Travail et handicap : mettre fin aux exclusions

Si chacun est conscient que les personnes en situation de handicap rencontrent fréquemment des difficultés sur le marché du travail, on sous-estime souvent ces difficultés. De nombreux dispositifs inclusifs sont pourtant mis en place, mais ne semblent pas toujours suffisants. Comment faire mieux ? C’est cette question que pose Anne Revillard, chercheuse à l’Observatoire sociologique du changement (OSC) et au Laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques (LIEPP), dans son ouvrage Handicap et travail (Presses de Sciences Po).

Pourquoi cet ouvrage ?

Il s’agissait de répondre à une demande de la chaire « Sécurisation des parcours professionnels »* à Sciences Po, qui souhaitait disposer d’un état des lieux sur la question du handicap au travail, et plus particulièrement des recherches qui y sont consacrées. Mon approche a été interdisciplinaire en considérant les travaux  en sociologie, en économie, en droit, en psychologie sociale, en histoire et en science politique. Mais il était hors de question que ce travail reste confidentiel. Avec une petite équipe**, nous nous sommes d’emblée placés dans une démarche de diffusion accessible à un large public, et nous avons créé un site internet qui met à disposition des fiches de lecture synthétiques rédigées en français à partir de la littérature scientifique internationale. Cinq grandes thématiques ont été privilégiées : discriminations, insertion professionnelle, expérience du handicap au travail, maintien en emploi, travail protégé et emploi accompagné.

Vous soulignez que les personnes en situation de handicap en France ont un taux d’emploi de 35% et subissent un taux de chômage de 19%…

Oui, le constat que je dresse dans cet ouvrage est celui d’une double marginalité des personnes handicapées, par rapport à l’emploi et dans l’emploi. Marginalité par rapport à l’emploi, d’abord, avec les forts taux d’inactivité et de chômage que vous mentionnez : à comparer avec ceux de la population générale (64% d’actifs et 10% de chômeurs). Il faut ajouter que parmi les chômeurs, ces personnes constituent un public en moyenne plus âgé, moins qualifié, et plus touché par le chômage de longue durée. Marginalité dans l’emploi, ensuite : la population handicapée en emploi est moins diplômée que l’ensemble de la population, et occupe plus souvent des postes moins qualifiés, moins prestigieux et moins rémunérateurs ; elle travaille plus souvent à temps partiel.

Le handicap recouvre des réalités multiples ; c’est un objet – du point de vue de l’intervention publique – assez complexe à saisir notamment selon que l’on privilégie les aspects individuels ou sociaux… Comment le définir ?

C’est effectivement une question épineuse. La loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées définit le handicap comme « toute limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d’une altération substantielle, durable ou définitive d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d’un polyhandicap ou d’un trouble de santé invalidant » (art. 1). Au-delà de cette définition juridique, la caractérisation du handicap fait l’objet de nombreux débats qui ont des implications importantes pour l’action publique : par exemple, doit-on plutôt l’envisager comme délimitant une catégorie séparée de la population ou bien comme un continuum, une variation du fonctionnement humain  entre handicap et validité ? Dans tous les cas, et notamment quand on réfléchit en terme de politiques de l’emploi, il est essentiel de garder à l’esprit la grande diversité des situations de handicap : selon les types de handicap, selon qu’il est visible ou non, selon son moment de survenue, etc.

Comment caractériser ces politiques relatives à l’emploi des personnes handicapées, et quelles recommandations peut-on faire ?

Un des problèmes est que l’on fait face à une action publique faite d’une sédimentation de dispositifs aux orientations parfois contradictoires, avec une multiplicité d’acteurs… Complexes à appréhender, ces politiques   manquent cruellement d’évaluation : on est bien en peine, aujourd’hui, d’identifier ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas. Une politique aussi centrale que l’obligation d’emploi, avec le quota de 6% de travailleurs handicapés, n’a jamais fait l’objet d’une évaluation d’impact systématique.
Dans l’attente d’évaluations précises, on peut déjà  tirer quelques leçons des travaux existants.. Tout d’abord, parce que les obstacles à l’emploi se situent à la fois du côté de la demande et de l’offre, il faut maintenir des interventions sur ces deux volets : formation et accompagnement vers l’emploi d’un côté, engagement des employeurs de l’autre. Ensuite, du côté de l’offre, le recul dont on dispose sur la mise en œuvre du droit de la non-discrimination dans des pays comme les États-Unis ou le Royaume-Uni, montre qu’il ne suffit pas d’interdire les discriminations pour y mettre fin. Des politiques plus interventionnistes sont nécessaires. Dans cette optique, la tradition française d’une politique volontariste en direction des employeurs constitue un atout, mais elle doit être mieux évaluée pour cerner comment en faire un outil plus efficace.

Les politiques mettent souvent l’accent sur l’accès et le maintien dans l’emploi des personnes handicapées. Vous plaidez pour la prise en compte de l’épanouissement professionnel des personnes handicapées…

Il est frappant de voir, par exemple, que la question de la promotion professionnelle est tout simplement absente de l’action publique et de la plupart des recherches : il y a là un impensé particulièrement révélateur de la façon dont on se pose ou plutôt dont on ne se pose pas la question du handicap au travail. Tout se passe comme si le simple fait d’avoir un emploi était une réponse suffisante. Mais quid de la satisfaction au travail et des possibilités de progression professionnelle ? Ces questions doivent, à mon sens, intégrer le périmètre des questionnements et de l’action publique.

Dans les discours public et politique (la communication des entreprises, des administrations et pouvoirs publics), on insiste sur la nécessité de changer de regard sur la personne handicapée. Cela suffit-il?

La question du handicap est effectivement une question qu’on aborde beaucoup à partir du prisme des représentations. Sans vouloir nier l’importance de cet enjeu (les stéréotypes sont un obstacle majeur à l’accès et au maintien en emploi des personnes handicapées), il faut veiller à ce que la rhétorique du « changement de regard » ne détourne pas le regard, justement, des changements plus structurels, parfois très matériels, qui sont nécessaires : mise en accessibilité, définition de procédures claires en matière d’octroi et de suivi des aménagements, souplesse dans l’organisation spatio-temporelle du travail pour tou.te.s… A l’instar des transformations nécessaires pour lutter contre les inégalités de genre, la « normalisation » du handicap au travail appelle une transformation en profondeur des normes organisationnelles.

Propos recueillis par Bernard Corminboeuf, OSC.

Cet article est extrait du dernier numéro de Cogito, le magazine de la recherche à Sciences Po. Consulter le sommaire et tous les articles.

* La chaire est gérée par une fondation reconnue d’utilité publique, La Fondation du risque. Elle associe des chercheurs de Sciences Po et du Groupe des Écoles Nationales d’Économie et Statistique de l’Insee. Yann Algan et Pierre Cahuc en assurent la direction scientifique. Sa mission est d’identifier et de mesurer les conditions d’efficacité des politiques de régulation, grâce à des approches pluridisciplinaires. De nombreux partenaires soutiennent son action,  comme Pôle emploi, l’Unédic ou Randstad.

** Célia Bouchet et Mathéa Boudinet ont travaillé comme assistantes de recherche sur ce projet. Bernard Corminboeuf, Edouard Crocq et Andreana Khristova ont apporté un appui à la valorisation scientifique.

Anne Revillard est professeure associée en sociologie à Sciences Po, OSC et LIEPP. Elle étudie la façon dont les systèmes d'inégalités liés au genre et au handicap se transforment en interaction avec les politiques publiques qui les visent.

En savoir plus

Serge Hurtig, 1927 - 2019

Serge Hurtig, 1927 - 2019

Secrétaire général de la FNSP durant trois décennies, Serge Hurtig a contribué à internationaliser Sciences Po et la science politique française. Portrait d'une personnalité majeure de l’histoire de notre établissement.

Lire la suite
Comment concilier Noël et souci écologique ?

Comment concilier Noël et souci écologique ?

À Noël, le risque de surconsommation est grand... mais n'est pas une fatalité. Acheter en vrac des produits locaux et bio, faire son cadeau soi-même ou encore recycler ses textiles en guise d'emballage : à l'approche des fêtes de fin d'année, Sciences Po Environnement livre ses conseils pour un Noël durable et zéro déchet, et les met en pratique à l'occasion d'ateliers organisés dans plusieurs campus..

Lire la suite
Sciences + Sciences Po : une double licence inédite

Sciences + Sciences Po : une double licence inédite

Dès la rentrée universitaire 2020, une nouvelle double licence interdisciplinaire, le Bachelor of Arts and Sciences (BASc), sera proposée aux étudiants de première année, en partenariat avec des établissements universitaires français. Ce double cursus en quatre ans associe sciences et sciences humaines et sociales pour apprendre à penser et agir face aux défis de notre siècle. Les deux premiers parcours ciblent en particulier celui de la transition écologique. 

Lire la suite
Chronique d'une démocratie fragmentée

Chronique d'une démocratie fragmentée

Pour conclure une année marquée par les soubresauts politiques, Pascal Perrineau revient dans son nouvel ouvrage, Le grand écart. Chronique d'une démocratie fragmentée, sur les trois registres démocratiques ayant façonné tour à tour l'année 2019 : la démocratie directe des gilets jaunes, celle participative du grand débat national et celle représentative issue des urnes lors des élections européennes. Une démocratie en trois scènes, qui semble plus fragmentée et conflictuelle qu'auparavant.

Lire la suite
Sciences Po lance la chaire

Sciences Po lance la chaire "Dette souveraine"

Penser le financement souverain et la soutenabilité de la dette : voilà l'ambition de la nouvelle chaire, portée par l'École des affaires internationales de Sciences Po (PSIA). En associant praticiens de la dette et universitaires de renom, cette chaire vise à devenir un lieu de référence international sur cette question.

Lire la suite
Quelle sera la&nbspcouleur de la COP 25 ?

Quelle sera la couleur de la COP 25 ?

Quelle sera la couleur de la COP 25 qui se déroulera à Madrid du 2 au 13 décembre 2019 sous la présidence du Chili ? Elle était annoncée bleue comme l’océan (Blue COP) par la présidence chilienne. À Madrid, au-delà des écosystèmes marins, l’ensemble de la biodiversité tant terrestre que marine devrait occuper une place de choix. Bien plus qu’une simple coloration, cette COP devrait constituer une étape majeure dans l’identification de capacités d’action conjointe pour le climat et pour la biodiversité.

Lire la suite
La surenchère anti-élite de la campagne présidentielle américaine

La surenchère anti-élite de la campagne présidentielle américaine

Par William Genieys (CEE) et Larry Brown (Columbia). La publication, le 5 novembre dernier, du livre de Donald Trump Jr., Triggered : How the Left Thrives on Hate and Wants to Silence Us (Hystériques : comment la gauche se nourrit de haine et veut nous faire taire), est venue alimenter le discours anti-élite dans une campagne présidentielle dont le contexte, marqué par une procédure de destitution en cours, est tout à fait inédit.

Lire la suite
La matière noire de la démocratie

La matière noire de la démocratie

Le mouvement des gilets jaunes n’est pas anecdotique. Tenter de l'expliquer en se focalisant sur la sociologie des participants ou en évoquant la montée des populismes, n'est pourtant, selon Luc Rouban, guère probant. Le chercheur au Centre d’études politiques de Sciences Po voit dans ce mouvement le symptôme d’une profonde mutation du rapport au politique. En épluchant sondages, enquêtes, baromètres et remontées du grand débat national, il met au jour les sources cachées de cette mutation dans son dernier ouvrage : "La matière noire de la démocratie" (Presses de Sciences Po).

Lire la suite