"La plus grande transformation urbaine depuis Haussmann"

Un “Grand Paris” pour quoi faire ? Et pour qui ? Réunir Paris et sa banlieue en une vaste métropole de 7 millions d’habitants changera-t-il la donne de la capitale française ? Ce sont toutes ces questions qu’aborde le cours en ligne (MOOC) “À la recherche du Grand Paris” développé par l’École urbaine de Sciences Po en partenariat avec la Mairie de Paris et l’agence Grand Public. À l’occasion de la diffusion du premier cours ce lundi 23 octobre, entretien avec Patrick Le Galès, doyen de l’École urbaine de Sciences Po.

Pourquoi l’École urbaine de Sciences Po a-t-elle choisi de dédier un MOOC au sujet du futur “Grand Paris” ?

Parce que le projet du “Grand Paris” - créer une métropole réunissant ville de Paris et région Île-de-France -  est probablement la plus importante opération de transformation urbaine en cours en Europe ! Il ne s’agit pas seulement de la création d’une métropole de 7 millions d’habitants, c’est aussi la mise en place d’un système de transport innovant et de grande ampleur, le “Grand Paris Express”, ainsi que les aménagements pour l’accueil des Jeux Olympiques en 2024. Les enjeux sont très importants et concernent des millions de personnes. Une famille de la ville de Bagnolet, en proche banlieue de Paris, me disait que cela leur faisait un choc de passer du département “93” au Grand Paris ! Si cette opération de transformation urbaine se confirme, c’est un changement d’échelle et de transformation le plus radical depuis les aménagements du baron Haussmann au XIXe siècle.

Le MOOC est gratuit, ouvert à tous et ne nécessite pas de pré-requis. Quels sont ses objectifs ?

Nous avons souhaité faire un MOOC accessible au grand public et qui puisse aussi servir de module de formation pour la Mairie de Paris. En échangeant avec nos partenaires de la Mairie de Paris et nos collègues de l’École urbaine, nous nous sommes dit qu’il était intéressant de contribuer à une forme d’éducation populaire sur le sujet. Ceci se traduit par un MOOC beaucoup plus visuel qu’un MOOC universitaire classique : il comporte beaucoup de  vidéos, des archives de l’INA, etc. Il ne s’agit pas par ailleurs d’un cours magistral mais plutôt du recueil de paroles d’habitants de la région francilienne, de responsables associatifs et de chercheurs de différentes universités de la région. Nous avons aussi associé des historiens et des collègues étrangers pour donner de la perspective historique et comparative. Avec ce MOOC, notre objectif c’est de montrer ce que les sciences sociales peuvent apporter à la formation des citoyens et à la vie de la cité. Et c’est aussi, d’une manière plus globale, la mission de Sciences Po. L’École urbaine mobilise ainsi des données produites par les instituts et agences d’urbanisme de la ville et produit un bien collectif gratuit et accessible.

Présentation du MOOC "À la recherche du Grand Paris"

 

Le MOOC s’intitule “À la recherche du Grand Paris” : quels sont, selon vous, les enjeux de cette future métropole ?

On a introduit quelques controverses comme, par exemple, le sujet de la carte scolaire, le contrôle des populations ou l’intérêt d’un grand projet de transport, mais le MOOC n’a pas réellement vocation à prendre parti. Nous avons plutôt choisi de mettre l’accent sur les questions de transport, de culture et d’éducation, de développement économique, de risques, de sécurité, aux d’inégalités, de logement, etc. Dans le deuxième cours intitulé “Peuplement”, par exemple, il s’agit de savoir qui sont les habitants du Grand Paris, ce qui se passe en termes de ségrégation sociale et ethnique… On rappelle aussi les arrivées successives de migrants et de Français de toutes les régions. Les projets de construction de logement vont-ils marginaliser et éloigner les classes populaires ou produire davantage de mélange et de mobilité sociale ? La force de ce MOOC est de mettre dans un même “lieu” des thématiques qu’on ne pense pas forcément à lier entre elles, alors qu’elles sont connectées, et d’envisager les transformations, soit par les pratiques des habitants, soit par les politiques publiques.

Les étudiants de l’École urbaine ont pris une part active dans la construction de ce MOOC. Quel est leur apport ? Quel est l’intérêt pédagogique ?

Cinq étudiantes ont été étroitement associées à l’ensemble du projet et ce, dès le choix des thèmes. Elles ont préparé les séances, elles se sont formées à la vidéo pour mener les interviews des experts et une partie du travail documentaire. C’est intéressant d’un point de vue pédagogique de mener ainsi un projet de A à Z avec tous les aspects propres au mode projet : le respect des délais, la coordination, etc. Mais c’est également formateur pour elles d’écouter des populations très différentes raconter comment elles envisagent le Grand Paris. Cela les oblige à penser ce projet au-delà de la manière dont elles le vivent dans leur quotidien d’étudiantes. C’est aussi ce qu’on cherche à enseigner aux étudiants de l’École urbaine ici à Sciences Po : écouter et prendre en compte tous les points de vue dans le cadre d’un projet urbain. Cette année, dans le cadre de leur double master Stratégies territoriales et urbaines - Urban Policy en partenariat avec la London School of Economics (LSE), elles vont pouvoir comparer avec Londres !
 

Le MOOC “À la recherche du Grand Paris, a été conçu  à Sciences Po par Patrick Le Galès, Maxime Crépel, et cinq étudiantes de l'Ecole Urbaine de Sciences Po (Ninon Beillard, Juliette Guichardet, Judith Lienhard, Valentine Quinio, Téloise Thibault ), avec Frédéric Gilli, directeur de l'agence Grand Public, professeur affilié à l’Ecole urbaine et Odile Gaultier-Voituriez . Il a été initié et financé en partenariat avec la Mairie de Paris. Il est disponible sur la plateforme FUN.

En savoir plus

  • L'École urbaine de Sciences Po forme ceux qui vont transformer le monde par la ville et les territoires. Des "fabricants de politiques urbaines et des territoires" qui travailleront dans le public, dans les ONG et dans le privé, à l'échelle locale comme internationale.
  • "Les défis des métropoles", Cogito, la lettre de la recherche de Sciences Po

Abonnez-vous à notre newsletter

Serge Hurtig, 1927 - 2019

Serge Hurtig, 1927 - 2019

Secrétaire général de la FNSP durant trois décennies, Serge Hurtig a contribué à internationaliser Sciences Po et la science politique française. Portrait d'une personnalité majeure de l’histoire de notre établissement.

Lire la suite
Comment concilier Noël et souci écologique ?

Comment concilier Noël et souci écologique ?

À Noël, le risque de surconsommation est grand... mais n'est pas une fatalité. Acheter en vrac des produits locaux et bio, faire son cadeau soi-même ou encore recycler ses textiles en guise d'emballage : à l'approche des fêtes de fin d'année, Sciences Po Environnement livre ses conseils pour un Noël durable et zéro déchet, et les met en pratique à l'occasion d'ateliers organisés dans plusieurs campus..

Lire la suite
Sciences + Sciences Po : une double licence inédite

Sciences + Sciences Po : une double licence inédite

Dès la rentrée universitaire 2020, une nouvelle double licence interdisciplinaire, le Bachelor of Arts and Sciences (BASc), sera proposée aux étudiants de première année, en partenariat avec des établissements universitaires français. Ce double cursus en quatre ans associe sciences et sciences humaines et sociales pour apprendre à penser et agir face aux défis de notre siècle. Les deux premiers parcours ciblent en particulier celui de la transition écologique. 

Lire la suite
Chronique d'une démocratie fragmentée

Chronique d'une démocratie fragmentée

Pour conclure une année marquée par les soubresauts politiques, Pascal Perrineau revient dans son nouvel ouvrage, Le grand écart. Chronique d'une démocratie fragmentée, sur les trois registres démocratiques ayant façonné tour à tour l'année 2019 : la démocratie directe des gilets jaunes, celle participative du grand débat national et celle représentative issue des urnes lors des élections européennes. Une démocratie en trois scènes, qui semble plus fragmentée et conflictuelle qu'auparavant.

Lire la suite
Sciences Po lance la chaire

Sciences Po lance la chaire "Dette souveraine"

Penser le financement souverain et la soutenabilité de la dette : voilà l'ambition de la nouvelle chaire, portée par l'École des affaires internationales de Sciences Po (PSIA). En associant praticiens de la dette et universitaires de renom, cette chaire vise à devenir un lieu de référence international sur cette question.

Lire la suite
Quelle sera la&nbspcouleur de la COP 25 ?

Quelle sera la couleur de la COP 25 ?

Quelle sera la couleur de la COP 25 qui se déroulera à Madrid du 2 au 13 décembre 2019 sous la présidence du Chili ? Elle était annoncée bleue comme l’océan (Blue COP) par la présidence chilienne. À Madrid, au-delà des écosystèmes marins, l’ensemble de la biodiversité tant terrestre que marine devrait occuper une place de choix. Bien plus qu’une simple coloration, cette COP devrait constituer une étape majeure dans l’identification de capacités d’action conjointe pour le climat et pour la biodiversité.

Lire la suite
La surenchère anti-élite de la campagne présidentielle américaine

La surenchère anti-élite de la campagne présidentielle américaine

Par William Genieys (CEE) et Larry Brown (Columbia). La publication, le 5 novembre dernier, du livre de Donald Trump Jr., Triggered : How the Left Thrives on Hate and Wants to Silence Us (Hystériques : comment la gauche se nourrit de haine et veut nous faire taire), est venue alimenter le discours anti-élite dans une campagne présidentielle dont le contexte, marqué par une procédure de destitution en cours, est tout à fait inédit.

Lire la suite
La matière noire de la démocratie

La matière noire de la démocratie

Le mouvement des gilets jaunes n’est pas anecdotique. Tenter de l'expliquer en se focalisant sur la sociologie des participants ou en évoquant la montée des populismes, n'est pourtant, selon Luc Rouban, guère probant. Le chercheur au Centre d’études politiques de Sciences Po voit dans ce mouvement le symptôme d’une profonde mutation du rapport au politique. En épluchant sondages, enquêtes, baromètres et remontées du grand débat national, il met au jour les sources cachées de cette mutation dans son dernier ouvrage : "La matière noire de la démocratie" (Presses de Sciences Po).

Lire la suite