Européennes 2019 : renaissance ou repli de l’Union ?

Directrice du Centre d’études européennes et de politique comparée de Sciences Po, Florence Haegel travaille sur l’étude des partis politiques et sur les processus de politisation. Dans le cadre du cycle de conférences “Waiting for European Elections”, elle analyse les enjeux des futures élections européennes.

Selon vous, ces élections vont-elles conduire à regain d’intérêt des citoyens pour l’Union européenne ou bien à un rejet ? Que disent vos recherches ?

Les recherches ont longtemps insisté sur l’indifférence plus que sur le rejet de l’Union européenne par les citoyens des États membres. L’Europe apparaissait lointaine et compliquée. On en parlait peu dans le cours quotidien des vies politiques nationales. Et le fait que l’Europe soit mise aux agendas nationaux, tous les cinq ans, à l’occasion des élections européennes, n’y faisait rien. Progressivement, et principalement à partir du traité de Maastricht, en 1992, puis du vote sur le Traité constitutionnel européen, en 2005, les chercheurs ont souligné que la montée d’un courant critique, voire hostile, à la construction européenne pouvait être un moyen de renforcer l’intérêt des citoyens en sortant le débat de son registre technocratique et de son univers élitiste. En réalité, depuis 1979, date de la première élection européenne, le taux de participation au vote a globalement décliné même si les évolutions de ce taux sont en réalité très variables selon les pays, les pays d’Europe de l’Est (Slovaquie, République Tchèque, Pologne) étant les moins participatifs. En tous les cas, les dissensions profondes sur le projet européen n’ont jusqu’à présent pas conduit les citoyens européens à davantage se mobiliser lors des élections.

Après le Brexit, est-ce que l’on peut envisager que d'autres pays demandent une sortie de l’Union européenne ?

Les dernières enquêtes Eurobaromètre réalisées à l’automne 2018 indiquent que dans le contexte tendu des négociations sur le Brexit, les citoyens européens interrogés sont plus enclins qu’auparavant à considérer de manière positive l’Union européenne, comme si l’incertitude ambiante et la fermeté affichée par l’Europe dans cet épisode leur donnaient des raisons d’être satisfaits. En tous les cas, c’est cette interprétation que le président du Parlement européen a voulu retenir. En moyenne, plus de la moitié des citoyens des États membres déclarent qu’ils voteraient pour le maintien dans l’Union européenne si d’aventure ils étaient consultés. Néanmoins, les Italiens et les Tchèques apparaissent tentés par une sortie et les Roumains, les Grecs, les Croates, les Slovènes sont plus nombreux à comprendre le choix du Royaume-Uni qu’à le condamner.

Le populisme a tendance à progresser dans de nombreux pays, y compris en dehors de l’Union européenne. Y  a-t-il des spécificités propres aux populismes européens ?

Le populisme a été analysé comme une « thin ideology », c’est à dire un mouvement hétérogène dont l’unité ne se construit qu’autour d’une défense du « peuple » contre les élites. Il peut donc prendre des formes variables et on en voit des manifestations partout dans le monde. Différentes variantes ont poussé sur le terreau européen. D’ailleurs, au Parlement européen, ceux que l’on pourrait désigner comme les “populistes de droite” étaient jusqu’à présent éclatés entre plusieurs groupes. Un des enjeux de ces élections européennes est de savoir si l’unité des droites radicales va se faire. La Ligue italienne y travaille d’arrache-pied, en tentant en particulier de se rapprocher du parti Droit et Justice polonais (il faut se rappeler qu’au Parlement la délégation polonaise est la quatrième en termes d’effectifs), mais des divergences existent sur la question migratoire, les rapports avec la Russie de Poutine, etc.

Malgré les réformes qui ont donné plus de pouvoir au Parlement, un des reproches que l’on fait à l’Union européenne est sa faible dimension démocratique. Cela correspond-il à la réalité ?

La place du Parlement européen a été, en effet, renforcée dans plusieurs domaines : législatif, budgétaire, ainsi que dans le choix des commissaires et du président de la Commission européenne. Mais l’asymétrie entre le Parlement et le Conseil demeure : l’activité parlementaire européenne est peu visible et lisible. Les prises de position sont difficiles à décrypter car le Parlement ne s’organise pas toujours de manière simple : les majorités varient selon les sujets et celui qui veut s’y intéresser peut vite se perdre dans les arcanes de circuits de décision complexes. En France, Thomas Piketty et Stéphanie Hennette-Vauchez ont fait des propositions pour renforcer le rôle du Parlement et lui donner un vrai rôle en matière budgétaire. Ils suggèrent également que 80% des parlementaires européens soient des parlementaires nationaux afin de rapprocher l’institution de Strasbourg des citoyens. À l’opposé, la dirigeante de l’AFD, la droite radicale allemande, milite pour que l’on supprime le Parlement. Dans une période de remise en cause du régime représentatif au nom de la démocratie participative, le Parlement européen est évidemment une cible.

Les questions migratoires semblent avoir contribué à renforcer la défiance des citoyens. Est-ce un des enjeux de ces élections ?

Les politiques migratoires sont attaquées sur les deux fronts. Elles ont d’ailleurs été au cœur du vote pour le Brexit et les droites radicales vont en faire leur cheval de bataille lors de la campagne. Même si, lorsque l’on entre dans les détails, on constate que tous les leaders européens de cette mouvance ne sont pas d’accord sur les solutions à mettre en œuvre. À gauche, la politique européenne est aussi sévèrement critiquée dans la mesure où elle restreint l’application de la convention de Stockholm sur le droit d’asile. En parallèle de ces mouvements de migrations venant de pays extra-européens, il est aussi intéressant de constater l’ampleur de la mobilité intra- européenne. C’est le cas en particulier en Roumanie, en Pologne, dans les pays baltes mais également en Italie : ces pays perdent une partie conséquente de leur jeunesse. L’enjeu de la mobilité, des réfugiés, des travailleurs détachés, des étudiants, est aujourd’hui au cœur de l’Europe.

Vous organisez prochainement plusieurs conférences au sujet des élections européennes. Pouvez-vous nous en dire plus à ce propos ?

Oui, le Centre d’études européennes et de politique comparée de Sciences Po (CEE)  organise avec l’École des affaires internationales (PSIA), l'École d’affaires publiques et l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), une série de conférences « Waiting for European Elections » sur les grands enjeux de l’élection européenne 2019. La première aura lieu le 20 février et se focalisera sur le Brexit. Xavier Ragot, de l’OFCE, animera la discussion avec John Burton, l’ancien Premier ministre irlandais, Fiona Hyslop, membre du gouvernement écossais et du Scottish National Party, Kalypso Nicolaidis, professeure à Oxford, et Colin Hay, professeur à Sciences Po (CEE). Trois autres conférences suivront tous les mois jusqu’aux élections en abordant le sujet des questions institutionnelles, des migrations et, pour finir, des  populismes.

Florence Haegel est professeure à Sciences Po. Ses recherches actuelles portent sur l’étude des partis politiques et des processus de politisation. Elle est membre du comité de rédaction de la revue Sociétés contemporaines.

Abonnez-vous à nos newsletters :

Les livres à mettre dans vos valises

Les livres à mettre dans vos valises

Que lire en cet été si particulier ? Entre besoin d’évasion et envie de réflexion, la Librairie de Sciences Po vous propose sa sélection pour un été conscient, reposant, ou les deux à la fois. Faites de la place dans vos bagages !

Lire la suite
Promo 2020 : une année historique

Promo 2020 : une année historique

Après trois ou cinq années d’efforts, ils ont accompli toutes les étapes les menant au précieux diplôme de Sciences Po, plus une : avoir vécu et réussi un semestre en pleine pandémie. Quel impact aura ce moment historique sur leur vie future ? En attendant de le savoir, voici le portrait d’une promo à nulle autre pareille : félicitations aux diplômés 2020 !

Lire la suite
Que deviennent nos diplômés ?

Que deviennent nos diplômés ?

L’enquête jeunes diplômés 2020 portant sur la promotion 2018 conforte l’attractivité des étudiants de Sciences Po auprès des employeurs avec 9 diplômés sur 10 en activité professionnelle. Parmi eux, 86 % ont trouvé leur premier emploi en moins de 6 mois, et près des ¾ occupent un emploi stable. Ils sont de plus en plus nombreux (37 %) à travailler à l’étranger, dans 87 pays. Découvrez tous les résultats de notre enquête* !

Lire la suite
“L’égalité des chances doit aussi être territoriale”

“L’égalité des chances doit aussi être territoriale”

Originaire de l’Allier, Salomé Berlioux a livré une longue bataille contre l’autocensure avant d’obtenir son diplôme de l’École d’affaires publiques de Sciences Po. En 2016, elle engage le combat à grande échelle en fondant l’association Chemin d’avenirs, qui aide aujourd’hui 1000 jeunes issus des campagnes et des petites villes à surmonter les obstacles qui entravent leurs ambitions. Entretien avec une alumna déterminée.

Lire la suite
Leçons d’un semestre pas comme les autres

Leçons d’un semestre pas comme les autres

Les étudiants de l’année 2019/2020 viennent de clôturer une année académique à nulle autre pareille. Quel bilan tirer de cette expérience ? Comment s’est déroulée cette bascule en urgence pour les étudiants et les enseignants ? Le bilan que nous publions aujourd’hui montre un pari plutôt réussi pour la grande majorité d’entre eux. Et permet de tirer d’utiles leçons pour le semestre à venir. 

Lire la suite
Féminicides : cartographie d'une controverse

Féminicides : cartographie d'une controverse

En 2020, Auriane, Cassandre, Cloë, Fiona et Huifang, étudiantes en Master Communication, médias et industries créatives à l'École du Management et de l’Innovation de Sciences Po, ont cartographié les controverses autour des féminicides en France. Cette méthode pédagogique, créée par Bruno Latour, professeur émérite à Sciences Po, a pour but d’apprendre aux étudiants à se repérer dans l'univers de la recherche en sélectionnant une controverse sur laquelle ils accumulent une documentation complète qu’ils mettent en forme et publient sur un site web. Chaque thème devient alors une sorte de "parlement virtuel" aidant à la mise en politique des nouvelles "choses publiques". Elles racontent leur expérience.

Lire la suite
Et le prix du meilleur reportage est attribué à...

Et le prix du meilleur reportage est attribué à...

Bouclage en beauté pour les étudiants de l’École de journalisme de Sciences Po ! Sept d’entre eux ont été distingués par l'un des prix remis chaque année par des rédactions prestigieuses pour identifier leurs prochaines recrues ou récompenser des reportages et enquêtes de qualité, et 15 d'entre eux ont été invités à rejoindre les rédactions de TF1/LCI et France Télévisions. Alors que l’École s’apprête à accueillir une nouvelle promotion, présentation du palmarès 2020. 

Lire la suite
Peuplecratie : le nouveau populisme

Peuplecratie : le nouveau populisme

Les infos passent, les idées restent. Dans FOCUS, la série vidéo de Sciences Po, un chercheur ou un enseignant aborde son domaine sous un angle inattendu. En trois minutes, FOCUS offre une réflexion hors des sentiers battus sur les questions qui animent le débat public et propose des perspectives pour comprendre et pour agir.

Lire la suite
À l'écoute des campagnes

À l'écoute des campagnes

Fondée par des diplômés de l’Ecole urbaine, l’association La Traverse a pour mission d’accompagner les territoires ruraux dans leurs démarches de transition écologique et sociale. Pour étudier et diffuser les bonnes pratiques, cette association produit le podcast “Transitions en terrain connu”, qui met en valeur des stratégies territoriales ambitieuses. Elle a ainsi réalisé un “tour de France des territoires ruraux” dont elle vient de publier le bilan. À cette occasion, Alexia Beaujeux, une des fondatrices, témoigne. 

Lire la suite