“Mon cours vise à faire comprendre la face cachée d’internet”

Apprécié pour son franc-parler et ses cours innovants, Fabrice Epelboin anime le cours « Atelier numérique » depuis cinq ans à Sciences Po. Avec un souci constant : dévoiler aux étudiants la partie immergée d’internet et leur faire prendre conscience des immenses enjeux démocratiques et économiques qui s’y trouvent. Portrait.

A 46 ans, les yeux cernés après une nuit de travail, Fabrice Epelboin fait pourtant mentir les clichés sur les hackeurs. Avec un père chez IBM et un premier ordinateur reçu dès l’âge de onze ans, ce pionnier du web dans les années 1990 n’est pas de ceux qui s’enthousiasment sur le développement des internets.

« Le discours sur le numérique est trusté par les bisounours ! » s’emporte tout de go celui qui ne cache pas avoir été, il y a dix ans, « dans un enthousiasme béat ». « Mais aujourd’hui, les personnes qui critiquent le sujet ne sont pas très écoutées en France, déplore-t-il, on va plutôt entendre les enthousiastes qui promettent monts et merveilles ».

Sortir de la caverne

Sa promesse à lui, celle qu’il propose à ses élèves, est un tout autre défi : sortir de la caverne. « Toute l’explication de l’internet qu’on entend en général, et qui nous est vendue par le marketing, ce sont des ombres dans une caverne. On aperçoit des formes, mais il faut voir la réalité derrière, et elle n’est pas très belle », argue M. Epelboin.

Pendant deux heures hebdomadaires, vidéos et chiffres à l’appui, il plonge son auditoire dans un monde invisible, mais bien réel : celui de l’espionnage industriel, de la collecte des données et du darknet.

Pour approfondir ces sujets, pas d’exposé ni de fiche technique au programme pour ses étudiants. Cette année, le travail demandé consistait en une « bombe informationnelle » à rédiger pour un chef d’État étranger, destinée à mettre en œuvre le sabotage numérique de l’élection présidentielle française. La contrainte : ne pas se ruer sur les fake news à la mode, mais plutôt trouver et exploiter de vraies informations à partir des révélations de Wikileaks. « L’enjeu est de comprendre l’approche tactique de nations comme la Russie ou d’entités telles que Wikileaks », appuie-t-il.

En deuxième heure, ses étudiants prennent part à d’intenses débats. « On n’est pas assez souvent amenés à se confronter aux réalités du numérique. On sait qu’il y a des enjeux, des cyberguerres qui se préparent, mais rien de plus. Le fait d’être confrontés à notre propre actualité était vraiment la force de ce cours », témoigne Eva Kwamou Feukeu, en master 1 de Droit économique, qui a suivi l’enseignement à l’automne dernier, et redouble depuis d’envie d’apprendre le code informatique.

Autre exercice proposé par Fabrice Epelboin, la production de mèmes, ces fameux visuels humoristiques repris et détournés en masse, souvent dans un but politique. « Par ce moyen, on apprend à faire passer des idées à un public très large, à communiquer seul avec un compte Twitter pour transmettre un message de façon presque instantanée. Avec internet sont nées de nouvelles façons de s’exprimer, qui ont joué un rôle important lors de l’élection de Donald Trump. »

« L’extrême droite a une génération d’avance »

Car si numérique soit-il, le cours n’en est pas moins politique avec, en trame de fond, la confrontation avec « la fachosphère », la toute puissante communauté d’extrême droite qui sévit sur la toile et hante les forums. « Ils ont une génération d’avance sur leurs adversaires », diagnostique celui pour qui l’arrivée au pouvoir de Marine Le Pen devient inéluctable d’ici 2022. « Ils ont été censurés dans les médias il y a quinze ans, donc ils se sont réfugiés sur Internet, où ils ont développé des codes pour transmettre un message qui sera très vite compris. Ils ont aussi appris l’art et la manière de faire de la dialectique de façon adaptée aux médias sociaux », assène-t-il.

Après avoir travaillé avec Wikileaks et participé à la révolution tunisienne de 2010 en aidant les hackeurs d’outre-Méditerranée, Fabrice Epelboin est bien conscient de l’influence énorme que quelques individus peuvent avoir par le numérique. Parmi les nombreux concepts explorés lors du semestre, ses étudiants ont ainsi pu découvrir « l’astroturfing », cette démultiplication de comptes sur les réseaux sociaux et de sites internet par un petit groupe pour donner artificiellement du poids à une opinion, voire déclencher un véritable mouvement.

« Pour certaines personnes, mon cours peut être difficile à encaisser », reconnaît celui « qui a passé [s]a vie à monter des boîtes et des startups », dans la communication, les médias et aujourd’hui la sécurité informatique. Après avoir surfé à l’orée des années 2000 sur la vague du numérique, Fabrice Epelboin transmet un regard désabusé sur un monde livré à la surveillance de tous contre tous : « Allier démocratie, confiance et surveillance est une illusion, il va falloir tout réinventer ou se résigner à voir la démocratie mourir ».

Mais qu’importe, c’est avec un enthousiasme authentique qu’il continue à enseigner, tout particulièrement pour les étudiants internationaux de Sciences Po. « Je n’ai pas d’enfants, donc je peux avoir des contacts avec la jeunesse que je n’aurais pas autrement, et découvrir des points de vue très variés selon le pays d’origine de certains. Et les meilleurs souvenirs que j’ai, c’est quand je rencontre des anciens élèves quelques années après, et que je vois que leur regard sur le numérique a changé ! »

Noé Michalon - École de journalisme de Sciences Po

En savoir plus

Les détails du cours « L'atelier numérique » de Fabrice Epelboin

Abonnez-vous à notre newsletter

« Une semaine à Sciences Po », recevez chaque vendredi le meilleur de Sciences Po

La fiction pour dire le réel ?

La fiction pour dire le réel ?

Le 16 septembre, Sciences Po faisait sa rentrée littéraire avec une conférence réunissant les écrivains Kamel Daoud et Marie Darrieussecq à l’occasion du passage de relais de leur titre d’écrivain en résidence. Quelles passerelles peut-on construire entre fiction et réalité ? Qu’apporte l’enseignement de l’écriture ?  Les deux grandes plumes de la littérature française reviennent sur leur expérience de l’écriture et leurs ambitions pour les étudiants. 

Lire la suite
Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Suite à l’annonce de Frédéric Mion, en mars 2019, Sciences Po s’engage pour le climat à travers un ensemble d’initiatives éco-responsables regroupées sous le programme “Climate Action: Make it Work”. Programme événementiel dédié, audit des enseignements, plan d'action écoresponsable, consultations en ligne : toutes les communautés de Sciences Po sont invitées à devenir des acteurs engagés pour mener la transition écologique.

Lire la suite
Hommage à Peter Awn, l’homme qui a relié Sciences Po et Columbia

Hommage à Peter Awn, l’homme qui a relié Sciences Po et Columbia

Un homme plein d’énergie, excentrique, intelligent, non-conventionnel, brillant, passionné...Les amis et anciens élèves n’ont pas suffisamment d’adjectifs pour décrire Peter J. Awn, ancien Doyen des General Studies à l’Université Columbia, disparu il y a quelques mois et à l'origine du rapprochement entre Sciences Po et Columbia. Le campus de Sciences Po à Reims lui rendait hommage le 4 septembre dernier, en donnant son nom à sa bibliothèque. 

Lire la suite
Que fait le monde académique pour le climat ?

Que fait le monde académique pour le climat ?

Par Stéphane Grumbach - Le pouvoir politique a souvent fait appel à la communauté scientifique pour répondre aux défis majeurs, notamment en période de conflit. Le projet Manhattan en est la meilleure illustration : pendant la Seconde Guerre mondiale, les Américains ont mobilisé les scientifiques les plus éminents – et les plus opposés à l’usage de la bombe atomique – pour devancer l’Allemagne nazie dans la fabrication de cette arme. Sous la direction du général de Gaulle en France, ou celle de Deng Xiaoping en Chine, l’objectif de reconstruction de la « grandeur nationale » aura été le moteur d’une politique scientifique ambitieuse. Qu'en est-il face à l'urgence climatique ?

Lire la suite
Liberté pour Fariba Adelkhah

Liberté pour Fariba Adelkhah

Notre collègue et amie Fariba Adelkhah, directrice de recherche au Centre de recherches internationales (CERI) de Sciences Po depuis 1993, spécialiste de la société iranienne, a été arrêtée en Iran au début du mois de juin 2019.

Lire la suite
“En journalisme, la neutralité n’existe pas, l’honnêteté, si !”

“En journalisme, la neutralité n’existe pas, l’honnêteté, si !”

“Elle représente ce qu’il y a de meilleur et d’indestructible dans le métier de journaliste” : c’est ainsi que le doyen Bruno Patino a présenté Marion Van Renterghem, invitée de rentrée de l’École de journalisme de Sciences Po. “Prendre le temps de traîner”, parler une “langue claire et belle”, “cultiver l’honnêté et la religion du fait” : tels sont les conseils de la journaliste pour suivre cette vocation “un peu folle” dans un monde qui aime détester la presse.

Lire la suite
L’Amazonie en proie aux incendies… et aux calculs politiques

L’Amazonie en proie aux incendies… et aux calculs politiques

Par Laurie Servières, doctorante à Sciences Po - Le 19 août dernier, un épais nuage de fumée plonge São Paulo dans l’obscurité. Il est 15h, le Brésil se réveille : l’Amazonie est en feu. La nouvelle, à l’inverse des flammes, peine pourtant à se propager, alors que les incendies durent déjà depuis plusieurs semaines dans le nord et la région centre-ouest du Brésil.

Lire la suite

"Réinventer l'économie de marché"

Dans un programme de rentrée axé sur la crise climatique, Emmanuelle Wargon était l'invitée le 30 août de l'École d'affaires publiques de Sciences Po. La secrétaire d'État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire a plaidé pour une "transformation très profonde" de nos modes de production et de consommation. Son interview en vidéo.

Lire la suite
“CO2 ou PIB, il faut choisir”

“CO2 ou PIB, il faut choisir”

Précis, véhément et volontiers iconoclaste, l'ingénieur et spécialiste du climat Jean-Marc Jancovici a délivré aux étudiants de deuxième année une leçon en forme de démonstration sur l’inéluctable fin de l’âge d’or énergétique. En la matière, point de compromis possible : décarboner l’économie, c’est aussi en finir avec la course éperdue à la croissance. Retour sur les points-clés d’une démonstration salutaire, à revoir en intégralité.

Lire la suite
“Ce n’est plus une question d’écologie, mais de civilisation”

“Ce n’est plus une question d’écologie, mais de civilisation”

“Inclassable et indispensable” : c’est ainsi qu’Olivier Duhamel accueillait Bruno Latour à la tribune de l’amphithéâtre Boutmy. Le philosophe et anthropologue a délivré sur la crise environnementale une leçon de rentrée impressionnante à tous les sens du terme. Comment mesurer ce changement de civilisation qui nous dépasse, et comment s’y orienter ? Retour sur un des moments clés de cette rentrée placée sous le signe du climat. 

Lire la suite