Le contenu idéologique de l’enseignement

En mai et juin, Sciences Po dévoile des documents et archives inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages vidéos… L’ambition de cette série d’articles est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Neuvième épisode de “Ça s’est passé…” : les étudiants s’emparent des questions du contenu de l’enseignement et de la démocratisation de Sciences Po.

La réflexion sur l’exercice des libertés et du pouvoir au sein de l’IEP s’accompagne d’un débat sur les missions de Sciences Po, sur son rôle dans la reproduction sociale et la fabrique des élites, sur le contenu de ses programmes d’enseignement, sur sa pédagogie et les modalités de sanction des études. La critique du « contenu idéologique de l’enseignement » n’est certes pas reprise à son compte par la direction et les enseignants, mais les nouvelles Commissions pédagogiques instituées après 1968 vont dessiner les contours de la grande réforme pédagogique qui se déploie à partir de la rentrée 1972.

L’IEP, un “ghetto bourgeois” à “ouvrir à tous”

Pas moins de quatre commissions du Conseil étudiant travaillent sur « la démocratisation de l’IEP », le « contenu idéologique de l’enseignement », « l’avenir de Sciences Po » et « les examens – à court et long terme ». Produisant de volumineux rapports, elles témoignent de l’appropriation par les étudiants de thèmes jusqu’alors réservés à la direction et aux enseignants.

La « démocratisation » figure en bonne place des revendications étudiantes : « replié sur lui-même », quand il n’est pas qualifié de « ghetto bourgeois », l’IEP doit s’ouvrir « à un plus grand nombre », en multipliant les conférences libres d’accès, l’accueil d’étudiants provenant d’autres universités et les offres de formation continue/professionnelle (cours par correspondance, cycles courts de formation). La « ségrégation sociale » et « l’esprit de corps » des étudiants doivent être combattus en limitant la sélection (notamment en réformant l’examen de fin d’Année préparatoire) et en multipliant les bourses d’études. L’ouverture passe également par une transformation du corps enseignant, jugé trop homogène socialement, professionnellement et politiquement.

La critique du contenu des enseignements

Les étudiants mobilisés contestent également le contenu des études, peu adapté « aux finalités de la vie économique et sociale » et réclament le droit de « réformer les méthodes d’enseignement de l’Institut dans [un] esprit de contestation et de critique permanent » : « l’IEP est la Maison où l’on décrit plus que l’on explique » ce qui « nuit au développement de l’esprit critique », où l’on « acquiert un comportement plus que des connaissances ou un mode de raisonnement », où « la dissertation et l’exposé oral deviennent d’abord une performance de rhétorique », où la « compétition » favorise « un comportement individualiste » et où l’on se préoccupe plus de sa « carrière personnelle » que de « l’intérêt général ». Le bachotage de l’AP, le cloisonnement des sections dans un institut pourtant pluridisciplinaire, l’« absence d’enseignement économique et social » en prise avec l’actualité, enfin la « passivité et le conformisme de l’étudiant » et les « rapports hiérarchiques enseignants/enseignés » sont pointés du doigt. Allant plus loin encore, les étudiants communistes dénoncent « un enseignement idéologique (c’est-à-dire ni scientifique, ni professionnel) », qui transmet la « culture dominante bourgeoise », derrière une « apparence de neutralité ou de nécessité technique ».

Le contenu idéologique de l'enseignement dans les archives de Sciences Po (diaporama)

Décloisonner les sections, travailler en groupe, faire des stages...

Pour y remédier, les commissions préconisent de transformer Sciences Po en « Institut d’études politiques, sociales et économiques (IEPSE) » et de décloisonner les sections, par l’acquisition d’un « langage commun » et d’une culture générale en premier cycle, augmenté d’une spécialisation en deuxième cycle (Gestion publique et privée, Sciences politiques et sociales, Relations internationales), grâce au rallongement de la durée des études (quatre ans, au lieu de trois). En matière de pédagogie, le travail de groupe doit primer sur le travail individuel, les conférences de méthode, les séminaires d’approfondissement et d’initiation à la recherche ou à la vie professionnelle, ainsi que les stages obligatoires, doivent remplacer le cours magistral. Concernant la sanction des études, le contrôle continu est plébiscité, au détriment des examens accusés de favoriser le bachotage et l’esprit de compétition, tandis que la suppression du classement est recommandée. L’épineuse question de la sélection divise les étudiants mobilisés qui hésitent entre défense du diplôme et volonté de démocratiser l’IEP.

La mise en place des Commissions pédagogiques bipartites et la réforme des études de 1972-74 constituent autant de réponses à ces critiques, en instaurant la centralité de l’enseignement de l’économie, l’apprentissage des « langages » (mathématiques, informatiques), et la multiplication des spécialités et des stages. Quant à la démocratisation de l’IEP, Michel Gentot, enseignant en 1968, premier président-enseignant de la Commission paritaire et futur directeur de Sciences Po, la place au cœur de son mandat (1979-1986), élaborant les premiers mécanismes de redistribution sociale (par l’instauration des bourses et aides sociales FNSP) et ouvrant une voie d’accès dérogatoire pour les publics adultes, tard venus à l’université.

Dossier documentaire réalisé par Marjorie Ruffin, archiviste à la Mission Archives et Marie Scot, historienne au Centre d’histoire de Sciences Po. Texte de Marie Scot.

Tous les épisodes de “Ça s’est passé en 68” :

S’abonner à notre newsletter

“La première élection vraiment européenne”

“La première élection vraiment européenne”

Brexit, changement de mode de scrutin, montée des populismes… Autant d’enjeux inédits pour ces élections européennes. “Ce sont les élections des premières fois”, souligne Enrico Letta, ancien Premier ministre d’Italie et doyen de l’École des affaires internationales de Sciences Po. À l’occasion du scrutin européen, Sciences Po organise ce dimanche 26 mai une soirée de commentaires et d’analyses des résultats du scrutin dans son emblématique théâtre Boutmy avec les meilleurs experts. Elle est ouverte à tous. Venez nombreux !

Lire la suite
Urgence climatique : ne pas sur-responsabiliser les individus

Urgence climatique : ne pas sur-responsabiliser les individus

Par Sophie Dubuisson - Quellier (CSO - Sciences Po) et Solange Martin (ADEME). Dans le contexte de la lutte contre le dérèglement climatique, les interventions publiques ciblent aujourd’hui les individus. Il s’agit d’encourager certaines pratiques – prendre les transports en commun, manger des fruits de saison – et d’en décourager d’autres – laisser ses appareils en veille ou renouveler trop fréquemment ses vêtements.

Lire la suite
L’éthique du hacker

L’éthique du hacker

Les révolutions commencent souvent par des histoires, des colères ou des frustrations a priori insignifiantes, anecdotiques. C’est le cas de la culture dite libre qui est probablement un des développements démocratiques les plus importants du numérique et dont l’origine n’a tenu qu’à un problème d’impression !

Lire la suite
Générations Erasmus

Générations Erasmus

Au sein de Sciences Po, l’association “Jeunes Européens” est mobilisée depuis plusieurs mois pour susciter l’intérêt sur les questions européennes et encourager les étudiants à aller voter. Europhiles, certes, mais pas non plus dénués de sens critique sur les blocages européens, ces étudiants attendent avec une pointe d’anxiété les résultats du 26 mai qui pourraient changer la couleur politique de l’Union. Entretien avec Maria Popczyk, présidente des Jeunes Européens - Sciences Po. 

Lire la suite
Pour qui voter aux européennes ?

Pour qui voter aux européennes ?

Déjà menacées par une abstention record, les élections européennes du 26 mai laissent beaucoup d’électeurs perplexes face aux 34 listes et à la complexité des enjeux. Après le succès de La Boussole présidentielle® en 2017, le Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof), en partenariat avec 20 Minutes et Ouest France, réédite son outil d’aide à la décision avant le scrutin. Explications par Thomas Vitiello, chercheur associé au Cevipof et directeur scientifique de La Boussole européenne®.

Lire la suite
Charisme politique : comment incarner l’Union ?

Charisme politique : comment incarner l’Union ?

Dans ses travaux sur l’État et la bureaucratie modernes de 1921, l’universitaire Max Weber distingue trois sources de légitimité politique : son caractère traditionnel, bureaucratique ou charismatique. Dès ses origines, l’Union européenne a fondé sa légitimité sur la nature rationnelle de son administration bureaucratique (1). Face à la critique du déficit démocratique, l’Union européenne s’est parfois dotée de leaders charismatiques qui ont cherché à incarner l’Europe ; mais cet effort s’est souvent heurté aux réticences des États membres, soucieux de préserver leur leadership dans la construction européenne.

Lire la suite
Ces nationalistes attachés à l'Europe

Ces nationalistes attachés à l'Europe

Par Sylvain Kahn (Centre d'histoire). Ceux que l’on appelle les nationalistes défendent leur nation comme étant un principe sensé qui régit tout. La plupart d’entre eux ne semblent pas être opposés à une construction européenne. Cependant, la nuance est de mise : les nationalistes ne sont pas non plus pour un approfondissement de cette construction.

Lire la suite
Candidats en 1ère année : 5 idées reçues sur les oraux

Candidats en 1ère année : 5 idées reçues sur les oraux

En train de préparer les oraux d'admission à Sciences Po ? La deuxième quinzaine du mois de mai 2019, tous les candidats admissibles au Collège universitaire (1er cycle) de Sciences Po sont invités à un entretien. Une épreuve parfois stressante qui génère son lot d’idées reçues : voici quelques conseils pour se débarrasser des clichés et aborder ce dernier round avec le maximum de sérénité.

Lire la suite
Climat : est-il déjà trop tard ?

Climat : est-il déjà trop tard ?

On parle sans cesse du changement climatique mais comment joindre les actes à la parole ? Sébastien Treyer directeur général de l’Institut du développement durable et des relations internationales, l’IDDRI, explique le rôle de chacun dans la bataille pour sauver la planète. 

Lire la suite
Que reste-t-il des internationales ouvrières ?

Que reste-t-il des internationales ouvrières ?

Qui se souvient que les syndicats ouvriers furent longtemps organisés à l’échelle internationale et ce, bien avant les mondes de l’entreprise ou de la finance ? Dans son ouvrage La Lutte et l’Entraide. L’âge des solidarités ouvrières, l’historien Nicolas Delalande revient sur les “internationales”, ces mouvements ouvriers solidaires et transnationaux qui furent incontournables pendant près d’un siècle, avant de connaître une lente érosion au tournant des années 70.

Lire la suite