La bataille des examens

En mai et juin, Sciences Po dévoile des documents inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages, archives… L’ambition de cette série d’articles est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Premier épisode : 11 mai 1968, les étudiants de Sciences Po entrent dans le mouvement en refusant de passer les épreuves de langue du diplôme.

Le samedi 11 mai au matin, les étudiants de Sciences Po refusent de passer les épreuves de langues du diplôme auxquelles ils étaient convoqués : les affrontements de la première « nuit des barricades » (du 10 au 11 mai), la solidarité avec les étudiants arrêtés, la volonté de participer à la « lutte » ont eu raison du calme précaire qui régnait rue Saint-Guillaume. Ce boycott marque le début de l’occupation de Sciences Po et d’un long bras de fer entre la direction et les étudiants mobilisés autour de la tenue et de la teneur des examens.

Les revendications étudiantes en matière d’examen se focalisent d’abord sur leur report et leur aménagement, puis s’élargissent à une réflexion globale sur le contenu, la pédagogie et l’évaluation de l’enseignement. Préalable aux négociations et à la levée de l’occupation, revendication première (à défaut d’être principale) des tracts étudiants, la « question des examens » mobilise trois commissions du Conseil étudiant – commission des « examens à court terme », des « examens à long terme », des « cas particuliers : étrangers, service militaire, cas sociaux », elles-mêmes divisées en groupes de travail. Les étudiants y produisent de nombreuses notes dans lesquelles ils rejettent le « système néfaste du criblage » (sélection drastique entre première et deuxième année), le redoutable Grand Oral (du diplôme) et le classement final, dénoncent « bachotage, abrutissement et passivité de l’étudiant », et réclament de participer aux décisions relatives à « l’organisation des études, les programmes et les modalités de la sanction des études » au titre de la cogestion. Concernant la session 1968, ils préconisent l’obtention du diplôme par un examen sur dossier (moyenne pondérée des notes de conférences) en juin, assorti de rattrapage en septembre.

La bataille des examens dans les archives de Sciences Po (diaporama)

La question des examens est doublement clivante. Elle oppose le Conseil étudiant et la direction qui repousse tout compromis. Contraint de reporter sine die la tenue des examens en raison de l’occupation des locaux, le directeur Jacques Chapsal refuse le principe de « l’examen sur dossier » et convoque mi-juin par lettres-circulaires les étudiants à une session d’examen normale mais reportée à fin août-début septembre. La tenue des examens divise également les étudiants : l’incertitude qui règne quant aux dates et modalités d’organisation des épreuves, la peur de voir le diplôme dévalué, la volonté d’être fixé sur son sort universitaire avant l’incorporation militaire ou l’entrée sur le marché du travail, expliquent le mécontentement qui s’exprime contre le boycott. Quelques étudiants poursuivent ainsi leurs révisions en bibliothèque sans se soucier du “bruit et de la fureur” de la rue ; d’autres rédigent des tracts et des motions exigeant la tenue des épreuves du diplôme avant l’été.

La fermeté de la direction aura raison des revendications étudiantes : les épreuves ont lieu au retour des vacances d’été selon les modalités habituelles (le Grand O en moins) ; la « promo 68 » est diplômée le 16 décembre 1968 et le vénérable diplôme de Sciences Po sort inchangé de la révolution étudiante.

Dossier documentaire réalisé par Marjorie Ruffin, archiviste à la Mission Archives et Marie Scot, historienne au Centre d’histoire de Sciences Po. Texte de Marie Scot.

Tous les épisodes de “Ça s’est passé en 68” :

En savoir plus

Abonnez-vous à notre newsletter

Keep Learning : comment Sciences Po est passé en ligne

Keep Learning : comment Sciences Po est passé en ligne

14 000 étudiants issus du monde entier et sur tous les continents, 700 cours par jour : le passage en ligne imposé par la crise sanitaire a constitué un défi inédit pour Sciences Po. C’est aussi l’opportunité d’inventer de nouvelles façons d’apprendre et d’enseigner. Bénédicte Durand, Directrice de la formation, raconte l’énergie déployée par toutes les communautés dans cette aventure qui transformera durablement Sciences Po.  

Lire la suite

"Menton Livraison" : des étudiants s'engagent pendant la crise

Au début du mois de mars 2020, alors qu’une grande partie de la France vit encore dans l’insouciance, Tommaso Campomagnani, Nolwenn Menard, Joseph Moussa et Mathilde de Solages, étudiants en première année sur le Campus de Menton, anticipent la possibilité d’un confinement. Dans cette ville où un tiers de la population a plus de soixante ans, ils créent la plateforme Menton Livraison, qui garantit la livraison de produits de première nécessité par des bénévoles pour les personnes à risque. Mathilde et Nolwenn nous racontent cette aventure collective, faite de difficultés administratives et de belles rencontres.

Lire la suite
Avec Bertrand Badie, un

Avec Bertrand Badie, un "espace mondial du savoir"

Mise à jour 27 mars 2020 : Pas de confinement pour les idées ! Grâce à la plateforme Coursera, il redevient possible de suivre le MOOC incontournable et plébiscité de Bertrand Badie, "Espace Mondial". Le temps des études est celui d'une vie. #KeepLearning

22 000 fans : plus qu’un concert de Beyoncé à Bercy. C’est le nombre d’internautes qui ont suivi le cours en ligne de Bertrand Badie, en 2014 et 2015. Depuis un village de Saintonge, Rabat, La Réunion ou Mexico, au bureau, ou en faisant le ménage, ces étudiants de tous les âges et du monde entier ont plébiscité cette première édition du MOOC “Espace mondial”. Bonne nouvelle pour les accros, l’aventure redémarre sur la plate-forme Coursera, avec une nouvelle version internationale, multilingue, et à la demande.

Lire la suite
La compétition des propagations

La compétition des propagations

"Virus, mèmes et bonnes pratiques : la compétition des propagations"

Par Dominique Boullier (Professeur des universités en sociologie, CEE, Sciences Po) - Lorsqu’une crise sanitaire advient, ce ne sont pas seulement les virus qui se propagent avec leurs propres mécanismes. C’est aussi chaque société qui fait émerger tout son potentiel viral, selon un fonctionnement social tout à fait ordinaire que Tarde avait pensé sous le terme d’imitation à la fin du XIXe siècle. Car les messages d’alerte ou de soutien sur les réseaux sociaux, les bonnes pratiques, les peurs, les fake news, tout se diffuse selon un modèle de viralité.

Lire la suite
Roland Marchal enfin libéré après neuf mois de prison en Iran

Roland Marchal enfin libéré après neuf mois de prison en Iran

Roland Marchal, chercheur CNRS au Centre de recherches internationales de Sciences Po (CERI), était incarcéré en Iran depuis le début du mois de juin 2019. Il a été libéré le 20 mars 2020 et a pu rentrer dès le 21 mars à Paris, où il a retrouvé ses proches. Sa collègue et compagne Fariba Adelkhah est, quant à elle, toujours détenue dans la prison d’Evin, au Nord de Téhéran. 

Lire la suite
L'urgence : une longue histoire

L'urgence : une longue histoire

Le nombre de consultations des services d'urgence a doublé entre 1996 et 2017, passant de 10 à 20 millions...et la crise sanitaire en cours face à l'épidémie de coronavirus devrait faire exploser les prochaines statistiques. Et pourtant, nous avons tous oublié que ces services n’ont pas toujours existé. Comment sont-ils nés ? Pourquoi et comment se sont-ils développés ? L'historien Charles-Antoine Wanecq (Centre d'histoire de Sciences Po) s'est penché sur l'histoire de l'urgence, à qui la nation doit et devra encore tant de vies. 

Lire la suite
COVID-19 : Lettre à nos communautés

COVID-19 : Lettre à nos communautés

Dans le contexte de la crise sanitaire qui bouleverse le monde entier, Frédéric Mion, Directeur de Sciences Po, et Olivier Duhamel, Président de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, ont adressé ce message aux communautés de Sciences Po le 16 mars 2020. 

Pour plus d'informations sur la situation à Sciences Po, les recommandations et les questions fréquentes, rendez-vous sur la page Informations COVID-19

Lire la suite
Aux origines du sondage

Aux origines du sondage

Qui est apparu en premier : le sondage ou l’opinion publique ? « Si la question de la priorité de l'œuf sur la poule ou de la poule sur l'œuf vous embarrasse, c'est que vous supposez que les animaux ont été originairement ce qu'ils sont à présent. Quelle folie ! » Comme Denis Diderot, Martial Foucault invite ses étudiants à revenir aux origines du sondage, pour comprendre comment cet outil mal-aimé a évolué au fil du temps et de quelle façon on peut s’en servir aujourd’hui. 

Lire la suite
Les trois paradoxes des primaires démocrates

Les trois paradoxes des primaires démocrates

Par Mario Del Pero (Centre d'Histoire de Sciences Po) - Avec le « super-mardi » du 3 mars 2020, les primaires démocrates sont entrées dans une deuxième phase, qui verra s'affronter le sénateur du Vermont Bernie Sanders et l’ancien vice-président Joe Biden pour l'investiture. Faible représentativité des deux finalistes, polarisation accrue au sein du Parti Démocrate, et perspective d'une lutte fratricide : l'historien Mario Del Pero fait le point sur les difficultés de la campagne à venir.

Lire la suite