Le mai de l’administration

En mai et juin, Sciences Po dévoile, à travers une série d’articles, des documents inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages, archives… L’ambition est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Cinquième épisode de “Ça s’est passé…” : le 21 mai 1968, la direction, ayant pris acte de l’occupation de Sciences Po, cherche à composer avec le mouvement étudiant.

Si les autorités de Sciences Po sont restées relativement discrètes durant les événements de mai-juin 1968, le directeur, Jacques Chapsal, les secrétaires généraux de la Fondation nationale des sciences politiques et de l’Institut d’études politiques, Jean Touchard et René Henry-Gréard, ainsi que les quelques chargés de mission et enseignants que compte alors la Maison, ont donné de leur personne pour maintenir le dialogue avec les étudiants et stabiliser la situation.

Éviter les débordements

Peu coutumiers de la fronde étudiante, la direction a d’abord tenté de s’appuyer sur l’Amicale des Élèves de tendance modérée. Prenant acte des résultats du vote organisé à l’issue de l’AG du 16 mai, de la régularité de la désignation des délégués étudiants survenue le 17 et le 18 mai, soucieuse enfin d’éviter les débordements (descente d’un commando Occident le 20 mai) et la confusion, la direction a vite changé de stratégie. En reconnaissant le 21 mai le Conseil étudiant comme « seul organisme représentatif », le directeur Jacques Chapsal a certes donné un gage au mouvement étudiant, mais a surtout contribué à le structurer et à le responsabiliser – concourant ainsi à établir des relations respectueuses, de pouvoir à pouvoir, et incitant le Conseil étudiant à garantir une occupation pacifique des locaux, un processus de négociation maîtrisé et une participation aux instances paritaires.

Quand les enseignants s’en mêlent

Prenant au mot la revendication étudiante de « cogestion », la direction a encouragé la constitution d’un « pouvoir enseignant » susceptible d’équilibrer le « pouvoir étudiant ». La mobilisation du corps enseignant – composé de 450 professeurs et maîtres de conférences « vacataires » – exige d’abord sa structuration. La direction suscite ainsi une liste d’enseignants « favorables au dialogue avec les étudiants » (dès le 16 mai), puis convoque des réunions des maîtres de conférences et des professeurs par année et par section (20-23 mai), afin de désigner des délégués enseignants et, parmi eux, les représentants siégeant à l’organisme paritaire réclamé par les étudiants et réuni pour la première fois le 28 mai. Précieux intermédiaires, les délégués enseignants – notamment leur président, Alfred Grosser – ont ainsi relayé les messages des étudiants tout en garantissant le non-franchissement des lignes rouges fixées par la direction.

Le mai de l'administration dans les archives de Sciences Po (diaporama)

La création d’un nouveau Conseil de Direction

Suivant à distance les débats, Jacques Chapsal a pris la mesure de la mobilisation et accepté, contraint par son ampleur et par les directives du ministère de l’Éducation nationale lui-même, un certain nombre de concessions – à condition de garantir le statut dérogatoire et l’autonomie de Sciences Po, l’autorité directoriale contestée par les étudiants, la valeur du diplôme par la tenue des examens. La revendication du « pouvoir étudiant » est quant à elle atténuée par la composition tripartite (étudiants/ enseignants/ personnalités extérieures) du nouveau Conseil de Direction et par la réaffirmation de la primauté du directeur, nommé sur proposition du Conseil par le Premier ministre. Surtout, l’IEP reste géré administrativement et financièrement par la Fondation nationale des sciences politiques, dont le Conseil d’administration ne compte aucun représentant étudiant. Jouant habilement de l’essoufflement du mouvement, de l’influence modératrice professorale, du recours à l’autorité supérieure du Conseil de Perfectionnement de l’IEP et du Conseil d’administration de la FNSP, seules instances statutairement décisionnaires, enfin de la complicité bienveillante des pouvoirs publics, la direction de l’IEP a su passer des compromis pour mieux préserver l’essentiel.

Dossier documentaire réalisé par Marjorie Ruffin, archiviste à la Mission Archives et Marie Scot, historienne au Centre d’histoire de Sciences Po. Texte de Marie Scot.

Tous les épisodes de “Ça s’est passé en 68” :

Abonnez-vous à notre newsletter

Soutien à Fariba Adelkhah

Soutien à Fariba Adelkhah

Nous avons été choqués d’apprendre l’arrestation de notre collègue Fariba Adelkhah en Iran et sa détention depuis apparemment plusieurs semaines, sans possibilité de contact avec les autorités françaises.

Lire la suite
Commissaires de police 2019 : 70% des admis issus de Sciences Po

Commissaires de police 2019 : 70% des admis issus de Sciences Po

Depuis sa création en 2012, la classe préparatoire aux concours de police et de gendarmerie de l’École de droit de Sciences Po s’affirme chaque année comme l’une des meilleures préparations aux métiers de la sécurité. Cette année, sur les 33 postes ouverts au concours externe de commissaire de police, 23 places sont occupées par nos étudiants. Félicitations !

Lire la suite
Alliance U7+ : les universités s'invitent à l'agenda du G7

Alliance U7+ : les universités s'invitent à l'agenda du G7

47 responsables d'universités de 18 pays différents étaient réunis à Sciences Po les 9&10 juillet 2019 pour le sommet inaugural de l’alliance U7+, sous le haut patronage du Président Emmanuel Macron. Durant deux jours, les membres de ce nouveau réseau ont débattu, voté et signé 6 principes et 247 engagements pour répondre aux défis majeurs de l’agenda multilatéral. L’objectif : peser sur les débats mondiaux, et notamment le prochain sommet du G7 à Biarritz en août. 

Lire la suite
Leçons indiennes

Leçons indiennes

Louis Assier-Andrieu a réalisés ses premiers pas dans la recherche aux côtés de Claude Lévi-Strauss. Devenu anthropologue, puis historien, sociologue et juriste, il a longtemps étudié sur le terrain la vie de peuples dits "autochtones ": Cheyennes, Inuits et Cajuns en Amérique du Nord. De ses observations humanistes, il conçoit une appréhension singulière du droit. Explications.

Lire la suite
Artillerie : premiers coups de truelle

Artillerie : premiers coups de truelle

C’est parti pour les grands travaux ! Le rituel de pose de la première pierre a eu lieu le 8 juillet dernier sur le site de l’Artillerie, futur cœur du campus parisien de Sciences Po. Après l’acquisition du site en décembre 2016 et la présentation du projet lauréat en janvier 2018, cette cérémonie marque le début de la phase de rénovation et de construction. Reportage. 

Lire la suite
Une recherche pointue et accessible

Une recherche pointue et accessible

Directeur scientifique et professeur au Département d’économie, Guillaume Plantin a longtemps exercé à l’international  avant de rejoindre Sciences Po. Une expérience qui l’amène à concevoir les recherches dans un contexte global : global, par les enjeux à décrypter - environnement, numérique, populisme... - global, par la compétition mondiale dans laquelle la science évolue. Pour lui, la recherche à Sciences Po dispose d’acquis solides et fait preuve de la créativité nécessaire pour relever ces défis. À sa façon. Explications. 

Lire la suite
Cérémonies du diplôme 2019 : les meilleurs moments

Cérémonies du diplôme 2019 : les meilleurs moments

Plus de 7300 personnes ont assisté les 28 & 29 juin 2019 aux quatre cérémonies de remise des diplômes de la promotion 2019. Des parents, des amis, des professeurs, des compagnons, et parfois des enfants : c’est sous le regard fier, ému, et chaleureux de leurs proches et de leurs camarades que les diplômés ont ceint leur écharpe rouge pour ce premier jour du reste de leur vie. Découvrez quelques uns de ces moments uniques en vidéo et le résumé ci-dessous.  

Lire la suite
Comprendre les populismes

Comprendre les populismes

Les 1er et 2 juillet, une cinquantaine d’économistes, de politistes, d’historiens et de sociologues se réunissent à Sciences Po dans le cadre d’un tout nouveau groupe de recherche au sein du Centre for Economic Policy Research. Objet de cette rencontre : la question très actuelle du populisme et des politiques à mener pour lutter contre son emprise. Comment aborde-t-on le sujet épineux du populisme en recherche ? Eléments de réponse avec Sergei Guriev, professeur d’économie à Sciences Po et membre du comité d’organisation.

Lire la suite
Un siècle de femmes à Sciences Po

Un siècle de femmes à Sciences Po

Les étudiantes représentent près de 60 % de la promotion diplômée en juin 2019. Il y a un siècle, les premières femmes entraient à Sciences Po. Des premières étudiantes en 1919 jusqu’à une politique active de soutien de l’égalité aujourd’hui, comment leur place a-t-elle évolué dans l’École ? À l’occasion de ce centenaire,  retour sur 5 dates clés de l’histoire des femmes à Sciences Po.

Lire la suite