Dans les coulisses de l'élection américaine

Après l’obtention de son diplôme en 2015, l’étudiant américain Mike Schmuhl a poursuivi sa route aux Etats-Unis. De campagnes politiques en missions de conseil, il est devenu directeur de Pete for America (EN), mouvement lancé par le maire de South Bend dans l’Indiana, Pete Buttigieg, lors des primaires démocrates en 2020. Il raconte. 

Vous êtes diplômé de PSIA, l'École des affaires internationales de Sciences Po. Qu’est-ce que cette expérience vous a apporté dans votre parcours ? 

À PSIA, j’ai suivi un master en International Public Management (administration publique internationale) avec une spécialisation sur l’Asie et les pays émergents. Sciences Po était le choix parfait pour moi. Auparavant, j’avais travaillé quelques années dans le journalisme et la politique aux Etats-Unis ; j’étais très heureux de retourner à l’université et de poursuivre des études supérieures à l’étranger. À Sciences Po, je me suis retrouvé entouré de personnes qui venaient des quatre coins du monde. C’était une expérience enrichissante, singulière, et très différente de ce qu’on peut vivre dans une université américaine où le corps étudiant est beaucoup moins international. 

Qu’avez-vous fait après l’obtention de votre diplôme ? Qu’est-ce qui vous a conduit où vous êtes ? 

Quand je suis sorti de Sciences Po, on m’a proposé de rejoindre l’agence de conseil 270 Strategies, qui a été fondée par d’anciens dirigeants des campagnes présidentielles de Barack Obama (“270” désigne d’ailleurs le nombre de votes qu’il faut obtenir au sein du collège électoral des Etats-Unis pour devenir président...). J’ai rejoint le siège de Chicago, qui n’est pas très éloigné de la ville où j’ai grandi, South Bend, dans l’Indiana. 

Dans ce contexte, j’ai travaillé sur plusieurs campagnes - pas seulement des campagnes politiques ou électorales, mais aussi des initiatives menées par des syndicats ou des organisation de défense du droit de vote - ce qui m’a permis d’acquérir plus d’expérience. Après quelques années, j’ai déménagé à New York, où j’ai travaillé comme consultant à mon compte, puis je suis revenu dans l’Indiana pour travailler avec Pete Buttigieg et préparer sa campagne présidentielle. 

Que représentait pour vous le poste de Directeur de campagne de Pete Buttigieg ? Qu’avez-vous appris à travers cette expérience ? 

Pour moi, le plus grand défi de cette campagne résidait dans son échelle, sa cadence, et la complexité du tout. Le système électoral américain - avec ses primaires, ses “caucus” et ses grands électeurs - est vraiment particulier du point de vue de la durée. En France, par exemple, une personne annonce généralement sa candidature quelques mois avant une élection. Aux Etats-Unis, une élection n’est pas un sprint - c’est plutôt un marathon, avec de nombreuses étapes tout au long du parcours. 

Dès le départ, on a dû recruter 550 personnes en très peu de temps. On partait plus ou moins de zéro, si on considère qu’au démarrage, Pete Buttigieg était le maire d’une ville relativement petite (South Bend est la 4e ville de l’Indiana, avec une population d’environ 100 000 habitants) et qu’il était loin d’être aussi connu que d’autres candidats, qui avaient déjà concouru dans des élections nationales. 

L’aspect le plus frustrant - qui est devenu mon adage politique - c’est que dans une course électorale, on ne peut pas tout contrôler. On peut mener une campagne superbe, délivrer un message clair et convaincant : il reste toujours des événements qu’on ne peut pas prévoir. Par exemple, le fait que les résultats des caucus de l’Iowa seraient immédiatement remis en question. Nous avons gagné, mais un problème dans le mécanisme de remontée des suffrages a suscité des délais, puis des erreurs dans le comptage. C’était imprévisible. 

Diriez-vous qu’il est nécessaire de recevoir une certaine formation pour occuper ce poste ? 

Je ne pense pas qu’il y ait de formation spécifique pour se lancer en politique, mais je pense qu’il est important de réunir certains traits de caractère : la curiosité, une grande énergie, et la capacité à se plonger corps et âme dans quelque chose. Certaines des personnes que nous avons recrutées avaient déjà travaillé sur une ou plusieurs campagnes électorales, d’autres n’avaient jamais mis un pied en politique. En fait, ce mélange de nouveaux entrants et de personnes plus expérimentées est, à mon sens, ce qui rend l’aventure d’une campagne si singulière. Ça, et l’équilibre entre tradition et innovation. 

Quels sont les éléments nécessaires pour réussir une campagne ? Y a-t-il des choses que les citoyens ne voient pas, et qu’il serait utile de leur dire pour qu’ils comprennent mieux les mécanismes d’une course électorale ? 

Une chose qui me semble importante à comprendre, c’est l’aspect “physique” du processus. Même en tant que directeur de campagne, il est parfois difficile d’accéder au candidat. On voyage tout le temps, on se déplace d’une ville à l’autre, et cela est déjà, en soi, épuisant. À certains moments, la seule façon d’échanger avec son candidat, c’est de manger un sandwich à l’arrière de la voiture avec lui - ce n’est pas glamour ! 

Ensuite, s’il y a une chose capitale à retenir, c’est le message : pourquoi se porte-t-on candidat à cette élection ? Quelle est la raison d’être de la campagne ? C’est essentiel d’envoyer un signal clair. Si le message est flou, confus, ou qu’il évolue au fil du temps, les gens ne comprendront pas ce que le candidat souhaite incarner. Un message clair nourrit les discours du candidat, la préparation des débats, les interviews, la recherche et le plaisir des échanges avec les votants ! On retrouve le message partout. 

Comment voyez-vous la politique et les élections américaines évoluer dans les prochaines années ? Quelle comparaison établiriez-vous entre les Etats-Unis et la France ? 

Je pense que nous nous dirigeons vers une réforme du processus électoral états-unien. Il y a de plus en plus de citoyens qui s’expriment en faveur d’une réforme du système de nominations, des caucus, ou du fonctionnement de la Cour Suprême. 

Pour ce qui est de comparer les dynamiques politiques, on peut dire qu’aux Etats-Unis, le bipartisme reste une structure extrêmement puissante, tandis qu’en France on a vu émerger de nombreux partis politiques. La façon dont Emmanuel Macron a réussi à créer son parti ex nihilo et à être élu est, pour l’instant, inimaginable aux Etats-Unis. Néanmoins, force est de constater que certaines candidatures (comme celles de Donald Trump et de Bernie Sanders), l’évolution des médias et le degré d’engagement (ou de désengagement) des candidats vis-à-vis des “Américains moyens” ont brouillé les contours traditionnels des courants démocrate et républicain. 

Prévoyez-vous de continuer à travailler dans la politique, sur le plan national ou international ? 

Je prévois d’abord de faire tout mon possible pour aider Joe Biden à devenir président. Tout au long de ma vie professionnelle, j’ai alterné entre des moments d’implication politique intense, et de courtes respirations. Le temps est donc venu de me retrousser à nouveau les manches et de faire de mon mieux pour que Joe Biden batte Donald Trump. 

Mike Schmuhl intervient ponctuellement dans le cours de Lex Paulson à PSIA. 

Pour aller plus loin : 

Abonnez-vous à nos newsletters !

Leçons d’un semestre pas comme les autres

Leçons d’un semestre pas comme les autres

Les étudiants de l’année 2019/2020 viennent de clôturer une année académique à nulle autre pareille. Quel bilan tirer de cette expérience ? Comment s’est déroulée cette bascule en urgence pour les étudiants et les enseignants ? Le bilan que nous publions aujourd’hui montre un pari plutôt réussi pour la grande majorité d’entre eux. Et permet de tirer d’utiles leçons pour le semestre à venir. 

Lire la suite
Féminicides : cartographie d'une controverse

Féminicides : cartographie d'une controverse

En 2020, Auriane, Cassandre, Cloë, Fiona et Huifang, étudiantes en Master Communication, médias et industries créatives à l'École du Management et de l’Innovation de Sciences Po, ont cartographié les controverses autour des féminicides en France. Cette méthode pédagogique, créée par Bruno Latour, professeur émérite à Sciences Po, a pour but d’apprendre aux étudiants à se repérer dans l'univers de la recherche en sélectionnant une controverse sur laquelle ils accumulent une documentation complète qu’ils mettent en forme et publient sur un site web. Chaque thème devient alors une sorte de "parlement virtuel" aidant à la mise en politique des nouvelles "choses publiques". Elles racontent leur expérience.

Lire la suite
Et le prix du meilleur reportage est attribué à...

Et le prix du meilleur reportage est attribué à...

Bouclage en beauté pour les étudiants de l’École de journalisme de Sciences Po ! Sept d’entre eux ont été distingués par l'un des prix remis chaque année par des rédactions prestigieuses pour identifier leurs prochaines recrues ou récompenser des reportages et enquêtes de qualité, et 15 d'entre eux ont été invités à rejoindre les rédactions de TF1/LCI et France Télévisions. Alors que l’École s’apprête à accueillir une nouvelle promotion, présentation du palmarès 2020. 

Lire la suite
Peuplecratie : le nouveau populisme

Peuplecratie : le nouveau populisme

Les infos passent, les idées restent. Dans FOCUS, la série vidéo de Sciences Po, un chercheur ou un enseignant aborde son domaine sous un angle inattendu. En trois minutes, FOCUS offre une réflexion hors des sentiers battus sur les questions qui animent le débat public et propose des perspectives pour comprendre et pour agir.

Lire la suite
À l'écoute des campagnes

À l'écoute des campagnes

Fondée par des diplômés de l’Ecole urbaine, l’association La Traverse a pour mission d’accompagner les territoires ruraux dans leurs démarches de transition écologique et sociale. Pour étudier et diffuser les bonnes pratiques, cette association produit le podcast “Transitions en terrain connu”, qui met en valeur des stratégies territoriales ambitieuses. Elle a ainsi réalisé un “tour de France des territoires ruraux” dont elle vient de publier le bilan. À cette occasion, Alexia Beaujeux, une des fondatrices, témoigne. 

Lire la suite
L'innovation dans tous ses États

L'innovation dans tous ses États

Comment réinventer les prisons de demain ? Comment décarboner les Jeux olympiques de 2024 ? Comment rendre le patrimoine du Domaine de Chantilly accessible aux générations futures ? Voici quelques-unes des questions soulevées par l’Incubateur des politiques publiques, un programme destiné aux étudiants de master de l’École d’affaires publiques de Sciences Po.

Lire la suite
Voyage au coeur de la <em>start-up nation</em>

Voyage au coeur de la start-up nation

Après la Silicon Valley en 2017 et le MIT en 2019, le Centre pour l’Entrepreneuriat a organisé sa troisième Learning Expedition en Israël, pays équivalent en taille à un département français mais qui détient le record mondial du nombre de start-ups par habitant (1 pour 6000). Sur quoi repose ce “miracle entrepreneurial”, et quelles en sont ses limites ? Parmi les douze étudiants qui ont été sélectionnés pour prendre part à l’aventure, Loanne Guérin et Laura Salesse (respectivement en première et deuxième année du master Finance et Stratégie) témoignent. 

Lire la suite
Climat, santé : “La crise du Covid agit comme un révélateur”

Climat, santé : “La crise du Covid agit comme un révélateur”

Sophie Dubuisson-Quellier, directrice adjointe du Centre de Sociologie des Organisations, a rejoint à la fin de l’année 2019 le Haut conseil pour le climat. A l’occasion de la publication d’un rapport intitulé Climat, santé : mieux prévenir, mieux guérir - consacré aux enseignements à tirer de la crise sanitaire du Covid-19 et aux suites à donner pour atteindre nos objectifs vers la neutralité carbone - elle nous présente cet organisme et ses réflexions en cours.

Lire la suite
3 conseils pour devenir le photographe politique de l’année

3 conseils pour devenir le photographe politique de l’année

La quatrième édition du Prix de la Photographie Politique, ouvert à toutes et tous, se poursuit : vous avez jusqu'au 15 septembre pour envoyer vos images ! D'ici là, le jury nous rappelle qu’une bonne photographie politique n’est pas une question de sujet mais une affaire de regard - une façon d’observer ce monde parfois surprenant qui est le nôtre, au-delà des compétitions électorales et des manifestations de rue. Voici trois conseils pour ceux qui voudraient se lancer (en toute sécurité). 

Lire la suite