Les libertés politiques et syndicales

En mai et juin, Sciences Po dévoile des documents et archives inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages vidéos… L’ambition de cette série d’articles est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Huitième épisode de “Ça s’est passé…” : le 17 juin 1968, les étudiants réclament les libertés politiques et syndicales au sein de leur école.

Dès le 14 mai, les tracts étudiants réclament une « liberté d’expression réelle/totale/intégrale, syndicale et politique » « à l’intérieur de l’Institut » et les « moyens de l’exercer » ainsi que « la reconnaissance des droits syndicaux ». Certes les étudiants étaient appelés à désigner une Amicale des Élèves en guise d’expression syndicale, certes ils pouvaient s’engager politiquement en dehors et à côté de l’IEP. Mais c’est à un élargissement du périmètre du politique et à l’ouverture d’un espace d’expression à l’intérieur de leur établissement qu’ils en appellent.

L’Amicale des Élèves, ancêtre du BDE, dissoute en 1968

En matière de droits syndicaux, était reconnue par la direction de Sciences Po l’Amicale des Élèves, en charge de la vente des polycopiés, d’œuvres sociales (logement, prêts) et d’action culturelle (organisation de la Journée des livres, de Débats, du Colloque européen des étudiants de sciences politiques, de la Nuit cinématographique et du Bal des étudiants). Élue en décembre 1967, l’Amicale se veut « non engagée politiquement » et a pour principale revendication la défense du diplôme de Sciences Po et pour principale préoccupation la question des débouchés. Elle dénonce avec virulence le Groupement d’action syndicale (GAS), lié à « l’UNEF mino », accusé de diviser le mouvement étudiant en le politisant et de vouloir transformer Sciences Po en faculté de sciences sociales.

Mise en minorité par l’Assemblée générale qu’elle a elle-même convoquée, l’Amicale est « dissoute » par le Conseil étudiant des 4 et 10 juin, contestée dans son monopole, dans son titre remplacé par « Section syndicale des élèves de l’IEP », et surtout dans ses fonctions, avec une séparation préconisée des « services d’intérêt général » (polycopie, actions sociale et culturelle) qui échoient au futur Bureau des Élèves, et de l’action syndicale proprement dite, conçue de façon pluraliste.

Mai 68 dans les archives de Sciences Po (diaporama)

Les droits syndicaux et la liberté d’expression politique reconnus

En matière de libertés politiques, l’occupation de l’IEP « ouvert à tous » offre un banc d’essai à leur exercice : le foisonnement des affiches, la prolifération des stands, la distribution des tracts, la multiplication des débats favorisée par la mise à disposition des locaux pour l’organisation de réunions, de conférences et l’invitation de personnalités extérieures, questionnent le cadre à adopter pour assurer leur mise en pratique équitable et pacifique.

Adopté par la Commission paritaire des études le 17 juin, le texte sur les Libertés politiques et syndicales reconnaît les droits syndicaux et la liberté d’expression politique des étudiants et confie leur mise en œuvre à la future Commission paritaire statutaire et au futur règlement intérieur. Le texte distingue les groupements syndicaux représentatifs et les autres groupes (politiques, associatifs, culturels), leur attribuant des droits communs (tenir des réunions, inviter des orateurs, faire connaître leurs activités par la distribution de tracts) et, aux premiers seulement, des privilèges (attribution de panneaux d’affichage et de stands, voire de locaux, droit d’adresse aux étudiants avant et après les cours) – le tout dans la limite du déroulement normal de l’enseignement (prioritaire dans l’attribution de locaux), du maintien de l’ordre public assuré par le directeur et de la jurisprudence élaborée par la Commission paritaire, en charge des litiges.

La liberté politique, au risque de l'agitation ?

Adopté avec enthousiasme par le Conseil étudiant (116 oui, 3 contre, 1 abstention) et avec réserve (184 oui, 155 non, 31 abstentions) par les enseignants qui redoutent « l’agitation politique permanente », ce dispositif se déploie à la rentrée 1968, avec la promulgation d’un règlement intérieur provisoire le 4 octobre et la désignation par la direction des premiers « groupes reconnus » (15 adhérents minimum) le 10 décembre 1968.

La campagne électorale de janvier-février 1969 en vue de la désignation des représentants étudiants aux nouvelles instances statutaires est l’occasion de tester les contours de ces nouvelles libertés dans un climat émaillé d’incidents entre étudiants d’extrême droite et étudiants antifascistes, entre étudiants gaullistes et de gauche. Preuve de l’acceptation et de l’efficacité des nouveaux mécanismes de régulation, les étudiants mécontents toutes tendances confondues ne cessent d’adresser des recours à la Commission Paritaire et de se réclamer de l’esprit et de la lettre du Règlement intérieur des Libertés Politiques et syndicales.

Dossier documentaire réalisé par Marjorie Ruffin, archiviste à la Mission Archives et Marie Scot, historienne au Centre d’histoire de Sciences Po. Texte de Marie Scot.

Tous les épisodes de “Ça s’est passé en 68” :

S’abonner à notre newsletter

 

 

“La première élection vraiment européenne”

“La première élection vraiment européenne”

Brexit, changement de mode de scrutin, montée des populismes… Autant d’enjeux inédits pour ces élections européennes. “Ce sont les élections des premières fois”, souligne Enrico Letta, ancien Premier ministre d’Italie et doyen de l’École des affaires internationales de Sciences Po. À l’occasion du scrutin européen, Sciences Po organise ce dimanche 26 mai une soirée de commentaires et d’analyses des résultats du scrutin dans son emblématique théâtre Boutmy avec les meilleurs experts. Elle est ouverte à tous. Venez nombreux !

Lire la suite
Urgence climatique : ne pas sur-responsabiliser les individus

Urgence climatique : ne pas sur-responsabiliser les individus

Par Sophie Dubuisson - Quellier (CSO - Sciences Po) et Solange Martin (ADEME). Dans le contexte de la lutte contre le dérèglement climatique, les interventions publiques ciblent aujourd’hui les individus. Il s’agit d’encourager certaines pratiques – prendre les transports en commun, manger des fruits de saison – et d’en décourager d’autres – laisser ses appareils en veille ou renouveler trop fréquemment ses vêtements.

Lire la suite
L’éthique du hacker

L’éthique du hacker

Les révolutions commencent souvent par des histoires, des colères ou des frustrations a priori insignifiantes, anecdotiques. C’est le cas de la culture dite libre qui est probablement un des développements démocratiques les plus importants du numérique et dont l’origine n’a tenu qu’à un problème d’impression !

Lire la suite
Générations Erasmus

Générations Erasmus

Au sein de Sciences Po, l’association “Jeunes Européens” est mobilisée depuis plusieurs mois pour susciter l’intérêt sur les questions européennes et encourager les étudiants à aller voter. Europhiles, certes, mais pas non plus dénués de sens critique sur les blocages européens, ces étudiants attendent avec une pointe d’anxiété les résultats du 26 mai qui pourraient changer la couleur politique de l’Union. Entretien avec Maria Popczyk, présidente des Jeunes Européens - Sciences Po. 

Lire la suite
Pour qui voter aux européennes ?

Pour qui voter aux européennes ?

Déjà menacées par une abstention record, les élections européennes du 26 mai laissent beaucoup d’électeurs perplexes face aux 34 listes et à la complexité des enjeux. Après le succès de La Boussole présidentielle® en 2017, le Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof), en partenariat avec 20 Minutes et Ouest France, réédite son outil d’aide à la décision avant le scrutin. Explications par Thomas Vitiello, chercheur associé au Cevipof et directeur scientifique de La Boussole européenne®.

Lire la suite
Charisme politique : comment incarner l’Union ?

Charisme politique : comment incarner l’Union ?

Dans ses travaux sur l’État et la bureaucratie modernes de 1921, l’universitaire Max Weber distingue trois sources de légitimité politique : son caractère traditionnel, bureaucratique ou charismatique. Dès ses origines, l’Union européenne a fondé sa légitimité sur la nature rationnelle de son administration bureaucratique (1). Face à la critique du déficit démocratique, l’Union européenne s’est parfois dotée de leaders charismatiques qui ont cherché à incarner l’Europe ; mais cet effort s’est souvent heurté aux réticences des États membres, soucieux de préserver leur leadership dans la construction européenne.

Lire la suite
Ces nationalistes attachés à l'Europe

Ces nationalistes attachés à l'Europe

Par Sylvain Kahn (Centre d'histoire). Ceux que l’on appelle les nationalistes défendent leur nation comme étant un principe sensé qui régit tout. La plupart d’entre eux ne semblent pas être opposés à une construction européenne. Cependant, la nuance est de mise : les nationalistes ne sont pas non plus pour un approfondissement de cette construction.

Lire la suite
Candidats en 1ère année : 5 idées reçues sur les oraux

Candidats en 1ère année : 5 idées reçues sur les oraux

En train de préparer les oraux d'admission à Sciences Po ? La deuxième quinzaine du mois de mai 2019, tous les candidats admissibles au Collège universitaire (1er cycle) de Sciences Po sont invités à un entretien. Une épreuve parfois stressante qui génère son lot d’idées reçues : voici quelques conseils pour se débarrasser des clichés et aborder ce dernier round avec le maximum de sérénité.

Lire la suite
Climat : est-il déjà trop tard ?

Climat : est-il déjà trop tard ?

On parle sans cesse du changement climatique mais comment joindre les actes à la parole ? Sébastien Treyer directeur général de l’Institut du développement durable et des relations internationales, l’IDDRI, explique le rôle de chacun dans la bataille pour sauver la planète. 

Lire la suite
Que reste-t-il des internationales ouvrières ?

Que reste-t-il des internationales ouvrières ?

Qui se souvient que les syndicats ouvriers furent longtemps organisés à l’échelle internationale et ce, bien avant les mondes de l’entreprise ou de la finance ? Dans son ouvrage La Lutte et l’Entraide. L’âge des solidarités ouvrières, l’historien Nicolas Delalande revient sur les “internationales”, ces mouvements ouvriers solidaires et transnationaux qui furent incontournables pendant près d’un siècle, avant de connaître une lente érosion au tournant des années 70.

Lire la suite