Shirin Ebadi : “Je souhaite la libération de Madame Adelkhah”

Le 5 juin 2019, Fariba Adelkhah et Roland Marchal, tous deux chercheurs au Centre de recherches internationales de Sciences Po (CERI), étaient arrêtés et emprisonnés à Téhéran. Un an plus tard, malgré la libération de Roland Marchal le 20 mars 2020, Fariba Adelkhah demeure incarcérée dans la prison d’Evin. À l’occasion de ce triste anniversaire, Shirin Ebadi, Prix Nobel de la Paix, soutient la chercheuse dans la message relayé par Olivier Duhamel, Président de la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP), et Frédéric Mion, Directeur de Sciences Po. 

Shirin Ebadi demande la libération de Fariba Adelkhah

"Son combat pour la liberté est le nôtre"

Lettre d'Olivier Duhamel, Président de la FNSP, et Frédéric Mion, Directeur de Sciences Po

Ce 5 juin 2020  marque un très triste anniversaire : notre collègue, notre amie, Fariba Adelkhah, chercheuse au Centre de recherches internationales de Sciences Po, est emprisonnée, sans motif, en Iran, depuis un an.

Depuis un an, elle lutte avec un courage, une ténacité et une constante dignité qui font notre l’admiration. 

Au cours de cette année d’incarcération, son état de santé a été  fragilisé, notamment après plusieurs semaines de grève de la faim. Il reste aujourd’hui menacé en raison de l’épidémie de covid-19 qui continue de sévir en Iran. Pour autant, Fariba Adelkhah s’investit auprès de ses codétenues au sein de la prison d’Evin avec la générosité qui lui est coutumière. Elle leur donne des cours de français et est devenue responsable de la bibliothèque de la prison. 

La libération de notre collègue Roland Marchal et son rapatriement le 20 mars dernier, grâce à l’action du ministère de l'Europe et des Affaires Étrangères, de celle de l’ensemble des autorités publiques françaises et  des nombreuses  initiatives du Comité de soutien à Fariba et Roland, a constitué une première victoire. Toute notre mobilisation est aujourd’hui tournée vers l’espoir de la libération de Fariba. 

Le jugement du  procès de Fariba, rendu le 16 mai dernier, l’a condamnée à six ans de prison : cinq ans pour “collusion en vue d’attenter à la sûreté nationale” et un an pour “propagande contre le système”. Cette peine très lourde n’est fondée sur aucun élément sérieux et revêt un caractère politique, comme l’ont rappelé les autorités françaises dans un communiqué. Pour autant, cette sentence n’est pas encore définitive puisqu’elle doit être examinée par la cour d’appel et la Cour Suprême. 

Plus que jamais nous devons  poursuivre nos efforts, soutenir sans relâche notre collègue et amie dans sa lutte et appeler à sa libération immédiate.

Fariba Adelkhah peut compter sur de très nombreux soutiens parmi lesquels la Ville de Paris et celle de Strasbourg, où elle a étudié, toutes deux résolument engagées à ses côtés depuis le début de son emprisonnement. Mme Shirin Ebadi, Prix Nobel de la Paix, a souhaité elle aussi apporter son soutien à la cause  de Fariba et à celle des nombreux autres prisonniers politiques retenus en Iran. Son message est un appel à sa libération au nom des principes fondamentaux des droits de l'Homme. 

Fariba Adelkhah sait que nous sommes auprès d’elle en pensées et que nous ne cesserons de l’être jusqu’au jour de sa libération. Son combat est le nôtre.”

Olivier Duhamel, Président de la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP)

Frédéric Mion, Directeur de Sciences Po

Pour en savoir plus et soutenir Fariba : 

Abonnez-vous à nos newsletters !

"L'Histoire est encore à écrire"

Comprendre un continent par ses racines. C’est le défi qu’Ann-Sophie Schoepfel a fixé à ses élèves du Collège universitaire ce semestre. Grâce à une approche qui n’est pas centrée sur un pays, mais sur un continents, nos étudiants du campus de Nancy ressortent de son cours riches d’une vision plus périphérique d’une Histoire dont ils écriront peut-être les prochaines lignes.

Lire la suite
“Colombiennes”: deux étudiantes à la rencontre de femmes engagées

“Colombiennes”: deux étudiantes à la rencontre de femmes engagées

“Nous avons vingt ans lorsque nous arrivons à Bogota”: Jade Vergnes et Hortense Jauffret ont arpenté la Colombie à la rencontre de femmes inspirantes. Elles en ont tiré un livre, Colombiennes, rencontre avec 20 femmes engagées, paru le 8 mars aux éditions du Jasmin. Une compilation de portraits puissants, magnifiques et divers, qui mêlent témoignages écrits, photographies et illustrations de l’artiste Veronica Rincón León. 

De l’avocate proposée au prix Nobel de la Paix à la graffeuse qui chante dans les bus de Bogota, de la cartographe en Antarctique à l’ex-combattante des FARC, toutes se mobilisent pour répondre au plus grand défi qui déchire la Colombie : la quête de paix. Nous avons posé quelques questions à Hortense et Jade, aujourd’hui en césure après la première année du Master communication, médias et industries créatives.

Lire la suite
Le choix de l’école : de Sciences Po à l’enseignement

Le choix de l’école : de Sciences Po à l’enseignement

L’association Le Choix de l’école accompagne les jeunes diplômés vers le métier d’enseignant dans les collèges publics de l’éducation prioritaire. Depuis 2015, plus de 230 jeunes, âgés de 22 à 35 ans, se sont lancés grâce à l’association. Parmi eux, plus d’un quart sont diplômés de Sciences Po, comme Judith Lienhard, aujourd’hui professeur de français à Bagneux (92).

Lire la suite
Candidats en master : derniers conseils pour les oraux

Candidats en master : derniers conseils pour les oraux

Vous avez candidaté à un master de Sciences Po par la procédure française et vous êtes admissible ? Bravo ! Prochaine étape : réussir l'entretien. Les oraux d'admission auront lieu en distanciel entre le 19 et le 30 avril 2021 (et dès le 13 avril pour l'École de journalisme seulement). Ils peuvent générer du stress : vous vous posez des questions sur le profil des candidats recherchés, sur votre capacité à démontrer votre motivation et à défendre votre projet…. D'où l'importance de s'y préparer en amont ! Voici nos conseils pour cette dernière ligne droite. 

Lire la suite

École nationale de la magistrature : 40% des lauréats issus de Sciences Po

École nationale de la magistrature : 40% des lauréats issus de Sciences Po

La préparation au concours d'entrée à l’École Nationale de la Magistrature (ENM) assurée par l’École de droit de Sciences Po affiche des résultats remarquables pour 2021 : avec 73 lauréats pour 193 postes, c’est près de 40 % de la promotion 2021 de futurs magistrats qui se trouve issue de cette classe préparatoire. Bravo à tous les lauréats et à leurs professeurs !

Lire la suite