Cities are back in town : le MOOC

« Cities are back in town » : c’est le titre du MOOC de Patrick Le Galès, diffusé à partir du 15 septembre sur la plate-forme américaine Coursera. Villes tentaculaires, métropoles région : le phénomène urbain bouscule les cadres d’analyse traditionnels, souvent euro ou américano centrés. Patrick Le Galès, doyen de l’École urbaine de Sciences Po, propose une approche inédite et multiculturelle, fondée sur la comparaison, l’histoire, et la sociologie urbaine. Entretien.

À qui s’adresse ce MOOC* ?

Patrick Le Galès : Ce cours en anglais est destiné en priorité aux étudiants, et plus précisément aux étudiants de niveau licence et première année de master. L’idée - qui est aussi un défi - est de s’adresser à des étudiants du monde entier. Nous sommes heureux d’avoir enregistré, avant même le démarrage du MOOC, plus de 7000 inscrits dans tous les pays. Afin d'intéresser une communauté d’apprenants aussi diverse, nous avons fait un énorme effort pour utiliser des exemples issus de contextes et de cultures variés. Nous nous appuyons aussi sur des travaux de recherche menés dans des pays très différents, et pas seulement en Europe et aux États-Unis.

Le cours peut-il aussi être utile à des professionnels ?

P. LG. : Oui, absolument, pour des professionnels qui travaillent dans des agences de développement urbain, et tous ceux qui souhaitent acquérir des outils pour analyser les dynamiques à l’oeuvre en sociologie urbaine. Et je pense également que ce MOOC peut intéresser un public de chercheurs et d’enseignants, en raison de son approche comparative : de manière générale, la sociologie urbaine a été très euro-centrée et américano-centrée. Le cours pourrait être utile à un public académique, car il s’appuie sur des exemples nouveaux et extrêmement variés.

Quels sont les objectifs des huit sessions de ce cours ?

P. LG. : La ligne pédagogique est très claire. Dans les études urbaines, il existe un courant qui étudie les grandes tendances en matière d’urbanisation, avec un haut niveau d’abstraction dans la réflexion et l’analyse théoriques. De l’autre côté, vous avez un courant qui propose des analyses détaillées centrées sur un quartier, un bidonville, une zone précise. Le choix pour ce MOOC est différent. Nous allons proposer une comparaison des modèles intellectuels afin de comprendre les dynamiques urbaines à l’œuvre partout dans le monde. Nous nous appuierons pour cela sur la sociologie, l’histoire, et la comparaison, afin de construire des outils d’analyse qui s’appliquent aux villes et aux métropoles d’aujourd’hui.

Comment se déroule chaque session ?

P. LG. : Chaque session est consacrée à thème ou un type de ville en particulier : par exemple, les villes post-coloniales, les villes européennes, les villes connectées. Nous étudions les conditions historiques qui ont conduit à l’émergence de cette catégorie de villes, et le modèle d’analyse qui a été construit pour appréhender cette forme urbaine précise. Puis, nous extrapolons ce modèle de son contexte et essayons de de voir comment il peut expliquer l’une ou l’autre de nos dynamiques urbaines contemporaines.

Par exemple, le modèle marxiste de la cité industrielle a vu le jour à Manchester au XIXème siècle. Mais il peut fournir une grille d’analyse intéressante pour comprendre le São Paulo d’aujourd’hui (au Brésil), ou la ville de Dacca au Bangladesh. Une ville comme Los Angeles emprunte à différents paradigmes en même temps : le modèle industriel et le modèle européen.

Pourquoi avoir choisi de proposer toutes les sessions du cours en même temps ?

P. LG. : Parce que l’expérience nous a appris que les étudiants qui suivent des MOOCS ont des besoins très différents. Certains souhaitent suivre la progression logique, d’autres suivent toutes les leçons d’une traite, et d’autres encore préfèrent choisir les thèmes qui les intéressent le plus. Le fait de diffuser toutes les sessions en même temps permet de répondre à tous les profils d’apprenants. C’est aussi un défi énorme pour un professeur !

En quoi ce MOOC représente-t-il un défi pour vous en tant qu’enseignant ?

P. LG. : L’expérience du MOOC est à la fois fascinante et terrifiante pour un professeur ! À partir du moment où vous décider de vous adresser à des étudiants du monde entier, vous devez faire un effort constant pour proposer des modèles et des exemples issus de différents contextes et pas seulement centrés sur l’Europe ou les États-Unis. Et vous ne savez jamais si vous avez vraiment atteint votre objectif, puisque vous ne savez pas qui se trouve dans votre “classe” virtuelle !

C’est aussi un exercice très exigeant, parce que si vous souhaitez prendre la ville de Lagos en exemple, vous avez intérêt à être extrêmement précis dans vos propos : vous pouvez avoir un étudiant du Nigeria qui connaît la zone mieux que vous !

Grâce à l'équipe qui a travaillé d'arrache-pied pour produire ce MOOC, le cours s'appuie sur des ressources multimédia très riches (photos, vidéos, cartes). Cela représente aussi un travail considérable, parce que vous devez faire le lien avec ces supports : c’est un type d’écriture de cours totalement différent de ce que l’on est habitué à faire.

Qu'attendez-vous des forums de discussion qui seront organisés autour de chaque session ?

P. LG. : Je suis impatient de voir comment va se dérouler cette expérience et comment les étudiants vont réagir. Ce cours constitue un contenu totalement original : il ne se trouve dans aucun manuel et n’a jamais fait l’objet d’un cours “en classe”. Je suis convaincu qu’il s’agit d’une approche innovante dans le champ des études urbaines : ce domaine évolue très vite vers une approche comparative globale, et pourtant peu de spécialistes sont aujourd’hui capables d’adopter cet angle. C’est ce que nous allons tenter de faire avec ce MOOC. Si nous y parvenons, les étudiants vont en fait participer à une évolution majeure de la sociologie urbaine.

*Massive Online Open Course : cours en ligne ouvert et massif

En savoir plus

Tout savoir sur les admissions

Tout savoir sur les admissions

Vous souhaitez étudier à Sciences Po ? Vous pouvez dès à présent vous porter candidat à nos programmes pour la rentrée 2019. Les dates d’ouverture et de fin de dépôt des candidatures dépendent des formations et des procédures d’admission : découvrez quel est votre calendrier d’admission !

Lire la suite
Nos campus en régions vous ouvrent leurs portes !

Nos campus en régions vous ouvrent leurs portes !

Vous êtes lycéen, vous voulez vous porter candidat à Sciences Po ? Enseignements, vie de campus : venez poser toutes vos questions lors des Journées Portes Ouvertes de nos campus en régions. Une occasion unique de rencontrer étudiants, professeurs et responsables pédagogiques du Collège universitaire (le 1er cycle de Sciences Po en trois ans).

Lire la suite
Le migrant est l’avenir du monde

Le migrant est l’avenir du monde

Par Bertrand Badie (CERI). Le débat sur la migration est stupéfiant et pourtant il dure, s’enlise et même s’encastre dans l’ordinaire de notre culture politique contemporaine. Il paralyse l’Europe qui en parle tout le temps, mais n’en délibère jamais. Il envahit les propagandes partisanes et s’impose comme une sorte de friandise électorale dont se délectent les populistes de tous poils, de droite et maintenant d’une certaine gauche. Il tétanise les gouvernements qui craignent que le respect de la vérité ou qu’un sursaut d’humanisme ne leur vaillent une chute dans les sondages.

Lire la suite
“L’écosystème français des startups est fascinant !”

“L’écosystème français des startups est fascinant !”

Le 11 octobre dernier, les équipes de Station F intervenaient devant les étudiants de Sciences Po pour leur parler de la vie au sein de l'incubateur parisien, l'une des plus grandes pépinières de startups du monde. La directrice de Station F, Roxanne Varza, diplômée de Sciences Po, a notamment insisté sur la richesse des possibilités offertes par l'écosystème français aux entrepreneurs qui veulent se lancer, Paris demeurant injustement sous-estimée dans le monde de la tech. Elle a aussi présenté la "méthode Station F" pour révéler le potentiel des créateurs d'entreprises. Entretien. 

Lire la suite

"Où étiez-vous le 13 novembre ?"

À l’occasion de la Nuit du droit, un des amphithéâtres de Sciences Po s’est transformé en tribunal correctionnel. Pendant deux heures, des professionnels du droit sont venus mettre en scène la difficulté de leur quotidien. Quand la justice tente de démêler le vrai du faux, entre amour maternel et fanatisme.

Lire la suite
Sciences Po lance sa plus grande campagne de levée de fonds

Sciences Po lance sa plus grande campagne de levée de fonds

Sans le mécénat, Sciences Po n’existerait pas. Ni les fameuses Conventions Éducation Prioritaire. Depuis de nombreuses années, l’engagement des mécènes a rendu possible d’innombrables projets, notamment en matière d’innovation sociale. Sciences Po dévoile aujourd’hui la plus ambitieuse campagne de levée de fonds de son histoire. Objectif : lever 100 millions d’euros d’ici 2022, date anniversaire des 150 ans de l’institution. Et former une génération engagée, capable de comprendre et de transformer le monde de demain.

Lire la suite
Espoirs et illusions à l’heure de l’Amérique de Donald Trump

Espoirs et illusions à l’heure de l’Amérique de Donald Trump

Par Karoline Postel-Vinay (CERI). L’ouverture de l’Assemblée Générale de l’Organisation des Nations unies (ONU) offre, chaque année, l’occasion de photographier le paysage diplomatique mondial. C’est également un moment propice pour apprécier les talents théâtraux des chefs d’Etat et de gouvernement : Nikita Khrouchtchev brandissant sa chaussure en 1960, Fidel Castro et son discours-fleuve la même année, Mouammar Kadhafi déchirant la charte de l’ONU en 2009… L’enceinte des Nations unies devient alors, littéralement, une « scène » internationale où une multitude de visions du monde se rencontrent, se confrontent et s’affrontent.

Lire la suite
“Ce qui nous intéresse ? L’ouverture d’esprit !”

“Ce qui nous intéresse ? L’ouverture d’esprit !”

Chaque année, le Forum Carrières de Sciences Po offre aux étudiants et jeunes diplômés l’opportunité de préparer au mieux leur avenir professionnel. Ce vendredi 28 septembre 2018, vous avez été près de 1500 à répondre présents pour échanger avec des recruteurs. Retour en images sur ce moment fort de la rentrée.

Lire la suite
La pratique de la musique est-elle bénéfique aux écoliers ?

La pratique de la musique est-elle bénéfique aux écoliers ?

Par Philippe Coulangeon (OSC). Pour la deuxième année consécutive, en 2018, les ministres de l’Éducation nationale et de la Culture se sont associés pour une rentrée en musique dans les écoles, collèges et lycées. Comme l’année précédente, il s’agissait d’accueillir les élèves « par des chants ou des concerts afin de commencer l’année sous le signe de la joie et de la sérénité », selon les mots du communiqué de presse officiel.

Lire la suite