“Mon cours vise à faire comprendre la face cachée d’internet”

Apprécié pour son franc-parler et ses cours innovants, Fabrice Epelboin anime le cours « Atelier numérique » depuis cinq ans à Sciences Po. Avec un souci constant : dévoiler aux étudiants la partie immergée d’internet et leur faire prendre conscience des immenses enjeux démocratiques et économiques qui s’y trouvent. Portrait.

A 46 ans, les yeux cernés après une nuit de travail, Fabrice Epelboin fait pourtant mentir les clichés sur les hackeurs. Avec un père chez IBM et un premier ordinateur reçu dès l’âge de onze ans, ce pionnier du web dans les années 1990 n’est pas de ceux qui s’enthousiasment sur le développement des internets.

« Le discours sur le numérique est trusté par les bisounours ! » s’emporte tout de go celui qui ne cache pas avoir été, il y a dix ans, « dans un enthousiasme béat ». « Mais aujourd’hui, les personnes qui critiquent le sujet ne sont pas très écoutées en France, déplore-t-il, on va plutôt entendre les enthousiastes qui promettent monts et merveilles ».

Sortir de la caverne

Sa promesse à lui, celle qu’il propose à ses élèves, est un tout autre défi : sortir de la caverne. « Toute l’explication de l’internet qu’on entend en général, et qui nous est vendue par le marketing, ce sont des ombres dans une caverne. On aperçoit des formes, mais il faut voir la réalité derrière, et elle n’est pas très belle », argue M. Epelboin.

Pendant deux heures hebdomadaires, vidéos et chiffres à l’appui, il plonge son auditoire dans un monde invisible, mais bien réel : celui de l’espionnage industriel, de la collecte des données et du darknet.

Pour approfondir ces sujets, pas d’exposé ni de fiche technique au programme pour ses étudiants. Cette année, le travail demandé consistait en une « bombe informationnelle » à rédiger pour un chef d’État étranger, destinée à mettre en œuvre le sabotage numérique de l’élection présidentielle française. La contrainte : ne pas se ruer sur les fake news à la mode, mais plutôt trouver et exploiter de vraies informations à partir des révélations de Wikileaks. « L’enjeu est de comprendre l’approche tactique de nations comme la Russie ou d’entités telles que Wikileaks », appuie-t-il.

En deuxième heure, ses étudiants prennent part à d’intenses débats. « On n’est pas assez souvent amenés à se confronter aux réalités du numérique. On sait qu’il y a des enjeux, des cyberguerres qui se préparent, mais rien de plus. Le fait d’être confrontés à notre propre actualité était vraiment la force de ce cours », témoigne Eva Kwamou Feukeu, en master 1 de Droit économique, qui a suivi l’enseignement à l’automne dernier, et redouble depuis d’envie d’apprendre le code informatique.

Autre exercice proposé par Fabrice Epelboin, la production de mèmes, ces fameux visuels humoristiques repris et détournés en masse, souvent dans un but politique. « Par ce moyen, on apprend à faire passer des idées à un public très large, à communiquer seul avec un compte Twitter pour transmettre un message de façon presque instantanée. Avec internet sont nées de nouvelles façons de s’exprimer, qui ont joué un rôle important lors de l’élection de Donald Trump. »

« L’extrême droite a une génération d’avance »

Car si numérique soit-il, le cours n’en est pas moins politique avec, en trame de fond, la confrontation avec « la fachosphère », la toute puissante communauté d’extrême droite qui sévit sur la toile et hante les forums. « Ils ont une génération d’avance sur leurs adversaires », diagnostique celui pour qui l’arrivée au pouvoir de Marine Le Pen devient inéluctable d’ici 2022. « Ils ont été censurés dans les médias il y a quinze ans, donc ils se sont réfugiés sur Internet, où ils ont développé des codes pour transmettre un message qui sera très vite compris. Ils ont aussi appris l’art et la manière de faire de la dialectique de façon adaptée aux médias sociaux », assène-t-il.

Après avoir travaillé avec Wikileaks et participé à la révolution tunisienne de 2010 en aidant les hackeurs d’outre-Méditerranée, Fabrice Epelboin est bien conscient de l’influence énorme que quelques individus peuvent avoir par le numérique. Parmi les nombreux concepts explorés lors du semestre, ses étudiants ont ainsi pu découvrir « l’astroturfing », cette démultiplication de comptes sur les réseaux sociaux et de sites internet par un petit groupe pour donner artificiellement du poids à une opinion, voire déclencher un véritable mouvement.

« Pour certaines personnes, mon cours peut être difficile à encaisser », reconnaît celui « qui a passé [s]a vie à monter des boîtes et des startups », dans la communication, les médias et aujourd’hui la sécurité informatique. Après avoir surfé à l’orée des années 2000 sur la vague du numérique, Fabrice Epelboin transmet un regard désabusé sur un monde livré à la surveillance de tous contre tous : « Allier démocratie, confiance et surveillance est une illusion, il va falloir tout réinventer ou se résigner à voir la démocratie mourir ».

Mais qu’importe, c’est avec un enthousiasme authentique qu’il continue à enseigner, tout particulièrement pour les étudiants internationaux de Sciences Po. « Je n’ai pas d’enfants, donc je peux avoir des contacts avec la jeunesse que je n’aurais pas autrement, et découvrir des points de vue très variés selon le pays d’origine de certains. Et les meilleurs souvenirs que j’ai, c’est quand je rencontre des anciens élèves quelques années après, et que je vois que leur regard sur le numérique a changé ! »

Noé Michalon - École de journalisme de Sciences Po

En savoir plus

Les détails du cours « L'atelier numérique » de Fabrice Epelboin

Abonnez-vous à notre newsletter

« Une semaine à Sciences Po », recevez chaque vendredi le meilleur de Sciences Po

Commissaires de police 2019 : 70% des admis issus de Sciences Po

Commissaires de police 2019 : 70% des admis issus de Sciences Po

Depuis sa création en 2012, la classe préparatoire aux concours de police et de gendarmerie de l’École de droit de Sciences Po s’affirme chaque année comme l’une des meilleures préparations aux métiers de la sécurité. Cette année, sur les 33 postes ouverts au concours externe de commissaire de police, 23 places sont occupées par nos étudiants. Félicitations !

Lire la suite
Alliance U7+ : les universités s'invitent à l'agenda du G7

Alliance U7+ : les universités s'invitent à l'agenda du G7

47 responsables d'universités de 18 pays différents étaient réunis à Sciences Po les 9&10 juillet 2019 pour le sommet inaugural de l’alliance U7+, sous le haut patronage du Président Emmanuel Macron. Durant deux jours, les membres de ce nouveau réseau ont débattu, voté et signé 6 principes et 247 engagements pour répondre aux défis majeurs de l’agenda multilatéral. L’objectif : peser sur les débats mondiaux, et notamment le prochain sommet du G7 à Biarritz en août. 

Lire la suite
Artillerie : premiers coups de truelle

Artillerie : premiers coups de truelle

C’est parti pour les grands travaux ! Le rituel de pose de la première pierre a eu lieu le 8 juillet dernier sur le site de l’Artillerie, futur cœur du campus parisien de Sciences Po. Après l’acquisition du site en décembre 2016 et la présentation du projet lauréat en janvier 2018, cette cérémonie marque le début de la phase de rénovation et de construction. Reportage. 

Lire la suite
Une recherche pointue et accessible

Une recherche pointue et accessible

Directeur scientifique et professeur au Département d’économie, Guillaume Plantin a longtemps exercé à l’international  avant de rejoindre Sciences Po. Une expérience qui l’amène à concevoir les recherches dans un contexte global : global, par les enjeux à décrypter - environnement, numérique, populisme... - global, par la compétition mondiale dans laquelle la science évolue. Pour lui, la recherche à Sciences Po dispose d’acquis solides et fait preuve de la créativité nécessaire pour relever ces défis. À sa façon. Explications. 

Lire la suite
Cérémonies du diplôme 2019 : les meilleurs moments

Cérémonies du diplôme 2019 : les meilleurs moments

Plus de 7300 personnes ont assisté les 28 & 29 juin 2019 aux quatre cérémonies de remise des diplômes de la promotion 2019. Des parents, des amis, des professeurs, des compagnons, et parfois des enfants : c’est sous le regard fier, ému, et chaleureux de leurs proches et de leurs camarades que les diplômés ont ceint leur écharpe rouge pour ce premier jour du reste de leur vie. Découvrez quelques uns de ces moments uniques en vidéo et le résumé ci-dessous.  

Lire la suite
Comprendre les populismes

Comprendre les populismes

Les 1er et 2 juillet, une cinquantaine d’économistes, de politistes, d’historiens et de sociologues se réunissent à Sciences Po dans le cadre d’un tout nouveau groupe de recherche au sein du Centre for Economic Policy Research. Objet de cette rencontre : la question très actuelle du populisme et des politiques à mener pour lutter contre son emprise. Comment aborde-t-on le sujet épineux du populisme en recherche ? Eléments de réponse avec Sergei Guriev, professeur d’économie à Sciences Po et membre du comité d’organisation.

Lire la suite
Un siècle de femmes à Sciences Po

Un siècle de femmes à Sciences Po

Les étudiantes représentent près de 60 % de la promotion diplômée en juin 2019. Il y a un siècle, les premières femmes entraient à Sciences Po. Des premières étudiantes en 1919 jusqu’à une politique active de soutien de l’égalité aujourd’hui, comment leur place a-t-elle évolué dans l’École ? À l’occasion de ce centenaire,  retour sur 5 dates clés de l’histoire des femmes à Sciences Po.

Lire la suite
Qui sont nos diplômés 2019 ?

Qui sont nos diplômés 2019 ?

Des étudiants et des étudiantes brillants et engagés. Des invités d’honneurs inspirants. Des parents débordant de fierté. Consécration de l’année universitaire, la cérémonie du diplôme a rassemblé, vendredi 28 et samedi 29 juin 2019, près de 2500 diplômés et leurs invités, pour la première fois à la Philharmonie de Paris. Qui sont les étudiants de la promo 2019 ? Découvrez leurs profils. 

Lire la suite