Paul Claudel, diplomate à ses heures

Poète et dramaturge français, frère de la sculptrice Camille Claudel, membre de l’Académie française, Paul Claudel est un ancien élève de Sciences Po. Bien que son parcours étudiant fut en demi-teinte, les années qu’il passa à Sciences Po ont été déterminantes dans le choix de sa carrière diplomatique. Parallèlement à ses fonctions de consul, Claudel a écrit des poèmes, pièces et essais, loués pour leur lyrisme. Catholique fervent souvent controversé pour ses positions politiques très à droite, Paul Claudel fut un grand artiste symboliste. 

Né le 6 août 1868 à Villeneuve-sur-Fère d’un père fonctionnaire et d’une mère issue d’une famille de fermiers et de prêtres, Paul Claudel a grandit dans l’Aisne jusqu’au déménagement de sa famille à Paris, en 1882. En 1885, il débute ses études à Sciences Po. Il n’a que rarement mentionné son passage à l’école, peut-être parce qu’il y fut un élève moyen. Inscrit en “section administrative”, il suit principalement des cours en droit public et en finances. Deux essais conservés dans son dossier étudiant dans les archives de Sciences Po montrent qu’il obtient tout juste la moyenne. Les commentaires de ses professeurs attestent des limites scolaires du jeune Paul : “Ne sait pas suffisamment bien” ou encore “Peut mieux faire”.

Reconnaissant volontiers son intelligence, ses professeurs sont cependant déçus par ses résultats. Paul Claudel obtient finalement son diplôme en 1888 avec une note très moyenne de 22,625 points, 20 étant le minimum pour décrocher le précieux sésame. 

Cependant, à bien d’autres égards, les années 1885-1888 furent très marquantes pour Paul Claudel. En juin 1886, il découvre Arthur Rimbaud et ses “Illuminations” qui vont avoir une influence majeure sur son travail littéraire. Le 25 décembre de la même année, il se convertit au catholicisme après avoir écouté un choeur dans la cathédrale Notre-Dame de Paris. Alors qu’il était plutôt athée dans sa jeunesse, la religion prend dès lors une place prépondérante dans sa vie. En 1886 également, il est publié pour la première fois. En 1887, enfin, il commence à fréquenter les mardis de Mallarmé.

Malgré ses piètres notes, Paul Claudel ne garde guère de griefs contre Sciences Po.  Après avoir obtenu son diplôme, il contribue même au journal interne de l’école et, plus tard, donne volontiers accès aux chercheurs à son dossier étudiant. Les raisons pour lesquelles il a choisi d’étudier à Sciences Po restent assez obscures : probable qu’il a choisi ces études pour suivre le modèle paternel et mener une carrière dans le service public. À cette époque, la formation à Sciences Po se déclinait en effet en 4 filières dont 3 préparaient aux concours de la fonction publique : Diplomatie, Économie et finance et Administration. Paul Claudel choisit cette dernière, ce qui peut laisser penser qu’il n’avait pas encore envisagé une carrière dans la diplomatie. De plus, bien que le français fut alors la langue officielle de la diplomatie, l’anglais était cependant important et la maîtrise de l’anglais de Paul Claudel laissait à désirer...

Lorsqu’il fait le choix d’une carrière diplomatique, ce n’est ni par vocation, ni par tradition. Dans ses “Mémoires improvisés”, il écrit qu’il aspire avant tout à fuir le poids familial. “Paris m’étouffait. La vie de famille m’étouffait. Je désirais avant tout me donner de l’air (...). Il fallait par conséquent que je trouve un métier qui soit une ouverture pour moi.” Il songea alors à devenir interprète et à s’inscrire à l’Institut des langues orientales, même s’il n'avait jamais vraiment montré de talent ou d’intérêt particulier pour les langues étrangères. 

Emile Boutmy, fondateur et alors directeur de Sciences Po le décourage de suivre cette voie et lui souffle de songer plutôt à la diplomatie. Claudel accepte et envoie, en décembre 1889 (plus d’un an après avoir reçu son diplôme), sa candidature à l’examen d’entrée prévu au mois de janvier suivant. Pour préparer  l’examen, il est aidé par un professeur - dont le nom reste inconnu -, dont Claudel décrit la formation comme assez rudimentaire. À sa grande surprise, il est reçu premier. En 1893, sa carrière dans la diplomatie débute avec un poste de vice-consul à New-York, suivi d’un poste à Boston. En 1895, il est nommé consul à Shanghai. 

En 1900, à l’âge de 32 ans, Paul Claudel cherche à mettre fin à sa carrière diplomatique et à rejoindre un monastère bénédictin en France, à Ligugé. Sa demande est rejetée mais il deviendra oblat quelques années plus tard pour cette même abbaye. Il prend par la suite un poste de consul en Chine, puis déménage à Prague, Francfort, Hambourg et, enfin, Rio de Janeiro. Il devient ambassadeur de France à Tokyo en 1922, puis à Washington en 1928 et, enfin, à Bruxelles, en 1933. Sa carrière dans la diplomatie s’achève en 1936.  
C’est alors qu’il s’installe définitivement en Isère, au Château de Brangues, dont il est propriétaire. Dès lors, l’écriture devient son activité principale. Le 4 avril 1946, il est élu membre de l’Académie française. Il meurt à Paris en 1955.  

Dates clés et principaux ouvrages

  • 1887 : L’Endormie
  • 1890-1901 : Tête d’or
  • 1910 : Cinq grandes odes
  • 1912 : L’Annonce fait à Marie
  • 1929 : Le Soulier de satin
  • 1946 : Élu à l’Académie française
  • 1947 : Diplôme honoraire de l’Université catholique de Louvain
  • 1951 : Grand-Croix de la Légion d’honneur

Sources

  • ALLAIN, Jérémie. “Paul Claudel à Sciences-Po”, Bulletin de la Société Paul Claudel, no. 177, 1er trim. (mars 2005).
  • Encyclopaedia Britannica

En savoir plus 

Abonnez-vous à nos newsletters

“La première élection vraiment européenne”

“La première élection vraiment européenne”

Brexit, changement de mode de scrutin, montée des populismes… Autant d’enjeux inédits pour ces élections européennes. “Ce sont les élections des premières fois”, souligne Enrico Letta, ancien Premier ministre d’Italie et doyen de l’École des affaires internationales de Sciences Po. À l’occasion du scrutin européen, Sciences Po organise ce dimanche 26 mai une soirée de commentaires et d’analyses des résultats du scrutin dans son emblématique théâtre Boutmy avec les meilleurs experts. Elle est ouverte à tous. Venez nombreux !

Lire la suite
Urgence climatique : ne pas sur-responsabiliser les individus

Urgence climatique : ne pas sur-responsabiliser les individus

Par Sophie Dubuisson - Quellier (CSO - Sciences Po) et Solange Martin (ADEME). Dans le contexte de la lutte contre le dérèglement climatique, les interventions publiques ciblent aujourd’hui les individus. Il s’agit d’encourager certaines pratiques – prendre les transports en commun, manger des fruits de saison – et d’en décourager d’autres – laisser ses appareils en veille ou renouveler trop fréquemment ses vêtements.

Lire la suite
L’éthique du hacker

L’éthique du hacker

Les révolutions commencent souvent par des histoires, des colères ou des frustrations a priori insignifiantes, anecdotiques. C’est le cas de la culture dite libre qui est probablement un des développements démocratiques les plus importants du numérique et dont l’origine n’a tenu qu’à un problème d’impression !

Lire la suite
Générations Erasmus

Générations Erasmus

Au sein de Sciences Po, l’association “Jeunes Européens” est mobilisée depuis plusieurs mois pour susciter l’intérêt sur les questions européennes et encourager les étudiants à aller voter. Europhiles, certes, mais pas non plus dénués de sens critique sur les blocages européens, ces étudiants attendent avec une pointe d’anxiété les résultats du 26 mai qui pourraient changer la couleur politique de l’Union. Entretien avec Maria Popczyk, présidente des Jeunes Européens - Sciences Po. 

Lire la suite
Pour qui voter aux européennes ?

Pour qui voter aux européennes ?

Déjà menacées par une abstention record, les élections européennes du 26 mai laissent beaucoup d’électeurs perplexes face aux 34 listes et à la complexité des enjeux. Après le succès de La Boussole présidentielle® en 2017, le Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof), en partenariat avec 20 Minutes et Ouest France, réédite son outil d’aide à la décision avant le scrutin. Explications par Thomas Vitiello, chercheur associé au Cevipof et directeur scientifique de La Boussole européenne®.

Lire la suite
Charisme politique : comment incarner l’Union ?

Charisme politique : comment incarner l’Union ?

Dans ses travaux sur l’État et la bureaucratie modernes de 1921, l’universitaire Max Weber distingue trois sources de légitimité politique : son caractère traditionnel, bureaucratique ou charismatique. Dès ses origines, l’Union européenne a fondé sa légitimité sur la nature rationnelle de son administration bureaucratique (1). Face à la critique du déficit démocratique, l’Union européenne s’est parfois dotée de leaders charismatiques qui ont cherché à incarner l’Europe ; mais cet effort s’est souvent heurté aux réticences des États membres, soucieux de préserver leur leadership dans la construction européenne.

Lire la suite
Ces nationalistes attachés à l'Europe

Ces nationalistes attachés à l'Europe

Par Sylvain Kahn (Centre d'histoire). Ceux que l’on appelle les nationalistes défendent leur nation comme étant un principe sensé qui régit tout. La plupart d’entre eux ne semblent pas être opposés à une construction européenne. Cependant, la nuance est de mise : les nationalistes ne sont pas non plus pour un approfondissement de cette construction.

Lire la suite
Candidats en 1ère année : 5 idées reçues sur les oraux

Candidats en 1ère année : 5 idées reçues sur les oraux

En train de préparer les oraux d'admission à Sciences Po ? La deuxième quinzaine du mois de mai 2019, tous les candidats admissibles au Collège universitaire (1er cycle) de Sciences Po sont invités à un entretien. Une épreuve parfois stressante qui génère son lot d’idées reçues : voici quelques conseils pour se débarrasser des clichés et aborder ce dernier round avec le maximum de sérénité.

Lire la suite
Climat : est-il déjà trop tard ?

Climat : est-il déjà trop tard ?

On parle sans cesse du changement climatique mais comment joindre les actes à la parole ? Sébastien Treyer directeur général de l’Institut du développement durable et des relations internationales, l’IDDRI, explique le rôle de chacun dans la bataille pour sauver la planète. 

Lire la suite
Que reste-t-il des internationales ouvrières ?

Que reste-t-il des internationales ouvrières ?

Qui se souvient que les syndicats ouvriers furent longtemps organisés à l’échelle internationale et ce, bien avant les mondes de l’entreprise ou de la finance ? Dans son ouvrage La Lutte et l’Entraide. L’âge des solidarités ouvrières, l’historien Nicolas Delalande revient sur les “internationales”, ces mouvements ouvriers solidaires et transnationaux qui furent incontournables pendant près d’un siècle, avant de connaître une lente érosion au tournant des années 70.

Lire la suite