“Si ce Mooc peut ouvrir l’esprit à ceux qui érigent des murs, nous aurons réussi notre pari”

Après le succès du Mooc Espace Mondial et ses 25 000 inscrits, Bertrand Badie présente son nouveau cours en ligne intitulé "Afrique et mondialisation, regards croisés", qui démarre sur la plateforme Coursera lundi 12 février 2018. Accessible à tous et réalisé par une équipe de neuf enseignants africains, latino-américains et européens, ce nouveau Mooc propose une vision inédite du continent et de son avenir. Et invite à repenser la gouvernance globale. Entretien. 

À qui s'adresse ce Mooc "Afrique et mondialisation, regards croisés" ?

Bertrand Badie : Grâce au miracle du Mooc, le public est par définition universel. Avec Espace Mondial, j’ai fait l’expérience de cette incroyable diversité des profils ! Quand on enseigne dans un amphithéâtre à Sciences Po, on s’adresse à un public homogène. Là, c’est tout l’inverse : il faut savoir s’adresser aux retraités, aux jeunes étudiants, aux habitants du 7ème arrondissement comme à ceux de Ouagadougou, aux bac + 10 comme aux autodidactes. Contrairement à l’université, ce n’est pas nous qui choisissons les étudiants, mais eux qui choisissent le cours ! Celui-ci s’adresse à tous ceux qui vont avoir envie de participer, en Afrique ou hors d’Afrique, à une nouvelle perspective sur ce continent considéré dans la mondialisation.

Votre Mooc "Espace mondial" a rassemblé plus de 25 000 inscrits. Qu'est-ce qui vous a amené à lancer ce nouveau cours ?

Bertrand Badie : Il y a deux raisons fondamentales, qui résument une part importante de mon militantisme scientifique. La première, c’est de rappeler qu’à la fin de ce siècle, l’Afrique représentera 40% de l’humanité. Il est donc exclu de continuer à tenir ce continent en périphérie, comme on le fait depuis le début du processus de décolonisation. La deuxième raison, c’est l’ambition d’offrir non pas un énième discours sur l’Afrique, mais bien un cours sur la présence de l’Afrique dans la mondialisation, et le rôle central qu’elle est appelée à y jouer, de gré ou de force. Et de le faire avec une équipe d’enseignants en grande partie africains.

Ce cours est présenté par une équipe de neuf enseignants africains, latino-américains et européens. Pourquoi et comment avez-vous constitué cette équipe ?

Bertrand Badie : C’est totalement inédit. Nous avions trois objectifs en tête en composant cette équipe. Nous voulions tout d’abord solliciter des enseignants venus d’Afrique qui témoignent de la diversité historique, culturelle et politique de celle-ci. C’est chose faite avec la présence d’un professeur anglophone venu de Khartoum (Soudan), d’un francophone issu du Sénégal, d’une autre enseignant en Afrique du Sud et d’une quatrième, béninoise, même si vivant en Europe. Nous voulions aussi inclure les partenariats qui comptent, ce qui explique la présence d’un professeur brésilien, en référence aux liens historiques anciens entre le Brésil et l’Afrique. C’est essentiel, car l’entrée de l’Afrique dans la mondialisation relève d’une histoire complexe, et pas uniquement d’une logique Nord-Sud et postcoloniale. Enfin, ce Mooc a été fabriqué à Sciences Po, ce qui explique la présence, dans cette équipe, de Français qui viennent éclairer la manière dont l’Afrique intervient dans leur projet intellectuel et scientifique.

"L'Afrique” est souvent présentée dans une logique binaire, soit du côté des "perdants", soit du côté des “grandes promesses” de la mondialisation. En quoi ce cours propose une vision inédite du continent et de son avenir ?

Bertrand Badie : Il s’agit d’un débat stérile, et le cours va le montrer. La vérité sera probablement intermédiaire. Il faut partir des évidences : l’Afrique est aujourd’hui l’espace le plus exploité et le plus dominé dans les processus de mondialisation, et elle est un des espaces hélas privilégiés de la souffrance mondiale. Mais ce cours est aussi là pour éclairer les perspectives positives qui peuvent transformer le continent. Nous voulons montrer que l’Afrique s’accomplira dans la mondialisation si elle prend enfin toute sa place dans la gouvernance mondiale. Il n’y a pas de fatalité : je suis convaincu qu’on peut promouvoir une nouvelle politique et un nouvel équilibre, à condition qu’on en ait, ici et là, la volonté politique.

Un cours sur Internet peut-il contribuer à ce changement ?

Bertrand Badie : Bien sûr, je l’espère en tout cas ! Disons-le, nous avons un système international ossifié, qui dénie aux Africains une dignité et des droits égaux à ceux du vieux monde. La solidarité internationale ne fonctionne pas là où elle devrait bousculer cette oligarchie des puissances. Pour autant, il y a une jeune génération africaine qui est toute prête à porter un nouvel idéal, et fort heureusement, de nombreux acteurs au Nord pensent aussi qu’il faut repenser en ce sens une gouvernance globale qui ne peut être abandonnée ni au G7, ni au P5 (ndlr : les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU), ni au clientélisme d’antan. Même les plus sceptiques commencent à accepter l’idée qu’ignorer l’Afrique peut être coûteux au final. C’est une révolution culturelle que nous devons mener. Le monde est dominé par l’ethno-nationalisme et le repli sur soi. Si ce Mooc peut ouvrir l’esprit à ceux qui construisent des murs, alors nous aurons réussi notre pari...

En savoir plus sur le Mooc “Afrique et mondialisation, regards croisés”

  • Cours en français (sous-titré en anglais) sur la plateforme Coursera, à partir du 12 février 2018 : inscriptions & renseignements.
  • 31 vidéos sur 11 semaines.
  • Enseignants : Bertrand Badie et Marie-Françoise Durand (Sciences Po), avec Delphine Allès (Université Paris-Est Créteil), Atta El Battahani  (Université de Khartoum, Soudan), Carlos Milani (Université d’Etat de Rio de Janeiro, Brésil), Gaïdz Minassian (Sciences Po), Papa Samba  Ndiaye (Université Gaston Berger, Saint-Louis du Sénégal), Karen Smith (Université de Cape Town, Afrique du Sud), Folashadé Soule-Kohndou (Sciences Po) et l’Atelier de cartographie de Sciences Po.

Tous les Moocs de Sciences Po

Abonnez-vous à notre newsletter !

Chronique d'une démocratie fragmentée

Chronique d'une démocratie fragmentée

Pour conclure une année marquée par les soubresauts politiques, Pascal Perrineau revient dans son nouvel ouvrage, "Le grand écart. Chronique d'une démocratie fragmentée", sur les trois registres démocratiques ayant façonné tour à tour l'année 2019 : la démocratie directe des gilets jaunes, celle participative du grand débat national et celle représentative issue des urnes lors des élections européennes. Une démocratie en trois scènes, qui semble plus fragmentée et conflictuelle qu'auparavant.

Lire la suite
Sciences + Sciences Po : une double licence inédite

Sciences + Sciences Po : une double licence inédite

Dès la rentrée universitaire 2020, une nouvelle double licence interdisciplinaire, le Bachelor of Arts and Sciences (BASc), sera proposée aux étudiants de première année, en partenariat avec des établissements universitaires français. Ce double cursus en quatre ans associe sciences et sciences humaines et sociales pour apprendre à penser et agir face aux défis de notre siècle. Les deux premiers parcours ciblent en particulier celui de la transition écologique. 

Lire la suite
Sciences Po lance la chaire

Sciences Po lance la chaire "Dette souveraine"

Penser le financement souverain et la soutenabilité de la dette : voilà l'ambition de la nouvelle chaire, portée par l'École des affaires internationales de Sciences Po (PSIA). En associant praticiens de la dette et universitaires de renom, cette chaire vise à devenir un lieu de référence international sur cette question.

Lire la suite
Quelle sera la&nbspcouleur de la COP 25 ?

Quelle sera la couleur de la COP 25 ?

Quelle sera la couleur de la COP 25 qui se déroulera à Madrid du 2 au 13 décembre 2019 sous la présidence du Chili ? Elle était annoncée bleue comme l’océan (Blue COP) par la présidence chilienne. À Madrid, au-delà des écosystèmes marins, l’ensemble de la biodiversité tant terrestre que marine devrait occuper une place de choix. Bien plus qu’une simple coloration, cette COP devrait constituer une étape majeure dans l’identification de capacités d’action conjointe pour le climat et pour la biodiversité.

Lire la suite
La surenchère anti-élite de la campagne présidentielle américaine

La surenchère anti-élite de la campagne présidentielle américaine

Par William Genieys (CEE) et Larry Brown (Columbia). La publication, le 5 novembre dernier, du livre de Donald Trump Jr., Triggered : How the Left Thrives on Hate and Wants to Silence Us (Hystériques : comment la gauche se nourrit de haine et veut nous faire taire), est venue alimenter le discours anti-élite dans une campagne présidentielle dont le contexte, marqué par une procédure de destitution en cours, est tout à fait inédit.

Lire la suite
La matière noire de la démocratie

La matière noire de la démocratie

Le mouvement des gilets jaunes n’est pas anecdotique. Tenter de l'expliquer en se focalisant sur la sociologie des participants ou en évoquant la montée des populismes, n'est pourtant, selon Luc Rouban, guère probant. Le chercheur au Centre d’études politiques de Sciences Po voit dans ce mouvement le symptôme d’une profonde mutation du rapport au politique. En épluchant sondages, enquêtes, baromètres et remontées du grand débat national, il met au jour les sources cachées de cette mutation dans son dernier ouvrage : "La matière noire de la démocratie" (Presses de Sciences Po).

Lire la suite
De Sciences Po à l'Asie du Sud

De Sciences Po à l'Asie du Sud

Hugo Ribadeau Dumas est diplômé du master Governing the Large Metropolis en 2013. Après un bachelor à Sciences Po, il a passé sa troisième année en échange à l’Université Jamia Millia Islamia, en Inde, en master de journalisme. Interview.

Lire la suite
Réformer les universités ?

Réformer les universités ?

Dans sa course pour rester à la pointe de la recherche scientifique et des classements mondiaux, l'Université française n’en finit pas de se recomposer, enchaînant depuis trois décennies fusions, regroupements, créations et mises en compétition.

Lire la suite
L’argent des ménages, un objet politique

L’argent des ménages, un objet politique

États-Unis, 2008  : des panneaux “For Sale” poussent aux portes de milliers de pavillons, devenant le symbole du surendettement - quasi forcé - des ménages. Mais la crise des subprimes, aussi scandaleuse qu’elle soit, cache une vérité plus durable : celle des foyers qui s’endettent pour se soigner, des étudiants empruntant pour payer leurs études et dont la dette équivaut aujourd’hui à 75% du PIB états-unien. Si, en France, l’État-providence protège encore de tels phénomènes, il n’en reste pas moins que la question se pose. Désireux d’y répondre, les pouvoirs publics mettent en place de nouvelles politiques de l’argent. Quelles sont-elles et que nous disent-elles de l’État et de la société ? Analyse par Jeanne Lazarus, sociologue de l’argent, chargée de recherche CNRS au Centre de sociologie des organisations.

Lire la suite