Cities are back in town : le MOOC

« Cities are back in town » : c’est le titre du MOOC de Patrick Le Galès, diffusé à partir du 15 septembre sur la plate-forme américaine Coursera. Villes tentaculaires, métropoles région : le phénomène urbain bouscule les cadres d’analyse traditionnels, souvent euro ou américano centrés. Patrick Le Galès, doyen de l’École urbaine de Sciences Po, propose une approche inédite et multiculturelle, fondée sur la comparaison, l’histoire, et la sociologie urbaine. Entretien.

À qui s’adresse ce MOOC* ?

Patrick Le Galès : Ce cours en anglais est destiné en priorité aux étudiants, et plus précisément aux étudiants de niveau licence et première année de master. L’idée - qui est aussi un défi - est de s’adresser à des étudiants du monde entier. Nous sommes heureux d’avoir enregistré, avant même le démarrage du MOOC, plus de 7000 inscrits dans tous les pays. Afin d'intéresser une communauté d’apprenants aussi diverse, nous avons fait un énorme effort pour utiliser des exemples issus de contextes et de cultures variés. Nous nous appuyons aussi sur des travaux de recherche menés dans des pays très différents, et pas seulement en Europe et aux États-Unis.

Le cours peut-il aussi être utile à des professionnels ?

P. LG. : Oui, absolument, pour des professionnels qui travaillent dans des agences de développement urbain, et tous ceux qui souhaitent acquérir des outils pour analyser les dynamiques à l’oeuvre en sociologie urbaine. Et je pense également que ce MOOC peut intéresser un public de chercheurs et d’enseignants, en raison de son approche comparative : de manière générale, la sociologie urbaine a été très euro-centrée et américano-centrée. Le cours pourrait être utile à un public académique, car il s’appuie sur des exemples nouveaux et extrêmement variés.

Quels sont les objectifs des huit sessions de ce cours ?

P. LG. : La ligne pédagogique est très claire. Dans les études urbaines, il existe un courant qui étudie les grandes tendances en matière d’urbanisation, avec un haut niveau d’abstraction dans la réflexion et l’analyse théoriques. De l’autre côté, vous avez un courant qui propose des analyses détaillées centrées sur un quartier, un bidonville, une zone précise. Le choix pour ce MOOC est différent. Nous allons proposer une comparaison des modèles intellectuels afin de comprendre les dynamiques urbaines à l’œuvre partout dans le monde. Nous nous appuierons pour cela sur la sociologie, l’histoire, et la comparaison, afin de construire des outils d’analyse qui s’appliquent aux villes et aux métropoles d’aujourd’hui.

Comment se déroule chaque session ?

P. LG. : Chaque session est consacrée à thème ou un type de ville en particulier : par exemple, les villes post-coloniales, les villes européennes, les villes connectées. Nous étudions les conditions historiques qui ont conduit à l’émergence de cette catégorie de villes, et le modèle d’analyse qui a été construit pour appréhender cette forme urbaine précise. Puis, nous extrapolons ce modèle de son contexte et essayons de de voir comment il peut expliquer l’une ou l’autre de nos dynamiques urbaines contemporaines.

Par exemple, le modèle marxiste de la cité industrielle a vu le jour à Manchester au XIXème siècle. Mais il peut fournir une grille d’analyse intéressante pour comprendre le São Paulo d’aujourd’hui (au Brésil), ou la ville de Dacca au Bangladesh. Une ville comme Los Angeles emprunte à différents paradigmes en même temps : le modèle industriel et le modèle européen.

Pourquoi avoir choisi de proposer toutes les sessions du cours en même temps ?

P. LG. : Parce que l’expérience nous a appris que les étudiants qui suivent des MOOCS ont des besoins très différents. Certains souhaitent suivre la progression logique, d’autres suivent toutes les leçons d’une traite, et d’autres encore préfèrent choisir les thèmes qui les intéressent le plus. Le fait de diffuser toutes les sessions en même temps permet de répondre à tous les profils d’apprenants. C’est aussi un défi énorme pour un professeur !

En quoi ce MOOC représente-t-il un défi pour vous en tant qu’enseignant ?

P. LG. : L’expérience du MOOC est à la fois fascinante et terrifiante pour un professeur ! À partir du moment où vous décider de vous adresser à des étudiants du monde entier, vous devez faire un effort constant pour proposer des modèles et des exemples issus de différents contextes et pas seulement centrés sur l’Europe ou les États-Unis. Et vous ne savez jamais si vous avez vraiment atteint votre objectif, puisque vous ne savez pas qui se trouve dans votre “classe” virtuelle !

C’est aussi un exercice très exigeant, parce que si vous souhaitez prendre la ville de Lagos en exemple, vous avez intérêt à être extrêmement précis dans vos propos : vous pouvez avoir un étudiant du Nigeria qui connaît la zone mieux que vous !

Grâce à l'équipe qui a travaillé d'arrache-pied pour produire ce MOOC, le cours s'appuie sur des ressources multimédia très riches (photos, vidéos, cartes). Cela représente aussi un travail considérable, parce que vous devez faire le lien avec ces supports : c’est un type d’écriture de cours totalement différent de ce que l’on est habitué à faire.

Qu'attendez-vous des forums de discussion qui seront organisés autour de chaque session ?

P. LG. : Je suis impatient de voir comment va se dérouler cette expérience et comment les étudiants vont réagir. Ce cours constitue un contenu totalement original : il ne se trouve dans aucun manuel et n’a jamais fait l’objet d’un cours “en classe”. Je suis convaincu qu’il s’agit d’une approche innovante dans le champ des études urbaines : ce domaine évolue très vite vers une approche comparative globale, et pourtant peu de spécialistes sont aujourd’hui capables d’adopter cet angle. C’est ce que nous allons tenter de faire avec ce MOOC. Si nous y parvenons, les étudiants vont en fait participer à une évolution majeure de la sociologie urbaine.

*Massive Online Open Course : cours en ligne ouvert et massif

En savoir plus

Ne jetez plus vos couverts, mangez-les !

Ne jetez plus vos couverts, mangez-les !

Écologiste convaincue et diplômée de Sciences Po en 2015, Tiphaine Guerout a mis ambition entrepreneuriale au service de la cause environnementale. Elle a fondé Koovee, une start-up qui propose une alternative aux couverts jetables en plastique : des cuillères et fourchettes en biscuit, fabriqués en France, qui ont la particularité d’être suffisamment résistants pour que l’on puisse manger avec. Rencontre avec une jeune diplômée qui ambitionne d’inonder les marchés français et européens dans les prochaines années.

Lire la suite
La France est-elle vraiment une

La France est-elle vraiment une "startup nation" ?

Spécialiste de l’histoire politique des États-Unis, Denis Lacorne enquête dans son ouvrage Tous Milliardaires !, paru chez Fayard en novembre 2019, sur le mythe de la "startup nation". L'ambition de la France à figurer parmi les nations capables de produire des géants du numérique est-elle une réalité ?

Lire la suite
Patrick Chamoiseau, nouvel écrivain en résidence

Patrick Chamoiseau, nouvel écrivain en résidence

Après Kamel Daoud et Marie Darrieussecq, Patrick Chamoiseau est le nouveau titulaire de la chaire d’écrivain en résidence de Sciences Po. Lauréat du Prix Goncourt 1992, primé à maintes reprises, Patrick Chamoiseau est auteur de romans, contes, essais, scénarios. À partir de janvier 2020, il donnera cours aux étudiants de Sciences Po.

Lire la suite
Et si vous étudiiez à Sciences Po cet été ?

Et si vous étudiiez à Sciences Po cet été ?

Vous êtes lycéen ou étudiant ? Vous souhaitez étudier les sciences humaines et sociales à Sciences Po le temps d'un été ? Les candidatures pour l’édition 2020 de la Summer School sont ouvertes, avec deux programmes distincts, l'un pour les étudiants, l'autre pour les lycéens. Voici ce qu’il faut savoir avant de déposer sa candidature.

Lire la suite

"On peut sortir de la croissance sans sortir du capitalisme"

Économiste engagé pour une société visant le bien-être, Éloi Laurent démontre dans son dernier ouvrage, Sortir de la croissance, mode d’emploi, pourquoi la crise écologique ne pourra être résolue sans abandonner l’objectif de croissance. Utopiste ? Non, d’après lui, il s’agit au contraire d’un objectif non seulement humaniste mais aussi tout à fait réaliste. Preuves à l’appui.

Lire la suite
Vêtements durables, mode d'emploi

Vêtements durables, mode d'emploi

Étudiante en master Innovation & transformation numérique, Camille Gréco a rejoint l'École du management de Sciences Po après des études de mode à Londres. Passionnée par le secteur de la mode et du textile, mais soucieuse de le rendre plus durable et moins polluant, elle crée en 2017 CrushON, une plateforme en ligne qui rassemble l’offre de friperies. L'objectif : démocratiser l’achat de vêtements vintages, dans une optique de consommation écoresponsable. Explications.

Lire la suite

“CO2 ou PIB, il faut choisir”

“CO2 ou PIB, il faut choisir”

Précis, véhément et volontiers iconoclaste, l'ingénieur et spécialiste du climat Jean-Marc Jancovici a délivré aux étudiants de deuxième année une leçon en forme de démonstration sur l’inéluctable fin de l’âge d’or énergétique. En la matière, point de compromis possible : décarboner l’économie, c’est aussi en finir avec la course éperdue à la croissance. Retour sur les points-clés d’une démonstration salutaire, à revoir en intégralité.

Lire la suite
Jacques Chirac, un

Jacques Chirac, un "étudiant d'avenir'

“Contre toute attente, je me plais très vite à Sciences Po”, raconte Jacques Chirac dans ses Mémoires. Soigneusement conservé dans les archives de Sciences Po, son dossier étudiant retrace la trajectoire de comète d’un jeune homme pressé que ni l’envie, ni son milieu ne prédisposait à aborder ce “nouveau monde”. Contre toute attente, ce n’est pas la passion pour la politique que l'ancien président de la République découvre et explore rue Saint-Guillaume, mais celle de “l’aventure”. Plongée dans le dossier d'un de nos plus illustres alumni disparu le 26 septembre 2019.

Lire la suite
Fariba Adelkhah a entamé une grève de la faim

Fariba Adelkhah a entamé une grève de la faim

26 décembre 2019 - En cette période de fêtes de fin d’année, notre collègue et amie Fariba Adelkhah, injustement emprisonnée en Iran depuis plus de six mois, a débuté une grève de la faim illimitée. Cette grave nouvelle nous bouleverse profondément et porte à son comble l’inquiétude que nous éprouvons devant le sort terrible imposé à nos collègues.

Lire la suite
Lutte contre l’obsolescence programmée, une affaire de bobos ?

Lutte contre l’obsolescence programmée, une affaire de bobos ?

Par Julie Madon (CSO). Voté par le Sénat à la quasi-unanimité, le projet de loi anti-gaspillage pour une économie circulaire a été examiné le 9 décembre 2019 par l’Assemblée nationale. Parmi les mesures phares, l’adoption d’un indice de réparabilité, qui indique si un produit est réparable, difficilement réparable ou non réparable. Il permettrait, en aiguillant le choix du consommateur, de lutter contre l’obsolescence programmée.

Lire la suite