"Menton Livraison" : des étudiants s'engagent pendant la crise

Au début du mois de mars 2020, alors qu’une grande partie de la France vit encore dans l’insouciance, Tommaso Campomagnani, Nolwenn Menard, Joseph Moussa et Mathilde de Solages, étudiants en première année sur le Campus de Menton, anticipent la possibilité d’un confinement. Dans cette ville où un tiers de la population a plus de soixante ans, ils créent la plateforme Menton Livraison, qui garantit la livraison de produits de première nécessité par des bénévoles pour les personnes à risque. Mathilde et Nolwenn nous racontent cette aventure collective, faite de difficultés administratives et de belles rencontres.

Comment l’idée de créer Menton Livraison vous est-elle venue ?

Mathilde : Début mars, Joseph est venu nous voir sur le campus et a proposé de nous présenter son idée en cinq minutes. Le soir-même, nous étions réunis tous les quatre chez lui pour imaginer le fonctionnement de Menton Livraison, un service destiné aux personnes à risque.

Nolwenn : Il est vrai qu’à ce moment-là, l’idée de confinement pouvait sembler très éloignée. Certains pensaient que nous aurions du mal à mobiliser des partenaires. Mais en même temps, Menton baignait déjà dans une atmosphère particulière du fait de sa proximité avec l’Italie... Au retour des vacances de février, plus de la moitié des étudiants de Sciences Po étaient en quarantaine, parce qu’ils avaient transité des villes comme Milan. Tommaso, qui est Italien, avait des nouvelles alarmantes de ses proches de l’autre côté de la frontière. On voyait les Mentonais de plus en plus inquiets, des regards soupçonneux quand on toussait dans un espace public…

Mathilde : Nous sommes tous conscients que Menton est une ville particulière dans sa démographie. Même si la réalité ne correspond pas au cliché persistant de la « ville de vieux », plus d’un tiers des Mentonais ont plus de 60 ans ! Nous avons regardé ce qui s’était passé en Chine et en Italie, la courbe d’évolution de la maladie, et nous avons pensé : c’est le calme avant la tempête.

Comment fonctionne Menton Livraison ? Quand ce service a-t-il été lancé ?

Mathilde : Menton Livraison est un numéro de téléphone qui permet aux personnes à risque de commander des articles de première nécessité, listés sur notre site Internet, puis de se les faire livrer à domicile par des bénévoles.

Nolwenn : Initialement, nous avons pensé à une application. Puis, très rapidement, l’idée d’une hotline s’est imposée comme étant plus adaptée à un public de personnes âgées. Nous avons choisi un serveur vocal qui enregistre les commandes et qui les restitue, soit sous forme d’enregistrement vocal, soit sous forme de retranscription écrite. Ainsi, la ligne n’est jamais occupée, et nous pouvons traiter les demandes à mesure qu’elles arrivent.

Mathilde : La ligne a été mise en service le jeudi 26 mars à 10h. Dès le premier jour, nous avons livré une douzaine de commandes ! Et nous avons invité chaque bénévole et chaque bénéficiaire à nous faire des suggestions pour améliorer le service sur la durée. Depuis le lancement, les retours sont très positifs, ce qui est gratifiant - car c’est le fruit d’un long travail. Lorsque nous nous sommes lancés, nous n’avions aucune idée des délais induits par les obligations administratives, légales, sanitaires ! Il a d’abord fallu créer une association, ce qui est une démarche simple mais qui prend un certain temps. Puis, chaque aspect de l’activité a nécessité un traitement propre. Pour livrer des médicaments, par exemple, nous devrons attendre le feu vert des organismes de direction régionale, puis nationale. Ce n’est pas encore gagné.

Nolwenn : Heureusement, la Mairie est un partenaire très actif du projet. Les services municipaux et le Centre Communal d’Action Sociale (CCAS) nous ont guidé dans toutes ces démarches, ils nous ont mis en relation avec les autorités compétentes, et ils nous procurent du matériel indispensable pour assurer la sécurité de tous (bénévoles comme bénéficiaires) : masques, gants, gel hydro-alcoolique…

Sur qui pouvez-vous compter pour vous aider ?

Mathilde : Grâce à l’aide de la Mairie, qui a parlé de nous sur ses réseaux sociaux, nous pouvons compter sur une soixantaine de bénévoles prêts à agir (dont un tiers de « sciences-pistes »).

Nolwenn : Et bien sûr, nous pouvons compter sur l’implication du Carrefour City Félix Faure, qui est un partenaire très motivé. Cette enseigne est tenue par des particuliers qui ont tout de suite adhéré au projet. Ce sont eux qui nous ont fourni la liste des produits de nécessité les plus fréquemment achetés par les clients. Evidemment, si nos bénéficiaires veulent d’autres produits, ils peuvent en faire la demande ; mais la disponibilité des produits proposés sur notre site est garantie par le magasin.

Mathilde : Pour une petite ville comme Menton, et une petite enseigne comme le Carrefour City Félix Faure (qui ne dispose que d’un livreur en temps normal), l’action de bénévoles est essentielle pour faire face aux très nombreuses demandes déjà reçues par le CCAS.

Quelle est la force de votre équipe ?

Nolwenn : Chacun apporte ses connaissances, ses compétences et son expérience propre. D’abord, nous venons d’horizons différents : Tommaso, qui est italien, habitait à Tenerife avant de rejoindre Sciences Po ; Joseph, libanais, habitait en Arabie Saoudite ; Mathilde, française, habitait au Pays Bas ; et moi, qui suis franco-américaine, je vivais à San Francisco. Nous avons chacun connu des environnements, des systèmes de santé et de protection qui diffèrent d’un pays à l’autre. 

Mathilde : Et puis, nous avons mis en commun des « savoir-être » complémentaires. Joseph a une grande mémoire et réfléchit très rapidement. Tommy est très créatif. Quant à Nolwenn et moi, nous aimons aller à la rencontre des gens, et les échanges nombreux et nécessaires avec l’administration française ne nous font pas peur ! Enfin, tous les quatre, nous avons tendance à nous engager très intensément dans ce que nous entreprenons. Ce niveau d’implication doit être égal dans une équipe. 

Comment travaillez-vous aujourd’hui ?

Chacun est dans son lieu de confinement, mais nous travaillons quotidiennement par téléphone ou par visioconférence. Pas besoin d’être ensemble pour agir ! 

Pour en savoir plus : 

 

Jacques Chirac, un

Jacques Chirac, un "étudiant d'avenir"

Article initialement publié le 30 décembre 2019 - “Contre toute attente, je me plais très vite à Sciences Po”, raconte Jacques Chirac dans ses Mémoires. Soigneusement conservé dans les archives de Sciences Po, son dossier étudiant retrace la trajectoire de comète d’un jeune homme pressé que ni l’envie, ni son milieu ne prédisposait à aborder ce “nouveau monde”. Contre toute attente, ce n’est pas la passion pour la politique que l'ancien président de la République découvre et explore rue Saint-Guillaume, mais celle de “l’aventure”. Plongée dans le dossier d'un de nos plus illustres alumni disparu le 26 septembre 2019.

Lire la suite
Les livres à mettre dans vos valises

Les livres à mettre dans vos valises

Que lire en cet été si particulier ? Entre besoin d’évasion et envie de réflexion, la Librairie de Sciences Po vous propose sa sélection pour un été conscient, reposant, ou les deux à la fois. Faites de la place dans vos bagages !

Lire la suite
Le fact-checking est-il vraiment efficace ?

Le fact-checking est-il vraiment efficace ?

Par Manon Berriche (article initialement publié le 22 janvier 2020) - Le fact-checking ne date pas d’hier. Dès son lancement, en 1923, le magazine Time avait déjà recruté une équipe de fact-checkers. Leur rôle à l’époque : vérifier scrupuleusement toutes les informations avant qu’elles ne soient publiées. Mais à l’ère du numérique, l’essor des réseaux sociaux a entraîné un bouleversement du fonctionnement de l’espace public traditionnel.

Lire la suite
La duchesse de Galliera, première mécène de Sciences Po

La duchesse de Galliera, première mécène de Sciences Po

Par Emmanuel Dreyfus (promo 91) pour le Magazine Émile -- Si Sciences Po doit sa fondation à la volonté d’un homme, Émile Boutmy, l’École doit sa pérennité au don d’une femme, Maria Brignole-Sale, duchesse de Galliera. Le diplômé de la rue Saint-Guillaume connaît vaguement son nom et son profil sculpté, le Parisien sait que le musée de la mode s’appelle le palais Galliera. Et l’on n’en sait guère plus. Pourtant, la vie de la duchesse mérite d’être contée, même si faute de biographie publiée, on doit en glaner les éléments dans les notices en ligne et les dictionnaires.

Lire la suite
Les origines du populisme. Enquête sur une défiance politique et sociale

Les origines du populisme. Enquête sur une défiance politique et sociale

Des électeurs qui ne croient plus en rien et surtout pas en leurs institutions, qu’elle soient politiques ou autres. Une solitude prégnante liée à la société post-industrielle et à ses modes de travail et de vie. Voici le cocktail détonnant qui serait aux origines du populisme d’après quatre chercheurs. Après avoir mené un long travail d’enquête, ils livrent les résultats de leurs travaux - et des pistes de solutions -, dans “Les origines du populisme”, paru chez Seuil. 

Lire la suite
Suzanne Basdevant-Bastid, juriste d'exception

Suzanne Basdevant-Bastid, juriste d'exception

Par Maïna Marjany (promo 14) pour le magazine ÉmileLe parcours de Suzanne Basdevant-Bastid force l’admiration. Universitaire respectée, professeure attentive et dévouée, résistante et académicienne. Elle ne s’est pas contentée d’être une pionnière, mais a enchaîné les succès et les distinctions, toujours avec modestie.

Lire la suite
Vêtements durables, mode d'emploi

Vêtements durables, mode d'emploi

Étudiante en master Innovation & transformation numérique, Camille Gréco a rejoint l'École du management de Sciences Po après des études de mode à Londres. Passionnée par le secteur de la mode et du textile, mais soucieuse de le rendre plus durable et moins polluant, elle crée en 2017 CrushON, une plateforme en ligne qui rassemble l’offre de friperies. L'objectif : démocratiser l’achat de vêtements vintages, dans une optique de consommation écoresponsable. Explications.

Lire la suite
Res Communis : le droit au service de tous

Res Communis : le droit au service de tous

Droit de la famille, droit du travail, droit des étrangers, droit du logement : grâce à la Clinique de l’École de droit de Sciences Po, les étudiants mettent leurs connaissance au service des Maisons de Justice et du Droit (MJD) et des Points d’accès au droit (PAD), des lieux d'accueil permanent et gratuit qui soutiennent les personnes confrontées à des problèmes juridiques ou administratifs. Orienter, conseiller, expliquer, et trouver des solutions en temps réel font partie de leurs responsabilités, et enrichissent leur parcours. Témoignage. 

Lire la suite
Sciences Po et les femmes

Sciences Po et les femmes

Par l’historienne Marie Scot et la rédaction du magazine Émile Ni précurseure, ni en retard en la matière, l’École de la rue Saint-Guillaume a collé, en matière de féminisation, à l’évolution de la société française. Dans les années 2000, le nombre de femmes étudiantes a même dépassé celui des hommes ; les femmes représentent aujourd’hui 60 % des effectifs des étudiants de Sciences Po. Alors que les premières femmes étudiantes sont entrées à l’École libre des sciences politiques il y a tout juste un siècle, retour sur leur histoire au sein de l’établissement. 

Lire la suite
“Le vélo, c’est un levier de développement sobre”

“Le vélo, c’est un levier de développement sobre”

Diplômée de l’École urbaine, Camille Gaumont emploie aujourd’hui son énergie à élargir la place du vélo dans l’espace urbain gigantesque et dense de Plaine Commune, qui regroupe 9 villes au nord de Paris. Un moyen de concilier son expertise sur la ville, sa passion pour la bicyclette, et sa volonté d’agir concrètement pour la planète. Entretien.

Lire la suite