Les multiples trajectoires des printemps arabes

Printemps 2011. Le monde arabe est secoué par des mouvements contestataires. Rapidement, certains “Printemps” se transforment en cauchemars, d’autres donnent naissance à des régimes démocratiques, d’autres encore tournent court. Pourquoi des trajectoires si différentes ? Entretien avec Eberhard Kienle, directeur de recherche au CERI, ancien directeur de l’Institut français du Proche-Orient et auteur de “The Arab Uprisings. Transforming and Challenging State Power”.

En partant du constat que depuis leurs printemps, les pays arabes ont connu des trajectoires très différentes, vous avez cherché à en expliquer le pourquoi…

On peut en effet distinguer plusieurs trajectoires depuis le début de la contestation en 2010 et 2011. Dans certains États, la contestation était limitée et les gouvernants ont réussi à y mettre fin assez rapidement, soit par une répression “tempérée”, soit par des mesures d’apaisement, elles-mêmes assez limitées. C’est par exemple le cas du Maroc, de la Jordanie ou, encore de l'Arabie saoudite. On y a, par exemple, augmenté les salaires des fonctionnaires, créé de nouveaux emplois dans l’administration, ou révisé la constitution à la marge. Dans d’autres États, la contestation a été plus importante et a duré plus longtemps. En Tunisie, elle a débouché sur la chute du président Ben Ali et une transition vers la démocratie encore fragile aujourd’hui. En Libye, la chute de Kadhafi a conduit à l'émergence de groupes armés, voire de gouvernements,  en concurrence les uns avec les autres et qui s'affrontent violemment. En Syrie, enfin, le président Assad a, à ce jour, survécu à la contestation, mais là aussi au prix d’une guerre civile avec des pouvoirs concurrents qui contrôlent en partie le pays. La trajectoire de chaque État s’est donc montrée tributaire non seulement de l'intensité et des formes de la contestation, mais aussi de la réponse des gouvernants qui pouvait les consolider ou les affaiblir.

Le distinguo à faire entre État et régime semble fondamental dans vos analyses...

Oui, il est clair que dans chaque pays, la contestation et la réaction des gouvernants reflètent l’histoire de l’État et celle du régime politique et que les événements ont affecté soit l’un, soit l’autre, et parfois les deux. Par régime politique, on entend grosso modo l’organisation des rapports de pouvoir entre les gouvernants et les gouvernés, y compris l’influence que ces derniers peuvent ou non avoir sur la sélection des premiers. Autrement dit, ce sont les institutions et les pratiques qui permettent aux gouvernants de s’imposer aux gouvernés et, le cas échéant, aux gouvernés de limiter le pouvoir des gouvernants. C’est ce qui s’exprime par les qualificatifs de régime autoritaire, régimes démocratique ou hybride - ces derniers occupant une zone grise entre les deux premiers. Mais si tout État est doté d’un régime politique, le régime politique ne résume pas l'État. Pour qu’il y ait État, il faut évidemment que le régime politique, et donc le pouvoir central, puisse s’imposer à un territoire et une population donnés. Dans la plupart des cas, il y réussit parce qu’il jouit du monopole des forces de coercition, au moins dans le sens qu’il peut faire plier les contre-pouvoirs. Pourtant, il faut également que cette entité géographique, démographique et politique soit dotée d’institutions comme des administrations et des lois  tout en étant façonnées par les gouvernants, organisent la vie en commun au-delà des relations directes que ceux-ci entretiennent avec les gouvernés. À titre d’exemple citons les régimes de retraite, l'aménagement du territoire ou le code de la route. L’État est d’autant plus solide que l’établissement d’un nouveau régime politique, par exemple par une révolution, n’affecte pas ses frontières extérieures et la composition démographique de sa population.

Vous distinguez une première catégorie de pays dont ni les États  ni les régimes n’ont été sérieusement affectés. Quels sont-ils ? Pourquoi et comment ont-ils réussi à se protéger ?

Dans cette première catégorie on trouve par exemple le Maroc et la Jordanie, où la contestation était faible et la réponse des gouvernants relativement mesurée. En Jordanie, par exemple, la police a, à un moment, distribué des bouteilles d’eau minérale aux manifestants… On y trouve également l’Arabie saoudite où la contestation a vite été réprimée et enrayée. Dans les trois cas, les gouvernants sont aujourd'hui les mêmes qu’avant la contestation, ou ont évolué, mais pour des raisons autres que la contestation. Quoiqu’il en soit, dans ces pays, le territoire et la population sur lesquels ils exercent leur pouvoir sont restés les mêmes. Ce qui s’est passé aussi, c’est une sorte de remise à niveau de l’autoritarisme, – souvent désigné par le terme “authoritarian upgrading”. Cela désigne des régimes qui, tout en restant autoritaires, ont rénové leur façade. Au Maroc, par exemple, le roi Mohammed VI a décrété une nouvelle constitution mais in fine celle-ci ne touche pas à ses pouvoirs qui restent très étendus.

Vous distinguez aussi les évolutions qu’ont connu la Tunisie et l'Égypte qui, malgré des troubles importants et la chute du régime en Tunisie, se distinguent par le fait que les États sont restés en place….

La Tunisie et l’Égypte illustrent le cas de figure où le régime politique disparaît sans que l’État ne s'écroule. Comparé à la plupart des autres États arabes, il s’agit de deux États assez anciens qui remontent pour la Tunisie, au milieu du XVIIIe siècle, et pour l’Égypte, à 1805. Depuis leurs origines, ces États ont vu se succéder plusieurs régimes politiques, des régimes qui, certes, les ont formés et façonnés, mais dont la disparition n’a jamais entraîné la disparition de l’État. Ni l’occupation française ou britannique, ni le passage de la monarchie à la république après l'indépendance ne les a détruits.   

Selon vous, les trajectoires dramatiques de la Syrie, de la Libye et du Yémen se caractérisent par l'effondrement concomitant des États et des régimes. Ces déroutes étaient-elles inscrites dans leur acte de naissance ?

Dans les trois cas, et dans ceux du Liban et de l’Irak, il s’agit d'États assez jeunes, ce qui évidemment ne veut pas dire que leurs espaces et leurs populations n’ont pas une longue histoire. La Syrie, par exemple, a été créée comme entité politique par les vainqueurs de la Première Guerre mondiale, laquelle avait entraîné en 1918 la désagrégation de l’Empire ottoman. Elle est donc bien plus “jeune” que l’Égypte ou la Tunisie. Ce qui compte ici, ce n’est pas tant l'accès définitif à l'indépendance politique qui, en Syrie comme en Tunisie et en Égypte, intervient au moment de la décolonisation après la Seconde Guerre Mondiale. Ce qui compte, c’est plutôt l’émergence ou la création d’une entité politique distincte en termes de territoire, population et pouvoir central. Créés à un moment tardif, ces nouveaux États n’ont eu ni les moyens, ni le temps, pour établir et consolider les institutions nécessaires et moins encore de se transformer en ce qu’on appelle des nations, c’est-à-dire des communautés de destin qui commandent la loyauté et la solidarité de leurs ressortissants. Par conséquent, des solidarités fondées sur des critères religieux, linguistiques, régionaux, familiaux... sont restés bien plus forts que dans les États historiquement consolidés comme la France ou même la Tunisie, bien que là aussi ces autres solidarités n’aient pas disparu. En tous cas, c’est dans des périodes de crise que ces autres solidarités se renforcent, par exemple quand les gouvernants largement Alawites en Syrie (ce qui ne revient pas à dire que tous les gouvernants sont alawites ou que ‘les’ Alawites sont au pouvoir) interprètent la contestation de 2011 comme une mobilisation sunnite, donc anti-alawite, ou quand l’État est détruit suite à une intervention étrangère comme en Irak.

Eberhard Kienle, Nadine Sika, The Arab Uprisings: Transforming and Challenging State Power, I. B. Tauris, 2015                              

En savoir plus

Abonnez-vous à "Une semaine à Sciences Po", et recevez chaque vendredi le meilleur de Sciences Po

Abonnez-vous à Cogito, la lettre de la recherche à Sciences Po

La puissance des faibles : repenser les relations internationales

La puissance des faibles : repenser les relations internationales

Pour Bertrand Badie, la vision classique des relations internationales se fonde sur un schéma éculé, qui oublie l'histoire et la diversité des cultures. Les politiques étrangères qui s'en inspirent agissent dans un monde "qui n'existe pas", et commettent des erreurs aux conséquences dramatiques sur le fragile équilibre mondial. Le Professeur émérite à Sciences Po, l'auteur de L'hégémonie contestée, et tout récemment de Rethinking International Relations, montre que d’autres logiques peuvent se montrer plus déterminantes que la puissance.

Lire la suite

"Un cours comme un point d'interrogation"

Quoi de plus iconique qu’un cours sur “l’abécédaire du politique” à Sciences Po ? Un grand classique, certes, mais qui n’exclut pas l’originalité. En convoquant théorie politique, philosophie, littérature, et anthropologie, Astrid Von Busekist questionne le champ du politique et mène les étudiants vers une réflexion “un peu ordonnée” avec un seul credo : penser, c’est argumenter. 

Lire la suite
L’armée algérienne à l’épreuve du mouvement citoyen du Hirak

L’armée algérienne à l’épreuve du mouvement citoyen du Hirak

Par Luis Martinez (CERI) - Aux yeux de l’armée, le mouvement dit Hirak, qui balaie l’Algérie depuis maintenant près d’un an, exprime avant tout la colère du peuple à l’encontre du système Bouteflika – un système caractérisé par la présence au gouvernement de nombreux civils, souvent accusés de corruption. La réponse politique des militaires, qui tiennent les rênes du pays depuis la démission de Bouteflika en avril 2019, a donc été de mettre en place un gouvernement de technocrates présentés comme compétents et intègres. L’armée ne souhaite pas démocratiser le régime, mais seulement améliorer la gouvernance afin de pouvoir répondre aux besoins socio-économiques de la population.

Lire la suite
5 conseils avant les écrits

5 conseils avant les écrits

Samedi 22 et dimanche 23 février prochains, vous serez des milliers de candidats à plancher sur les épreuves écrites pour l’entrée en 1ère année à Sciences Po. C’est le moment d’avoir confiance en soi : voici quelques rappels utiles pour arriver sereins. 

Lire la suite
Fabrice Amedeo, de Sciences Po au grand large

Fabrice Amedeo, de Sciences Po au grand large

Diplômé de Sciences Po en 2002, Fabrice Amedeo a déjà plusieurs vies. Journaliste, auteur, et désormais navigateur au long cours, ce quarantenaire s'apprête à prendre le départ du Vendée Globe 2020 à la barre d'un monocoque doté de capteurs ultra-sophistiqués qui lui permettent d'allier passion pour la voile et protection de l'environnement. Portrait en vidéo.

Lire la suite
Transition écologique : Sciences Po lance un programme d’action à 3 ans

Transition écologique : Sciences Po lance un programme d’action à 3 ans

Face à l’urgence climatique et aux bouleversements environnementaux planétaires, Sciences Po se donne une feuille de route sur trois ans dans le cadre de l’initiative globale « Climate Action : Make it work » lancée en 2015. Elle engage l’institution à la fois en tant que lieu de formation et de savoir, et en tant que lieu d’études et de travail, à Paris et sur ses six campus en région.  

Lire la suite
Admissions 2019 : nouveau record de candidatures

Admissions 2019 : nouveau record de candidatures

Le dernier bilan des admissions confirme l’attractivité de Sciences Po avec plus de 20 000 candidatures en 2019. 4218 nouveaux étudiants issus de 137 pays ont rejoint nos cursus de premier cycle, de master et de doctorat. Les effectifs totaux de Sciences Po restent stables, et la sélectivité est en hausse avec un taux d’admis de l’ordre de 20%. 

Lire la suite
Solidarité avec nos chercheurs captifs en Iran

Solidarité avec nos chercheurs captifs en Iran

Fariba Adelkhah et Roland Marchal, tous deux chercheurs au Centre de recherches internationales de Sciences Po (CERI), ont été arrêtés en Iran au début du mois de juin 2019. Depuis lors, ils sont toujours incarcérés. Le 31 janvier 2020, le CERI organisait un colloque, « Captifs sans motif », visant à contribuer à la mobilisation en faveur de leur libération et à sensibiliser aux divers enjeux (diplomatiques, politiques, intellectuels et humains) que soulève leur détention. De nombreux chercheurs, mais aussi des personnalités familières de la question des arrestations arbitraires, étaient présents. Retour en vidéo sur leurs échanges.

Lire la suite
Hommage à David Kessler, enseignant et compagnon de route de Sciences Po

Hommage à David Kessler, enseignant et compagnon de route de Sciences Po

Disparu le 3 février 2020, David Kessler, intellectuel, haut fonctionnaire, conseiller politique et acteur majeur du secteur culturel en France, a enseigné à Sciences Po durant une trentaine d’années. Avec lui, Sciences Po perd un enseignant de talent et un compagnon de route très fidèle, attentif et bienveillant, qui a soutenu l’institution dans toutes les grandes transformations qui ont marqué les dernières décennies. 

Lire la suite
Amérindiens, leur combat pour la planète

Amérindiens, leur combat pour la planète

Les peuples amérindiens qui vivent en dehors de la mondialisation industrielle représentent près de 400 millions de personnes dans le monde. Ils constituent une part significative de la population de certains pays et régions et leur survie n'est pas seulement un enjeu à l'échelle de leurs peuples. "Nous avons besoin de ces populations pour préserver les 4/5e de la diversité biologique qui se trouvent concentrés sur leurs terres", souligne ainsi Sébastien Treyer, directeur général de l'Iddri. Ce 29 janvier, Davi Kopenawa, chaman et porte-parole des Indiens Yanomami du Brésil et Almir Narayamoga Surui, leader des Paiter Surui du Brésil, sont venus débattre à Sciences Po de leur combat.

Lire la suite