« Cette France de gauche qui vote Front national »

En se qualifiant pour le second tour de l’élection présidentielle, Marine Le Pen a conforté la position du Front national au premier rang des forces politiques en France. Dans son dernier ouvrage, Cette France de gauche qui vote FN (éd. Seuil), Pascal Perrineau, professeur des universités à Sciences Po,  enquête sur ces électeurs de gauche qui ont contribué à installer un parti dit d’extrême-droite sans avoir l’impression de renier en quoi que ce soit leurs convictions. Analyse.

Dans un précédent ouvrage Le Symptôme Le Pen : radiographie des électeurs du Front national (éd. Fayard), vous faisiez le constat qu'une certaine fraction du vote frontiste émanait de la gauche et nommiez déjà ces électeurs des « gaucho-lepénistes ». Pourquoi ce concept fait-il encore tant polémique ? Quelle en est votre définition?

Pascal Perrineau : En effet, après une première période, grosso modo les années 80, où l'émergence puis la dynamique du Front national de Jean-Marie Le Pen se sont nourris avant tout à partir d'un processus de radicalisation des électeurs de droite, j'avais décelé dès les années 90, et particulièrement lors de l'élection présidentielle de 1995, un courant non négligeable d'électeurs frontistes venant de la gauche ou navigant entre Front national et gauche. Cette analyse avait, dès l'époque, fait l'objet de contestations parce que, pour nombre de sociologues et politistes, il est difficile de penser les processus de confluence ou de rapprochement entre deux univers politiques qui s'auto-définissent comme antithétiques. Cette difficulté à penser ces proximités n'est pas nouvelle. Très souvent dans les années 30, on n'avait pas voulu voir les liens entre une partie de la gauche et le fascisme montant. Puis, dans les années 50, lors de l'émergence de la problématique totalitaire, il y avait eu le même « tir de barrage intellectuel » pour tenter de démontrer l'irrémédiable différence entre communisme et fascisme. Cet enjeu fait, dans certains milieux, l'objet, au pire, d'une véritable omerta ou, au mieux, d'une sous-évaluation certaine. Il faut faire avec ces « restes idéologiques » qui travaillent les sciences sociales et continuer patiemment à circonscrire le phénomène, à évaluer son importance et à en dégager les ressorts profonds. C'est ce que tente de faire mon essai en distinguant également les différents visages du phénomène : celui de ces électeurs qui viennent de familles de gauche et abandonnent les tropismes politiques de leur milieu pour rallier le FN, celui des électeurs qui se sentent toujours de gauche mais votent FN, celui des électeurs frontistes qui n'hésitent pas à rallier un candidat de gauche au second tour et enfin celui des électeurs de gauche qui, lorsqu'ils n'ont plus de candidat au second tour, peuvent rejoindre le vote frontiste.

Qui sont ces électeurs et comment ont-ils été séduits par le FN ?

P.P. : Ces électeurs sont souvent des électeurs de milieu populaire (ouvriers, employés, chômeurs, petits boulots, bas de la hiérarchie des revenus) résidant dans des territoires de la périphérie et dans d'anciens bassins industriels touchés par la crise, les processus de délocalisation et de désaffiliation sociale. C'est dans cet « électorat de la crise » que se recrutent nombre d'électeurs gaucho-lepénistes. Les ruptures économiques et sociales qui ont touché de plein fouet ces milieux entraînent des phénomènes de rupture politique et de rupture personnelle. Les acteurs de ces ruptures ne vivent pas forcément leurs évolutions politiques comme des reniements ou des trahisons. Nombre des électeurs disent que ce n'est pas eux qui ont changé mais que c'est la gauche qui a changé et les a abandonnés. L'évolution programmatique du Front national vers un ensemble de mesures « sociales » (maintien des 35 heures, retraite à 60 ans, hausse des bas salaires...) a beaucoup contribué, dans la dernière période, à arrimer cet électorat de gauche au Front national. Au fond, derrière leur vote passé de gauche et le vote actuel frontiste, se lit une volonté commune et pérenne de « voter social ».

Peut-on dire que le FN est un parti où se rejoignent droite et gauche extrêmes ?

P.P. : De manière claire, dans son histoire le parti de Marine Le Pen est une organisation qui a plongé ses racines dans le monde de la droite extrême et du nationalisme politique. Mais peu à peu, ce parti, comme bien d'autres, a connu des évolutions et des inflexions qui l'ont rapproché d'une base populaire de gauche ou venant de celle-ci. Un des indicateurs de cette évolution est l'abandon, dans les années 90, de nombre de référents de droite pour adopter la thèse du « ni droite, ni gauche, Français » et tenter de substituer au clivage gauche-droite le clivage entre les « nationaux » et les « mondialistes ». D'une certaine manière, c'est ce dernier clivage qui fait son chemin dans des scrutins comme celui du référendum de 2005 sur le Traité constitutionnel européen ou encore le deuxième tour de l'élection présidentielle de 2017. A chaque fois, le Front national tente de se porter à l'avant-garde du camp du « recentrage national » face à celui de la « société ouverte ».

Comment expliquez-vous la défaite du FN au second tour de l' élection présidentielle et, plus récemment, son net recul au premier tour des élections législatives ?

P.P. : Le Front national est au confluent de son passé d'extrême droite et de sa tentative de s'en émanciper. Il ne peut toujours pas « faire du passé table rase ». Le « retour du refoulé » est parfois violent et subit. On l'a vu lors du débat de l'entre-deux tours de l'élection présidentielle avec la prestation très agressive de Marine Le Pen et l'argumentaire très protestataire qu'elle a développé. Ces rémanences et cette difficulté de passer d'un parti de contestation radicale à un parti de gouvernement entretiennent ce que l'on appelle le « plafond de verre ». Marine Le Pen a connu une dynamique indéniable : presque 11 millions d'électeurs au second tour soit le double de ce que son père avait rassemblé en 2002. Mais cette « puissance électorale » reste solitaire et échoue à trouver les alliés qui pourraient lui faire passer la barre des 50 %. La récession électorale des législatives est, elle, plus classique car le Front national n'a pas « 577 Marine Le Pen » pour emmener le combat dans les circonscriptions ; il n'a pas non plus des électeurs très politisés qui voudraient prolonger la lutte de la présidentielle dans les législatives.

Quelle évolution percevez-vous de ce phénomène ?

P.P. : Pour l'instant, la stratégie de « respectabilisation » du Front national a échoué, sa présidente ayant elle-même contribué à redonner vie à la diabolisation. Cependant, les racines sociales et territoriales du vote en faveur de Marine Le Pen dessinent une France aux antipodes de la France qui s'est retrouvée derrière Emmanuel Macron. Sur les décombres du clivage entre la gauche et la droite, se met peu à peu en place un clivage entre la « France ouverte » et la « France du recentrage national ». Si la première échoue dans son processus de transformation et de rénovation, les forces du recentrage national se remettront à l'oeuvre et le Front national, éventuellement « revu et corrigé » y aura toute sa place.

Marcelle Bourbier (CEVIPOF)

Pascal Perrineau, Cette France de gauche qui vote FN, éd. Seuil

En savoir plus

Shirin Ebadi : “Je souhaite la libération de Madame Adelkhah”

Shirin Ebadi : “Je souhaite la libération de Madame Adelkhah”

Le 5 juin 2019, Fariba Adelkhah et Roland Marchal, tous deux chercheurs au Centre de recherches internationales de Sciences Po (CERI), étaient arrêtés et emprisonnés à Téhéran. Un an plus tard, malgré la libération de Roland Marchal le 20 mars 2020, Fariba Adelkhah demeure incarcérée dans la prison d’Evin. À l’occasion de ce triste anniversaire, Shirin Ebadi, Prix Nobel de la Paix, soutient la chercheuse dans la message relayé par Olivier Duhamel, Président de la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP), et Frédéric Mion, Directeur de Sciences Po. 

Lire la suite
Imaginer le monde d'après la crise

Imaginer le monde d'après la crise

Depuis le 27 avril 2020, Sciences Po mène aux côtés de TF1, de Bluenove et Cognito une grande consultation en ligne intitulée “Notre nouvelle vie”. Son objectif : faire émerger des propositions pour répondre aux conséquences sociétales, économiques et démocratiques de la crise du Covid-19. Originale dans sa forme, la consultation a déjà réuni plus de 58 000 réponses émanant de 5 100 participants. Il est possible de débattre de cinq thématiques jusqu'au 24 juin. Explications détaillées avec Olivier Duhamel, Président de la FNSP et Yann Algan, doyen de l'École d’affaires publiques de Sciences Po. 

Lire la suite
Pour une stratégie universitaire européenne face à la crise

Pour une stratégie universitaire européenne face à la crise

En 2019, huit institutions de rang mondial en sciences sociales, humanités et management*, s’appuyant sur des liens déjà solides, ont décidé de s’unir pour créer “CIVICA, l’Université Européenne des Sciences Sociales”. Préfigurant les contours de l’université du futur, reposant à la fois sur une vision stratégique de long terme et sur des activités concrètes à l’attention des étudiants, du corps professoral, des équipes et du grand public, CIVICA a vocation à proposer des réponses innovantes aux grands défis du monde contemporain et à assurer la promotion des valeurs civiques européennes.

Lire la suite

" La pauvreté commence à l'enfance "

Les infos passent, les idées restent. Dans FOCUS, la série vidéo de Sciences Po, un chercheur ou un enseignant aborde son domaine sous un angle inattendu. En trois minutes, FOCUS offre une réflexion hors des sentiers battus sur les questions qui animent le débat public et propose des perspectives pour comprendre et pour agir.

Lire la suite
Coronavirus : la réponse économique

Coronavirus : la réponse économique

Comment sortir d'un confinement marqué par le choix stratégique fort du chômage partiel ? La dette française est-elle soutenable ? Quels sont les effets de la crise sur l’emploi ? Et que feront les Français de l’épargne conséquente accumulée ces derniers mois ? Éléments de réponse avec Philippe Martin, Professeur au sein du Département d’économie de Sciences Po. 

Lire la suite
Le campus de Nancy fête ses vingt ans !

Le campus de Nancy fête ses vingt ans !

À la rentrée de l’année 2000, 42 étudiants rejoignaient le premier campus régional de Sciences Po, inauguré par Richard Descoings, et dont l’ouverture précéderait celle des sites de Reims, du Havre, de Poitiers, de Dijon et de Menton. Ce campus accueille aujourd’hui 300 étudiants (dont plus de la moitié sont internationaux) pour les deux premières années d’un bachelor avec une spécialisation géographique sur l’Europe et l’espace franco-allemand. En 20 ans, plus de 2000 étudiants sont passés par ce campus. 

Lire la suite

"Le romantisme de l'Amérique latine"

L’Amérique Latine, continent des écrivains, de la passion et des révolutions ? Oui, mais pas seulement ! Avec le cours “Relations Internationales en Amérique Latine”, Kevin Parthenay invite les étudiants du campus de Poitiers à poser un regard neuf sur ce continent qui, loin de jouer les seconds couteaux, est en fait au coeur des dynamiques mondiales. 

Lire la suite

" C'est toi qui t'occupes des enfants aujourd'hui ? "

En période de confinement, les uns sont-ils “plus égaux que les autres” ? La Chaire pour l’Entrepreneuriat des Femmes à Sciences Po, en coopération avec Ipsos, a mené l’enquête auprès de 1000 actifs constituant un échantillon national représentatif de la population active âgée de 18 ans et plus en France. Cette enquête nous livre une image contrastée : si les femmes ont été plus durement touchées par l’inactivité professionnelle que les hommes, elles sont aussi 30% dans les couples hétérosexuels à avoir constaté une meilleure répartition des tâches domestiques, et 24% à avoir ressenti une hausse de leur satisfaction générale (contre 19% des hommes). Quelles perspectives cela dessine-t-il pour l’avenir ? Quelques jours avant la publication d’un document de travail portant sur l’analyse des données de l’enquête, Anne Boring, directrice de la chaire, nous livre ses premières conclusions. 

Lire la suite
Drôle d'économie !

Drôle d'économie !

Les personnes dotées de grands pieds sont-elles meilleures en orthographe ? Quel rapport entre le PIB, le réchauffement climatique et une crosse de hockey ? Peut-on mesurer le Bonheur National Brut ? Questions bizarroïdes et réponses tout en couleurs : c’est la marque de fabrique d’Econofides, un projet qui a pour ambition de redonner le goût de l’économie aux élèves de lycée par le biais d’une pédagogie interactive, narrative et ludique. 

Lire la suite