Hommage à Stanley Hoffmann, le plus français des politologues américains

Stanley Hoffmann, le plus français des politologues américains, et ancien étudiant de Sciences Po, vient de nous quitter à l’âge de 86 ans sur la terre qui l’avait accueillie dès 1951 comme visiting student puis comme jeune enseignant peu après. Né à Vienne, émigré à Paris, il dut quitter précipitamment la capitale en 1940, deux jours avant l’entrée des armées nazies qui l’avaient déjà contraint à fuir l’Autriche.

C’est cette force du destin qui le porta à s’intéresser à la politique et aux relations internationales dès 1945 en entrant à l’Institut d’Études Politiques, dont il fut l’un des plus brillants étudiants. Comme il l’écrit lui-même dans un texte autobiographique en 1993, « It wasn’t I who chose to study world politics. World politics forced themselves on me at a very early stage ». Toutefois cette passion pour les affaires du monde qu’il développa sa vie durant à Harvard ne lui fit jamais oublier son intérêt pour la vie politique française dont il était, à distance ou sur le terrain, l’un des observateurs les plus avertis, les plus fins et les mieux informés.

Un des observateurs les plus avertis de la vie politique française

Dès 1956, il produisit l’une des rares études sur un soubresaut politique inédit, le « Mouvement Poujade ». Mais surtout, il fut fasciné par De Gaulle, partageant avec lui la conviction que l’État-Nation demeure l’acteur fondamental et résilient des relations internationales. Cela le portait à un certain scepticisme à l’égard de la capacité de l’Union Européenne à s’ériger comme acteur plein et substitut possible des États dans le domaine des relations internationales.

Son admiration - critique - pour de Gaulle et son expérience étudiante,  puis professorale avec des hommes tels que Brejinsky, Huntington ou encore Henry Kissinger expliquent sans doute sa conviction que personnalités et leaders peuvent jouer et jouent un rôle éminent en politique. Avec Kissinger, il fut le créateur et l’animateur, l’âme devrait-on plutôt dire du Center for European Studies (CES) de Harvard, un lieu d’accueil de discussion, de débats où passèrent des milliers de jeunes européens avides de formation, d’Américains à qui il insufflait la passion de la France, de l’Europe et du monde. Passer par le CES était le « must » de ce dernier demi-siècle pour les jeunes et moins jeunes générations.

Le Center lui permettait de conjuguer ses intérêts pour les relations internationales, pour l’Europe dont il était la meilleure expression et pour la France à qui il portait une affection jamais démentie mais toujours raisonnée et surtout pas aveugle. Mieux que quiconque il savait apprécier les atouts, les forces et les vertus de son pays d’accueil. Mais cet amour lui permettait  d’en déceler les faiblesses, les lâchetés et lescrimes. Il pouvait d’autant mieux dire son fait à la France qu’il ne lui était pas « étranger ».

Un précieux héritage intellectuel

Ceux qui l’ont connu conserveront le précieux héritage intellectuel qu’il nous a laissé : des outils pour mieux comprendre le monde tel qu’il est. Jusqu’à la fin de sa vie il n’a cessé de s’interroger et d’analyser les phénomènes nouveaux liés à la globalisation : terrorisme, « failed States », réseaux trans-frontières etc… Ils conserveront aussi le souvenir de cet homme souriant et ironique, de cet œil pétillant et gentiment moqueur, de son incroyable humour où confluaient les héritages cosmopolites viennois, juif, français et anglo-saxon. Lui qui connaissait tout de l’état du monde se refusa toujours d’en devenir un acteur. Lui qui était un maître se refusa toujours d’être un « maître à penser », un qualificatif contraire à sa vérité et à sa façon d’être la plus profonde et un état d’esprit qui lui répugnait. Un jour, au Center for European Studies, lors d’un colloque franco-américain, il eut cette phrase merveilleuse : « In the United States, we don’t have intellectuals. We only have academics…. » Dans la substance comme dans la forme, tout est dit. C’était cela l’art et la manière de Stanley Hoffmann.

par Yves Mény, ancien professeur de science politique à Sciences Po, ancien président de l'Institut universitaire européen de Florence

Pour aller plus loin

Stanley Hoffmann, Harvard professor and scholar, 86 - The Harvard Gazette, September 14, 2015 (eng). 

Maylis de Kerangal, nouvelle titulaire de la Chaire d'écrivain en résidence

Maylis de Kerangal, nouvelle titulaire de la Chaire d'écrivain en résidence

Après Kamel Daoud, Marie Darrieussecq et Patrick Chamoiseau, Maylis de Kerangal rejoint Sciences Po comme titulaire de la Chaire d’écrivain invité : le passage de relais a lieu lundi 28 septembre 2020 lors d'un événement à suivre en ligne. L’occasion de revenir sur un an et demi d’aventures littéraires avec Delphine Grouès, Directrice de l'Institut des Compétences et de l'Innovation. 

Lire la suite
Des sculptures pour le futur campus : découvrez l’artiste lauréat !

Des sculptures pour le futur campus : découvrez l’artiste lauréat !

À son ouverture, le nouveau site du 1, Saint Thomas accueillera des étudiants, des chercheurs, des enseignants, mais aussi des sculptures ! Celles d’un jeune artiste colombien, Iván Argote, que notre jury vient de choisir pour inviter la création contemporaine dans cet écrin patrimonial. Avec un groupe d’étudiants, il démarre la création d’une série d’œuvres, parfois bancs, parfois sculptures, toujours porteuses de symboles et de messages... Découvrez son parcours et sa vision. 

Lire la suite
Covid-19 : une crise organisationnelle

Covid-19 : une crise organisationnelle

La crise du Covid-19 révèle la difficulté des décideurs à appréhender des problèmes complexes : pour les sociologues Olivier Borraz et Henri Bergeron (CSO), le réflexe qui consiste à créer de nouvelles organisations en réponse à l’incertitude a fait la preuve de son inefficacité. Selon eux, les dirigeants devraient, face aux défis de la crise sanitaire en cours, adopter une démarche scientifique plutôt que d’attendre de la science une vérité absolue. Entretien.                        

Lire la suite
Olivier Duhamel : “Vous allez apprendre à penser par vous-mêmes”

Olivier Duhamel : “Vous allez apprendre à penser par vous-mêmes”

C’est une leçon de rentrée historique à tous points de vue qui s’est déroulée ce jeudi 10 septembre 2020 : délivrée en ligne, l’intervention d’Olivier Duhamel, président de la Fondation nationale des sciences politiques, s’adressait à tous les étudiants du Collège universitaire, mais aussi à un large public grâce à une diffusion en direct sur Youtube. “Argumentez, doutez, écrivez, découvrez qui vous êtes, et faites l’amitié” : l’éminent Professeur de droit constitutionnel a prodigué ses conseils et répondu aux questions des étudiants. Une ode à l’esprit de liberté, à revoir en intégralité. 

Lire la suite
3 conseils pour devenir le photographe politique de l’année

3 conseils pour devenir le photographe politique de l’année

Plus que quelques jours pour participer à la quatrième édition du Prix de la Photographie Politique, ouvert à toutes et tous : vous avez jusqu'au 15 septembre pour envoyer vos images ! D'ici là, le jury nous rappelle qu’une bonne photographie politique n’est pas une question de sujet mais une affaire de regard - une façon d’observer ce monde parfois surprenant qui est le nôtre, au-delà des compétitions électorales et des manifestations de rue. Voici trois conseils pour se lancer. 

Lire la suite
Enseignement : qu’est-ce que la pédagogie hybride ?

Enseignement : qu’est-ce que la pédagogie hybride ?

Après un semestre de printemps qui a basculé en ligne dans l'urgence, le semestre d'automne démarre à Sciences Po sous le signe du "double campus", avec des cours au format largement réinventé. À quelques jours de la rentrée fixée au 14 septembre 2020, tour d'horizon de cette réinvention pédagogique avec Delphine Grouès, Directrice de l'Institut des compétences et de l'innovation. 

Lire la suite

Paris : quoi de neuf sur le chantier du futur campus ?

Paris : quoi de neuf sur le chantier du futur campus ?

Lorsque l’ancien hôtel de l'Artillerie aura achevé sa mue, il deviendra le cœur du futur campus parisien. Pour le moment, sous les échafaudages, le lieu poursuit sa transformation grâce aux grandes machines et aux hommes de l’art. Aperçu du chantier sous l’œil de notre photographe, Martin Argyroglo.

Lire la suite