

L’identification biométrique de 1.3 milliard d’Indiens. Milieux d’affaires, Etat et société civile

Les Etudes du CERI, n°251, novembre 2020.

L’inde a engagé en 2009 un programme d’identification biométrique de sa population. Il s’agissait à l’origine d’un projet né au sein des entreprises informatiques basées à Bangalore, et son principal architecte, Nandan Nilekani, était d’ailleurs le patron d’une de ces grandes firmes. Leur dessein était d’utiliser les techniques du numérique et les données qu’elles permettent de recueillir à des fins économiques. Mais pour enregistrer l’ensemble de la population indienne, il fallait convaincre l’Etat de s’investir dans l’opération. L’argument qui emporta l’adhésion du gouvernement fut financier : ce programme, nommé Aadhaar, permettrait de distribuer les fonds d’aide aux pauvres en minimisant les pertes liées notamment à la corruption et à l’existence de doublons parmi les bénéficiaires. Or être identifié par Aadhaar est devenu peu à peu nécessaire pour réaliser de multiples opérations de la vie courante, y compris pour payer ses impôts. Saisie, la Cour suprême a tardé à se prononcer et n’a pas cherché à protéger la vie privée des personnes d’une manière convaincante. Aadhaar n’a pas non plus préservé la qualité des services rendus aux pauvres – loin de là – et son impact économique est encore à prouver, même si les opérateurs qui croient que data is the new oil se situent dans une perspective de long terme.

16/07/2021

Autour de la publication

Traduction
16 juillet 2021
Identifying 1.3 Billion Indians Biometrically. Corporate World, State and Civil Society
Heidelberg Papers in South Asian and Comparative Politics, n°80 (2021)

Entretiens du CERI
16 juillet 2021
The Biometric Identification of 1.3 Billion Indians
Interview with Christophe Jaffrelot and Nicolas Belorgey, by Corinne Deloy

30 novembre 2020
L’identification biométrique de 1,3 milliard d’Indiens. Milieux d’affaires, Etat et société civile
Entretien avec Christophe Jaffrelot et Nicolas Belorgey, par Corinne Deloy

Claire Andrieu

Tombés du ciel. Le sort des pilotes abattus en Europe 1939-1945

Paris, Editions Tallandier, 2021, 512 p.

Plus de cent mille aviateurs ont été précipités au sol par la chute de leur avion entre 1939 et 1945. Plus de la moitié ont perdu la vie, un tiers ont été faits prisonniers, et près de 10 % ont réussi à échapper à leurs poursuivants. Face à ces hommes « tombés du ciel », les civils ne réagirent pas tous de la même façon : les Français de mai-juin 1940 résistèrent à l’envahisseur ; les Anglais firent prisonniers les aviateurs de la Luftwaffe avec retenue ; les Français occupés cachèrent les Alliés et les aidèrent à rejoindre l’Angleterre ; les Allemands les lynchèrent à partir de 1943. Pourquoi les Dupont, les Smith et les Schmidt ont-ils adopté des comportements si différents ? En tombant de manière inopinée chez les civils, l’aviateur a pénétré comme par effraction au cœur des sociétés. Il en a révélé les composantes profondes. Les réactions qu’il a provoquées dessinent une géopolitique : la défaite de la France en 1940 a pu masquer une insurrection écrasée dans l’œuf ; le peuple britannique a tenu bon avec civilité ; la Résistance a constitué un mouvement national de première grandeur ; et en Allemagne, les violences populaires avaient un ressort nazi. Nous entraînant, grâce à des archives et des témoignages inédits, dans les campagnes et les villes françaises, anglaises et allemandes, Claire Andrieu montre l’ampleur de l’engagement des civils dans la guerre. Dans ce livre destiné à devenir une référence, elle renouvelle en profondeur l’histoire de la Résistance et rafraîchit la vision globale de la guerre européenne.

05/07/2021

Autour de la publication

Entretiens du CERI
05 juillet 2021
Sociétés comparées en temps de guerre: Le choc des cultures politiques
Entretien avec Claire Andrieu à l'occasion de la parution de son ouvrage

Comparing Societies in Wartime: The Clash of Political Cultures
Interview with Claire Andrieu

Médias
28 mai 2021
HShow 414 - Pandémies, pilotes et Pie XII
Entretien avec Claire Andieu, par Jean-Christophe Buisson, Histoire TV (à partir de 14'14)

Podcast
19 avril 2021
Le sort des aviateurs abattus dans la Seconde Guerre mondiale
Entretien avec Claire Andrieu, par André Loez, Paroles d'histoire

 

Hélène Le Bail et Calogero Giametta

Que pensent les travailleur.se.s du sexe de la loi prostitution ? Enquête sur l'impact de la loi du 13 avril 2016 contre le « système prostitutionnel »

Paris, Médecins du Monde, avril 2018, 100 p.

Le 13 avril 2016, la France adoptait la loi « visant à renforcer la lutte contre le système prostitutionnel et à accompagner les personnes prostituées », devenant ainsi le deuxième pays de l’Union européenne à sanctionner les clients des travailleur.se.s du sexe. Depuis, deux chercheurs, Hélène Le Bail et Calogero Giametta, en collaboration avec 11 associations ont mené une enquête afin de documenter les impacts de cette nouvelle législation sur la santé, les droits et les conditions de vie des travailleur.se.s du sexe en France. Cette enquête est disponible en français, en anglais et en italien. Des synthèses du rapport sont également disponibles en français, anglais, portugais et russe.

25/06/2021

Autour de la publication

Données de la recherche
25 juin 2021
Enquête inter-associative sur l’impact de la Loi prostitution de 2016
Jeux de données, data.sciencespo (entrepôt de données de la recherche de Sciences Po)

Articles en ligne
27 mai 2019
Searching for the entrance to France’s ‘prostitution exit programme’
Hélène Le Bail et Calogero Giametta, openDemocracy

10 mai 2019
Loi contre le « système prostitutionnel » : l’amer constat d’échec des associations
Hélène Le Bail et Calogero Giametta, AOC

Gilles Favarel-Garrigues et Laurent Gayer

Fiers de punir. Le monde des justiciers hors-la-loi

Paris, Seuil, 2021, 352 p.

Excédés par le présumé laxisme des tribunaux, les justiciers autoproclamés s'évertuent à punir par eux-mêmes les fauteurs de trouble. Violant la loi pour maintenir l'ordre, ils s'improvisent détectives, juges et bourreaux. Adeptes du lynchage et autres châtiments spectaculaires, ils trouvent un nouveau public sur les réseaux sociaux. Des groupes d'autodéfense du Far West aux chasseurs de pédophiles en Russie contemporaine, les justiciers hors-la-loi sont typiquement des hommes blancs, réactionnaires et xénophobes. Toutefois, mouvements révolutionnaires et défenseurs des dominés ne s'interdisent pas de manier, à leur tour, le fouet et le feu. L'auto-justice compte en outre de fervents zélateurs dans les services répressifs. Et quand policiers et paramilitaires s'affranchissent du cadre légal pour nettoyer la société, ils précipitent l'avènement de l'État justicier.

21/06/2021

Autour de la publication

Cogito
8 juillet 2021
Proud to punish
Interview with Gilles Favarel-Garrigues and Laurent Gayer, by Miriam Périer

29 juin 2021
Des justiciers hors-la-loi
Entretien avec Gilles Favarel-Garrigues et Laurent Gayer, par Miriam Périer

Podcasts
21 juin 2021
Justiciers sommaires
Entretien avec Laurent Gayer et Gilles Favarel-Garrigues, par André Loez, Paroles d'histoire

10 juin 2021
Les mots de la science : V comme Vigilantisme
Entretien avec Gilles Favarel Garrigues et Laurent Gayer, par Iris Deroeux, The Conversation

Médias
9 juin 2021
Les ravages de l'auto-justice
Débat avec Gilles Favarel-Garrigues et Laurent Gayer, par Antoine Garapon, France Culture

6 juin 2021
Ces particuliers qui traquent les pédophiles sur les réseaux
Entretien (43'20'') avec Gilles Favarel-Garrigues, par Thomas Snégaroff, France 5

3 juin 2021
Se faire justice soi-même
Entretien avec Gilles Favarel-Garrigues, par Julien Magnollay, Radio Télévision Suisse

29 mai 2021
Les justiciers ou la haine de la justice
Débat avec Gilles Favarel-Garrigues et Laurent Gayer, par Sylvain Bourmeau, France Culture

Entretiens du CERI
10 mai 2021
La loi des justiciers : vigilantisme et maintien de l’ordre
Entretien avec Gilles Favarel-Garrigues et Laurent Gayer, par Miriam Périer

6 mai 2021
Punishing with Pride. Vigilantism and Policing
Interview with Gilles Favarel-Garrigues and Laurent Gayer, by Miriam Périer

Revue / Revue soutenue par le CERI

Politique africaine - 40 ans

L’Afrique des sciences sociales. Bas, débats, combats

Politique africaine n°161-162, Paris, Karthala, 2021.

Les lignes de la production de connaissances en et sur l’Afrique et les diasporas africaines ne cessent de bouger, au gré des transformations des contextes politiques, institutionnels, idéologiques et épistémologiques au sein desquels elle se réalise. En prenant l’engagement scientifique comme fil conducteur, cet article introductif pose quatre grandes questions relatives au passé, au présent et aux futurs possibles des études africaines. « L’Afrique » constitue-t-elle aujourd’hui un périmètre scientifique légitime ? Comment à la fois considérer des dynamiques autonomes par le bas et des rapports de domination ? En quoi l’évolution contemporaine des sociétés africaines aide-t-elle à penser celles d’autres sociétés à travers le monde ? Comment articuler les arènes de production des savoirs sur l’Afrique sans anéantir leur pluralité ?

20/06/2021

Autour de la publication

Entretiens du CERI
14 juin 2021
Celebrating Forty Years of Politique africaine
Interview with Sandrine Perrot, by Miriam Périer

10 juin 2021
La revue Politique africaine fête ses 40 ans
Entretien avec Sandrine Perrot, par Miriam Périer

Médias
20 juin 2021
La revue « Politique africaine » fête quarante ans d’analyse « hors champ »
Entretien avec Jean-François Bayart et Sandrine Perrot, par Coumba Kane, Le Monde

14 juin 2021
Revue « Politique africaine » : aux origines d’un autre regard sur le continent
Entretien avec Jean-François Bayart, par Laurent Correau, RFI

14 juin 2021
Situation des sciences sociales en Afrique
Entretien avec Fred Eboko, par Laurent Correau, RFI

Blog
Politique africaine. Le carnet de la revue

Luis Martinez et Rasmus Alenius Boserup

Perspectives pour la démocratie et les droits humains en Algérie

Bruxelles, EuroMed Droits, juin 2021, 21 p.

Le présent compte-rendu résume les principales conclusions tirées de documents de recherche non publiés, abordés lors d'une série de webinaires fermés à l'automne 2020. Les webinaires ont réuni des chercheur-se-s, des défenseur-se-s des droits humains et des organisations de défense des droits humains et de la démocratie travaillant en Algérie. Les séminaires ont été organisés conjointement par EuroMed Droits, Dignity, l'Institut danois des droits de l'homme et la Fondation euro-méditerranéenne de soutien aux défenseur-e-s des droits de l'homme. Le rapport est publié par EuroMed Droits en collaboration avec Dignity, l'Institut danois des droits de l'homme et la Fondation euro-méditerranéenne des droits de l'homme dans le cadre du consortium HRDC financé par le programme de partenariat dano-arabe.

11/06/2021

Autour de la publication

MÉDIAS
11 juin 2021
Législatives en Algérie : le pouvoir a repris la main?
Entretien avec Luis Martinez, par Julie Gacon, France Culture

10 juin 2021
Législatives en Algérie : un saut vers l'inconnu?
Débat avec Luis Martinez, Grand angle, TV5 Monde

Entretiens du CERI
8 juin 2021
Quelles perspectives pour la démocratie et les droits humains en Algérie ?
Entretien avec Luis Martinez, par Miriam Périer

What Prospects for Democracy and Human Rights in Algeria?
Interview with Luis Martinez, by Miriam Périer

Olivier Dabène

Street Art and Democracy in Latin America

Basingstoke, Palgrave Macmillan (Studies of the Americas), 2019, 261 p.


This book explores street art’s contributions to democracy in Latin America through a comparative study of five cities: Bogota (Colombia), São Paulo (Brazil), Valparaiso (Chile), Oaxaca (Mexico) and Havana (Cuba). The author argues that when artists invade public space for the sake of disseminating rage, claims or statements, they behave as urban citizens who try to raise public awareness, nurture public debates and hold authorities accountable. Street art also reveals how public space is governed. When local authorities try to contain, regulate or repress public space invasions, they can achieve their goals democratically if they dialogue with the artists and try to reach a consensus inspired by a conception of the city as a commons. Under specific conditions, the book argues, street level democracy and collaborative governance can overlap, prompting a democratization of democracy.

11/06/2021

Autour de la publication

Blog/photos
11 juin 2021
Collection digitale de street art latino américain de l'Opalc
Plus de 500 photos d'oeuvres prises dans cinq villes d'Amérique latine, contextualisées par Olivier Dabène

Recension
2021
Diana Burgos-Vigna, IdeAs, Idées d'Amériques, n°17

Ariel Colonomos

Un prix à la vie. Le défi politique de la juste mesure

Paris, Presses Universitaires de France, 2020, 426 p.

Quel est le prix d’une vie ? Bien loin de n'être qu'une métaphore, cette expression renvoie à des questions qui sont au cœur de notre conception du politique. Le prix d’une vie correspond à son équivalent matériel, qu’il soit monétaire ou constitué par d’autres biens, des intérêts économiques ou politiques, des conquêtes militaires. Tout se paie et s’échange, et la conversion se fait dans les deux sens : des vies sont rapportées à des biens matériels et des biens matériels sont obtenus au prix de nombreuses vies. L’État n’est pas le seul à attribuer une valeur aux vies humaines. C’est également le cas du marché, mais aussi, en raison de la solidarité entre ses membres, de toutes les communautés auxquelles les individus appartiennent. Cet ouvrage décrit avec minutie les équivalences matérielles des vies humaines en ayant pour ligne de mire une réflexion sur leur caractère juste ou injuste. Poser la question du juste prix de la vie, c’est encourager la préservation des existences, mais c’est aussi risquer de trouver certains compromis trop coûteux. L’égalité en droit des vies humaines ne signifie pas que les moyens pour les sauver ou les protéger soient et doivent être identiques. La tension est profonde entre les exigences de l’humanisme et les contraintes du matérialisme. Quelles contreparties céder pour sauver ou protéger des vies, et combien faut-il de vies pour gagner une guerre ?

07/06/2021

Autour de la publication

Vidéo
7 juin 2021
Focus // Le prix de la vie - Ariel Colonomos
Présentation par Ariel Colonomos de son ouvrage, Un prix à la vie. Le défi politique de la juste mesure

Médias
17 janvier 2021
« Le prix attaché à la vie humaine est plus élevé qu’auparavant »
Entretien avec Ariel Colonomos, par Gaïdz Minassian, Le Monde

Dossiers du CERI
27 avril 2020
Pricing Lives in the Time of COVID-19
Ariel Colonomos, The World in the Face of COVID-19

15 avril 2020
Donner un prix à la vie au temps du Covid-19
Ariel Colonomos, Le monde à l’épreuve du Covid-19

Séverine Awenengo Dalberto et Richard Banégas

Identification and Citizenship in Africa Biometrics. The Documentary State and Bureaucratic Writings of the Self

London, Routledge (Routledge Contemporary Africa), 2021, 392 p.

In the context of a global biometric turn, this book investigates processes of legal identification in Africa ‘from below,’ asking what this means for the relationship between citizens and the state. Almost half of the population of the African continent is thought to lack a legal identity, and many states see biometric technology as a reliable and efficient solution to the problem. However, this book shows that biometrics, far from securing identities and avoiding fraud or political distrust, can even participate in reinforcing exclusion and polarizing debates on citizenship and national belonging. It highlights the social and political embedding of legal identities and the resilience of the documentary state. Drawing on empirical research conducted across 14 countries, the book documents the processes, practices, and meanings of legal identification in Africa from the 1950s right up to the biometric boom. Beyond the classic opposition between surveillance and recognition, it demonstrates how analysing the social uses of IDs and tools of identification can give a fresh account of the state at work, the practices of citizenship, and the role of bureaucracy in the writing of the self in African societies. This book will be of an important reference for students and scholars of African studies, politics, human security, and anthropology and the sociology of the state.

26/05/2021

Autour de la publication

Vidéo
26 mai 2021
Identification and Citizenship in Africa. Un livre et une web série

Présentation de l'ouvrage et capsules vidéos réalisées dans le cadre de la promotion de l'ouvrage

26 mai 2021
Identification and Citizenship in Africa. Presenting a Book and a Web Series
Presentation of the book, and short video clips by several contributors of the volume

Blog
Carnet PIAF "Hypothèses"
Présentation des activités et des réflexions de l’équipe ANR « Papiers d’identité en Afrique » (2015-2019)

Revue / Revue soutenue par le CERI

Pénélope Larzillière et Jacobo Grajales

Les émotions politiques des combattants. Entre guerre et paix

Critique Internationale n°91, Paris, Presses de Sciences Po, avril-juin 2021.

Comment envisager la prégnance des émotions politiques en temps de guerre ? À rebours de tout irrationalisme émotionnel, nous analysons leur intrication avec des représentations du juste et de l’injuste, en nous appuyant sur la notion de « sentiment moral », expression conjointe d’un affect et d’un jugement axiologique. Ces sentiments moraux sont marqués par le rapport à la violence, l’expérience du combat et le retour du front, et dans certains cas la sortie de conflit. Ils se construisent dans des enchâssements discontinus de réseaux combattants, militants, familiaux et professionnels, et leur expression éclaire un rapport complexe au politique, qui va de formes de légitimation de la violence aux reconfigurations des engagements armés. Cette proposition théorique est ici mise en application à partir de recherches menées auprès de combattants et ex-combattants en Turquie et en Syrie, au Liban, en Jordanie, en Côte d’Ivoire, et au Pakistan.

 

Retour en haut de page