Le mai de l’administration

En mai et juin, Sciences Po dévoile, à travers une série d’articles, des documents inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages, archives… L’ambition est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Cinquième épisode de “Ça s’est passé…” : le 21 mai 1968, la direction, ayant pris acte de l’occupation de Sciences Po, cherche à composer avec le mouvement étudiant.

Si les autorités de Sciences Po sont restées relativement discrètes durant les événements de mai-juin 1968, le directeur, Jacques Chapsal, les secrétaires généraux de la Fondation nationale des sciences politiques et de l’Institut d’études politiques, Jean Touchard et René Henry-Gréard, ainsi que les quelques chargés de mission et enseignants que compte alors la Maison, ont donné de leur personne pour maintenir le dialogue avec les étudiants et stabiliser la situation.

Éviter les débordements

Peu coutumiers de la fronde étudiante, la direction a d’abord tenté de s’appuyer sur l’Amicale des Élèves de tendance modérée. Prenant acte des résultats du vote organisé à l’issue de l’AG du 16 mai, de la régularité de la désignation des délégués étudiants survenue le 17 et le 18 mai, soucieuse enfin d’éviter les débordements (descente d’un commando Occident le 20 mai) et la confusion, la direction a vite changé de stratégie. En reconnaissant le 21 mai le Conseil étudiant comme « seul organisme représentatif », le directeur Jacques Chapsal a certes donné un gage au mouvement étudiant, mais a surtout contribué à le structurer et à le responsabiliser – concourant ainsi à établir des relations respectueuses, de pouvoir à pouvoir, et incitant le Conseil étudiant à garantir une occupation pacifique des locaux, un processus de négociation maîtrisé et une participation aux instances paritaires.

Quand les enseignants s’en mêlent

Prenant au mot la revendication étudiante de « cogestion », la direction a encouragé la constitution d’un « pouvoir enseignant » susceptible d’équilibrer le « pouvoir étudiant ». La mobilisation du corps enseignant – composé de 450 professeurs et maîtres de conférences « vacataires » – exige d’abord sa structuration. La direction suscite ainsi une liste d’enseignants « favorables au dialogue avec les étudiants » (dès le 16 mai), puis convoque des réunions des maîtres de conférences et des professeurs par année et par section (20-23 mai), afin de désigner des délégués enseignants et, parmi eux, les représentants siégeant à l’organisme paritaire réclamé par les étudiants et réuni pour la première fois le 28 mai. Précieux intermédiaires, les délégués enseignants – notamment leur président, Alfred Grosser – ont ainsi relayé les messages des étudiants tout en garantissant le non-franchissement des lignes rouges fixées par la direction.

Le mai de l'administration dans les archives de Sciences Po (diaporama)

La création d’un nouveau Conseil de Direction

Suivant à distance les débats, Jacques Chapsal a pris la mesure de la mobilisation et accepté, contraint par son ampleur et par les directives du ministère de l’Éducation nationale lui-même, un certain nombre de concessions – à condition de garantir le statut dérogatoire et l’autonomie de Sciences Po, l’autorité directoriale contestée par les étudiants, la valeur du diplôme par la tenue des examens. La revendication du « pouvoir étudiant » est quant à elle atténuée par la composition tripartite (étudiants/ enseignants/ personnalités extérieures) du nouveau Conseil de Direction et par la réaffirmation de la primauté du directeur, nommé sur proposition du Conseil par le Premier ministre. Surtout, l’IEP reste géré administrativement et financièrement par la Fondation nationale des sciences politiques, dont le Conseil d’administration ne compte aucun représentant étudiant. Jouant habilement de l’essoufflement du mouvement, de l’influence modératrice professorale, du recours à l’autorité supérieure du Conseil de Perfectionnement de l’IEP et du Conseil d’administration de la FNSP, seules instances statutairement décisionnaires, enfin de la complicité bienveillante des pouvoirs publics, la direction de l’IEP a su passer des compromis pour mieux préserver l’essentiel.

Dossier documentaire réalisé par Marjorie Ruffin, archiviste à la Mission Archives et Marie Scot, historienne au Centre d’histoire de Sciences Po. Texte de Marie Scot.

Tous les épisodes de “Ça s’est passé en 68” :

Abonnez-vous à notre newsletter

Générations Erasmus

Générations Erasmus

Au sein de Sciences Po, l’association “Jeunes Européens” est mobilisée depuis plusieurs mois pour susciter l’intérêt sur les questions européennes et encourager les étudiants à aller voter. Europhiles, certes, mais pas non plus dénués de sens critique sur les blocages européens, ces étudiants attendent avec une pointe d’anxiété les résultats du 26 mai qui pourraient changer la couleur politique de l’Union. Entretien avec Maria Popczyk, présidente des Jeunes Européens - Sciences Po. 

Lire la suite
Pour qui voter aux européennes ?

Pour qui voter aux européennes ?

Déjà menacées par une abstention record, les élections européennes du 26 mai laissent beaucoup d’électeurs perplexes face aux 34 listes et à la complexité des enjeux. Après le succès de La Boussole présidentielle® en 2017, le Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof), en partenariat avec 20 Minutes et Ouest France, réédite son outil d’aide à la décision avant le scrutin. Explications par Thomas Vitiello, chercheur associé au Cevipof et directeur scientifique de La Boussole européenne®.

Lire la suite
Charisme politique : comment incarner l’Union ?

Charisme politique : comment incarner l’Union ?

Dans ses travaux sur l’État et la bureaucratie modernes de 1921, l’universitaire Max Weber distingue trois sources de légitimité politique : son caractère traditionnel, bureaucratique ou charismatique. Dès ses origines, l’Union européenne a fondé sa légitimité sur la nature rationnelle de son administration bureaucratique (1). Face à la critique du déficit démocratique, l’Union européenne s’est parfois dotée de leaders charismatiques qui ont cherché à incarner l’Europe ; mais cet effort s’est souvent heurté aux réticences des États membres, soucieux de préserver leur leadership dans la construction européenne.

Lire la suite
Ces nationalistes attachés à l'Europe

Ces nationalistes attachés à l'Europe

Par Sylvain Kahn (Centre d'histoire). Ceux que l’on appelle les nationalistes défendent leur nation comme étant un principe sensé qui régit tout. La plupart d’entre eux ne semblent pas être opposés à une construction européenne. Cependant, la nuance est de mise : les nationalistes ne sont pas non plus pour un approfondissement de cette construction.

Lire la suite
Candidats en 1ère année : 5 idées reçues sur les oraux

Candidats en 1ère année : 5 idées reçues sur les oraux

En train de préparer les oraux d'admission à Sciences Po ? La deuxième quinzaine du mois de mai 2019, tous les candidats admissibles au Collège universitaire (1er cycle) de Sciences Po sont invités à un entretien. Une épreuve parfois stressante qui génère son lot d’idées reçues : voici quelques conseils pour se débarrasser des clichés et aborder ce dernier round avec le maximum de sérénité.

Lire la suite
Climat : est-il déjà trop tard ?

Climat : est-il déjà trop tard ?

On parle sans cesse du changement climatique mais comment joindre les actes à la parole ? Sébastien Treyer directeur général de l’Institut du développement durable et des relations internationales, l’IDDRI, explique le rôle de chacun dans la bataille pour sauver la planète. 

Lire la suite
Que reste-t-il des internationales ouvrières ?

Que reste-t-il des internationales ouvrières ?

Qui se souvient que les syndicats ouvriers furent longtemps organisés à l’échelle internationale et ce, bien avant les mondes de l’entreprise ou de la finance ? Dans son ouvrage La Lutte et l’Entraide. L’âge des solidarités ouvrières, l’historien Nicolas Delalande revient sur les “internationales”, ces mouvements ouvriers solidaires et transnationaux qui furent incontournables pendant près d’un siècle, avant de connaître une lente érosion au tournant des années 70.

Lire la suite
Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Suite à l’annonce de Frédéric Mion, en mars 2019, Sciences Po s’engage pour le climat à travers un ensemble d’initiatives éco-responsables regroupées sous le programme “Climate Action: Make it Work”. Grâce à une nouvelle plateforme collaborative, “Climate Action: Make it Work”, les différentes communautés de Sciences Po sont invitées à devenir des acteurs engagés pour mener la transition écologique via une série de consultations en ligne.

Lire la suite
Voyager autrement avec Stop & Go

Voyager autrement avec Stop & Go

Stop & Go est une association étudiante de Sciences Po qui vise à remettre au goût du jour la pratique de l’auto-stop. Voyages, week-ends ou festival en stop : autant d’ activités ludiques et festives qui portent un message écologique. Rencontre avec la présidente de Stop & Go, Apolline Tarbé de Saint-Hardouin. 

Lire la suite
" Entre jazz et Moyen-Orient "

" Entre jazz et Moyen-Orient "

Chanter en arabe, en farsi, en hébreu ou en persan. Rencontrer un célèbre joueur de oud ou apprendre à en jouer. Explorer la musique sous un angle anthropologique, technique, vocal. Le cours "Chant, écriture plurilingue et anthropologie de la musique" enseigné par Cécile Jarnot sur le campus de Menton, c'est tout cela à la fois et c'est bien plus qu'un cours de chant. Ou comment aborder les textes et cultures du Proche et du Moyen-Orient d'une manière résolument différente.

Lire la suite