Paul Claudel, diplomate à ses heures

Poète et dramaturge français, frère de la sculptrice Camille Claudel, membre de l’Académie française, Paul Claudel est un ancien élève de Sciences Po. Bien que son parcours étudiant fut en demi-teinte, les années qu’il passa à Sciences Po ont été déterminantes dans le choix de sa carrière diplomatique. Parallèlement à ses fonctions de consul, Claudel a écrit des poèmes, pièces et essais, loués pour leur lyrisme. Catholique fervent souvent controversé pour ses positions politiques très à droite, Paul Claudel fut un grand artiste symboliste. 

Né le 6 août 1868 à Villeneuve-sur-Fère d’un père fonctionnaire et d’une mère issue d’une famille de fermiers et de prêtres, Paul Claudel a grandit dans l’Aisne jusqu’au déménagement de sa famille à Paris, en 1882. En 1885, il débute ses études à Sciences Po. Il n’a que rarement mentionné son passage à l’école, peut-être parce qu’il y fut un élève moyen. Inscrit en “section administrative”, il suit principalement des cours en droit public et en finances. Deux essais conservés dans son dossier étudiant dans les archives de Sciences Po montrent qu’il obtient tout juste la moyenne. Les commentaires de ses professeurs attestent des limites scolaires du jeune Paul : “Ne sait pas suffisamment bien” ou encore “Peut mieux faire”.

Reconnaissant volontiers son intelligence, ses professeurs sont cependant déçus par ses résultats. Paul Claudel obtient finalement son diplôme en 1888 avec une note très moyenne de 22,625 points, 20 étant le minimum pour décrocher le précieux sésame. 

Cependant, à bien d’autres égards, les années 1885-1888 furent très marquantes pour Paul Claudel. En juin 1886, il découvre Arthur Rimbaud et ses “Illuminations” qui vont avoir une influence majeure sur son travail littéraire. Le 25 décembre de la même année, il se convertit au catholicisme après avoir écouté un choeur dans la cathédrale Notre-Dame de Paris. Alors qu’il était plutôt athée dans sa jeunesse, la religion prend dès lors une place prépondérante dans sa vie. En 1886 également, il est publié pour la première fois. En 1887, enfin, il commence à fréquenter les mardis de Mallarmé.

Malgré ses piètres notes, Paul Claudel ne garde guère de griefs contre Sciences Po.  Après avoir obtenu son diplôme, il contribue même au journal interne de l’école et, plus tard, donne volontiers accès aux chercheurs à son dossier étudiant. Les raisons pour lesquelles il a choisi d’étudier à Sciences Po restent assez obscures : probable qu’il a choisi ces études pour suivre le modèle paternel et mener une carrière dans le service public. À cette époque, la formation à Sciences Po se déclinait en effet en 4 filières dont 3 préparaient aux concours de la fonction publique : Diplomatie, Économie et finance et Administration. Paul Claudel choisit cette dernière, ce qui peut laisser penser qu’il n’avait pas encore envisagé une carrière dans la diplomatie. De plus, bien que le français fut alors la langue officielle de la diplomatie, l’anglais était cependant important et la maîtrise de l’anglais de Paul Claudel laissait à désirer...

Lorsqu’il fait le choix d’une carrière diplomatique, ce n’est ni par vocation, ni par tradition. Dans ses “Mémoires improvisés”, il écrit qu’il aspire avant tout à fuir le poids familial. “Paris m’étouffait. La vie de famille m’étouffait. Je désirais avant tout me donner de l’air (...). Il fallait par conséquent que je trouve un métier qui soit une ouverture pour moi.” Il songea alors à devenir interprète et à s’inscrire à l’Institut des langues orientales, même s’il n'avait jamais vraiment montré de talent ou d’intérêt particulier pour les langues étrangères. 

Emile Boutmy, fondateur et alors directeur de Sciences Po le décourage de suivre cette voie et lui souffle de songer plutôt à la diplomatie. Claudel accepte et envoie, en décembre 1889 (plus d’un an après avoir reçu son diplôme), sa candidature à l’examen d’entrée prévu au mois de janvier suivant. Pour préparer  l’examen, il est aidé par un professeur - dont le nom reste inconnu -, dont Claudel décrit la formation comme assez rudimentaire. À sa grande surprise, il est reçu premier. En 1893, sa carrière dans la diplomatie débute avec un poste de vice-consul à New-York, suivi d’un poste à Boston. En 1895, il est nommé consul à Shanghai. 

En 1900, à l’âge de 32 ans, Paul Claudel cherche à mettre fin à sa carrière diplomatique et à rejoindre un monastère bénédictin en France, à Ligugé. Sa demande est rejetée mais il deviendra oblat quelques années plus tard pour cette même abbaye. Il prend par la suite un poste de consul en Chine, puis déménage à Prague, Francfort, Hambourg et, enfin, Rio de Janeiro. Il devient ambassadeur de France à Tokyo en 1922, puis à Washington en 1928 et, enfin, à Bruxelles, en 1933. Sa carrière dans la diplomatie s’achève en 1936.  
C’est alors qu’il s’installe définitivement en Isère, au Château de Brangues, dont il est propriétaire. Dès lors, l’écriture devient son activité principale. Le 4 avril 1946, il est élu membre de l’Académie française. Il meurt à Paris en 1955.  

Dates clés et principaux ouvrages

  • 1887 : L’Endormie
  • 1890-1901 : Tête d’or
  • 1910 : Cinq grandes odes
  • 1912 : L’Annonce fait à Marie
  • 1929 : Le Soulier de satin
  • 1946 : Élu à l’Académie française
  • 1947 : Diplôme honoraire de l’Université catholique de Louvain
  • 1951 : Grand-Croix de la Légion d’honneur

Sources

  • ALLAIN, Jérémie. “Paul Claudel à Sciences-Po”, Bulletin de la Société Paul Claudel, no. 177, 1er trim. (mars 2005).
  • Encyclopaedia Britannica

En savoir plus 

Abonnez-vous à nos newsletters

Leçons d’un semestre pas comme les autres

Leçons d’un semestre pas comme les autres

Les étudiants de l’année 2019/2020 viennent de clôturer une année académique à nulle autre pareille. Quel bilan tirer de cette expérience ? Comment s’est déroulée cette bascule en urgence pour les étudiants et les enseignants ? Le bilan que nous publions aujourd’hui montre un pari plutôt réussi pour la grande majorité d’entre eux. Et permet de tirer d’utiles leçons pour le semestre à venir. 

Lire la suite
Féminicides : cartographie d'une controverse

Féminicides : cartographie d'une controverse

En 2020, Auriane, Cassandre, Cloë, Fiona et Huifang, étudiantes en Master Communication, médias et industries créatives à l'École du Management et de l’Innovation de Sciences Po, ont cartographié les controverses autour des féminicides en France. Cette méthode pédagogique, créée par Bruno Latour, professeur émérite à Sciences Po, a pour but d’apprendre aux étudiants à se repérer dans l'univers de la recherche en sélectionnant une controverse sur laquelle ils accumulent une documentation complète qu’ils mettent en forme et publient sur un site web. Chaque thème devient alors une sorte de "parlement virtuel" aidant à la mise en politique des nouvelles "choses publiques". Elles racontent leur expérience.

Lire la suite
Et le prix du meilleur reportage est attribué à...

Et le prix du meilleur reportage est attribué à...

Bouclage en beauté pour les étudiants de l’École de journalisme de Sciences Po ! Sept d’entre eux ont été distingués par l'un des prix remis chaque année par des rédactions prestigieuses pour identifier leurs prochaines recrues ou récompenser des reportages et enquêtes de qualité, et 15 d'entre eux ont été invités à rejoindre les rédactions de TF1/LCI et France Télévisions. Alors que l’École s’apprête à accueillir une nouvelle promotion, présentation du palmarès 2020. 

Lire la suite
Peuplecratie : le nouveau populisme

Peuplecratie : le nouveau populisme

Les infos passent, les idées restent. Dans FOCUS, la série vidéo de Sciences Po, un chercheur ou un enseignant aborde son domaine sous un angle inattendu. En trois minutes, FOCUS offre une réflexion hors des sentiers battus sur les questions qui animent le débat public et propose des perspectives pour comprendre et pour agir.

Lire la suite
À l'écoute des campagnes

À l'écoute des campagnes

Fondée par des diplômés de l’Ecole urbaine, l’association La Traverse a pour mission d’accompagner les territoires ruraux dans leurs démarches de transition écologique et sociale. Pour étudier et diffuser les bonnes pratiques, cette association produit le podcast “Transitions en terrain connu”, qui met en valeur des stratégies territoriales ambitieuses. Elle a ainsi réalisé un “tour de France des territoires ruraux” dont elle vient de publier le bilan. À cette occasion, Alexia Beaujeux, une des fondatrices, témoigne. 

Lire la suite
L'innovation dans tous ses États

L'innovation dans tous ses États

Comment réinventer les prisons de demain ? Comment décarboner les Jeux olympiques de 2024 ? Comment rendre le patrimoine du Domaine de Chantilly accessible aux générations futures ? Voici quelques-unes des questions soulevées par l’Incubateur des politiques publiques, un programme destiné aux étudiants de master de l’École d’affaires publiques de Sciences Po.

Lire la suite
Voyage au coeur de la <em>start-up nation</em>

Voyage au coeur de la start-up nation

Après la Silicon Valley en 2017 et le MIT en 2019, le Centre pour l’Entrepreneuriat a organisé sa troisième Learning Expedition en Israël, pays équivalent en taille à un département français mais qui détient le record mondial du nombre de start-ups par habitant (1 pour 6000). Sur quoi repose ce “miracle entrepreneurial”, et quelles en sont ses limites ? Parmi les douze étudiants qui ont été sélectionnés pour prendre part à l’aventure, Loanne Guérin et Laura Salesse (respectivement en première et deuxième année du master Finance et Stratégie) témoignent. 

Lire la suite
Climat, santé : “La crise du Covid agit comme un révélateur”

Climat, santé : “La crise du Covid agit comme un révélateur”

Sophie Dubuisson-Quellier, directrice adjointe du Centre de Sociologie des Organisations, a rejoint à la fin de l’année 2019 le Haut conseil pour le climat. A l’occasion de la publication d’un rapport intitulé Climat, santé : mieux prévenir, mieux guérir - consacré aux enseignements à tirer de la crise sanitaire du Covid-19 et aux suites à donner pour atteindre nos objectifs vers la neutralité carbone - elle nous présente cet organisme et ses réflexions en cours.

Lire la suite
3 conseils pour devenir le photographe politique de l’année

3 conseils pour devenir le photographe politique de l’année

La quatrième édition du Prix de la Photographie Politique, ouvert à toutes et tous, se poursuit : vous avez jusqu'au 15 septembre pour envoyer vos images ! D'ici là, le jury nous rappelle qu’une bonne photographie politique n’est pas une question de sujet mais une affaire de regard - une façon d’observer ce monde parfois surprenant qui est le nôtre, au-delà des compétitions électorales et des manifestations de rue. Voici trois conseils pour ceux qui voudraient se lancer (en toute sécurité). 

Lire la suite