Paul Claudel, diplomate à ses heures

Poète et dramaturge français, frère de la sculptrice Camille Claudel, membre de l’Académie française, Paul Claudel est un ancien élève de Sciences Po. Bien que son parcours étudiant fut en demi-teinte, les années qu’il passa à Sciences Po ont été déterminantes dans le choix de sa carrière diplomatique. Parallèlement à ses fonctions de consul, Claudel a écrit des poèmes, pièces et essais, loués pour leur lyrisme. Catholique fervent souvent controversé pour ses positions politiques très à droite, Paul Claudel fut un grand artiste symboliste. 

Né le 6 août 1868 à Villeneuve-sur-Fère d’un père fonctionnaire et d’une mère issue d’une famille de fermiers et de prêtres, Paul Claudel a grandit dans l’Aisne jusqu’au déménagement de sa famille à Paris, en 1882. En 1885, il débute ses études à Sciences Po. Il n’a que rarement mentionné son passage à l’école, peut-être parce qu’il y fut un élève moyen. Inscrit en “section administrative”, il suit principalement des cours en droit public et en finances. Deux essais conservés dans son dossier étudiant dans les archives de Sciences Po montrent qu’il obtient tout juste la moyenne. Les commentaires de ses professeurs attestent des limites scolaires du jeune Paul : “Ne sait pas suffisamment bien” ou encore “Peut mieux faire”.

Reconnaissant volontiers son intelligence, ses professeurs sont cependant déçus par ses résultats. Paul Claudel obtient finalement son diplôme en 1888 avec une note très moyenne de 22,625 points, 20 étant le minimum pour décrocher le précieux sésame. 

Cependant, à bien d’autres égards, les années 1885-1888 furent très marquantes pour Paul Claudel. En juin 1886, il découvre Arthur Rimbaud et ses “Illuminations” qui vont avoir une influence majeure sur son travail littéraire. Le 25 décembre de la même année, il se convertit au catholicisme après avoir écouté un choeur dans la cathédrale Notre-Dame de Paris. Alors qu’il était plutôt athée dans sa jeunesse, la religion prend dès lors une place prépondérante dans sa vie. En 1886 également, il est publié pour la première fois. En 1887, enfin, il commence à fréquenter les mardis de Mallarmé.

Malgré ses piètres notes, Paul Claudel ne garde guère de griefs contre Sciences Po.  Après avoir obtenu son diplôme, il contribue même au journal interne de l’école et, plus tard, donne volontiers accès aux chercheurs à son dossier étudiant. Les raisons pour lesquelles il a choisi d’étudier à Sciences Po restent assez obscures : probable qu’il a choisi ces études pour suivre le modèle paternel et mener une carrière dans le service public. À cette époque, la formation à Sciences Po se déclinait en effet en 4 filières dont 3 préparaient aux concours de la fonction publique : Diplomatie, Économie et finance et Administration. Paul Claudel choisit cette dernière, ce qui peut laisser penser qu’il n’avait pas encore envisagé une carrière dans la diplomatie. De plus, bien que le français fut alors la langue officielle de la diplomatie, l’anglais était cependant important et la maîtrise de l’anglais de Paul Claudel laissait à désirer...

Lorsqu’il fait le choix d’une carrière diplomatique, ce n’est ni par vocation, ni par tradition. Dans ses “Mémoires improvisés”, il écrit qu’il aspire avant tout à fuir le poids familial. “Paris m’étouffait. La vie de famille m’étouffait. Je désirais avant tout me donner de l’air (...). Il fallait par conséquent que je trouve un métier qui soit une ouverture pour moi.” Il songea alors à devenir interprète et à s’inscrire à l’Institut des langues orientales, même s’il n'avait jamais vraiment montré de talent ou d’intérêt particulier pour les langues étrangères. 

Emile Boutmy, fondateur et alors directeur de Sciences Po le décourage de suivre cette voie et lui souffle de songer plutôt à la diplomatie. Claudel accepte et envoie, en décembre 1889 (plus d’un an après avoir reçu son diplôme), sa candidature à l’examen d’entrée prévu au mois de janvier suivant. Pour préparer  l’examen, il est aidé par un professeur - dont le nom reste inconnu -, dont Claudel décrit la formation comme assez rudimentaire. À sa grande surprise, il est reçu premier. En 1893, sa carrière dans la diplomatie débute avec un poste de vice-consul à New-York, suivi d’un poste à Boston. En 1895, il est nommé consul à Shanghai. 

En 1900, à l’âge de 32 ans, Paul Claudel cherche à mettre fin à sa carrière diplomatique et à rejoindre un monastère bénédictin en France, à Ligugé. Sa demande est rejetée mais il deviendra oblat quelques années plus tard pour cette même abbaye. Il prend par la suite un poste de consul en Chine, puis déménage à Prague, Francfort, Hambourg et, enfin, Rio de Janeiro. Il devient ambassadeur de France à Tokyo en 1922, puis à Washington en 1928 et, enfin, à Bruxelles, en 1933. Sa carrière dans la diplomatie s’achève en 1936.  
C’est alors qu’il s’installe définitivement en Isère, au Château de Brangues, dont il est propriétaire. Dès lors, l’écriture devient son activité principale. Le 4 avril 1946, il est élu membre de l’Académie française. Il meurt à Paris en 1955.  

Dates clés et principaux ouvrages

  • 1887 : L’Endormie
  • 1890-1901 : Tête d’or
  • 1910 : Cinq grandes odes
  • 1912 : L’Annonce fait à Marie
  • 1929 : Le Soulier de satin
  • 1946 : Élu à l’Académie française
  • 1947 : Diplôme honoraire de l’Université catholique de Louvain
  • 1951 : Grand-Croix de la Légion d’honneur

Sources

  • ALLAIN, Jérémie. “Paul Claudel à Sciences-Po”, Bulletin de la Société Paul Claudel, no. 177, 1er trim. (mars 2005).
  • Encyclopaedia Britannica

En savoir plus 

Abonnez-vous à nos newsletters

Hommage à Peter Awn, l’homme qui a relié Sciences Po et Columbia

Hommage à Peter Awn, l’homme qui a relié Sciences Po et Columbia

Un homme plein d’énergie, excentrique, intelligent, non-conventionnel, brillant, passionné...Les amis et anciens élèves n’ont pas suffisamment d’adjectifs pour décrire Peter J. Awn, ancien Doyen des General Studies à l’Université Columbia, disparu il y a quelques mois et à l'origine du rapprochement entre Sciences Po et Columbia. Le campus de Sciences Po à Reims lui rendait hommage le 4 septembre dernier, en donnant son nom à sa bibliothèque. 

Lire la suite
Que fait le monde académique pour le climat ?

Que fait le monde académique pour le climat ?

Par Stéphane Grumbach - Le pouvoir politique a souvent fait appel à la communauté scientifique pour répondre aux défis majeurs, notamment en période de conflit. Le projet Manhattan en est la meilleure illustration : pendant la Seconde Guerre mondiale, les Américains ont mobilisé les scientifiques les plus éminents – et les plus opposés à l’usage de la bombe atomique – pour devancer l’Allemagne nazie dans la fabrication de cette arme. Sous la direction du général de Gaulle en France, ou celle de Deng Xiaoping en Chine, l’objectif de reconstruction de la « grandeur nationale » aura été le moteur d’une politique scientifique ambitieuse. Qu'en est-il face à l'urgence climatique ?

Lire la suite
Liberté pour Fariba Adelkhah

Liberté pour Fariba Adelkhah

Notre collègue et amie Fariba Adelkhah, directrice de recherche au Centre de recherches internationales (CERI) de Sciences Po depuis 1993, spécialiste de la société iranienne, a été arrêtée en Iran au début du mois de juin 2019.

Lire la suite
“En journalisme, la neutralité n’existe pas, l’honnêteté, si !”

“En journalisme, la neutralité n’existe pas, l’honnêteté, si !”

“Elle représente ce qu’il y a de meilleur et d’indestructible dans le métier de journaliste” : c’est ainsi que le doyen Bruno Patino a présenté Marion Van Renterghem, invitée de rentrée de l’École de journalisme de Sciences Po. “Prendre le temps de traîner”, parler une “langue claire et belle”, “cultiver l’honnêté et la religion du fait” : tels sont les conseils de la journaliste pour suivre cette vocation “un peu folle” dans un monde qui aime détester la presse.

Lire la suite
L’Amazonie en proie aux incendies… et aux calculs politiques

L’Amazonie en proie aux incendies… et aux calculs politiques

Par Laurie Servières, doctorante à Sciences Po - Le 19 août dernier, un épais nuage de fumée plonge São Paulo dans l’obscurité. Il est 15h, le Brésil se réveille : l’Amazonie est en feu. La nouvelle, à l’inverse des flammes, peine pourtant à se propager, alors que les incendies durent déjà depuis plusieurs semaines dans le nord et la région centre-ouest du Brésil.

Lire la suite

"Réinventer l'économie de marché"

Dans un programme de rentrée axé sur la crise climatique, Emmanuelle Wargon était l'invitée le 30 août de l'École d'affaires publiques de Sciences Po. La secrétaire d'État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire a plaidé pour une "transformation très profonde" de nos modes de production et de consommation. Son interview en vidéo.

Lire la suite
“CO2 ou PIB, il faut choisir”

“CO2 ou PIB, il faut choisir”

Précis, véhément et volontiers iconoclaste, l'ingénieur et spécialiste du climat Jean-Marc Jancovici a délivré aux étudiants de deuxième année une leçon en forme de démonstration sur l’inéluctable fin de l’âge d’or énergétique. En la matière, point de compromis possible : décarboner l’économie, c’est aussi en finir avec la course éperdue à la croissance. Retour sur les points-clés d’une démonstration salutaire, à revoir en intégralité.

Lire la suite
“Ce n’est plus une question d’écologie, mais de civilisation”

“Ce n’est plus une question d’écologie, mais de civilisation”

“Inclassable et indispensable” : c’est ainsi qu’Olivier Duhamel accueillait Bruno Latour à la tribune de l’amphithéâtre Boutmy. Le philosophe et anthropologue a délivré sur la crise environnementale une leçon de rentrée impressionnante à tous les sens du terme. Comment mesurer ce changement de civilisation qui nous dépasse, et comment s’y orienter ? Retour sur un des moments clés de cette rentrée placée sous le signe du climat. 

Lire la suite
La Terre, invitée vedette de la rentrée

La Terre, invitée vedette de la rentrée

C’est parti pour deux semaines intenses de rentrée à Sciences Po. Premiers pas pour certains, retrouvailles pour d’autres, ce moment est un temps fort marqué par les différentes rentrées solennelles et leurs intervenants, sur tous nos campus du Collège universitaire (1er cycle) et dans les 7 écoles de second cycle. Un programme 2019 qui s’articule autour d’un thème central : le futur de la planète. Tous les détails à retrouver ci-dessous.

Lire la suite
Enseigner l’écriture

Enseigner l’écriture

Après Kamel Daoud, Marie Darrieussecq sera la prochaine titulaire de la chaire d’écrivain en résidence de Sciences Po. L’auteure et psychanalyste, lauréate du prix Médicis pour Il faut beaucoup aimer les hommes, débutera ses enseignements auprès des étudiants de Sciences Po à la rentrée 2019.  

Lire la suite