"Où étiez-vous le 13 novembre ?"

À l’occasion de la Nuit du droit, un des amphithéâtres de Sciences Po s’est transformé en tribunal correctionnel. Pendant deux heures, des professionnels du droit sont venus mettre en scène la difficulté de leur quotidien. Quand la justice tente de démêler le vrai du faux, entre amour maternel et fanatisme.

L'Amphithéâtre Jean Moulin est plein à craquer. Les vigiles, postés à l'entrée, vérifient minutieusement les sacs. On prend place dans ce qui semble déjà être une chambre correctionnelle, sans même que le rideau ne se soit déjà levé sur la Nuit du droit de Sciences Po. A cette occasion, l'École de droit a organisé la simulation d'un "procès du terrorisme ordinaire." En entrant dans la salle, il nous est distribué une "ordonnance de renvoi". Vocabulaire juridique, typographie administrative, l'affaire qui va être jouée devant nous ce soir nous est exposée sur huit pages, articles du code Pénal et du Code de Procédure Pénale à l'appui. Si le juge d'instruction ne s'appelait pas Émile Boutmy, on y croirait.

L'affaire est la suivante : Etienne Lemercier est parti en Syrie rejoindre l'organisation Jabhat Al-Nosra pour ce qu'il prétend être une "mission humanitaire". Alors qu'il est en Turquie, il demande à sa mère de lui envoyer 2400 € en mandat cash, en adressant le mandat à l'un de ses "frères", car il est en situation irrégulière. Elle s'exécute. Deux mois plus tard, Etienne Lemercier rentre en France, est interpellé, placé en détention et renvoyé devant le tribunal correctionnel pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste". La mère, elle, comparaît aux côtés de son fils pour "financement d'une entreprise terroriste". L'ambiance est posée.

Levée de rideau

La cour entre et l'assemblée se lève. Pendant deux heures, des magistrats professionnels vont interroger deux avocats qui ont, pour l'occasion, endossé le rôle des deux prévenus. Président de séance pince-sans-rire et tranchant, mère éplorée et jeune à la dérive plaidant l'ignorance : les scènes sont plus vraies que nature. On retrouve, dans cet amphithéâtre dépourvu de fenêtres, l'ambiance lourde d'un tribunal dans lequel les destins se jouent autour d'un jargon que seuls les initiés connaissent. Le procureur de la République interroge Monsieur Lemercier et sa mère, relève les incohérences de leurs déclarations. Les avocats cherchent, avant même les plaidoiries, à instaurer le doute dans la tête des magistrats. À l’issue de cette joute oratoire entre comédiens d’un soir, vient déjà le moment fatidique : celui des réquisitions.

Le Parquet s'emballe, jouant de l'ironie avec le détachement propre à ceux que l'extraordinaire n'effraie plus. "Monsieur Lemercier ne trouve pas d'autre organisation au monde, pour faire de l'humanitaire, que Jabhat-Al-Nosra". Et, enfin, le couperet tombe. La peine maximale de dix ans avec période de sûreté des deux tiers est requise contre l'accusé. La mère, elle, voit requérir contre elle 18 mois de prison avec sursis. Le vice-procureur considère qu'elle a sciemment financé une organisation terroriste, elle prétend que ces versements d'argent n'étaient que le fruit de son amour maternel.

Face aux réquisitions du Parquet, la défense de madame Lemercier plaide de façon agressive. "Le Parquet a été incapable d'apporter le début du commencement d'une charge", "Le contrat social, dans cette hypothèse-là, est totalement en berne", lance l'avocate, face à un procureur qui arbore le sourire en coin de ceux à qui on ne la fait pas.

Puis vient la défense de Monsieur Lemercier, qui a prétendu, pendant deux heures d'interrogatoire, n'avoir aucune idée qu'il rejoignait une organisation terroriste. D'ailleurs, il n'a jamais commis d'acte violent, et n'a pris part à aucune préparation d'attentat. Son conseil s'appuie les controverses que produisent ces lois antiterroristes, déjà fustigées à l’époque par Robert Badinter. Les mots de l’avocate sont passionnés, démontant de toutes part les accusations portées par le Procureur. Pour elle, les accusations qui s’appuient sur ces lois ne doivent pas laisser place au doute. "Sur une infraction aussi liberticide, le Parquet a décidé de ne rien vous démontrer".

Et, enfin, le Président du Tribunal donne, comme il se doit, le dernier mot à la défense. La mère, vindicative, qui hurle qu'elle ne comprend rien, et que son conseil doit rappeler à l'ordre. Et, enfin, Etienne Lemercier qui, d'un air benêt, s'approche du micro et déclare qu'il n'a rien à déclarer, provoquant dans l'assistance un rire étouffé.

@alexandros_michailidis_shutterstock_sciencespo_13novembre.

Une camionnette de police devant le Bataclan lors d'un concert de commémoration le 13 novembre 2016, un an après les attaques terroristes à Paris. @Alexandros Michailidis/Shutterstock

Clap de fin

Le procès se termine, après deux heures en apesanteur. L'amphithéâtre n’est plus un tribunal correctionnel. Le doyen de l'École de droit, Christophe Jamin, invite Mathieu Delahousse, chroniqueur judiciaire, à s'exprimer sur ce qu'il vient de voir. Il explique alors, devant un parterre d’étudiants et de professionnels du droit médusés, que ce type de procès a lieu tous les jours dans les tribunaux correctionnels, et que, malgré les infractions qualifiées de “terroristes”, ces audiences n’intéressent personne. Elles sont devenues la routine. Comme si l’extraordinaire, le sensationnel, pouvait aussi souffrir de la rengaine du quotidien. Puis, il termine son intervention par cette question que les magistrats posent parfois aux prévenus de ce genre d'affaires. "Où étiez-vous le 13 Novembre ?". Cette date, pourtant connue de tous, ne dit rien aux accusés. Comme s’ils vivaient dans un autre monde. Ils ne savent pas où ils étaient, ni avec qui. C'est derrière cette question que se dessine la barrière entre ces jeunes à la dérive et une population traumatisée.

L'intervention prend fin. À la sortie de l’amphithéâtre, la nuit est tombée sur le septième arrondissement et, à l'entrée de la rue de l'Université, un public se presse pour assister aux tables rondes organisées toute la soirée. Ils sont ralentis par des vigiles qui contrôlent minutieusement leurs sacs, comme pour nous rappeler que la réalité n'est jamais bien loin.

Alex Laloue

En savoir plus

Abonnez-vous à nos newsletters !

Aux origines du sondage

Aux origines du sondage

Initialement publié le 12 mars 2020 - Qui est apparu en premier : le sondage ou l’opinion publique ? « Si la question de la priorité de l'œuf sur la poule ou de la poule sur l'œuf vous embarrasse, c'est que vous supposez que les animaux ont été originairement ce qu'ils sont à présent. Quelle folie ! » Comme Denis Diderot, Martial Foucault invite ses étudiants à revenir aux origines du sondage, pour comprendre comment cet outil mal-aimé a évolué au fil du temps et de quelle façon on peut s’en servir aujourd’hui. 

Lire la suite
Jacques Chirac, un

Jacques Chirac, un "étudiant d'avenir"

Article initialement publié le 30 décembre 2019 - “Contre toute attente, je me plais très vite à Sciences Po”, raconte Jacques Chirac dans ses Mémoires. Soigneusement conservé dans les archives de Sciences Po, son dossier étudiant retrace la trajectoire de comète d’un jeune homme pressé que ni l’envie, ni son milieu ne prédisposait à aborder ce “nouveau monde”. Contre toute attente, ce n’est pas la passion pour la politique que l'ancien président de la République découvre et explore rue Saint-Guillaume, mais celle de “l’aventure”. Plongée dans le dossier d'un de nos plus illustres alumni disparu le 26 septembre 2019.

Lire la suite
Les livres à mettre dans vos valises

Les livres à mettre dans vos valises

Que lire en cet été si particulier ? Entre besoin d’évasion et envie de réflexion, la Librairie de Sciences Po vous propose sa sélection pour un été conscient, reposant, ou les deux à la fois. Faites de la place dans vos bagages !

Lire la suite
Le fact-checking est-il vraiment efficace ?

Le fact-checking est-il vraiment efficace ?

Par Manon Berriche (article initialement publié le 22 janvier 2020) - Le fact-checking ne date pas d’hier. Dès son lancement, en 1923, le magazine Time avait déjà recruté une équipe de fact-checkers. Leur rôle à l’époque : vérifier scrupuleusement toutes les informations avant qu’elles ne soient publiées. Mais à l’ère du numérique, l’essor des réseaux sociaux a entraîné un bouleversement du fonctionnement de l’espace public traditionnel.

Lire la suite
La duchesse de Galliera, première mécène de Sciences Po

La duchesse de Galliera, première mécène de Sciences Po

Par Emmanuel Dreyfus (promo 91) pour le Magazine Émile -- Si Sciences Po doit sa fondation à la volonté d’un homme, Émile Boutmy, l’École doit sa pérennité au don d’une femme, Maria Brignole-Sale, duchesse de Galliera. Le diplômé de la rue Saint-Guillaume connaît vaguement son nom et son profil sculpté, le Parisien sait que le musée de la mode s’appelle le palais Galliera. Et l’on n’en sait guère plus. Pourtant, la vie de la duchesse mérite d’être contée, même si faute de biographie publiée, on doit en glaner les éléments dans les notices en ligne et les dictionnaires.

Lire la suite
Les origines du populisme. Enquête sur une défiance politique et sociale

Les origines du populisme. Enquête sur une défiance politique et sociale

Des électeurs qui ne croient plus en rien et surtout pas en leurs institutions, qu’elle soient politiques ou autres. Une solitude prégnante liée à la société post-industrielle et à ses modes de travail et de vie. Voici le cocktail détonnant qui serait aux origines du populisme d’après quatre chercheurs. Après avoir mené un long travail d’enquête, ils livrent les résultats de leurs travaux - et des pistes de solutions -, dans “Les origines du populisme”, paru chez Seuil. 

Lire la suite
Suzanne Basdevant-Bastid, juriste d'exception

Suzanne Basdevant-Bastid, juriste d'exception

Par Maïna Marjany (promo 14) pour le magazine ÉmileLe parcours de Suzanne Basdevant-Bastid force l’admiration. Universitaire respectée, professeure attentive et dévouée, résistante et académicienne. Elle ne s’est pas contentée d’être une pionnière, mais a enchaîné les succès et les distinctions, toujours avec modestie.

Lire la suite
Vêtements durables, mode d'emploi

Vêtements durables, mode d'emploi

Étudiante en master Innovation & transformation numérique, Camille Gréco a rejoint l'École du management de Sciences Po après des études de mode à Londres. Passionnée par le secteur de la mode et du textile, mais soucieuse de le rendre plus durable et moins polluant, elle crée en 2017 CrushON, une plateforme en ligne qui rassemble l’offre de friperies. L'objectif : démocratiser l’achat de vêtements vintages, dans une optique de consommation écoresponsable. Explications.

Lire la suite
Res Communis : le droit au service de tous

Res Communis : le droit au service de tous

Droit de la famille, droit du travail, droit des étrangers, droit du logement : grâce à la Clinique de l’École de droit de Sciences Po, les étudiants mettent leurs connaissance au service des Maisons de Justice et du Droit (MJD) et des Points d’accès au droit (PAD), des lieux d'accueil permanent et gratuit qui soutiennent les personnes confrontées à des problèmes juridiques ou administratifs. Orienter, conseiller, expliquer, et trouver des solutions en temps réel font partie de leurs responsabilités, et enrichissent leur parcours. Témoignage. 

Lire la suite
Sciences Po et les femmes

Sciences Po et les femmes

Par l’historienne Marie Scot et la rédaction du magazine Émile Ni précurseure, ni en retard en la matière, l’École de la rue Saint-Guillaume a collé, en matière de féminisation, à l’évolution de la société française. Dans les années 2000, le nombre de femmes étudiantes a même dépassé celui des hommes ; les femmes représentent aujourd’hui 60 % des effectifs des étudiants de Sciences Po. Alors que les premières femmes étudiantes sont entrées à l’École libre des sciences politiques il y a tout juste un siècle, retour sur leur histoire au sein de l’établissement. 

Lire la suite