“Si ce Mooc peut ouvrir l’esprit à ceux qui érigent des murs, nous aurons réussi notre pari”

Après le succès du Mooc Espace Mondial et ses 25 000 inscrits, Bertrand Badie présente son nouveau cours en ligne intitulé "Afrique et mondialisation, regards croisés", qui démarre sur la plateforme Coursera lundi 12 février 2018. Accessible à tous et réalisé par une équipe de neuf enseignants africains, latino-américains et européens, ce nouveau Mooc propose une vision inédite du continent et de son avenir. Et invite à repenser la gouvernance globale. Entretien. 

À qui s'adresse ce Mooc "Afrique et mondialisation, regards croisés" ?

Bertrand Badie : Grâce au miracle du Mooc, le public est par définition universel. Avec Espace Mondial, j’ai fait l’expérience de cette incroyable diversité des profils ! Quand on enseigne dans un amphithéâtre à Sciences Po, on s’adresse à un public homogène. Là, c’est tout l’inverse : il faut savoir s’adresser aux retraités, aux jeunes étudiants, aux habitants du 7ème arrondissement comme à ceux de Ouagadougou, aux bac + 10 comme aux autodidactes. Contrairement à l’université, ce n’est pas nous qui choisissons les étudiants, mais eux qui choisissent le cours ! Celui-ci s’adresse à tous ceux qui vont avoir envie de participer, en Afrique ou hors d’Afrique, à une nouvelle perspective sur ce continent considéré dans la mondialisation.

Votre Mooc "Espace mondial" a rassemblé plus de 25 000 inscrits. Qu'est-ce qui vous a amené à lancer ce nouveau cours ?

Bertrand Badie : Il y a deux raisons fondamentales, qui résument une part importante de mon militantisme scientifique. La première, c’est de rappeler qu’à la fin de ce siècle, l’Afrique représentera 40% de l’humanité. Il est donc exclu de continuer à tenir ce continent en périphérie, comme on le fait depuis le début du processus de décolonisation. La deuxième raison, c’est l’ambition d’offrir non pas un énième discours sur l’Afrique, mais bien un cours sur la présence de l’Afrique dans la mondialisation, et le rôle central qu’elle est appelée à y jouer, de gré ou de force. Et de le faire avec une équipe d’enseignants en grande partie africains.

Ce cours est présenté par une équipe de neuf enseignants africains, latino-américains et européens. Pourquoi et comment avez-vous constitué cette équipe ?

Bertrand Badie : C’est totalement inédit. Nous avions trois objectifs en tête en composant cette équipe. Nous voulions tout d’abord solliciter des enseignants venus d’Afrique qui témoignent de la diversité historique, culturelle et politique de celle-ci. C’est chose faite avec la présence d’un professeur anglophone venu de Khartoum (Soudan), d’un francophone issu du Sénégal, d’une autre enseignant en Afrique du Sud et d’une quatrième, béninoise, même si vivant en Europe. Nous voulions aussi inclure les partenariats qui comptent, ce qui explique la présence d’un professeur brésilien, en référence aux liens historiques anciens entre le Brésil et l’Afrique. C’est essentiel, car l’entrée de l’Afrique dans la mondialisation relève d’une histoire complexe, et pas uniquement d’une logique Nord-Sud et postcoloniale. Enfin, ce Mooc a été fabriqué à Sciences Po, ce qui explique la présence, dans cette équipe, de Français qui viennent éclairer la manière dont l’Afrique intervient dans leur projet intellectuel et scientifique.

"L'Afrique” est souvent présentée dans une logique binaire, soit du côté des "perdants", soit du côté des “grandes promesses” de la mondialisation. En quoi ce cours propose une vision inédite du continent et de son avenir ?

Bertrand Badie : Il s’agit d’un débat stérile, et le cours va le montrer. La vérité sera probablement intermédiaire. Il faut partir des évidences : l’Afrique est aujourd’hui l’espace le plus exploité et le plus dominé dans les processus de mondialisation, et elle est un des espaces hélas privilégiés de la souffrance mondiale. Mais ce cours est aussi là pour éclairer les perspectives positives qui peuvent transformer le continent. Nous voulons montrer que l’Afrique s’accomplira dans la mondialisation si elle prend enfin toute sa place dans la gouvernance mondiale. Il n’y a pas de fatalité : je suis convaincu qu’on peut promouvoir une nouvelle politique et un nouvel équilibre, à condition qu’on en ait, ici et là, la volonté politique.

Un cours sur Internet peut-il contribuer à ce changement ?

Bertrand Badie : Bien sûr, je l’espère en tout cas ! Disons-le, nous avons un système international ossifié, qui dénie aux Africains une dignité et des droits égaux à ceux du vieux monde. La solidarité internationale ne fonctionne pas là où elle devrait bousculer cette oligarchie des puissances. Pour autant, il y a une jeune génération africaine qui est toute prête à porter un nouvel idéal, et fort heureusement, de nombreux acteurs au Nord pensent aussi qu’il faut repenser en ce sens une gouvernance globale qui ne peut être abandonnée ni au G7, ni au P5 (ndlr : les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU), ni au clientélisme d’antan. Même les plus sceptiques commencent à accepter l’idée qu’ignorer l’Afrique peut être coûteux au final. C’est une révolution culturelle que nous devons mener. Le monde est dominé par l’ethno-nationalisme et le repli sur soi. Si ce Mooc peut ouvrir l’esprit à ceux qui construisent des murs, alors nous aurons réussi notre pari...

En savoir plus sur le Mooc “Afrique et mondialisation, regards croisés”

  • Cours en français (sous-titré en anglais) sur la plateforme Coursera, à partir du 12 février 2018 : inscriptions & renseignements.
  • 31 vidéos sur 11 semaines.
  • Enseignants : Bertrand Badie et Marie-Françoise Durand (Sciences Po), avec Delphine Allès (Université Paris-Est Créteil), Atta El Battahani  (Université de Khartoum, Soudan), Carlos Milani (Université d’Etat de Rio de Janeiro, Brésil), Gaïdz Minassian (Sciences Po), Papa Samba  Ndiaye (Université Gaston Berger, Saint-Louis du Sénégal), Karen Smith (Université de Cape Town, Afrique du Sud), Folashadé Soule-Kohndou (Sciences Po) et l’Atelier de cartographie de Sciences Po.

Tous les Moocs de Sciences Po

Abonnez-vous à notre newsletter !

“Guérir le capitalisme”

“Guérir le capitalisme”

Transition économique, transition sociétale, politique ou encore écologique... Et si tout cela était lié ? “Une société doit placer l’humain au coeur de son développement. Pour moi, c'est cela le vrai sens de "être libéral”", rappelle Marie-Laure Djelic. Chaque semaine, dans son cours “The Great Transition”, Marie-Laure Djelic invite les étudiants de Sciences Po à interroger les transformations du capitalisme. Avec un objectif : repenser notre modèle économique pour qu’il devienne plus humain et durable.

Lire la suite
5 conseils avant les écrits

5 conseils avant les écrits

Samedi 24 et dimanche 25 février 2018, vous serez des milliers de candidats à plancher sur les épreuves écrites pour l’entrée en 1ère année à Sciences Po. C’est le moment d’avoir confiance en soi : voici quelques rappels utiles pour arriver sereins.

Lire la suite
L’Europe peut-elle devenir championne de l’intelligence artificielle responsable ?

L’Europe peut-elle devenir championne de l’intelligence artificielle responsable ?

Par Florent Parmentier (Sciences Po) et Christian Dargnat (Sciences Po). « Qui maîtrise l’intelligence artificielle domine le monde » : cette déclaration de Vladimir Poutine, en septembre dernier, à la tonalité prophétique a soulevé de nombreuses questions. Cette perspective faisait-elle référence à une vision essentiellement économique ou à une représentation plus militaire et géopolitique des choses ? Même sans avoir de certitude sur ce sujet, il apparaît bien que l’intelligence artificielle (IA) est un enjeu essentiel, complété par celui non moins important des données (le « nouveau pétrole »).

Lire la suite
Sciences Po mise sur les talents africains

Sciences Po mise sur les talents africains

Sciences Po inaugure aujourd’hui son premier bureau de représentation sur le continent africain, à Nairobi, au Kenya, et devient ainsi la première université française à ouvrir une délégation en Afrique anglophone. Ce bureau pilotera et animera tout un ensemble d’actions en Afrique Subsaharienne.

Lire la suite
Tout savoir sur l’apprentissage à Sciences Po

Tout savoir sur l’apprentissage à Sciences Po

Oui, on peut faire son master en apprentissage à Sciences Po ! Près du tiers des formations de 2ème cycle proposent cette possibilité. Une option plébiscitée par tous : les étudiants pour l’insertion professionnelle, les employeurs pour le recrutement, et l’université pour son intérêt pédagogique. Point d’étape avec Cornelia Woll, Directrice des études et de la scolarité. 

Lire la suite
Frédéric Mion reconduit à la tête de Sciences Po

Frédéric Mion reconduit à la tête de Sciences Po

Les instances de gouvernance de Sciences Po ont décidé de reconduire Frédéric Mion, directeur depuis 2013, pour un second mandat à la tête de l’institution. L’occasion de revenir sur son bilan, et d’esquisser son projet à l’horizon des 150 ans de Sciences Po : ouvrir, rassembler et innover.
Lire la suite

Luca Vergallo reçoit le prix Érignac pour ses simulations qui permettent de mieux comprendre les services de secours

Luca Vergallo reçoit le prix Érignac pour ses simulations qui permettent de mieux comprendre les services de secours

Le Prix Claude Érignac récompense chaque année une étudiante ou un étudiant de Sciences po pour son engagement au service de valeurs républicaines et humanistes. Cette année, c'est Luca Vergallo, étudiant en Master politiques publiques qui a été distingué pour son développement d’une pédagogie innovante qui valorise les services publics de secours et sensibilise à la gestion et à la communication de crise.

Lire la suite
Comment fonctionne le dopage ? Les enseignements de l’affaire russe

Comment fonctionne le dopage ? Les enseignements de l’affaire russe

Par Didier Demazière (CSO). Le spectre du dopage resurgit avec chaque grand événement sportif. Celui-ci mêle, de façon quelque peu schizophrène, célébration d’une éthique méritocratique fièrement affichée et rumeurs plus ou moins sourdes de tricheries et de manquements à cet idéal. Les Jeux olympiques d’hiver de Pyeongchang en Corée du Sud n’échappent pas à cette règle. En effet, leur préparation a été marquée par l’affaire de la disqualification des sportifs russes, certains étant finalement autorisés à concourir sous la bannière « Olympic Athlete from Russia », sans pouvoir arborer les couleurs de leur pays.

Lire la suite
Une semaine dans la Silicon Valley

Une semaine dans la Silicon Valley

Afin de sensibiliser les étudiants aux révolutions du digital, le Centre pour l’entrepreneuriat de Sciences Po a proposé à quinze d’entre eux de découvrir la Silicon Valley à la rencontre des acteurs du numérique : Facebook, Google, Airbnb... Yaël, en master recherche de théorie politique à l’École doctorale de Sciences Po, et Thomas, étudiant ingénieur à l'École polytechnique, faisaient partie de ce road trip original d’apprentissage par l’immersion. Machine learning, blockchain, data sciences… Ils nous expliquent tout.

Lire la suite
Quels sont les liens entre politique et croyance ?

Quels sont les liens entre politique et croyance ?

Dans l’essai collectif Croire et faire croire. Usages politiques de la croyance (éd. Presses de Sciences Po), Anne Muxel, chercheur au Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF), a réuni plusieurs contributions sur les ressorts de la croyance dans nos sociétés contemporaines. Des fake news à l’engagement djihadiste, un ouvrage qui met en évidence les liens intimes qu’entretiennent croyance et vérité. Interview.

Lire la suite