Décès de Pierre Hassner, un des plus éminents professeurs de Sciences Po

Spécialiste éminent des relations internationales, Pierre Hassner fut un théoricien, philosophe de la politique et observateur subtil de la scène mondiale. Européen de l’Est exilé à l’Ouest, roumain de naissance et français d’adoption, juif éduqué catholique mais profondément laïc, Européen ami des Américains, il fut « homme de paradoxes ou homme des passages » dont la vie et le parcours reflètent les contradictions du monde de l’après-guerre. Il est décédé ce samedi 26 mai, à l’âge de 85 ans.

"Un passeur préoccupé du monde"[1]

« Homme de paradoxes ou homme des passages[3] », Pierre Hassner est un Européen de l’Est exilé à l’Ouest, Roumain de naissance et Français d’adoption, un juif éduqué catholique par la force des temps mais profondément laïc, un Européen ami des Américains dont la vie et le parcours reflètent les contradictions du monde de l’après-guerre. Né en 1933, Pierre Hassner quitte la Roumanie communiste à l’âge de quinze ans pour la France. Deux ans plus tard, il est admis à l'Ecole normale supérieure de la rue d'Ulm puis agrégé de philosophie en 1955. Cet élève de Raymond Aron décroche une bourse Rockefeller qui le mène, alors que la guerre froide bat son plein (1956-1959), à l’Université de Chicago où professe le philosophe Leo Strauss. Dans ses Mémoires publiées en 1983, Raymond Aron écrit : « Dans je ne sais quelles circonstances, Pierre Hassner, qui fréquentait parfois mes cours, fit un exposé brillant, étourdissant sur Thucydide... Je lui dis que jamais, étudiant ou enseignant, je n'avais entendu un discours de qualité comparable.» Recruté au CERI en 1959, il enseigne à Sciences Po pendant près de quarante ans, notamment au sein du Troisième Cycle et de l’École doctorale, un cours fameux, professé en binôme avec Jean-Claude Casanova, intitulé "Économie et politique dans les Relations internationales". Visiteur bimensuel de l’université Johns Hopkins de Bologne durant vingt ans, chercheur français familier des départements nord-américains de science politique, visiting professor de Chicago à Harvard et de Montréal à Québec, Pierre Hassner jouera le rôle « d’interprète de l’Est auprès de l’Ouest et de l’Ouest auprès de l’Est[4] », de pont entre la Vieille Europe et le Nouveau Monde.

Une théorie générale des conflits

Ses travaux de théoricien des relations internationales combinent la philosophie, la science politique et la sociologie. L'un des plus proches et des plus brillants élèves de Raymond Aron, son « maître en relations internationales et en hygiène intellectuelle[5] », Pierre Hassner explore avec une subtilité et une profondeur intellectuelles sans pareil les rapports entre guerre et politique, entre ordre et désordre dans les relations internationales en temps de guerre froide. Ses travaux des années 1950 analysent l’expérience totalitaire, la politique des blocs, et l’équilibre de la terreur et de la dissuasion nucléaire[6]. La chute du mur de Berlin[7], les « révolutions ambiguës », les guerres balkaniques sonnent le grand retour des nationalismes européens et bouleversent les grilles de lecture du théoricien : les concepts de « violence » et de « conflits » s’avèrent plus appropriés que ceux de guerre (froide ou chaude) ; la violence n’est plus seulement le fait des grandes puissances nucléaires, ni de la diplomatie étatique classique, mais celui, « sous-conventionnel », de l’ordre social, des milices et des criminalités organisées, alors que se brouillent les frontières entre le militaire et le civil, le privé et le public, l’État et la société, le centre et la périphérie, la barbarie et la civilisation[8]. Le nouveau siècle interroge la politique étrangère américaine à l’aune du 11 septembre et, avec elle, la notion d’empire et de guerre pré-emptive[9], tandis que l’islamisme radical et terroriste prend les traits d’une nouvelle pensée totalitaire. Analysant à chaud les soubresauts de la planète[10], Hassner se distingue par la « complexité de ses analyses, véritables festins de ses fameux « d’une part », « d’autre part », qui ne s’achèvent jamais par des conclusions simples[11] ».

Locke, Kant, Hobbes et la théorie des relations internationales.

Cette petite musique si particulière, Pierre Hassner la doit sans doute à « une culture plus vaste et des instruments intellectuels plus divers[12] » que ceux mobilisés par les spécialistes des études internationales. Sa formation de philosophe, à l’école de Aron et de Strauss, le fait osciller entre « Kant et le Kosovo[13] » : « étant parti de la philosophie, puis allé vers la politique internationale, je reviens, par une sorte de cercle à la philosophie et à l’ordre de l’âme[14]. » Éclairées à la lumière de la philosophie, les relations internationales peuvent se lire comme la succession historique de moments philosophiques où les mondes de Locke et de Kant (libéralisme/démocratie/paix) ont été ébranlés par les mondes de Hobbes (guerre de tous contre tous), de Nietzsche (affirmation identitaire) et de Marx (luttes des classes, des mondes développés et sous-développés)[15]. Surtout, l’approche philosophique porte les impératifs moraux et les principes universels des droits de l’homme au cœur des relations internationales. Et Pierre Hassner, sensible au caractère tragique de la politique, est un commentateur et un acteur passionné des relations internationales, un intellectuel engagé aux côté des « lili » (libéraux libertaires) contre les « bobo » (bolchéviques bonapartistes), militant de la cause antitotalitaire puis de la cause humanitaire, défenseur des réfugiés[16] et partisan résigné de l’intervention lors des guerres balkaniques.

Marie Scot, Centre d'histoire de Sciences Po - article publié sur Sciences Po Stories

Références
[1] Anne-Marie Le Gloannec et Aleksander Smolar, « Introduction », in Anne-Marie Le Gloannec et Aleksander Smoler (dir.), Entre Kant et Kosovo. Études offertes à Pierre Hassner, Paris, Presses de Sciences Po, 2003.
[2] Formule de Jean-François Bouthors citée in Dominique Moisi, « Compte rendu Pierre Hassner, La violence et la paix », Politique étrangère, 60-2, 1995, p. 529-530.
[3] Pierre Manent, « Pierre Hassner, défenseur de la paix », in Anne-Marie Le Gloannec et Aleksander Smoler (dir.), Entre Kant et Kosovo, op.cit.
[4] Dominique Moisi, « CR Pierre Hassner », op.cit.
[5] Pierre Hassner La violence et la paix, Paris, Editions Esprit, 1950, p. 20.
[6] Pierre Hassner, « Entre la stratégie et le désarmement : l’Arms Control. Étiquette passe-partout, thème contestable ou discipline nouvelle ? », Revue française de science politique, 13-4, décembre 1963 ; Id, « Violence, rationalité, incertitude : tendances apocalyptiques et iréniques dans l’étude des conflits internationaux », Revue française de science politique, 19-6, décembre 1964, p. 1155-1178 ; Id, « On ne badine pas avec la force », Revue française de science politique, 21-6, décembre 1971, p. 1207-1233.
[7] Pierre Grémion, Pierre Hassner, Vent d’Est : vers l’Europe des États de droit ?, Paris, PUF, 1990.
[8] Pierre Hassner, La violence et la paix. De la bombe atomique au nettoyage ethnique, Paris, Éditions Esprit, 1995.
[9] Pierre Hassner, États-Unis : L’empire de la force ou la force de l’Empire ? Paris, IES-VE, les cahiers de Chaillot n°54, 2002.
[10] Pierre Hassner, La Terreur et l’Empire. La violence et la Paix, deux tomes, Paris, Seuil, 2003
[11] Anne-Marie Le Gloannec et Aleksander Smoler (dir.), Entre Kant et Kosovo. op.cit., p. 12.
[12] Thérèse Delpech, « CR Pierre Hassner, La terreur et l’Empire », Politique étrangère, 69-1, 2004, p. 215-217.
[13] Anne-Marie Le Gloannec et Aleksander Smoler (dir.), Entre Kant et Kosovo. op.cit.
[14] Pierre Hassner, La violence et la paix, op.cit.
[15] Pierre Hassner, « La signification du 11 septembre. Divagations politico-philosophiques sur l’événement », Bulletin de la société française de philosophie, automne 2002, repris dans Esprit novembre 2002.
[16] Pierre Hassner, « Réfugiés sans refuge ou citoyens cosmopolites », in Bertrand Badie, Marc Sadoun (dir.), L’Autre. Études réunies pour Alfred Grosser, Paris, Presse de Sciences Po, 1996, p. 229-236.

Yann Schreiber :

Yann Schreiber : "Le journalisme, c'est lui qui vous choisit"

Nous avions rencontré Yann Schreiber il y a quelques années alors qu'il finalisait son double master à l'École de journalisme et à l'École des affaires internationales (PSIA). Il venait de recevoir plusieurs prix de la prestigieuse Society of Professional Journalists, notamment pour une video et un reportage photo réalisé lors de son année d'échange à Ohio State University. Après maintenant quelques années de pratique, il garde toujours la même passion du journalisme, chevillée au corps. 

Lire la suite
Le programme

Le programme "Emouna, l’amphi des religions" a cinq ans !

Le programme Emouna, qui forme ensemble des ministres du culte, des responsables de communautés religieuses de toutes les confessions et des personnes laïques au dialogue interreligieux et interconvictionnel, tout en favorisant l’engagement dans la société civile et la laïcité républicaine, célébrait son 5e anniversaire ce lundi 23 mai 2022, dans l’amphithéâtre Boutmy de Sciences Po à Paris.

Lire la suite
Babacar Seck : « Aucune université ne peut réussir sans ses Alumni »

Babacar Seck : « Aucune université ne peut réussir sans ses Alumni »

Originaire de Dakar au Sénégal, et de la région Auvergne en France, Babacar Seck a été diplômé de Sciences Po en 2014, après avoir suivi le programme de Bachelor au sein du campus du Havre du Collège universitaire, puis le master en Finance et Stratégie à Paris. Aujourd’hui responsable investissement chez Proparco et président du Cercle Afrique de Sciences Po, il nous raconte son parcours et son engagement pour le continent africain.

Lire la suite
Ethan Zuckerman à Sciences Po :

Ethan Zuckerman à Sciences Po : "Nous devons imaginer un meilleur internet"

Malgré les nombreux bienfaits d'internet, il y a consensus sur la nocivité de la structure actuelle des réseaux sociaux, pour les individus et pour la société. Quel devrait être l'avenir des réseaux sociaux ? Le 10 mai 2022, Ethan Zuckerman, professeur associé à l'université du Massachusetts et directeur du UMass Institute for Digital Public Infrastructure, a débattu de cette question aux côtés de Bruno Patino, président d'ARTE, et de Julia Cagé, professeure associée d'économie à Sciences Po. Une conférence sur le thème "Competing visions for the future of social media" organisée par l'Institut McCourt en partenariat avec le Centre pour l'entrepreneuriat de Sciences Po.

Lire la suite
Félicitations aux lauréats de la 10ème promotion du double diplôme Sciences Po - Columbia

Félicitations aux lauréats de la 10ème promotion du double diplôme Sciences Po - Columbia

Lundi 16 mai 2022 a eu lieu à New York la 10e cérémonie de diplomation du double diplôme Sciences Po-Columbia University. Cette année, ce sont 69 étudiants qui recevront à la fois leur diplôme de Bachelor de Sciences Po et celui de Columbia lors d’une cérémonie marquée par l’émotion et les paroles inspirantes de ceux qui le font vivre. Étaient également présents les étudiants des promotions 2020 et 2021 dont les cérémonies avaient été annulées en raison de la pandémie.

Lire la suite
Mariama Sow :

Mariama Sow : "Je n'ai jamais eu peur de la différence"

Pour sa 3e année de Bachelor – et avant d’intégrer le double master Corporate and Public Management entre Sciences Po et HEC Paris – Mariama Dalanda Sow a choisi d’effectuer un échange universitaire au sein de la prestigieuse Strathmore Business School à Nairobi. L’étudiante de 21 ans raconte son expérience et son envie de s’en inspirer pour espérer, un jour, avoir un impact en Guinée, son pays d’origine.

Lire la suite
CIVICA : focus sur les cours joints

CIVICA : focus sur les cours joints

Vendredi 29 avril 2022, les étudiants du cours joint sur les États providence en transitions dispensé par Bruno Palier de Sciences Po et Anke Hassel enseignante à la Hertie School ont enfin pu se retrouver, en présentiel à Sciences Po. Un point sur cette expérience pédagogique inédite avec Frank Stadelmaier, Senior Manager CIVICA et Carly Hafner, chargée de projet au sein de la Direction des études et des partenariats, CIVICA.

Lire la suite
TOMMASO VITALE EST NOMMÉ DOYEN DE L’ÉCOLE URBAINE DE SCIENCES PO

TOMMASO VITALE EST NOMMÉ DOYEN DE L’ÉCOLE URBAINE DE SCIENCES PO

Mathias Vicherat, directeur de Sciences Po, a nommé Tommaso Vitale doyen de l'École urbaine. Il succède à Patrick Le Galès. Tommaso Vitale prendra ses nouvelles fonctions de doyen de l’École urbaine à compter du mois de septembre, après une période de transition qui débutera le 1er juin. Cette nomination fait suite au travail mené par un comité de sélection, composé de personnalités internes et externes, mis en place début mars afin de sélectionner le meilleur profil pour le poste de doyen de l’école urbaine.

Lire la suite
 Fort moment d’échanges entre Volodymyr Zelensky et les étudiantes et étudiants de France

Fort moment d’échanges entre Volodymyr Zelensky et les étudiantes et étudiants de France

Face à des amphithéâtres bondés et parés de drapeaux bleu et jaune, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a échangé, mercredi 11 mai 2022, pendant plus d’une heure avec plusieurs centaines d’étudiantes et étudiants de Sciences Po, de l’Institut National du Service Public, de l’École Polytechnique, de l’Inalco et de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, de l’Univesité Paris II Panthéon Assas, de l’IEP de Lille, de Sorbonne Université, de l’Université de Haute-Alsace, de l’École du Louvre, de l’Université de Lyon, de Sorbonne Paris Nord. Dans toute la France, de très nombreux amphithéâtres ont été ouverts, et des dizaines de milliers de personnes ont pu suivre, en personne ou en ligne, cet échange inédit.

Lire la suite