Européennes 2019 : renaissance ou repli de l’Union ?

Directrice du Centre d’études européennes et de politique comparée de Sciences Po, Florence Haegel travaille sur l’étude des partis politiques et sur les processus de politisation. Dans le cadre du cycle de conférences “Waiting for European Elections”, elle analyse les enjeux des futures élections européennes.

Selon vous, ces élections vont-elles conduire à regain d’intérêt des citoyens pour l’Union européenne ou bien à un rejet ? Que disent vos recherches ?

Les recherches ont longtemps insisté sur l’indifférence plus que sur le rejet de l’Union européenne par les citoyens des États membres. L’Europe apparaissait lointaine et compliquée. On en parlait peu dans le cours quotidien des vies politiques nationales. Et le fait que l’Europe soit mise aux agendas nationaux, tous les cinq ans, à l’occasion des élections européennes, n’y faisait rien. Progressivement, et principalement à partir du traité de Maastricht, en 1992, puis du vote sur le Traité constitutionnel européen, en 2005, les chercheurs ont souligné que la montée d’un courant critique, voire hostile, à la construction européenne pouvait être un moyen de renforcer l’intérêt des citoyens en sortant le débat de son registre technocratique et de son univers élitiste. En réalité, depuis 1979, date de la première élection européenne, le taux de participation au vote a globalement décliné même si les évolutions de ce taux sont en réalité très variables selon les pays, les pays d’Europe de l’Est (Slovaquie, République Tchèque, Pologne) étant les moins participatifs. En tous les cas, les dissensions profondes sur le projet européen n’ont jusqu’à présent pas conduit les citoyens européens à davantage se mobiliser lors des élections.

Après le Brexit, est-ce que l’on peut envisager que d'autres pays demandent une sortie de l’Union européenne ?

Les dernières enquêtes Eurobaromètre réalisées à l’automne 2018 indiquent que dans le contexte tendu des négociations sur le Brexit, les citoyens européens interrogés sont plus enclins qu’auparavant à considérer de manière positive l’Union européenne, comme si l’incertitude ambiante et la fermeté affichée par l’Europe dans cet épisode leur donnaient des raisons d’être satisfaits. En tous les cas, c’est cette interprétation que le président du Parlement européen a voulu retenir. En moyenne, plus de la moitié des citoyens des États membres déclarent qu’ils voteraient pour le maintien dans l’Union européenne si d’aventure ils étaient consultés. Néanmoins, les Italiens et les Tchèques apparaissent tentés par une sortie et les Roumains, les Grecs, les Croates, les Slovènes sont plus nombreux à comprendre le choix du Royaume-Uni qu’à le condamner.

Le populisme a tendance à progresser dans de nombreux pays, y compris en dehors de l’Union européenne. Y  a-t-il des spécificités propres aux populismes européens ?

Le populisme a été analysé comme une « thin ideology », c’est à dire un mouvement hétérogène dont l’unité ne se construit qu’autour d’une défense du « peuple » contre les élites. Il peut donc prendre des formes variables et on en voit des manifestations partout dans le monde. Différentes variantes ont poussé sur le terreau européen. D’ailleurs, au Parlement européen, ceux que l’on pourrait désigner comme les “populistes de droite” étaient jusqu’à présent éclatés entre plusieurs groupes. Un des enjeux de ces élections européennes est de savoir si l’unité des droites radicales va se faire. La Ligue italienne y travaille d’arrache-pied, en tentant en particulier de se rapprocher du parti Droit et Justice polonais (il faut se rappeler qu’au Parlement la délégation polonaise est la quatrième en termes d’effectifs), mais des divergences existent sur la question migratoire, les rapports avec la Russie de Poutine, etc.

Malgré les réformes qui ont donné plus de pouvoir au Parlement, un des reproches que l’on fait à l’Union européenne est sa faible dimension démocratique. Cela correspond-il à la réalité ?

La place du Parlement européen a été, en effet, renforcée dans plusieurs domaines : législatif, budgétaire, ainsi que dans le choix des commissaires et du président de la Commission européenne. Mais l’asymétrie entre le Parlement et le Conseil demeure : l’activité parlementaire européenne est peu visible et lisible. Les prises de position sont difficiles à décrypter car le Parlement ne s’organise pas toujours de manière simple : les majorités varient selon les sujets et celui qui veut s’y intéresser peut vite se perdre dans les arcanes de circuits de décision complexes. En France, Thomas Piketty et Stéphanie Hennette-Vauchez ont fait des propositions pour renforcer le rôle du Parlement et lui donner un vrai rôle en matière budgétaire. Ils suggèrent également que 80% des parlementaires européens soient des parlementaires nationaux afin de rapprocher l’institution de Strasbourg des citoyens. À l’opposé, la dirigeante de l’AFD, la droite radicale allemande, milite pour que l’on supprime le Parlement. Dans une période de remise en cause du régime représentatif au nom de la démocratie participative, le Parlement européen est évidemment une cible.

Les questions migratoires semblent avoir contribué à renforcer la défiance des citoyens. Est-ce un des enjeux de ces élections ?

Les politiques migratoires sont attaquées sur les deux fronts. Elles ont d’ailleurs été au cœur du vote pour le Brexit et les droites radicales vont en faire leur cheval de bataille lors de la campagne. Même si, lorsque l’on entre dans les détails, on constate que tous les leaders européens de cette mouvance ne sont pas d’accord sur les solutions à mettre en œuvre. À gauche, la politique européenne est aussi sévèrement critiquée dans la mesure où elle restreint l’application de la convention de Stockholm sur le droit d’asile. En parallèle de ces mouvements de migrations venant de pays extra-européens, il est aussi intéressant de constater l’ampleur de la mobilité intra- européenne. C’est le cas en particulier en Roumanie, en Pologne, dans les pays baltes mais également en Italie : ces pays perdent une partie conséquente de leur jeunesse. L’enjeu de la mobilité, des réfugiés, des travailleurs détachés, des étudiants, est aujourd’hui au cœur de l’Europe.

Vous organisez prochainement plusieurs conférences au sujet des élections européennes. Pouvez-vous nous en dire plus à ce propos ?

Oui, le Centre d’études européennes et de politique comparée de Sciences Po (CEE)  organise avec l’École des affaires internationales (PSIA), l'École d’affaires publiques et l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), une série de conférences « Waiting for European Elections » sur les grands enjeux de l’élection européenne 2019. La première aura lieu le 20 février et se focalisera sur le Brexit. Xavier Ragot, de l’OFCE, animera la discussion avec John Burton, l’ancien Premier ministre irlandais, Fiona Hyslop, membre du gouvernement écossais et du Scottish National Party, Kalypso Nicolaidis, professeure à Oxford, et Colin Hay, professeur à Sciences Po (CEE). Trois autres conférences suivront tous les mois jusqu’aux élections en abordant le sujet des questions institutionnelles, des migrations et, pour finir, des  populismes.

Florence Haegel est professeure à Sciences Po. Ses recherches actuelles portent sur l’étude des partis politiques et des processus de politisation. Elle est membre du comité de rédaction de la revue Sociétés contemporaines.

Abonnez-vous à nos newsletters :

"Pas de photo, c'est interdit"

"Pas de photo, c'est interdit"

Si votre photo n’est pas assez bonne, c’est que vous n’êtes pas assez près”, disait le photographe Robert Capa. Dans leurs cours consacré au photojournalisme, Dimitri Beck, Alain Genestar et leurs prestigieux invités poussent les futurs journalistes à aiguiser leur regard, leur curiosité, mais aussi leur humanité. Pour apprendre à capturer le réel dans l’obturateur, et parfois sa beauté. 

Lire la suite
Un siècle de femmes à Sciences Po

Un siècle de femmes à Sciences Po

Les étudiantes représentent près de 60 % de la promotion diplômée en juin 2019. Il y a un siècle, les premières femmes entraient à Sciences Po. Des premières étudiantes en 1919 jusqu’à une politique active de soutien de l’égalité aujourd’hui, comment leur place a-t-elle évolué dans l’École ? À l’occasion de ce centenaire,  retour sur 5 dates clés de l’histoire des femmes à Sciences Po.

Lire la suite
Engagée pour les océans

Engagée pour les océans

À l’occasion de la Semaine des Océans à Sciences Po, nous avons rencontré Ève Isambourg, étudiante en 3ème année du Collège universitaire et activiste pour la protection des océans. Après deux ans sur les bancs du campus de Paris, Ève a consacré sa troisième année à l’étranger à mobiliser les esprits sur les questions océaniques autour du monde. Dernière étape de sa mission et non des moindres : une conférence devant l’ONU à New York.

Lire la suite
L’Allemagne, le pays où les hauts fonctionnaires se forment à l’université

L’Allemagne, le pays où les hauts fonctionnaires se forment à l’université

Par Cornelia Woll (CEE). Le débat sur la suppression de l’École nationale d’administration est d’autant plus vif qu’il se situe à la convergence de plusieurs enjeux : principes de la méritocratie, ascension sociale, fonctionnement de l’administration publique, réseaux d’influence et rentes professionnelles que procurent les grands corps. D’autres modèles existent chez nos voisins. Une comparaison avec l’Allemagne éclaire le rôle que peut jouer l’université dans la formation de la haute fonction publique.

Lire la suite
Salomé Zourabichvili, alumna et Présidente

Salomé Zourabichvili, alumna et Présidente

Diplômée de Sciences Po en 1972, professeure à Sciences Po entre 2006 et 2015, Salomé Zourabichvili est la première femme élue présidente de Géorgie depuis le 28 novembre 2018. Mais aussi l’une de nos rares alumna femmes et cheffes d’État. À l’occasion de sa conférence du 18 février 2019 dans son alma mater, retour sur la brillante trajectoire d’une étudiante prometteuse, et timide. 

Lire la suite
Fact-checking, un combat difficile à gagner

Fact-checking, un combat difficile à gagner

Les «fake news», ou infox, sont devenues les grandes animatrices des campagnes électorales récentes, de la campagne pro-Brexit au Royaume-Uni jusqu’à l’élection du nouveau président brésilien Jair Bolsonaro, en passant par diverses élections en Europe et aux États-Unis. Emeric Henry, professeur au Département d'économie de Sciences Po a mené une étude pour étudier comment luttre contre ces "fakes news".

Lire la suite
Paul Claudel, diplomate à ses heures

Paul Claudel, diplomate à ses heures

Poète et dramaturge français, frère de la sculptrice Camille Claudel, membre de l’Académie française, Paul Claudel est un ancien élève de Sciences Po. Bien que son parcours étudiant fut en demi-teinte, les années qu’il passa à Sciences Po ont été déterminantes dans le choix de sa carrière diplomatique. Parallèlement à ses fonctions de consul, Claudel a écrit des poèmes, pièces et essais, loués pour leur lyrisme. Catholique fervent souvent controversé pour ses positions politiques très à droite, Paul Claudel fut un grand artiste symboliste. 

Lire la suite
Voix afghanes

Voix afghanes

Diplômée 2018 de l’École des affaires internationales de Sciences Po, Samina Ansari a choisi de s’engager pour son pays, l’Afghanistan. Devenue directrice exécutive du Centre pour les femmes à l’université américaine d’Afghanistan, elle encourage les femmes de son pays à créer des entreprises. Portrait vidéo d’une alumna engagée.

Lire la suite
Civiliser le capitalisme

Civiliser le capitalisme

Dans son dernier ouvrage, Civiliser le capitalisme (Fayard), Xavier Ragot, président de l’OFCE, propose de repenser le libéralisme économique afin de réduire l’insécurité économique et de défendre la démocratie. Parmi les solutions proposées, la mise en place d’une assurance chômage européenne, comme cela a été fait au niveau national avec les États-providence. Interview.

Lire la suite
Léo Ferré : du sale gosse de Sciences Po au Joli môme de l’Olympia

Léo Ferré : du sale gosse de Sciences Po au Joli môme de l’Olympia

Avant de devenir l’un des plus célèbres chanteurs français du 20ème siècle, Léo Ferré a usé ses pantalons sur les bancs de Sciences Po, dont il est sorti diplômé en 1939 (non sans péripéties). De la Péniche aux plus grandes scènes françaises, retour sur un parcours rempli d’insouciance et de maladresse.

Lire la suite