Pour qui voter aux européennes ?

Déjà menacées par une abstention record, les élections européennes du 26 mai laissent beaucoup d’électeurs perplexes face aux 34 listes et à la complexité des enjeux. Après le succès de La Boussole présidentielle® en 2017, le Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof), en partenariat avec 20 Minutes et Ouest France, réédite son outil d’aide à la décision avant le scrutin. Explications par Thomas Vitiello, chercheur associé au Cevipof et directeur scientifique de La Boussole européenne®.

Après le succès de La Boussole présidentielle en 2017, vous éditez une Boussole européenne. En quoi peut-elle aider les électeurs à y voir plus clair ? 

Thomas Vitiello : Près de 800 000 personnes se sont servi de La Boussole présidentielle en 2017 : c’est un succès, pas tellement surprenant pour un scrutin qui passionne les électeurs. Les élections européennes suscitent moins d’engouement : la Boussole européenne de 2014 n’avait attiré que 50 000 personnes en deux semaines. Mais depuis la mise en ligne de cette édition 2019, ce chiffre a été atteint en moins de trois jours ! Cela traduit un besoin croissant d’information sur les positionnements politiques des partis. La présence de 34 listes constitue le symptôme d’une certaine confusion politique. Face à une telle fragmentation de l’offre, un outil comme La Boussole peut jouer un rôle d’autant plus utile, en clarifiant les positions et les programmes. Cela manque beaucoup dans cette campagne, où même les noms de listes ne portent plus la référence à un parti. La Boussole ne dit pas pour qui voter mais permet d’y voir plus clair, de stimuler la réflexion, et d’inciter à s’informer davantage.

Testez vos positions politiques avec La Boussole européenne !

Quelle est la spécificité de cette Boussole pour les élections européennes ? 

T. V. : Son principe n’a pas changé : il s’agit d’une application d’aide au vote, qui compare les positions des utilisateurs avec celles des listes candidates, dans un espace politique à deux dimensions. Pour ces élections, nous avons conservé le premier axe : la dimension socio-économique, entre interventionnisme étatique et libéralisme économique, qui reste structurante de la vie politique française. C’est le clivage droite-gauche classique centré autour de la question de la redistribution des richesses. Mais la deuxième dimension est spécifique à ce scrutin : il s’agit de l’axe “pro” ou “anti” Union Européenne, qui révèle des clivages au sein même des familles politiques. 

Sur ce schéma du paysage politique, vous dégagez ainsi trois grands types de listes...

T. V. : Oui, on peut ainsi clarifier l’offre politique. La première catégorie, ce sont les listes “pro-UE”, avec, à droite et au centre droit, celles de La République en Marche ou de l’UDI, qui défendent l’idée d’une Europe puissante, protectrice, et la volonté d’aller plus loin dans l’intégration. Côté gauche, on peut citer Envie d’Europe, EELV ou Générations, qui, malgré certaines critiques, estiment que le cadre et l’échelle européenne sont adéquats pour faire face aux défis de notre siècle, que sont notamment la question écologique et la mondialisation. 

La deuxième grande catégorie, ce sont les listes “anti-UE”, de la tendance nationaliste et/ou identitaire comme le Rassemblement National ou Debout La France. Elles estiment que c’est l’échelle nationale qui est la plus à même de faire face aux défis de notre temps. 

Entre les deux se trouvent les listes de la troisième catégorie, que nous appellerons “critiques”. À gauche, le Parti Communiste ou La France Insoumise, sans appeler à la rupture, veulent installer un rapport de force pour changer le mode de fonctionnement de l’UE et ses politiques. À droite, de manière plus inattendue, on trouve la liste Les Républicains, qui affiche un positionnement critique et défend l’idée qu’il faudrait redéfinir les périmètres d’action de l’UE, et ne pas forcément aller plus loin dans l’intégration européenne. 

Que révèle La Boussole européenne sur la dynamique de cette campagne ?

T. V. : Nous disposons hélas de peu de temps pour l’observer. Mais on peut parler d’une polarisation très forte des clivages politiques en France, et d’une certaine difficulté des listes “critiques” de l’entre-deux à faire entendre leur positionnement de “3ème voie” entre pro et anti-UE. On observe aussi un espace politique ouvert au centre gauche, qu’aucune liste n’a réussi à saisir pour l’instant...En fin de compte, il est également possible que les nombreuses petites listes, qui naviguent souvent dans le centre du paysage politique, finissent par soutirer des voix aux listes principales.

En savoir plus

Abonnez-vous à nos newsletters !

Qui seront nos diplômés 2019 ?

Qui seront nos diplômés 2019 ?

Des étudiants et des étudiantes brillants et engagés. Des invités d’honneurs inspirants. Des parents débordant de fierté. Consécration de l’année universitaire, la cérémonie du diplôme rassemblera, vendredi 28 et samedi 29 juin 2019, près de 2500 diplômés et leurs invités, pour la première fois à la Philharmonie de Paris. Qui sont les étudiants de la promo 2019 ? Découvrez leurs profils. 

Lire la suite

Success story à Bombay

Success story à Bombay

Antonia Achache et Jérémie Sabbagh sont les créateurs de Suzette, une crêperie française, et de Kitchen Garden, une enseigne de salades et sandwichs bios. Deux marques de restauration bien connues des jeunes urbains et des expatriés de Bombay ! Les deux entrepreneurs se sont rencontrés lors d’un séjour d’échange en Inde en 2005, pendant leurs études à Sciences Po. Aujourd’hui à la tête de 200 salariés, ils ont lancé avec un troisième partenaire, Pierre Labail, leur première affaire en 2011. Récit d’une success story.

Lire la suite
Français et Italiens, quels sentiments réciproques ?

Français et Italiens, quels sentiments réciproques ?

Jeudi 20 juin 2019, la deuxième session des Dialogues franco-italiens de Sciences Po et de la LUISS est l'occasion de révéler les résultats d'un sondage IPSOS sur les deux pays. Comment se porte la relation entre France et Italie ? Réponse en vidéo avec Marc Lazar, professeur à Sciences Po et président du comité scientifique des Dialogues franco-italiens pour l'Europe.

Lire la suite
Enseigner l’écriture

Enseigner l’écriture

Après Kamel Daoud, Marie Darrieussecq sera la prochaine titulaire de la chaire d’écrivain en résidence de Sciences Po. L’auteure et psychanalyste est notamment lauréate du prix Médicis pour Il faut beaucoup aimer les hommes. Elle débutera ses enseignements auprès des étudiants de Sciences Po en septembre 2019.  

Lire la suite
Les coulisses du Grand Oral

Les coulisses du Grand Oral

Du discours de politique générale devant l'Assemblée nationale aux émissions de télévision, le “grand oral” a la cote et sera bientôt partie intégrante du nouveau Bac. Né à Sciences Po, le “Grand O” a, tout comme l’institution, profondément évolué au cours des dernières années. Qu’attend-on des étudiants en 2019 ? Loin du concours d’éloquence et des effets de manche, reportage dans les coulisses de ce rite de passage.

Lire la suite
Relations internationales : un pied dans le grand bain

Relations internationales : un pied dans le grand bain

Sciences Po pour les Nations Unies est une association qui rassemble des étudiants passionnés de relations internationales et de diplomatie. Forte de son succès, elle a récemment vu trois de ses membres (Antoine Da Col, Roland Martial et Mounia El Khawand) être primés au WorldMUN. Rencontre avec sa présidente, Eve de Seguins Pazzis, et sa vice-présidente, Chloé Bernard, étudiantes en master. 

Lire la suite
L’Allemagne, le pays où les hauts fonctionnaires se forment à l’université

L’Allemagne, le pays où les hauts fonctionnaires se forment à l’université

Par Cornelia Woll (CEE). Le débat sur la suppression de l’École nationale d’administration est d’autant plus vif qu’il se situe à la convergence de plusieurs enjeux : principes de la méritocratie, ascension sociale, fonctionnement de l’administration publique, réseaux d’influence et rentes professionnelles que procurent les grands corps. D’autres modèles existent chez nos voisins. Une comparaison avec l’Allemagne éclaire le rôle que peut jouer l’université dans la formation de la haute fonction publique.

Lire la suite
En classe avec Kamel Daoud

En classe avec Kamel Daoud

Initiative originale visant à renforcer l'expression créative des étudiants, la première chaire d'écrivain en résidence de Sciences Po a été lancée en février dernier. Pendant un semestre, le premier titulaire de la nouvelle chaire, Kamel Daoud, a enseigné aux étudiants. Qu’apprend-on lors des classes dispensées par l’écrivain, telles que “L’écriture à rebours" et "L’écriture, la lecture et la construction du sens" ? Retour en vidéo sur une expérience inédite dans le paysage universitaire français.

Lire la suite
Les universités veulent peser sur l'agenda politique

Les universités veulent peser sur l'agenda politique

Une alliance internationale regroupant plus de 45 universités de référence mondiale a été lancée ce 5 juin 2019 à Paris, au cours d’une conférence de presse qui s’est tenue à Sciences Po en présence de la ministre française de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, Frédérique Vidal. Baptisé U7, ce regroupement d’universités prestigieuses a pour objectif d’aborder les défis mondiaux majeurs.

Lire la suite