Tout savoir sur l’apprentissage à Sciences Po

Oui, on peut faire son master en apprentissage à Sciences Po ! Près du tiers des formations de 2ème cycle proposent cette possibilité. Une option plébiscitée par tous : les étudiants pour l’insertion professionnelle, les employeurs pour le recrutement, et l’université pour son intérêt pédagogique. Point d’étape avec Cornelia Woll, Directrice des études et de la scolarité. 

Que représente la formation en apprentissage aujourd’hui à Sciences Po ?

Cornelia Woll : Cela fait plusieurs années que nous proposons des formations en apprentissage. Aujourd’hui, trois de nos sept Écoles de deuxième cycle offrent cette possibilité pour la deuxième année de master : l’École d’affaires publiques, l’École du management et de l’innovation, et l’École de journalisme. Cela concerne sept masters au total (ndlr : voir liste ci-dessous), soit environ un tiers de nos programmes - et presque 200 étudiants chaque année. Un chiffre qui a bondi de 75 % en quatre ans : les étudiants sont très demandeurs de ce format et c’est très précieux pédagogiquement.

Quel est l’intérêt d’effectuer ses études en apprentissage ?

C. W. : L’apprentissage s’inscrit parfaitement dans l’ADN de Sciences Po, où l’on cherche plus que jamais à allier enseignement théorique et expérience pratique. Tous nos masters proposent un semestre “hors les murs” : l’apprentissage, qui dure toute une année, est un prolongement naturel de cette logique. Les étudiants réfléchissent sur ce qu’ils apprennent en même temps qu’ils le mettent en action. C’est un outil formidable d’insertion professionnelle, puisque les étudiants sont considérés comme des professionnels à part entière. Enfin, c’est aussi un vrai atout pour l’ouverture sociale : l’apprentissage permet de financer ses études et il est donc sécurisant pour les jeunes de milieu modeste. C’est un argument qui vient à l’appui de tout ce que nous faisons pour que le coût des études ne soit un obstacle pour personne.

Quels sont les défis posés par l’apprentissage pour une université ?

C. W. : Le principal défi, c’est l’organisation de la scolarité. Cela peut être compliqué pour les formations avec une charge horaire importante, qui préfèrent proposer les expériences pratiques dans un moment dédié, pendant le semestre hors les murs ou en année de césure. L’autre limite est géographique : pour l’instant, cela reste plus facile à mettre en place en France. Malgré ces défis, la montée en puissance de l’apprentissage dans nos formations a été une expérience très enrichissante : l’oral de soutenance du mémoire à la fin de l’apprentissage, par exemple, nous a beaucoup inspiré pour la réforme du “grand oral” de fin d’études, qui inclut aujourd’hui une réflexion sur les expériences professionnelles de nos étudiants.

Quelles sont les perspectives pour l’apprentissage à Sciences Po ?

C. W. : Nous allons continuer à développer cette offre pour pouvoir répondre aux demandes de plus en plus nombreuses. Grâce à l’expérience des Écoles qui ont testé différentes formules - apprentissage pour tous les étudiants d’une formation ou pour une partie seulement - cela nous ouvre la possibilité d’explorer sa mise en place dans d’autres programmes de formation. De manière générale, nous nous réjouissons de l’importance du sujet et de la réforme actuellement en cours pour assouplir son fonctionnement. De notre côté, nous essayerons d’étendre au maximum cette offre dans un souci de diversification des parcours et nous sommes attentifs à la démarche engagée de précision des compétences acquises par les étudiants.

Nos 8 masters accessibles en apprentissage :

à l’École du management et de l’innovation :

à l’École d’affaires publiques :

à l’École de journalisme :

À l'École urbaine :

Pour en savoir plus, consultez la brochure des masters en apprentissage.

Et aussi...

Urgence climatique : ne pas sur-responsabiliser les individus

Urgence climatique : ne pas sur-responsabiliser les individus

Par Sophie Dubuisson - Quellier (CSO - Sciences Po) et Solange Martin (ADEME). Dans le contexte de la lutte contre le dérèglement climatique, les interventions publiques ciblent aujourd’hui les individus. Il s’agit d’encourager certaines pratiques – prendre les transports en commun, manger des fruits de saison – et d’en décourager d’autres – laisser ses appareils en veille ou renouveler trop fréquemment ses vêtements.

Lire la suite
L’éthique du hacker

L’éthique du hacker

Les révolutions commencent souvent par des histoires, des colères ou des frustrations a priori insignifiantes, anecdotiques. C’est le cas de la culture dite libre qui est probablement un des développements démocratiques les plus importants du numérique et dont l’origine n’a tenu qu’à un problème d’impression !

Lire la suite
Générations Erasmus

Générations Erasmus

Au sein de Sciences Po, l’association “Jeunes Européens” est mobilisée depuis plusieurs mois pour susciter l’intérêt sur les questions européennes et encourager les étudiants à aller voter. Europhiles, certes, mais pas non plus dénués de sens critique sur les blocages européens, ces étudiants attendent avec une pointe d’anxiété les résultats du 26 mai qui pourraient changer la couleur politique de l’Union. Entretien avec Maria Popczyk, présidente des Jeunes Européens - Sciences Po. 

Lire la suite
Pour qui voter aux européennes ?

Pour qui voter aux européennes ?

Déjà menacées par une abstention record, les élections européennes du 26 mai laissent beaucoup d’électeurs perplexes face aux 34 listes et à la complexité des enjeux. Après le succès de La Boussole présidentielle® en 2017, le Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof), en partenariat avec 20 Minutes et Ouest France, réédite son outil d’aide à la décision avant le scrutin. Explications par Thomas Vitiello, chercheur associé au Cevipof et directeur scientifique de La Boussole européenne®.

Lire la suite
Charisme politique : comment incarner l’Union ?

Charisme politique : comment incarner l’Union ?

Dans ses travaux sur l’État et la bureaucratie modernes de 1921, l’universitaire Max Weber distingue trois sources de légitimité politique : son caractère traditionnel, bureaucratique ou charismatique. Dès ses origines, l’Union européenne a fondé sa légitimité sur la nature rationnelle de son administration bureaucratique (1). Face à la critique du déficit démocratique, l’Union européenne s’est parfois dotée de leaders charismatiques qui ont cherché à incarner l’Europe ; mais cet effort s’est souvent heurté aux réticences des États membres, soucieux de préserver leur leadership dans la construction européenne.

Lire la suite
Ces nationalistes attachés à l'Europe

Ces nationalistes attachés à l'Europe

Par Sylvain Kahn (Centre d'histoire). Ceux que l’on appelle les nationalistes défendent leur nation comme étant un principe sensé qui régit tout. La plupart d’entre eux ne semblent pas être opposés à une construction européenne. Cependant, la nuance est de mise : les nationalistes ne sont pas non plus pour un approfondissement de cette construction.

Lire la suite
Candidats en 1ère année : 5 idées reçues sur les oraux

Candidats en 1ère année : 5 idées reçues sur les oraux

En train de préparer les oraux d'admission à Sciences Po ? La deuxième quinzaine du mois de mai 2019, tous les candidats admissibles au Collège universitaire (1er cycle) de Sciences Po sont invités à un entretien. Une épreuve parfois stressante qui génère son lot d’idées reçues : voici quelques conseils pour se débarrasser des clichés et aborder ce dernier round avec le maximum de sérénité.

Lire la suite
Climat : est-il déjà trop tard ?

Climat : est-il déjà trop tard ?

On parle sans cesse du changement climatique mais comment joindre les actes à la parole ? Sébastien Treyer directeur général de l’Institut du développement durable et des relations internationales, l’IDDRI, explique le rôle de chacun dans la bataille pour sauver la planète. 

Lire la suite
Que reste-t-il des internationales ouvrières ?

Que reste-t-il des internationales ouvrières ?

Qui se souvient que les syndicats ouvriers furent longtemps organisés à l’échelle internationale et ce, bien avant les mondes de l’entreprise ou de la finance ? Dans son ouvrage La Lutte et l’Entraide. L’âge des solidarités ouvrières, l’historien Nicolas Delalande revient sur les “internationales”, ces mouvements ouvriers solidaires et transnationaux qui furent incontournables pendant près d’un siècle, avant de connaître une lente érosion au tournant des années 70.

Lire la suite
Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Suite à l’annonce de Frédéric Mion, en mars 2019, Sciences Po s’engage pour le climat à travers un ensemble d’initiatives éco-responsables regroupées sous le programme “Climate Action: Make it Work”. Grâce à une nouvelle plateforme collaborative, “Climate Action: Make it Work”, les différentes communautés de Sciences Po sont invitées à devenir des acteurs engagés pour mener la transition écologique via une série de consultations en ligne.

Lire la suite