"Montrer la révolution entrepreneuriale au féminin"

Diplômée du master en communication de Sciences Po, Nora Poggi est la réalisatrice du film documentaire « She Started It ». Projeté plus de 300 fois, entre autres aux universités de Harvard, de Columbia, de Yale… mais aussi à la Banque Mondiale, à Disney, ou encore chez Google et dans de nombreux festivals, ce film suit le parcours de cinq jeunes femmes qui ont lancé leur start-up dans la Silicon Valley. Interview avec la réalisatrice à l’occasion d’une conférence à Sciences Po.

Qu’est-ce qui vous a amené à réaliser un documentaire sur les femmes entrepreneures ?

Ma coproductrice Insiyah Saeed et moi avons commencé la réalisation de ce documentaire au printemps 2013. Je couvrais l’industrie des nouvelles technologies en tant que journaliste et j’ai remarqué le manque de femmes dans ce milieu. Un jour, j’ai  participé à une conférence organisée par « Women 2.0 » et j’y ai découvert des femmes entrepreneures à succès dont je n’avais jamais entendu parler. J’ai alors pensé : pourquoi leurs histoires ne sont-elles pas dans les médias ? Aujourd’hui, les femmes ne représentent que 9 % des fondateurs d’entreprises à forte croissance, et 96 % des investisseurs sont des hommes qui contrôlent la majorité des fonds. Nous avons donc décidé de raconter les histoires de femmes commençant à construire leurs propres entreprises pour mettre en valeur cette révolution entrepreneuriale. Nous avons suivi cinq jeunes femmes à travers les hauts et les bas de leur parcours entrepreneurial. Nous voulons que des filles regardent ce film pour qu’elles sachent qu’elles peuvent prendre des risques, que l’échec n’est pas un problème et que cela vaut la peine de s’investir avec passion.

Sciences Po est une université qui prête une vraie attention à l’étude des genres. Diriez-vous que vos études à Sciences Po ont suscité votre intérêt pour l’entrepreneuriat féminin ?  

Mes études en communication  à l’École du management et de l’innovation de Sciences Po ont été un excellent tremplin pour travailler dans la création et les médias. Ce fut surtout ma découverte des créatrices d’entreprises à San Francisco qui m’a amenée à m’intéresser à l’entrepreneuriat féminin, même si j’ai toujours été particulièrement intéressée par les questions d’égalité femmes-hommes, y compris durant mes années passées à Sciences Po, où d’incroyables professeurs m’ont donné les outils qui m’ont conduit là où je suis aujourd’hui.

Bande-annonce officielle de "She Started It" :

À l’occasion d’une conférence à Sciences Po en 2014, Sheryl Sandberg a dit que les femmes souffraient de la “tyrannie des faibles attentes”. Vous avez interviewé de nombreuses femmes entrepreneures lors de la réalisation de votre documentaire. De votre point de vue, quel a été l’obstacle le plus commun surmonté par ces femmes ?

Les études montrent que les filles abandonnent en maths et sciences lorsqu’elles ont une mauvaise note à l’école, mais pas les garçons. La peur de l’échec frappe davantage les filles, ce qui les empêche de poursuivre leurs rêves. Les femmes que nous avons interviewées ont toutes une chose en commun : elles croyaient en elles suffisamment pour dépasser  leurs doutes, cette petite voix qui se demande : “Suis-je à la hauteur ? “. Elles ont appris à construire leur confiance en elles-mêmes et leur famille, leurs amis ou leurs mentors ont contribué à les soutenir. Pour tout entrepreneur, il est crucial de développer son réseau de soutiens. Que ce soit localement, au sein de sa communauté, ou bien à l’extérieur, chacun peut se lancer, mais il faut le soutien de personnes qui partagent la même manière de penser et l’appui de gens prêts à vous suivre.

Quels leviers peut-on actionner pour faire évoluer les choses ?

Il est nécessaire que notre société change et que nous luttions contre les barrières structurelles qui empêchent les femmes et les filles de suivre leurs ambitions. Il y a un manque de ressources, de modèles, de mentors, pour soutenir spécifiquement les projets d’entreprise des femmes, tout comme ceux des personnes de couleurs, LGBTQ, en situation de handicap, etc. Nous devons diversifier l’ensemble de l’écosystème et la communauté des investisseurs, et également se battre contre les normes culturelles et les médias qui nous montrent une perspective très étroite de l’entrepreneuriat. C’est ce à quoi je m’attaque avec « She Started It ».

En savoir plus :

Pour aller plus loin :

Abonnez-vous à notre newsletter

Vers un nouveau modèle économique

Vers un nouveau modèle économique

Le 3 décembre dernier, Sciences Po recevait la conférence "New Prosperities". Dirigeants d’entreprises, investisseurs, universitaires français et internationaux ont échangé sur les responsabilités des entreprises pour transformer le modèle de croissance. Retour en vidéo sur les principales idées échangées au cours de cette journée.

Lire la suite
Pour un réveil écologique : quand les étudiants s'engagent

Pour un réveil écologique : quand les étudiants s'engagent

Lancé en septembre 2018, le Manifeste Étudiant pour un Réveil Écologique a été signé par près de 30 000 étudiants provenant de plus de 400 établissements d’enseignement supérieur en France. Le collectif "Pour un réveil écologique" s'est constitué pour prolonger cette dynamique et inscrire ce besoin d'agir dans les faits. Membres de l'équipe permanente, Théo Miloche et Claire Egnell, tous deux étudiants en master à Sciences Po, expliquent pourquoi ils se sont engagés, et ce qu'ils ont accompli. 

Lire la suite
Serge Hurtig, 1927 - 2019

Serge Hurtig, 1927 - 2019

Secrétaire général de la FNSP durant trois décennies, Serge Hurtig a contribué à internationaliser Sciences Po et la science politique française. Portrait d'une personnalité majeure de l’histoire de notre établissement.

Lire la suite
Comment concilier Noël et souci écologique ?

Comment concilier Noël et souci écologique ?

À Noël, le risque de surconsommation est grand... mais n'est pas une fatalité. Acheter en vrac des produits locaux et bio, faire son cadeau soi-même ou encore recycler ses textiles en guise d'emballage : à l'approche des fêtes de fin d'année, Sciences Po Environnement livre ses conseils pour un Noël durable et zéro déchet, et les met en pratique à l'occasion d'ateliers organisés dans plusieurs campus..

Lire la suite
Sciences + Sciences Po : une double licence inédite

Sciences + Sciences Po : une double licence inédite

Dès la rentrée universitaire 2020, une nouvelle double licence interdisciplinaire, le Bachelor of Arts and Sciences (BASc), sera proposée aux étudiants de première année, en partenariat avec des établissements universitaires français. Ce double cursus en quatre ans associe sciences et sciences humaines et sociales pour apprendre à penser et agir face aux défis de notre siècle. Les deux premiers parcours ciblent en particulier celui de la transition écologique. 

Lire la suite
Chronique d'une démocratie fragmentée

Chronique d'une démocratie fragmentée

Pour conclure une année marquée par les soubresauts politiques, Pascal Perrineau revient dans son nouvel ouvrage, Le grand écart. Chronique d'une démocratie fragmentée, sur les trois registres démocratiques ayant façonné tour à tour l'année 2019 : la démocratie directe des gilets jaunes, celle participative du grand débat national et celle représentative issue des urnes lors des élections européennes. Une démocratie en trois scènes, qui semble plus fragmentée et conflictuelle qu'auparavant.

Lire la suite
Sciences Po lance la chaire

Sciences Po lance la chaire "Dette souveraine"

Penser le financement souverain et la soutenabilité de la dette : voilà l'ambition de la nouvelle chaire, portée par l'École des affaires internationales de Sciences Po (PSIA). En associant praticiens de la dette et universitaires de renom, cette chaire vise à devenir un lieu de référence international sur cette question.

Lire la suite
Quelle sera la&nbspcouleur de la COP 25 ?

Quelle sera la couleur de la COP 25 ?

Quelle sera la couleur de la COP 25 qui se déroulera à Madrid du 2 au 13 décembre 2019 sous la présidence du Chili ? Elle était annoncée bleue comme l’océan (Blue COP) par la présidence chilienne. À Madrid, au-delà des écosystèmes marins, l’ensemble de la biodiversité tant terrestre que marine devrait occuper une place de choix. Bien plus qu’une simple coloration, cette COP devrait constituer une étape majeure dans l’identification de capacités d’action conjointe pour le climat et pour la biodiversité.

Lire la suite