Cities are back in town : le MOOC

« Cities are back in town » : c’est le titre du MOOC de Patrick Le Galès, diffusé à partir du 15 septembre sur la plate-forme américaine Coursera. Villes tentaculaires, métropoles région : le phénomène urbain bouscule les cadres d’analyse traditionnels, souvent euro ou américano centrés. Patrick Le Galès, doyen de l’École urbaine de Sciences Po, propose une approche inédite et multiculturelle, fondée sur la comparaison, l’histoire, et la sociologie urbaine. Entretien.

À qui s’adresse ce MOOC* ?

Patrick Le Galès : Ce cours en anglais est destiné en priorité aux étudiants, et plus précisément aux étudiants de niveau licence et première année de master. L’idée - qui est aussi un défi - est de s’adresser à des étudiants du monde entier. Nous sommes heureux d’avoir enregistré, avant même le démarrage du MOOC, plus de 7000 inscrits dans tous les pays. Afin d'intéresser une communauté d’apprenants aussi diverse, nous avons fait un énorme effort pour utiliser des exemples issus de contextes et de cultures variés. Nous nous appuyons aussi sur des travaux de recherche menés dans des pays très différents, et pas seulement en Europe et aux États-Unis.

Le cours peut-il aussi être utile à des professionnels ?

P. LG. : Oui, absolument, pour des professionnels qui travaillent dans des agences de développement urbain, et tous ceux qui souhaitent acquérir des outils pour analyser les dynamiques à l’oeuvre en sociologie urbaine. Et je pense également que ce MOOC peut intéresser un public de chercheurs et d’enseignants, en raison de son approche comparative : de manière générale, la sociologie urbaine a été très euro-centrée et américano-centrée. Le cours pourrait être utile à un public académique, car il s’appuie sur des exemples nouveaux et extrêmement variés.

Quels sont les objectifs des huit sessions de ce cours ?

P. LG. : La ligne pédagogique est très claire. Dans les études urbaines, il existe un courant qui étudie les grandes tendances en matière d’urbanisation, avec un haut niveau d’abstraction dans la réflexion et l’analyse théoriques. De l’autre côté, vous avez un courant qui propose des analyses détaillées centrées sur un quartier, un bidonville, une zone précise. Le choix pour ce MOOC est différent. Nous allons proposer une comparaison des modèles intellectuels afin de comprendre les dynamiques urbaines à l’œuvre partout dans le monde. Nous nous appuierons pour cela sur la sociologie, l’histoire, et la comparaison, afin de construire des outils d’analyse qui s’appliquent aux villes et aux métropoles d’aujourd’hui.

Comment se déroule chaque session ?

P. LG. : Chaque session est consacrée à thème ou un type de ville en particulier : par exemple, les villes post-coloniales, les villes européennes, les villes connectées. Nous étudions les conditions historiques qui ont conduit à l’émergence de cette catégorie de villes, et le modèle d’analyse qui a été construit pour appréhender cette forme urbaine précise. Puis, nous extrapolons ce modèle de son contexte et essayons de de voir comment il peut expliquer l’une ou l’autre de nos dynamiques urbaines contemporaines.

Par exemple, le modèle marxiste de la cité industrielle a vu le jour à Manchester au XIXème siècle. Mais il peut fournir une grille d’analyse intéressante pour comprendre le São Paulo d’aujourd’hui (au Brésil), ou la ville de Dacca au Bangladesh. Une ville comme Los Angeles emprunte à différents paradigmes en même temps : le modèle industriel et le modèle européen.

Pourquoi avoir choisi de proposer toutes les sessions du cours en même temps ?

P. LG. : Parce que l’expérience nous a appris que les étudiants qui suivent des MOOCS ont des besoins très différents. Certains souhaitent suivre la progression logique, d’autres suivent toutes les leçons d’une traite, et d’autres encore préfèrent choisir les thèmes qui les intéressent le plus. Le fait de diffuser toutes les sessions en même temps permet de répondre à tous les profils d’apprenants. C’est aussi un défi énorme pour un professeur !

En quoi ce MOOC représente-t-il un défi pour vous en tant qu’enseignant ?

P. LG. : L’expérience du MOOC est à la fois fascinante et terrifiante pour un professeur ! À partir du moment où vous décider de vous adresser à des étudiants du monde entier, vous devez faire un effort constant pour proposer des modèles et des exemples issus de différents contextes et pas seulement centrés sur l’Europe ou les États-Unis. Et vous ne savez jamais si vous avez vraiment atteint votre objectif, puisque vous ne savez pas qui se trouve dans votre “classe” virtuelle !

C’est aussi un exercice très exigeant, parce que si vous souhaitez prendre la ville de Lagos en exemple, vous avez intérêt à être extrêmement précis dans vos propos : vous pouvez avoir un étudiant du Nigeria qui connaît la zone mieux que vous !

Grâce à l'équipe qui a travaillé d'arrache-pied pour produire ce MOOC, le cours s'appuie sur des ressources multimédia très riches (photos, vidéos, cartes). Cela représente aussi un travail considérable, parce que vous devez faire le lien avec ces supports : c’est un type d’écriture de cours totalement différent de ce que l’on est habitué à faire.

Qu'attendez-vous des forums de discussion qui seront organisés autour de chaque session ?

P. LG. : Je suis impatient de voir comment va se dérouler cette expérience et comment les étudiants vont réagir. Ce cours constitue un contenu totalement original : il ne se trouve dans aucun manuel et n’a jamais fait l’objet d’un cours “en classe”. Je suis convaincu qu’il s’agit d’une approche innovante dans le champ des études urbaines : ce domaine évolue très vite vers une approche comparative globale, et pourtant peu de spécialistes sont aujourd’hui capables d’adopter cet angle. C’est ce que nous allons tenter de faire avec ce MOOC. Si nous y parvenons, les étudiants vont en fait participer à une évolution majeure de la sociologie urbaine.

*Massive Online Open Course : cours en ligne ouvert et massif

En savoir plus

"Pas de photo, c'est interdit"

"Pas de photo, c'est interdit"

Si votre photo n’est pas assez bonne, c’est que vous n’êtes pas assez près”, disait le photographe Robert Capa. Dans leurs cours consacré au photojournalisme, Dimitri Beck, Alain Genestar et leurs prestigieux invités poussent les futurs journalistes à aiguiser leur regard, leur curiosité, mais aussi leur humanité. Pour apprendre à capturer le réel dans l’obturateur, et parfois sa beauté. 

Lire la suite
Un siècle de femmes à Sciences Po

Un siècle de femmes à Sciences Po

Les étudiantes représentent près de 60 % de la promotion diplômée en juin 2019. Il y a un siècle, les premières femmes entraient à Sciences Po. Des premières étudiantes en 1919 jusqu’à une politique active de soutien de l’égalité aujourd’hui, comment leur place a-t-elle évolué dans l’École ? À l’occasion de ce centenaire,  retour sur 5 dates clés de l’histoire des femmes à Sciences Po.

Lire la suite
Engagée pour les océans

Engagée pour les océans

À l’occasion de la Semaine des Océans à Sciences Po, nous avons rencontré Ève Isambourg, étudiante en 3ème année du Collège universitaire et activiste pour la protection des océans. Après deux ans sur les bancs du campus de Paris, Ève a consacré sa troisième année à l’étranger à mobiliser les esprits sur les questions océaniques autour du monde. Dernière étape de sa mission et non des moindres : une conférence devant l’ONU à New York.

Lire la suite
L’Allemagne, le pays où les hauts fonctionnaires se forment à l’université

L’Allemagne, le pays où les hauts fonctionnaires se forment à l’université

Par Cornelia Woll (CEE). Le débat sur la suppression de l’École nationale d’administration est d’autant plus vif qu’il se situe à la convergence de plusieurs enjeux : principes de la méritocratie, ascension sociale, fonctionnement de l’administration publique, réseaux d’influence et rentes professionnelles que procurent les grands corps. D’autres modèles existent chez nos voisins. Une comparaison avec l’Allemagne éclaire le rôle que peut jouer l’université dans la formation de la haute fonction publique.

Lire la suite
Salomé Zourabichvili, alumna et Présidente

Salomé Zourabichvili, alumna et Présidente

Diplômée de Sciences Po en 1972, professeure à Sciences Po entre 2006 et 2015, Salomé Zourabichvili est la première femme élue présidente de Géorgie depuis le 28 novembre 2018. Mais aussi l’une de nos rares alumna femmes et cheffes d’État. À l’occasion de sa conférence du 18 février 2019 dans son alma mater, retour sur la brillante trajectoire d’une étudiante prometteuse, et timide. 

Lire la suite
Fact-checking, un combat difficile à gagner

Fact-checking, un combat difficile à gagner

Les «fake news», ou infox, sont devenues les grandes animatrices des campagnes électorales récentes, de la campagne pro-Brexit au Royaume-Uni jusqu’à l’élection du nouveau président brésilien Jair Bolsonaro, en passant par diverses élections en Europe et aux États-Unis. Emeric Henry, professeur au Département d'économie de Sciences Po a mené une étude pour étudier comment luttre contre ces "fakes news".

Lire la suite
Paul Claudel, diplomate à ses heures

Paul Claudel, diplomate à ses heures

Poète et dramaturge français, frère de la sculptrice Camille Claudel, membre de l’Académie française, Paul Claudel est un ancien élève de Sciences Po. Bien que son parcours étudiant fut en demi-teinte, les années qu’il passa à Sciences Po ont été déterminantes dans le choix de sa carrière diplomatique. Parallèlement à ses fonctions de consul, Claudel a écrit des poèmes, pièces et essais, loués pour leur lyrisme. Catholique fervent souvent controversé pour ses positions politiques très à droite, Paul Claudel fut un grand artiste symboliste. 

Lire la suite
Voix afghanes

Voix afghanes

Diplômée 2018 de l’École des affaires internationales de Sciences Po, Samina Ansari a choisi de s’engager pour son pays, l’Afghanistan. Devenue directrice exécutive du Centre pour les femmes à l’université américaine d’Afghanistan, elle encourage les femmes de son pays à créer des entreprises. Portrait vidéo d’une alumna engagée.

Lire la suite
Civiliser le capitalisme

Civiliser le capitalisme

Dans son dernier ouvrage, Civiliser le capitalisme (Fayard), Xavier Ragot, président de l’OFCE, propose de repenser le libéralisme économique afin de réduire l’insécurité économique et de défendre la démocratie. Parmi les solutions proposées, la mise en place d’une assurance chômage européenne, comme cela a été fait au niveau national avec les États-providence. Interview.

Lire la suite
Léo Ferré : du sale gosse de Sciences Po au Joli môme de l’Olympia

Léo Ferré : du sale gosse de Sciences Po au Joli môme de l’Olympia

Avant de devenir l’un des plus célèbres chanteurs français du 20ème siècle, Léo Ferré a usé ses pantalons sur les bancs de Sciences Po, dont il est sorti diplômé en 1939 (non sans péripéties). De la Péniche aux plus grandes scènes françaises, retour sur un parcours rempli d’insouciance et de maladresse.

Lire la suite