"Emouna est une extraordinaire expérience !"

Ce mercredi 3 juillet, Sciences Po certifie la seconde promotion d’Emouna. Qu’est-ce que Emouna ? Une formation unique, née du souhait de plusieurs ministres du culte, - prêtre, imam, rabbin… -, de favoriser le dialogue entre religions, tout en s’interrogeant sur leurs places respectives au sein de la culture française. Deux années à peine après sa création, Emouna compte déjà une soixantaine de certifiés. Pauline Bebe, membre cofondateur* du programme, revient sur les moments forts de cette formation.

C’est sous le toit en chaume de la Grande Pagode du Bois de Vincennes que la dernière journée de cours de la formation Emouna - l’Amphi des Religions s’est déroulée. Après avoir longé le lac du Bois de Vincennes, et foulé les petits chemins bordés d’herbes folles, ils se sont retrouvés devant ce bâtiment aux inspirations africaines datant de l’exposition universelle de 1931. A côté d’une statue du Bouddha imposante, qui reflétait dans ses dorures la lumière du soleil levant, un groupe improbable écoutait religieusement Frédéric Dieu, conseiller d’État, lui parler des nuances de la loi française concernant les Ministres du Culte. Le culte y était bien défini mais pas le Ministre du Culte. La subtilité des décisions juridiques se déroulait comme une dentelle de finesse, ponctué des sourires du juge passionné par son sujet.

« Religieusement », en réalité pas tant que cela, les questions fusaient de toute part sur les notions qui faisaient le quotidien de l’auditoire : loi 1901, loi 1905, du principe de non-ingérence à l’ordonnance de l’État de respecter la hiérarchie religieuse, de la menace à l’ordre public à l’impossibilité de tenir des réunions politiques dans les lieux cultuels, du secret professionnel et de ses limites exceptionnelles jusqu’au concept d’un « toit juridiquement détachable ». Humour, loi et religion font bon ménage !

Sur les visages lumineux des participants se lisait la passion du moment mêlée de l’ombre d’une tristesse de savoir que le soir ils se quitteraient et que cet apprentissage prendrait fin, après 18 journées passées ensemble. Dix-huit journées où imams, moines bouddhistes, pasteurs, prêtres, rabbins, et représentants de la société civile ont pu, grâce à ce programme inédit, tisser des liens forts qui, ont-ils dit, ont changé leur vie.

C’est en septembre 2016 que Sciences Po et son directeur Frédéric Mion avaient répondu oui à la demande d’un petit groupe multiconfessionnel composé d’un prêtre catholique, deux imams, un pasteur, deux rabbins, un moine bouddhiste, un prêtre orthodoxe, et présidé par Frédéric Puigserver, enseignant à Sciences Po. Un oui courageux d’ouvrir ses portes à des étudiants pas comme les autres qui demandaient à croiser les points de vue universitaires et religieux pour vivre une laïcité ouverte à toutes ses diversités et aborder des sujets qui les concernent tous.

Deux ans plus tard, ils recueillaient avec satisfaction les témoignages reconnaissants de la soixantaine d’élèves qui avaient déjà suivi cette formation dorénavant soutenue par le Ministère de l’Intérieur, toutes les grandes institutions religieuses du pays et saluée par le Pape. Convaincus d’avoir partagé des moments de complicité exceptionnels en apprenant et en travaillant ensemble, ils étaient déterminés à vouloir porter le message au-delà de leur formation, auprès de leurs fidèles respectifs et des personnes qu’ils côtoyaient.

Il y avait Droupgyu, dont la voix chamanique et cristalline s’élevait comme des gouttes de rosée vers le ciel quand elle entonnait un chant tibétain. Il y avait Moktar, aumônier des hôpitaux qui accueillait ses frères et sœurs de toutes les confessions avec un sourire chaleureux et revivait l’Andalousie du Moyen-âge ; Anne-Sophie, pasteur et aumônier des aéroports qui avait aimé la journée art et religion passée au Centre Pompidou, cette balade au milieu des œuvres d’art quand le ciel déchargeait ses flocons blancs sur les toits de Paris. Il y avait David dont la mission était d’accompagner spirituellement les gens du voyage et de régler des conflits, qui s’était confié sur l’art de la médiation. Il y avait Sévim dont la voix douce exprimait la sagesse et qui dans un tableau de Matisse d’un chat jouant avec un poisson, avait vu la capacité d’échapper à son destin et d’exprimer son libre-arbitre. Il y avait Catherine, journaliste qui lançait une émission sur la République et la foi, Nissim rabbin en noir et blanc qui citait Alfred de Vigny et les philosophes en les mêlant aux accents talmudiques, Pierre, prêtre orthodoxe qui nous avait fait visiter la Métropole grecque et admirer ses peintures. Chaque journée avait été l’occasion d’aller dans le lieu de l’autre, de le comprendre et d’apprendre, de confronter les croyances et les pratiques, de s’ouvrir avec bienveillance à la différence.

Les étudiants habituels de Sciences Po, pressés par leurs pas, avaient-ils remarqué la statue de Moïse impassible qui les regardait passer rue Saint-Guillaume ? Michel-Ange lui avait fait des cornes à cause d’une erreur de traduction : keren en hébreu, signifiait le rayon de lumière. Un Moïse qui aurait pu leur faire un clin d’œil parce qu’il savait que partout où politique et religion se trouvaient, il y avait aussi de l’humain et la nécessité de construire ensemble une éthique universelle aux multiples facettes et que si les universités tournaient le dos aux religions, elles pouvaient contribuer à leur radicalisation.

Sciences Po a su relever le défi du XXIème siècle. Aujourd’hui le programme Emouna - l’Amphi des Religions se développe dans trois pays d’Europe, l’Italie, la Belgique et les Pays-Bas et, selon l’Ambassadeur chargé des affaires religieuses au Quai d’Orsay, d’autres encore sont intéressés par l’exemple français. Il est temps de réconcilier les religions entre elles d’une part, les différentes tendances de chaque religion d’autre part, et enfin les universités et les religions dans une laïcité qui favorise un dialogue entre tous.

Emouna, Amana et Amen signifient en hébreu, en arabe et en latin la confiance, la loyauté, le pilier sur lequel nos sociétés doivent s’appuyer pour grandir. Alors si Moïse, Jésus, Marie, Mohammed, Fatima, Bouddha, Descartes, Victor Hugo et Einstein se rencontraient aujourd’hui, sans doute s’inscriraient-ils au programme Emouna - l’Amphi des Religions, pour apprendre à se connaître et se comprendre, accepter ceux qui croient et ne croient pas pour autant qu’ils apprennent à se regarder et se respecter dans la grande cour d’une université au sein d’une République laïque.

Les inscriptions pour la rentrée 2018-2019 d’Emouna sont ouvertes.

*Collège des fondateurs : Emmanuel Adamakis, métropolite de France, président de l’Assemblée des évêques orthodoxes de France ; Mohammed Azizi, imam, aumônier régional des hôpitaux d’Ile-de-France ; Pauline Bebe, rabbin de la Communauté juive libérale, Île-de-France ; Corinne Lanoir, doyenne de l’Institut protestant de théologie, Paris ; Moché Lewin, rabbin, conseiller spécial du Grand rabbin de France, directeur exécutif de la Conférence des rabbins européens ; Nicolas Péjout, directeur de Sciences Po Executive Education ;  Frédéric Puigserver, enseignant à Sciences Po, président du collège ; Boubker Sabri, imam de la Mosquée As-Salam - Argenteuil ; Thierry Vernet, prêtre, directeur du département Judaïsme et Christianisme au Collège des Bernardins ; Olivier Wang-Genh, moine Zen Soto, président de l’Union bouddhiste de France.

Ce projet bénéficie du soutien du ministère de l’Intérieur, de la Fondation Notre Dame, de la Fondation Caritas France, de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah, de la Fondation de l’Islam de France, de la Fondation Maayan, de la Fédération Protestante de France, de la Métropole Grecque Orthodoxe de France, de l’Union Bouddhiste de France, du Sciences Po Alumni UK Charity Trust, ainsi que des nombreux particuliers qui soutiennent ce projet au travers d’un don individuel.

En savoir plus

Le programme du certificat Emouna

Abonnez-vous à notre newsletter

Les livres à mettre dans vos valises

Les livres à mettre dans vos valises

Que lire en cet été si particulier ? Entre besoin d’évasion et envie de réflexion, la Librairie de Sciences Po vous propose sa sélection pour un été conscient, reposant, ou les deux à la fois. Faites de la place dans vos bagages !

Lire la suite
Le fact-checking est-il vraiment efficace ?

Le fact-checking est-il vraiment efficace ?

Par Manon Berriche (article initialement publié le 22 janvier 2020) - Le fact-checking ne date pas d’hier. Dès son lancement, en 1923, le magazine Time avait déjà recruté une équipe de fact-checkers. Leur rôle à l’époque : vérifier scrupuleusement toutes les informations avant qu’elles ne soient publiées. Mais à l’ère du numérique, l’essor des réseaux sociaux a entraîné un bouleversement du fonctionnement de l’espace public traditionnel.

Lire la suite
La duchesse de Galliera, première mécène de Sciences Po

La duchesse de Galliera, première mécène de Sciences Po

Par Emmanuel Dreyfus (promo 91) pour le Magazine Émile -- Si Sciences Po doit sa fondation à la volonté d’un homme, Émile Boutmy, l’École doit sa pérennité au don d’une femme, Maria Brignole-Sale, duchesse de Galliera. Le diplômé de la rue Saint-Guillaume connaît vaguement son nom et son profil sculpté, le Parisien sait que le musée de la mode s’appelle le palais Galliera. Et l’on n’en sait guère plus. Pourtant, la vie de la duchesse mérite d’être contée, même si faute de biographie publiée, on doit en glaner les éléments dans les notices en ligne et les dictionnaires.

Lire la suite
Les origines du populisme. Enquête sur une défiance politique et sociale

Les origines du populisme. Enquête sur une défiance politique et sociale

Des électeurs qui ne croient plus en rien et surtout pas en leurs institutions, qu’elle soient politiques ou autres. Une solitude prégnante liée à la société post-industrielle et à ses modes de travail et de vie. Voici le cocktail détonnant qui serait aux origines du populisme d’après quatre chercheurs. Après avoir mené un long travail d’enquête, ils livrent les résultats de leurs travaux - et des pistes de solutions -, dans “Les origines du populisme”, paru chez Seuil. 

Lire la suite
Suzanne Basdevant-Bastid, juriste d'exception

Suzanne Basdevant-Bastid, juriste d'exception

Par Maïna Marjany (promo 14) pour le magazine ÉmileLe parcours de Suzanne Basdevant-Bastid force l’admiration. Universitaire respectée, professeure attentive et dévouée, résistante et académicienne. Elle ne s’est pas contentée d’être une pionnière, mais a enchaîné les succès et les distinctions, toujours avec modestie.

Lire la suite
Vêtements durables, mode d'emploi

Vêtements durables, mode d'emploi

Étudiante en master Innovation & transformation numérique, Camille Gréco a rejoint l'École du management de Sciences Po après des études de mode à Londres. Passionnée par le secteur de la mode et du textile, mais soucieuse de le rendre plus durable et moins polluant, elle crée en 2017 CrushON, une plateforme en ligne qui rassemble l’offre de friperies. L'objectif : démocratiser l’achat de vêtements vintages, dans une optique de consommation écoresponsable. Explications.

Lire la suite
Res Communis : le droit au service de tous

Res Communis : le droit au service de tous

Droit de la famille, droit du travail, droit des étrangers, droit du logement : grâce à la Clinique de l’École de droit de Sciences Po, les étudiants mettent leurs connaissance au service des Maisons de Justice et du Droit (MJD) et des Points d’accès au droit (PAD), des lieux d'accueil permanent et gratuit qui soutiennent les personnes confrontées à des problèmes juridiques ou administratifs. Orienter, conseiller, expliquer, et trouver des solutions en temps réel font partie de leurs responsabilités, et enrichissent leur parcours. Témoignage. 

Lire la suite
Sciences Po et les femmes

Sciences Po et les femmes

Par l’historienne Marie Scot et la rédaction du magazine Émile Ni précurseure, ni en retard en la matière, l’École de la rue Saint-Guillaume a collé, en matière de féminisation, à l’évolution de la société française. Dans les années 2000, le nombre de femmes étudiantes a même dépassé celui des hommes ; les femmes représentent aujourd’hui 60 % des effectifs des étudiants de Sciences Po. Alors que les premières femmes étudiantes sont entrées à l’École libre des sciences politiques il y a tout juste un siècle, retour sur leur histoire au sein de l’établissement. 

Lire la suite
“Le vélo, c’est un levier de développement sobre”

“Le vélo, c’est un levier de développement sobre”

Diplômée de l’École urbaine, Camille Gaumont emploie aujourd’hui son énergie à élargir la place du vélo dans l’espace urbain gigantesque et dense de Plaine Commune, qui regroupe 9 villes au nord de Paris. Un moyen de concilier son expertise sur la ville, sa passion pour la bicyclette, et sa volonté d’agir concrètement pour la planète. Entretien.

Lire la suite
Sciences Po, l'école des diplomates

Sciences Po, l'école des diplomates

Par Nicolas Scheffer, diplômé (2017), pour le magazine Émile - La diplomatie fait partie de l’ADN de Sciences Po depuis sa création en 1872. Près de 60 % des ambassadeurs français actuellement en poste sont issus de l'École, faisant ainsi la preuve que l’enseignement des relations internationales tel que pratiqué rue Saint-Guillaume est un incontournable pour les futurs diplomates. 

Lire la suite