La bataille des examens

En mai et juin, Sciences Po dévoile des documents inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages, archives… L’ambition de cette série d’articles est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Premier épisode : 11 mai 1968, les étudiants de Sciences Po entrent dans le mouvement en refusant de passer les épreuves de langue du diplôme.

Le samedi 11 mai au matin, les étudiants de Sciences Po refusent de passer les épreuves de langues du diplôme auxquelles ils étaient convoqués : les affrontements de la première « nuit des barricades » (du 10 au 11 mai), la solidarité avec les étudiants arrêtés, la volonté de participer à la « lutte » ont eu raison du calme précaire qui régnait rue Saint-Guillaume. Ce boycott marque le début de l’occupation de Sciences Po et d’un long bras de fer entre la direction et les étudiants mobilisés autour de la tenue et de la teneur des examens.

Les revendications étudiantes en matière d’examen se focalisent d’abord sur leur report et leur aménagement, puis s’élargissent à une réflexion globale sur le contenu, la pédagogie et l’évaluation de l’enseignement. Préalable aux négociations et à la levée de l’occupation, revendication première (à défaut d’être principale) des tracts étudiants, la « question des examens » mobilise trois commissions du Conseil étudiant – commission des « examens à court terme », des « examens à long terme », des « cas particuliers : étrangers, service militaire, cas sociaux », elles-mêmes divisées en groupes de travail. Les étudiants y produisent de nombreuses notes dans lesquelles ils rejettent le « système néfaste du criblage » (sélection drastique entre première et deuxième année), le redoutable Grand Oral (du diplôme) et le classement final, dénoncent « bachotage, abrutissement et passivité de l’étudiant », et réclament de participer aux décisions relatives à « l’organisation des études, les programmes et les modalités de la sanction des études » au titre de la cogestion. Concernant la session 1968, ils préconisent l’obtention du diplôme par un examen sur dossier (moyenne pondérée des notes de conférences) en juin, assorti de rattrapage en septembre.

La bataille des examens dans les archives de Sciences Po (diaporama)

La question des examens est doublement clivante. Elle oppose le Conseil étudiant et la direction qui repousse tout compromis. Contraint de reporter sine die la tenue des examens en raison de l’occupation des locaux, le directeur Jacques Chapsal refuse le principe de « l’examen sur dossier » et convoque mi-juin par lettres-circulaires les étudiants à une session d’examen normale mais reportée à fin août-début septembre. La tenue des examens divise également les étudiants : l’incertitude qui règne quant aux dates et modalités d’organisation des épreuves, la peur de voir le diplôme dévalué, la volonté d’être fixé sur son sort universitaire avant l’incorporation militaire ou l’entrée sur le marché du travail, expliquent le mécontentement qui s’exprime contre le boycott. Quelques étudiants poursuivent ainsi leurs révisions en bibliothèque sans se soucier du “bruit et de la fureur” de la rue ; d’autres rédigent des tracts et des motions exigeant la tenue des épreuves du diplôme avant l’été.

La fermeté de la direction aura raison des revendications étudiantes : les épreuves ont lieu au retour des vacances d’été selon les modalités habituelles (le Grand O en moins) ; la « promo 68 » est diplômée le 16 décembre 1968 et le vénérable diplôme de Sciences Po sort inchangé de la révolution étudiante.

Dossier documentaire réalisé par Marjorie Ruffin, archiviste à la Mission Archives et Marie Scot, historienne au Centre d’histoire de Sciences Po. Texte de Marie Scot.

Tous les épisodes de “Ça s’est passé en 68” :

En savoir plus

Abonnez-vous à notre newsletter

150 étudiants de Sciences Po au Paris Peace Forum

150 étudiants de Sciences Po au Paris Peace Forum

Du 11 au 13 novembre 2019, se tient à Paris la deuxième édition du Paris Peace Forum. Initié par le président Emmanuel Macron et co-organisé par 8 membres fondateurs dont Sciences Po, ce forum réunit de nombreux acteurs de la gouvernance mondiale. 30 chefs d’État et 150 étudiants de l’École des affaires internationales de Sciences Po (PSIA) ont répondu présents.

Lire la suite
Quels financements publics pour les énergies renouvelables en France ?

Quels financements publics pour les énergies renouvelables en France ?

En France et dans le monde, le développement des énergies renouvelables électriques s’est jusqu’à présent largement appuyé sur des mécanismes de soutien public. Ces mécanismes financent généralement la différence entre la rémunération de leur production sur le marché de l’électricité et le prix cible garanti par l’État au producteur renouvelable. Alors que la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) vise à multiplier par trois les capacités de production éoliennes et photovoltaïques en dix ans et que, dans le même temps, les coûts de production de ces technologies sont amenés à baisser, quel besoin de financement public pour les énergies renouvelables électriques peut-on anticiper ?

Lire la suite
Joseph Stiglitz, l'économie contre les inégalités

Joseph Stiglitz, l'économie contre les inégalités

Joseph Stiglitz, prix Nobel d'économie, séjourne ce semestre d'automne à Sciences Po, partageant à cette occasion ses travaux avec les étudiants et les chercheurs de l'établissement. L'économiste se livre ainsi sur son parcours et sa carrière, mais aussi sur ses inspirations, ses rapports à l'œuvre de Keynes et ses convictions pour de meilleures politiques publiques, luttant de manière efficace contre les inégalités.

Lire la suite

"Sciences Po, c'est le Harvard français"

La Mastercard Foundation, en partenariat avec Sciences Po, attribue des bourses qui permettent d’accompagner et de former des étudiants du continent africain talentueux et engagés. Témoignages d'étudiants bénéficiaires de ce dispositif.

Lire la suite
Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Suite à l’annonce de Frédéric Mion, en mars 2019, Sciences Po s’engage pour le climat à travers un ensemble d’initiatives éco-responsables regroupées sous le programme “Climate Action: Make it Work”. Programme événementiel dédié, audit des enseignements, plan d'action écoresponsable, consultations en ligne : toutes les communautés de Sciences Po sont invitées à devenir des acteurs engagés pour mener la transition écologique.

Lire la suite
Eric Vinson : “Le droit de croire ou de ne pas croire”

Eric Vinson : “Le droit de croire ou de ne pas croire”

Destinée aux ministres du culte, aux cadres des communautés religieuses et aux professionnels travaillant autour du fait religieux et de la laïcité, “Emouna” est une formation unique dans le paysage universitaire français. Ce programme propose en effet à ses étudiants de découvrir l’environnement politique et institutionnel qui entoure les pratiques religieuses, la laïcité et les différentes religions. Le tout, dans une perspective interdisciplinaire et non-confessionnelle. Qu’est-ce qu’un programme laïque sur les religions ? Qu’y apprend-on ? Depuis 2018, Eric Vinson, spécialiste du fait religieux et de la laïcité, est le responsable pédagogique de cette formation. Il nous explique le sens d’Emouna.

Lire la suite
Nicolas Mathieu : “J’aime la littérature réaliste et cruelle”

Nicolas Mathieu : “J’aime la littérature réaliste et cruelle”

Prix Goncourt 2018 pour son livre Leurs enfants après eux, qui prenait pour sujet la jeunesse désoeuvrée de l’est de la France, Nicolas Mathieu était l’invité de Sciences Po ce 23 octobre 2019. Abordant les sujets de ses inspirations littéraires, de la reproduction des élites ou encore de la politique, l’écrivain s’est prêté au jeu de l’interview vidéo.

Lire la suite
Soutien à Fariba Adelkhah et Roland Marchal

Soutien à Fariba Adelkhah et Roland Marchal

Jeudi 17 octobre 2019. 

La détention en Iran de notre collègue Roland Marchal, directeur de recherche CNRS au CERI, vient d'être rendue publique. Pour des raisons de sécurité, les autorités françaises n'avaient pas encore révélé la nouvelle de son arrestation et nous avaient demandé de respecter cette consigne de discrétion.

Lire la suite
Les admissions sont ouvertes !

Les admissions sont ouvertes !

Vous souhaitez étudier à Sciences Po à la rentrée 2020 ? Les inscriptions sont désormais ouvertes ! Retrouvez ci-dessous le calendrier et les procédures à suivre pour chacune de nos formations.

Lire la suite