Science : la montée de la défiance

La culture scientifique est en crise. Depuis plusieurs années, on assiste à une remise en cause croissante de l'universalité, de la valeur culturelle et de l'impact social du travail scientifique. Dans une tribune co-signée par une soixantaine de personnalités, Virginie Tournay met en garde contre ce phénomène et préconise une meilleure régulation démocratique. Interview.

La fiabilité des données scientifiques semble de plus en plus contestée par l’opinion publique, pourquoi ?

Les sondages révèlent que la science et la culture scientifique sont perçues très positivement par une majorité des Français car elles signifient progrès et mieux-être. En revanche, il y a une défiance vis-à-vis des données et de leur production qui se traduit par une mise en cause de l’universalité, de la valeur culturelle et de l’impact social du travail scientifique. Cette défiance touche les chercheurs et leurs institutions. Elle est à distinguer des contestations qui jalonnent notre modernité industrielle : il y a toujours eu des oppositions aux innovations et il y en aura toujours. En revanche, le discrédit des institutions et du travail scientifique qui se développe ces dernières décennies doit nous alerter.

Qu’est-ce qui est à l’origine de ce phénomène ?

Les dérives de l’hypermédiatisation et la dérégulation du marché de l’information sont les causes principales de la montée en puissance de discours alter-scientifiques auparavant ultra-minoritaires. De nombreuses analyses, notamment celles de Gérald Bronner, confirment le rôle des médias numériques comme caisse de résonance de contestations souvent minoritaires, mais très actives. Certaines personnalités emblématiques, dont les propos sont contestés par la communauté scientifique, disposent d’une forte autorité dans ces médias. Sur Youtube, des vidéos remettent en cause l’efficacité des chimiothérapies ou établissent un lien de causalité directe entre la consommation de pois chiche et l’augmentation des performances sexuelles… Elles sont visionnées par plusieurs centaines de milliers d’internautes. Cela transforme la façon dont les gens perçoivent les pratiques d’évaluation de l’efficacité des innovations.

Ce constat d’une défiance institutionnelle est-il partagé dans la société ?

En 2013, Robert Badinter, Jean-Pierre Chevènement, Alain Juppé et Michel Rocard dans La France a besoin de scientifiques techniciens notaient déjà une évolution inquiétante des relations science-société en raison de minorités actives rejetant toute innovation et l’impossibilité de conduire des débats scientifiques contradictoires de façon apaisée. La visibilité croissante des discours anti-vaccination et la décrédibilisation chronique des systèmes d’évaluation du médicament en sont des illustrations. L’expertise scientifique continuellement commentée par les marchands de peur entraîne une paralysie de la prise de décision politique avec pour conséquence un tarissement des recherches en Europe, notamment dans le domaine des biotechnologies. Aujourd’hui, ce constat d’une défiance institutionnelle est partagé par ceux qui font le travail scientifique, ceux qui le régulent et ceux qui le vulgarisent et le diffusent. C’est ce qu'exprime la tribune “La culture scientifique est à reconquérir” que j’ai co-signée avec de nombreuses personnalités du monde académique et politique.

Vous indiquez que cette défiance est liée à un "populisme précautionniste", que signifie cette expression ?

Cette expression, empruntée à Gérald Bronner, renvoie à une disposition mentale qui consiste à surestimer les faibles probabilités : je crois tout ce que je crains. Le terme de populisme correspond à l’expression politique de cette erreur de jugement. Son usage peut affecter l’intérêt général. Par exemple, la peopolisation de la lutte anti-vaccinale analysée par Jocelyn Raude passe par une interprétation maximaliste du principe de précaution. Dans les années 90, la rumeur d’un lien entre les injonctions contre l’hépatite B et la survenue de cas de scléroses en plaque a entraîné l’arrêt de la campagne de vaccination. Le principe d’immunité collective qui sauva des populations entières de la polio ou de la diphtérie des décennies plus tôt fut ainsi mis à mal et fragilisa la couverture vaccinale.

La communication des scientifiques participe-t-elle de cette défiance ? Comment la communication scientifique doit-elle s’articuler à la prise de décision politique ?

Il convient de réhabiliter la démarche scientifique dans la décision publique sans qu’elle ne la surdétermine. Si les discours des marchands de peur doivent être exclus de la décision politique, les experts n’ont pas à arbitrer la décision politique ni à en juger l’issue. La question des risques sanitaires et environnementaux, des OGM, relève des seuls experts du domaine mais le modèle de notre agriculture doit rester un débat démocratique. L’échec de la communication gouvernementale au moment de la crise H1N1 sur sa politique vaccinale est lié au fait que les prescripteurs et les internautes n’ont pas été touchés. Une communication efficace doit viser ses cibles, préciser les incertitudes scientifiques et dénoncer les incertitudes liées à la négligence ou aux conflits d’intérêts. Une autre tension dans les rapports science-société concerne les prescriptions scientifiques dans la sphère privée. Par exemple, si la scientificité de l’homéopathie est discutable, faut-il en interdire la vente ? Il n’y a pas de réponse simple.

Comment penser la démocratisation des affaires scientifiques et techniques ? Une solution pourrait-elle être d’insuffler davantage de démocratie participative ?

Pourrions-nous aujourd’hui faire adopter la loi Neuwirth autorisant la pilule contraceptive en 1967 si nous avions les connaissances scientifiques de l’époque ? Des procédures consultatives autour des effets inconnus sur la santé des femmes l’auraient probablement empêchée. Notre culture institutionnelle vise aujourd’hui à verrouiller toute incertitude. Elle a changé bien plus que notre rapport aux technologies émergentes. Pourtant, face aux risques alimentaires ou environnementaux, les gens ne souhaitent pas nécessairement s’engager personnellement et activement dans le débat, mais ils exigent plus de garanties au niveau des expertises produites, ainsi que le montrent les résultats du Baromètre de la confiance politique réalisé par le CEVIPOF. Il faut penser un nouveau contrat social entre science et société. Cela passe-t-il par une multiplication des instances démocratiques en matière de choix scientifiques et technologiques ? Je crois qu’il faut faire un usage parcimonieux de ce type d’outils. Tout l’enjeu est d’établir la juste frontière entre les interrogations légitimes d’une opinion publique dont l’expression est au fondement de la  démocratie, et des demandes inconsidérées ou absurdes. Ainsi, des lanceurs d’alerte ont été nécessaires dans les affaires de l’amiante ou du sang contaminé. Mais que dire de la loi néo-zélandaise imposant au gouvernement de répondre officiellement à toutes les requêtes des citoyens ? Ainsi, en 2014, le premier ministre John Key a dû prouver, avec l’aide d’un médecin et d’un vétérinaire, qu’il n’était pas un extraterrestre !

Propos recueillis par Marcelle Bourbier (Cevipof)

Virginie Tournay, directrice de recherche au CNRS au Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF), docteur en sciences politique, est aussi titulaire d’un DEA de biologie cellulaire. Ses recherches touchent aux politiques du vivant, depuis "l’administration" politique du corps biologique jusqu’à la régulation des biotechnologies médicales et agricoles (médecine régénérative, biologie de synthèse et produits du gene editing).

"Pas de photo, c'est interdit"

"Pas de photo, c'est interdit"

Si votre photo n’est pas assez bonne, c’est que vous n’êtes pas assez près”, disait le photographe Robert Capa. Dans leurs cours consacré au photojournalisme, Dimitri Beck, Alain Genestar et leurs prestigieux invités poussent les futurs journalistes à aiguiser leur regard, leur curiosité, mais aussi leur humanité. Pour apprendre à capturer le réel dans l’obturateur, et parfois sa beauté. 

Lire la suite
Un siècle de femmes à Sciences Po

Un siècle de femmes à Sciences Po

Les étudiantes représentent près de 60 % de la promotion diplômée en juin 2019. Il y a un siècle, les premières femmes entraient à Sciences Po. Des premières étudiantes en 1919 jusqu’à une politique active de soutien de l’égalité aujourd’hui, comment leur place a-t-elle évolué dans l’École ? À l’occasion de ce centenaire,  retour sur 5 dates clés de l’histoire des femmes à Sciences Po.

Lire la suite
Engagée pour les océans

Engagée pour les océans

À l’occasion de la Semaine des Océans à Sciences Po, nous avons rencontré Ève Isambourg, étudiante en 3ème année du Collège universitaire et activiste pour la protection des océans. Après deux ans sur les bancs du campus de Paris, Ève a consacré sa troisième année à l’étranger à mobiliser les esprits sur les questions océaniques autour du monde. Dernière étape de sa mission et non des moindres : une conférence devant l’ONU à New York.

Lire la suite
L’Allemagne, le pays où les hauts fonctionnaires se forment à l’université

L’Allemagne, le pays où les hauts fonctionnaires se forment à l’université

Par Cornelia Woll (CEE). Le débat sur la suppression de l’École nationale d’administration est d’autant plus vif qu’il se situe à la convergence de plusieurs enjeux : principes de la méritocratie, ascension sociale, fonctionnement de l’administration publique, réseaux d’influence et rentes professionnelles que procurent les grands corps. D’autres modèles existent chez nos voisins. Une comparaison avec l’Allemagne éclaire le rôle que peut jouer l’université dans la formation de la haute fonction publique.

Lire la suite
Salomé Zourabichvili, alumna et Présidente

Salomé Zourabichvili, alumna et Présidente

Diplômée de Sciences Po en 1972, professeure à Sciences Po entre 2006 et 2015, Salomé Zourabichvili est la première femme élue présidente de Géorgie depuis le 28 novembre 2018. Mais aussi l’une de nos rares alumna femmes et cheffes d’État. À l’occasion de sa conférence du 18 février 2019 dans son alma mater, retour sur la brillante trajectoire d’une étudiante prometteuse, et timide. 

Lire la suite
Fact-checking, un combat difficile à gagner

Fact-checking, un combat difficile à gagner

Les «fake news», ou infox, sont devenues les grandes animatrices des campagnes électorales récentes, de la campagne pro-Brexit au Royaume-Uni jusqu’à l’élection du nouveau président brésilien Jair Bolsonaro, en passant par diverses élections en Europe et aux États-Unis. Emeric Henry, professeur au Département d'économie de Sciences Po a mené une étude pour étudier comment luttre contre ces "fakes news".

Lire la suite
Paul Claudel, diplomate à ses heures

Paul Claudel, diplomate à ses heures

Poète et dramaturge français, frère de la sculptrice Camille Claudel, membre de l’Académie française, Paul Claudel est un ancien élève de Sciences Po. Bien que son parcours étudiant fut en demi-teinte, les années qu’il passa à Sciences Po ont été déterminantes dans le choix de sa carrière diplomatique. Parallèlement à ses fonctions de consul, Claudel a écrit des poèmes, pièces et essais, loués pour leur lyrisme. Catholique fervent souvent controversé pour ses positions politiques très à droite, Paul Claudel fut un grand artiste symboliste. 

Lire la suite
Voix afghanes

Voix afghanes

Diplômée 2018 de l’École des affaires internationales de Sciences Po, Samina Ansari a choisi de s’engager pour son pays, l’Afghanistan. Devenue directrice exécutive du Centre pour les femmes à l’université américaine d’Afghanistan, elle encourage les femmes de son pays à créer des entreprises. Portrait vidéo d’une alumna engagée.

Lire la suite
Civiliser le capitalisme

Civiliser le capitalisme

Dans son dernier ouvrage, Civiliser le capitalisme (Fayard), Xavier Ragot, président de l’OFCE, propose de repenser le libéralisme économique afin de réduire l’insécurité économique et de défendre la démocratie. Parmi les solutions proposées, la mise en place d’une assurance chômage européenne, comme cela a été fait au niveau national avec les États-providence. Interview.

Lire la suite
Léo Ferré : du sale gosse de Sciences Po au Joli môme de l’Olympia

Léo Ferré : du sale gosse de Sciences Po au Joli môme de l’Olympia

Avant de devenir l’un des plus célèbres chanteurs français du 20ème siècle, Léo Ferré a usé ses pantalons sur les bancs de Sciences Po, dont il est sorti diplômé en 1939 (non sans péripéties). De la Péniche aux plus grandes scènes françaises, retour sur un parcours rempli d’insouciance et de maladresse.

Lire la suite