Pour qui voter aux européennes ?

Déjà menacées par une abstention record, les élections européennes du 26 mai laissent beaucoup d’électeurs perplexes face aux 34 listes et à la complexité des enjeux. Après le succès de La Boussole présidentielle® en 2017, le Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof), en partenariat avec 20 Minutes et Ouest France, réédite son outil d’aide à la décision avant le scrutin. Explications par Thomas Vitiello, chercheur associé au Cevipof et directeur scientifique de La Boussole européenne®.

Après le succès de La Boussole présidentielle en 2017, vous éditez une Boussole européenne. En quoi peut-elle aider les électeurs à y voir plus clair ? 

Thomas Vitiello : Près de 800 000 personnes se sont servi de La Boussole présidentielle en 2017 : c’est un succès, pas tellement surprenant pour un scrutin qui passionne les électeurs. Les élections européennes suscitent moins d’engouement : la Boussole européenne de 2014 n’avait attiré que 50 000 personnes en deux semaines. Mais depuis la mise en ligne de cette édition 2019, ce chiffre a été atteint en moins de trois jours ! Cela traduit un besoin croissant d’information sur les positionnements politiques des partis. La présence de 34 listes constitue le symptôme d’une certaine confusion politique. Face à une telle fragmentation de l’offre, un outil comme La Boussole peut jouer un rôle d’autant plus utile, en clarifiant les positions et les programmes. Cela manque beaucoup dans cette campagne, où même les noms de listes ne portent plus la référence à un parti. La Boussole ne dit pas pour qui voter mais permet d’y voir plus clair, de stimuler la réflexion, et d’inciter à s’informer davantage.

Testez vos positions politiques avec La Boussole européenne !

Quelle est la spécificité de cette Boussole pour les élections européennes ? 

T. V. : Son principe n’a pas changé : il s’agit d’une application d’aide au vote, qui compare les positions des utilisateurs avec celles des listes candidates, dans un espace politique à deux dimensions. Pour ces élections, nous avons conservé le premier axe : la dimension socio-économique, entre interventionnisme étatique et libéralisme économique, qui reste structurante de la vie politique française. C’est le clivage droite-gauche classique centré autour de la question de la redistribution des richesses. Mais la deuxième dimension est spécifique à ce scrutin : il s’agit de l’axe “pro” ou “anti” Union Européenne, qui révèle des clivages au sein même des familles politiques. 

Sur ce schéma du paysage politique, vous dégagez ainsi trois grands types de listes...

T. V. : Oui, on peut ainsi clarifier l’offre politique. La première catégorie, ce sont les listes “pro-UE”, avec, à droite et au centre droit, celles de La République en Marche ou de l’UDI, qui défendent l’idée d’une Europe puissante, protectrice, et la volonté d’aller plus loin dans l’intégration. Côté gauche, on peut citer Envie d’Europe, EELV ou Générations, qui, malgré certaines critiques, estiment que le cadre et l’échelle européenne sont adéquats pour faire face aux défis de notre siècle, que sont notamment la question écologique et la mondialisation. 

La deuxième grande catégorie, ce sont les listes “anti-UE”, de la tendance nationaliste et/ou identitaire comme le Rassemblement National ou Debout La France. Elles estiment que c’est l’échelle nationale qui est la plus à même de faire face aux défis de notre temps. 

Entre les deux se trouvent les listes de la troisième catégorie, que nous appellerons “critiques”. À gauche, le Parti Communiste ou La France Insoumise, sans appeler à la rupture, veulent installer un rapport de force pour changer le mode de fonctionnement de l’UE et ses politiques. À droite, de manière plus inattendue, on trouve la liste Les Républicains, qui affiche un positionnement critique et défend l’idée qu’il faudrait redéfinir les périmètres d’action de l’UE, et ne pas forcément aller plus loin dans l’intégration européenne. 

Que révèle La Boussole européenne sur la dynamique de cette campagne ?

T. V. : Nous disposons hélas de peu de temps pour l’observer. Mais on peut parler d’une polarisation très forte des clivages politiques en France, et d’une certaine difficulté des listes “critiques” de l’entre-deux à faire entendre leur positionnement de “3ème voie” entre pro et anti-UE. On observe aussi un espace politique ouvert au centre gauche, qu’aucune liste n’a réussi à saisir pour l’instant...En fin de compte, il est également possible que les nombreuses petites listes, qui naviguent souvent dans le centre du paysage politique, finissent par soutirer des voix aux listes principales.

En savoir plus

Abonnez-vous à nos newsletters !

Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Suite à l’annonce de Frédéric Mion, en mars 2019, Sciences Po s’engage pour le climat à travers un ensemble d’initiatives éco-responsables regroupées sous le programme “Climate Action: Make it Work”. Programme événementiel dédié, audit des enseignements, plan d'action écoresponsable, consultations en ligne : toutes les communautés de Sciences Po sont invitées à devenir des acteurs engagés pour mener la transition écologique.

Lire la suite
Hommage à Peter Awn, l’homme qui a relié Sciences Po et Columbia

Hommage à Peter Awn, l’homme qui a relié Sciences Po et Columbia

Un homme plein d’énergie, excentrique, intelligent, non-conventionnel, brillant, passionné...Les amis et anciens élèves n’ont pas suffisamment d’adjectifs pour décrire Peter J. Awn, ancien Doyen des General Studies à l’Université Columbia, disparu il y a quelques mois et à l'origine du rapprochement entre Sciences Po et Columbia. Le campus de Sciences Po à Reims lui rendait hommage le 4 septembre dernier, en donnant son nom à sa bibliothèque. 

Lire la suite
Que fait le monde académique pour le climat ?

Que fait le monde académique pour le climat ?

Par Stéphane Grumbach - Le pouvoir politique a souvent fait appel à la communauté scientifique pour répondre aux défis majeurs, notamment en période de conflit. Le projet Manhattan en est la meilleure illustration : pendant la Seconde Guerre mondiale, les Américains ont mobilisé les scientifiques les plus éminents – et les plus opposés à l’usage de la bombe atomique – pour devancer l’Allemagne nazie dans la fabrication de cette arme. Sous la direction du général de Gaulle en France, ou celle de Deng Xiaoping en Chine, l’objectif de reconstruction de la « grandeur nationale » aura été le moteur d’une politique scientifique ambitieuse. Qu'en est-il face à l'urgence climatique ?

Lire la suite
Liberté pour Fariba Adelkhah

Liberté pour Fariba Adelkhah

Notre collègue et amie Fariba Adelkhah, directrice de recherche au Centre de recherches internationales (CERI) de Sciences Po depuis 1993, spécialiste de la société iranienne, a été arrêtée en Iran au début du mois de juin 2019.

Lire la suite
“En journalisme, la neutralité n’existe pas, l’honnêteté, si !”

“En journalisme, la neutralité n’existe pas, l’honnêteté, si !”

“Elle représente ce qu’il y a de meilleur et d’indestructible dans le métier de journaliste” : c’est ainsi que le doyen Bruno Patino a présenté Marion Van Renterghem, invitée de rentrée de l’École de journalisme de Sciences Po. “Prendre le temps de traîner”, parler une “langue claire et belle”, “cultiver l’honnêté et la religion du fait” : tels sont les conseils de la journaliste pour suivre cette vocation “un peu folle” dans un monde qui aime détester la presse.

Lire la suite
L’Amazonie en proie aux incendies… et aux calculs politiques

L’Amazonie en proie aux incendies… et aux calculs politiques

Par Laurie Servières, doctorante à Sciences Po - Le 19 août dernier, un épais nuage de fumée plonge São Paulo dans l’obscurité. Il est 15h, le Brésil se réveille : l’Amazonie est en feu. La nouvelle, à l’inverse des flammes, peine pourtant à se propager, alors que les incendies durent déjà depuis plusieurs semaines dans le nord et la région centre-ouest du Brésil.

Lire la suite

"Réinventer l'économie de marché"

Dans un programme de rentrée axé sur la crise climatique, Emmanuelle Wargon était l'invitée le 30 août de l'École d'affaires publiques de Sciences Po. La secrétaire d'État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire a plaidé pour une "transformation très profonde" de nos modes de production et de consommation. Son interview en vidéo.

Lire la suite
“CO2 ou PIB, il faut choisir”

“CO2 ou PIB, il faut choisir”

Précis, véhément et volontiers iconoclaste, l'ingénieur et spécialiste du climat Jean-Marc Jancovici a délivré aux étudiants de deuxième année une leçon en forme de démonstration sur l’inéluctable fin de l’âge d’or énergétique. En la matière, point de compromis possible : décarboner l’économie, c’est aussi en finir avec la course éperdue à la croissance. Retour sur les points-clés d’une démonstration salutaire, à revoir en intégralité.

Lire la suite
“Ce n’est plus une question d’écologie, mais de civilisation”

“Ce n’est plus une question d’écologie, mais de civilisation”

“Inclassable et indispensable” : c’est ainsi qu’Olivier Duhamel accueillait Bruno Latour à la tribune de l’amphithéâtre Boutmy. Le philosophe et anthropologue a délivré sur la crise environnementale une leçon de rentrée impressionnante à tous les sens du terme. Comment mesurer ce changement de civilisation qui nous dépasse, et comment s’y orienter ? Retour sur un des moments clés de cette rentrée placée sous le signe du climat. 

Lire la suite
La Terre, invitée vedette de la rentrée

La Terre, invitée vedette de la rentrée

C’est parti pour deux semaines intenses de rentrée à Sciences Po. Premiers pas pour certains, retrouvailles pour d’autres, ce moment est un temps fort marqué par les différentes rentrées solennelles et leurs intervenants, sur tous nos campus du Collège universitaire (1er cycle) et dans les 7 écoles de second cycle. Un programme 2019 qui s’articule autour d’un thème central : le futur de la planète.

Lire la suite