“Mon cours vise à faire comprendre la face cachée d’internet”

Apprécié pour son franc-parler et ses cours innovants, Fabrice Epelboin anime le cours « Atelier numérique » depuis cinq ans à Sciences Po. Avec un souci constant : dévoiler aux étudiants la partie immergée d’internet et leur faire prendre conscience des immenses enjeux démocratiques et économiques qui s’y trouvent. Portrait.

A 46 ans, les yeux cernés après une nuit de travail, Fabrice Epelboin fait pourtant mentir les clichés sur les hackeurs. Avec un père chez IBM et un premier ordinateur reçu dès l’âge de onze ans, ce pionnier du web dans les années 1990 n’est pas de ceux qui s’enthousiasment sur le développement des internets.

« Le discours sur le numérique est trusté par les bisounours ! » s’emporte tout de go celui qui ne cache pas avoir été, il y a dix ans, « dans un enthousiasme béat ». « Mais aujourd’hui, les personnes qui critiquent le sujet ne sont pas très écoutées en France, déplore-t-il, on va plutôt entendre les enthousiastes qui promettent monts et merveilles ».

Sortir de la caverne

Sa promesse à lui, celle qu’il propose à ses élèves, est un tout autre défi : sortir de la caverne. « Toute l’explication de l’internet qu’on entend en général, et qui nous est vendue par le marketing, ce sont des ombres dans une caverne. On aperçoit des formes, mais il faut voir la réalité derrière, et elle n’est pas très belle », argue M. Epelboin.

Pendant deux heures hebdomadaires, vidéos et chiffres à l’appui, il plonge son auditoire dans un monde invisible, mais bien réel : celui de l’espionnage industriel, de la collecte des données et du darknet.

Pour approfondir ces sujets, pas d’exposé ni de fiche technique au programme pour ses étudiants. Cette année, le travail demandé consistait en une « bombe informationnelle » à rédiger pour un chef d’État étranger, destinée à mettre en œuvre le sabotage numérique de l’élection présidentielle française. La contrainte : ne pas se ruer sur les fake news à la mode, mais plutôt trouver et exploiter de vraies informations à partir des révélations de Wikileaks. « L’enjeu est de comprendre l’approche tactique de nations comme la Russie ou d’entités telles que Wikileaks », appuie-t-il.

En deuxième heure, ses étudiants prennent part à d’intenses débats. « On n’est pas assez souvent amenés à se confronter aux réalités du numérique. On sait qu’il y a des enjeux, des cyberguerres qui se préparent, mais rien de plus. Le fait d’être confrontés à notre propre actualité était vraiment la force de ce cours », témoigne Eva Kwamou Feukeu, en master 1 de Droit économique, qui a suivi l’enseignement à l’automne dernier, et redouble depuis d’envie d’apprendre le code informatique.

Autre exercice proposé par Fabrice Epelboin, la production de mèmes, ces fameux visuels humoristiques repris et détournés en masse, souvent dans un but politique. « Par ce moyen, on apprend à faire passer des idées à un public très large, à communiquer seul avec un compte Twitter pour transmettre un message de façon presque instantanée. Avec internet sont nées de nouvelles façons de s’exprimer, qui ont joué un rôle important lors de l’élection de Donald Trump. »

« L’extrême droite a une génération d’avance »

Car si numérique soit-il, le cours n’en est pas moins politique avec, en trame de fond, la confrontation avec « la fachosphère », la toute puissante communauté d’extrême droite qui sévit sur la toile et hante les forums. « Ils ont une génération d’avance sur leurs adversaires », diagnostique celui pour qui l’arrivée au pouvoir de Marine Le Pen devient inéluctable d’ici 2022. « Ils ont été censurés dans les médias il y a quinze ans, donc ils se sont réfugiés sur Internet, où ils ont développé des codes pour transmettre un message qui sera très vite compris. Ils ont aussi appris l’art et la manière de faire de la dialectique de façon adaptée aux médias sociaux », assène-t-il.

Après avoir travaillé avec Wikileaks et participé à la révolution tunisienne de 2010 en aidant les hackeurs d’outre-Méditerranée, Fabrice Epelboin est bien conscient de l’influence énorme que quelques individus peuvent avoir par le numérique. Parmi les nombreux concepts explorés lors du semestre, ses étudiants ont ainsi pu découvrir « l’astroturfing », cette démultiplication de comptes sur les réseaux sociaux et de sites internet par un petit groupe pour donner artificiellement du poids à une opinion, voire déclencher un véritable mouvement.

« Pour certaines personnes, mon cours peut être difficile à encaisser », reconnaît celui « qui a passé [s]a vie à monter des boîtes et des startups », dans la communication, les médias et aujourd’hui la sécurité informatique. Après avoir surfé à l’orée des années 2000 sur la vague du numérique, Fabrice Epelboin transmet un regard désabusé sur un monde livré à la surveillance de tous contre tous : « Allier démocratie, confiance et surveillance est une illusion, il va falloir tout réinventer ou se résigner à voir la démocratie mourir ».

Mais qu’importe, c’est avec un enthousiasme authentique qu’il continue à enseigner, tout particulièrement pour les étudiants internationaux de Sciences Po. « Je n’ai pas d’enfants, donc je peux avoir des contacts avec la jeunesse que je n’aurais pas autrement, et découvrir des points de vue très variés selon le pays d’origine de certains. Et les meilleurs souvenirs que j’ai, c’est quand je rencontre des anciens élèves quelques années après, et que je vois que leur regard sur le numérique a changé ! »

Noé Michalon - École de journalisme de Sciences Po

En savoir plus

Les détails du cours « L'atelier numérique » de Fabrice Epelboin

Abonnez-vous à notre newsletter

« Une semaine à Sciences Po », recevez chaque vendredi le meilleur de Sciences Po

Pour une stratégie universitaire européenne face à la crise

Pour une stratégie universitaire européenne face à la crise

En 2019, huit institutions de rang mondial en sciences sociales, humanités et management*, s’appuyant sur des liens déjà solides, ont décidé de s’unir pour créer “CIVICA, l’Université Européenne des Sciences Sociales”. Préfigurant les contours de l’université du futur, reposant à la fois sur une vision stratégique de long terme et sur des activités concrètes à l’attention des étudiants, du corps professoral, des équipes et du grand public, CIVICA a vocation à proposer des réponses innovantes aux grands défis du monde contemporain et à assurer la promotion des valeurs civiques européennes.

Lire la suite

" La pauvreté commence à l'enfance "

Les infos passent, les idées restent. Dans FOCUS, la série vidéo de Sciences Po, un chercheur ou un enseignant aborde son domaine sous un angle inattendu. En trois minutes, FOCUS offre une réflexion hors des sentiers battus sur les questions qui animent le débat public et propose des perspectives pour comprendre et pour agir.

Lire la suite
Coronavirus : la réponse économique

Coronavirus : la réponse économique

Comment sortir d'un confinement marqué par le choix stratégique fort du chômage partiel ? La dette française est-elle soutenable ? Quels sont les effets de la crise sur l’emploi ? Et que feront les Français de l’épargne conséquente accumulée ces derniers mois ? Éléments de réponse avec Philippe Martin, Professeur au sein du Département d’économie de Sciences Po. 

Lire la suite
Le campus de Nancy fête ses vingt ans !

Le campus de Nancy fête ses vingt ans !

À la rentrée de l’année 2000, 42 étudiants rejoignaient le premier campus régional de Sciences Po, inauguré par Richard Descoings, et dont l’ouverture précéderait celle des sites de Reims, du Havre, de Poitiers, de Dijon et de Menton. Ce campus accueille aujourd’hui 300 étudiants (dont plus de la moitié sont internationaux) pour les deux premières années d’un bachelor avec une spécialisation géographique sur l’Europe et l’espace franco-allemand. En 20 ans, plus de 2000 étudiants sont passés par ce campus. 

Lire la suite

"Le romantisme de l'Amérique latine"

L’Amérique Latine, continent des écrivains, de la passion et des révolutions ? Oui, mais pas seulement ! Avec le cours “Relations Internationales en Amérique Latine”, Kevin Parthenay invite les étudiants du campus de Poitiers à poser un regard neuf sur ce continent qui, loin de jouer les seconds couteaux, est en fait au coeur des dynamiques mondiales. 

Lire la suite

" C'est toi qui t'occupes des enfants aujourd'hui ? "

En période de confinement, les uns sont-ils “plus égaux que les autres” ? La Chaire pour l’Entrepreneuriat des Femmes à Sciences Po, en coopération avec Ipsos, a mené l’enquête auprès de 1000 actifs constituant un échantillon national représentatif de la population active âgée de 18 ans et plus en France. Cette enquête nous livre une image contrastée : si les femmes ont été plus durement touchées par l’inactivité professionnelle que les hommes, elles sont aussi 30% dans les couples hétérosexuels à avoir constaté une meilleure répartition des tâches domestiques, et 24% à avoir ressenti une hausse de leur satisfaction générale (contre 19% des hommes). Quelles perspectives cela dessine-t-il pour l’avenir ? Quelques jours avant la publication d’un document de travail portant sur l’analyse des données de l’enquête, Anne Boring, directrice de la chaire, nous livre ses premières conclusions. 

Lire la suite
Drôle d'économie !

Drôle d'économie !

Les personnes dotées de grands pieds sont-elles meilleures en orthographe ? Quel rapport entre le PIB, le réchauffement climatique et une crosse de hockey ? Peut-on mesurer le Bonheur National Brut ? Questions bizarroïdes et réponses tout en couleurs : c’est la marque de fabrique d’Econofides, un projet qui a pour ambition de redonner le goût de l’économie aux élèves de lycée par le biais d’une pédagogie interactive, narrative et ludique. 

Lire la suite
Sciences Po soutient Fariba Adelkhah, condamnée à 6 ans de prison

Sciences Po soutient Fariba Adelkhah, condamnée à 6 ans de prison

Le samedi 16 mars 2020, Sciences Po a appris la condamnation de Fariba Adelkhah, chercheuse au CERI, par la 15e chambre du tribunal de Téhéran. Détenue depuis près un an dans la prison d'Evin, Fariba s'est opposée à une libération conditionnelle en échange de l'arrêt de ses recherches. Elle a été condamnée à six ans de prison, la peine la plus lourde qu'elle encourait. 

Lire la suite
Un été connecté : rejoignez la Summer School

Un été connecté : rejoignez la Summer School

Sciences Po s'adapte à la crise sanitaire mondiale et propose une Summer School 2020 entièrement en ligne. Vous êtes lycéen ou étudiant ? Vous souhaitez étudier les sciences humaines et sociales à Sciences Po le temps d'un été ? Les candidatures pour l’édition 2020 de la Summer School sont ouvertes, avec deux programmes distincts : le programme universitaire, à destination des étudiants, et le programme pré-universitaire, à destination des lycéens. Voici ce qu’il faut savoir avant de déposer sa candidature.

Lire la suite