« Cette France de gauche qui vote Front national »

En se qualifiant pour le second tour de l’élection présidentielle, Marine Le Pen a conforté la position du Front national au premier rang des forces politiques en France. Dans son dernier ouvrage, Cette France de gauche qui vote FN (éd. Seuil), Pascal Perrineau, professeur des universités à Sciences Po,  enquête sur ces électeurs de gauche qui ont contribué à installer un parti dit d’extrême-droite sans avoir l’impression de renier en quoi que ce soit leurs convictions. Analyse.

Dans un précédent ouvrage Le Symptôme Le Pen : radiographie des électeurs du Front national (éd. Fayard), vous faisiez le constat qu'une certaine fraction du vote frontiste émanait de la gauche et nommiez déjà ces électeurs des « gaucho-lepénistes ». Pourquoi ce concept fait-il encore tant polémique ? Quelle en est votre définition?

Pascal Perrineau : En effet, après une première période, grosso modo les années 80, où l'émergence puis la dynamique du Front national de Jean-Marie Le Pen se sont nourris avant tout à partir d'un processus de radicalisation des électeurs de droite, j'avais décelé dès les années 90, et particulièrement lors de l'élection présidentielle de 1995, un courant non négligeable d'électeurs frontistes venant de la gauche ou navigant entre Front national et gauche. Cette analyse avait, dès l'époque, fait l'objet de contestations parce que, pour nombre de sociologues et politistes, il est difficile de penser les processus de confluence ou de rapprochement entre deux univers politiques qui s'auto-définissent comme antithétiques. Cette difficulté à penser ces proximités n'est pas nouvelle. Très souvent dans les années 30, on n'avait pas voulu voir les liens entre une partie de la gauche et le fascisme montant. Puis, dans les années 50, lors de l'émergence de la problématique totalitaire, il y avait eu le même « tir de barrage intellectuel » pour tenter de démontrer l'irrémédiable différence entre communisme et fascisme. Cet enjeu fait, dans certains milieux, l'objet, au pire, d'une véritable omerta ou, au mieux, d'une sous-évaluation certaine. Il faut faire avec ces « restes idéologiques » qui travaillent les sciences sociales et continuer patiemment à circonscrire le phénomène, à évaluer son importance et à en dégager les ressorts profonds. C'est ce que tente de faire mon essai en distinguant également les différents visages du phénomène : celui de ces électeurs qui viennent de familles de gauche et abandonnent les tropismes politiques de leur milieu pour rallier le FN, celui des électeurs qui se sentent toujours de gauche mais votent FN, celui des électeurs frontistes qui n'hésitent pas à rallier un candidat de gauche au second tour et enfin celui des électeurs de gauche qui, lorsqu'ils n'ont plus de candidat au second tour, peuvent rejoindre le vote frontiste.

Qui sont ces électeurs et comment ont-ils été séduits par le FN ?

P.P. : Ces électeurs sont souvent des électeurs de milieu populaire (ouvriers, employés, chômeurs, petits boulots, bas de la hiérarchie des revenus) résidant dans des territoires de la périphérie et dans d'anciens bassins industriels touchés par la crise, les processus de délocalisation et de désaffiliation sociale. C'est dans cet « électorat de la crise » que se recrutent nombre d'électeurs gaucho-lepénistes. Les ruptures économiques et sociales qui ont touché de plein fouet ces milieux entraînent des phénomènes de rupture politique et de rupture personnelle. Les acteurs de ces ruptures ne vivent pas forcément leurs évolutions politiques comme des reniements ou des trahisons. Nombre des électeurs disent que ce n'est pas eux qui ont changé mais que c'est la gauche qui a changé et les a abandonnés. L'évolution programmatique du Front national vers un ensemble de mesures « sociales » (maintien des 35 heures, retraite à 60 ans, hausse des bas salaires...) a beaucoup contribué, dans la dernière période, à arrimer cet électorat de gauche au Front national. Au fond, derrière leur vote passé de gauche et le vote actuel frontiste, se lit une volonté commune et pérenne de « voter social ».

Peut-on dire que le FN est un parti où se rejoignent droite et gauche extrêmes ?

P.P. : De manière claire, dans son histoire le parti de Marine Le Pen est une organisation qui a plongé ses racines dans le monde de la droite extrême et du nationalisme politique. Mais peu à peu, ce parti, comme bien d'autres, a connu des évolutions et des inflexions qui l'ont rapproché d'une base populaire de gauche ou venant de celle-ci. Un des indicateurs de cette évolution est l'abandon, dans les années 90, de nombre de référents de droite pour adopter la thèse du « ni droite, ni gauche, Français » et tenter de substituer au clivage gauche-droite le clivage entre les « nationaux » et les « mondialistes ». D'une certaine manière, c'est ce dernier clivage qui fait son chemin dans des scrutins comme celui du référendum de 2005 sur le Traité constitutionnel européen ou encore le deuxième tour de l'élection présidentielle de 2017. A chaque fois, le Front national tente de se porter à l'avant-garde du camp du « recentrage national » face à celui de la « société ouverte ».

Comment expliquez-vous la défaite du FN au second tour de l' élection présidentielle et, plus récemment, son net recul au premier tour des élections législatives ?

P.P. : Le Front national est au confluent de son passé d'extrême droite et de sa tentative de s'en émanciper. Il ne peut toujours pas « faire du passé table rase ». Le « retour du refoulé » est parfois violent et subit. On l'a vu lors du débat de l'entre-deux tours de l'élection présidentielle avec la prestation très agressive de Marine Le Pen et l'argumentaire très protestataire qu'elle a développé. Ces rémanences et cette difficulté de passer d'un parti de contestation radicale à un parti de gouvernement entretiennent ce que l'on appelle le « plafond de verre ». Marine Le Pen a connu une dynamique indéniable : presque 11 millions d'électeurs au second tour soit le double de ce que son père avait rassemblé en 2002. Mais cette « puissance électorale » reste solitaire et échoue à trouver les alliés qui pourraient lui faire passer la barre des 50 %. La récession électorale des législatives est, elle, plus classique car le Front national n'a pas « 577 Marine Le Pen » pour emmener le combat dans les circonscriptions ; il n'a pas non plus des électeurs très politisés qui voudraient prolonger la lutte de la présidentielle dans les législatives.

Quelle évolution percevez-vous de ce phénomène ?

P.P. : Pour l'instant, la stratégie de « respectabilisation » du Front national a échoué, sa présidente ayant elle-même contribué à redonner vie à la diabolisation. Cependant, les racines sociales et territoriales du vote en faveur de Marine Le Pen dessinent une France aux antipodes de la France qui s'est retrouvée derrière Emmanuel Macron. Sur les décombres du clivage entre la gauche et la droite, se met peu à peu en place un clivage entre la « France ouverte » et la « France du recentrage national ». Si la première échoue dans son processus de transformation et de rénovation, les forces du recentrage national se remettront à l'oeuvre et le Front national, éventuellement « revu et corrigé » y aura toute sa place.

Marcelle Bourbier (CEVIPOF)

Pascal Perrineau, Cette France de gauche qui vote FN, éd. Seuil

En savoir plus

"L'Histoire est encore à écrire"

Comprendre un continent par ses racines. C’est le défi qu’Ann-Sophie Schoepfel a fixé à ses élèves du Collège universitaire ce semestre. Grâce à une approche qui n’est pas centrée sur un pays, mais sur un continents, nos étudiants du campus de Nancy ressortent de son cours riches d’une vision plus périphérique d’une Histoire dont ils écriront peut-être les prochaines lignes.

Lire la suite
“Colombiennes”: deux étudiantes à la rencontre de femmes engagées

“Colombiennes”: deux étudiantes à la rencontre de femmes engagées

“Nous avons vingt ans lorsque nous arrivons à Bogota”: Jade Vergnes et Hortense Jauffret ont arpenté la Colombie à la rencontre de femmes inspirantes. Elles en ont tiré un livre, Colombiennes, rencontre avec 20 femmes engagées, paru le 8 mars aux éditions du Jasmin. Une compilation de portraits puissants, magnifiques et divers, qui mêlent témoignages écrits, photographies et illustrations de l’artiste Veronica Rincón León. 

De l’avocate proposée au prix Nobel de la Paix à la graffeuse qui chante dans les bus de Bogota, de la cartographe en Antarctique à l’ex-combattante des FARC, toutes se mobilisent pour répondre au plus grand défi qui déchire la Colombie : la quête de paix. Nous avons posé quelques questions à Hortense et Jade, aujourd’hui en césure après la première année du Master communication, médias et industries créatives.

Lire la suite
Le choix de l’école : de Sciences Po à l’enseignement

Le choix de l’école : de Sciences Po à l’enseignement

L’association Le Choix de l’école accompagne les jeunes diplômés vers le métier d’enseignant dans les collèges publics de l’éducation prioritaire. Depuis 2015, plus de 230 jeunes, âgés de 22 à 35 ans, se sont lancés grâce à l’association. Parmi eux, plus d’un quart sont diplômés de Sciences Po, comme Judith Lienhard, aujourd’hui professeur de français à Bagneux (92).

Lire la suite
Candidats en master : derniers conseils pour les oraux

Candidats en master : derniers conseils pour les oraux

Vous avez candidaté à un master de Sciences Po par la procédure française et vous êtes admissible ? Bravo ! Prochaine étape : réussir l'entretien. Les oraux d'admission auront lieu en distanciel entre le 19 et le 30 avril 2021 (et dès le 13 avril pour l'École de journalisme seulement). Ils peuvent générer du stress : vous vous posez des questions sur le profil des candidats recherchés, sur votre capacité à démontrer votre motivation et à défendre votre projet…. D'où l'importance de s'y préparer en amont ! Voici nos conseils pour cette dernière ligne droite. 

Lire la suite

École nationale de la magistrature : 40% des lauréats issus de Sciences Po

École nationale de la magistrature : 40% des lauréats issus de Sciences Po

La préparation au concours d'entrée à l’École Nationale de la Magistrature (ENM) assurée par l’École de droit de Sciences Po affiche des résultats remarquables pour 2021 : avec 73 lauréats pour 193 postes, c’est près de 40 % de la promotion 2021 de futurs magistrats qui se trouve issue de cette classe préparatoire. Bravo à tous les lauréats et à leurs professeurs !

Lire la suite

David Camroux :

David Camroux : "La junte militaire birmane se prend à croire en sa propre propagande"

Le 1er février, la junte militaire birmane opère un coup d’État quelques minutes avant la prestation de serment des députés nouvellement élus démocratiquement; entraînant dans son sillage une vague de protestations devenue aujourd’hui déferlante de désobéissance civile. Quels enjeux dans ce pays à la politique instable, dans lequel n’ont jamais su s’apaiser les tensions post-coloniales ? Réponses avec David Camroux, chercheur honoraire au Centre de Recherches Internationales (CERI), spécialiste de l’Asie du Sud-Est.

Lire la suite

"Transitions et régressions démocratiques"

La diversité du paysage politique sud-américain en fait un continent très hétérogène, aussi bien en termes de cultures qu’en termes de régimes politiques. C’est le sujet du cours qu’Olivier Dabène enseigne à nos étudiants du campus de Poitiers. Entre progrès et recul, selon quels enjeux les pays d’Amérique latine embrassent-ils le processus démocratique ? Débuts de réponse dans notre épisode de Prof. 

Lire la suite