"Je veux avoir un impact de long terme avec ma carrière"

Tara Heuzé, étudiante en master 1 du double diplôme Sciences Po-Columbia, est à l’initiative d’une collecte de protections périodiques pour les femmes sans-abri. Baptisée "Règles élémentaires", l’opération a sensibilisé bien au-delà de Sciences Po. Portrait d’une étudiante qui veut changer le monde avec les armes de la finance.

D’où est venue l’idée d’organiser une collecte de protections périodiques pour les femmes sans-abri ?

Tara Heuzé : Avant d’intégrer le double diplôme, j’ai pris une année de césure pour faire un master en finance à Cambridge (GB). J’ai pris conscience du problème grâce à une campagne organisée par les étudiants de l’Université. En revenant en France, j’ai continué à m’intéresser à la question : cette cause mobilise dans le monde entier, mais il n’existe rien en France. Il y a une forme de déni vis-à-vis de cette question.

Comment avez-vous décidé de passer à l’action ?

T. H. : Nous avons décidé de lancer notre collecte de protections périodiques un peu avant la collecte nationale des banques alimentaires. Avec le soutien de l’association Paris Solidaires de Sciences Po, nous avons invité les gens à venir déposer leurs dons ou à les envoyer directement au Samusocial de Paris. L’engouement a été extraordinaire : l’opération a permis de collecter 25 000 produits, et 20 000 de plus lors de la 2ème collecte lancée le 8 mars. C’est formidable, mais cela reste dérisoire : avec plusieurs dizaines de milliers de femmes à la rue, on ne répond même pas aux besoins d’un mois ...

Allez-vous poursuivre cette action ?

T. H. : Nous venons de déposer les statuts pour nous constituer en association et pérenniser la démarche. Des commerçants parisiens ont installé des boîtes à dons et permettent de prolonger la collecte sur le long terme : l’objectif désormais, c’est de continuer à ouvrir cette action sur l’extérieur, de créer des partenariats dans d’autres établissements d’enseignement supérieur. À l’occasion du 8 mars nous avons étendu la collecte `a l’ESCP et à l’École du Louvre par exemple ! Nous voulons aussi établir des partenariats plus institutionnels avec des entreprises, des grandes surfaces, etc.

Pour vous, qu’est-ce que cela a changé ? Vous souhaitez continuer ce type d’engagement dans votre vie professionnelle ?

T. H. : J’ai toujours voulu avoir un impact de long terme avec ma carrière, et un de court terme à travers mes engagements en tant que citoyenne. En ce sens, rien n’a changé pour moi : je ne ferai pas carrière dans le milieu associatif. On pallie les défauts du système alors que j’aimerais travailler à changer le système.

Quel est votre projet ?

T. H. : Comme beaucoup, j’ai d’abord voulu faire Sciences Po dans l’optique de m’orienter vers la politique et l’administration publique. Mais entre-temps, j’ai vécu ma première élection présidentielle en 2012 comme un immense désenchantement : je me suis rendue compte de l’impuissance et l’impossibilité d’agir de nombreux politiques. Parallèlement, à Sciences Po j’ai eu la chance d’assister à d’excellentes conférences et notamment celle du directeur d’une grande banque d’investissement qui m’a fait réaliser que la finance était un levier d’action pour littéralement donner les moyens à des idées révolutionnaires d’exister.

J’ai donc choisi de faire Cambridge puis ce double diplôme en finance et economic policy avec Columbia parce que je souhaite travailler dans un fonds d’investissement en green tech, et pourquoi pas monter le mien à terme. Je suis intimement persuadée qu’il faut changer le système de l’intérieur et que la finance verte est une voie efficace vers un développement durable et un monde plus juste.

Plus d’informations :

Qui sont nos diplômés 2020 et 2021 ?

Qui sont nos diplômés 2020 et 2021 ?

Des étudiants brillants, engagés et résilients : à l’issue de deux années de scolarité bousculées par la crise sanitaire, les promotions 2020 et 2021 se verront remettre leurs diplômes de fin de Master entre le 23 et le 30 juin 2021. Plus de 5000 nouveaux diplômés seront célébrés dans plusieurs cérémonies très attendues, organisées dans le meilleur respect des restrictions sanitaires et valorisant la participation de chacun. Qui sont les étudiants des promotions 2020 et 2021 ? Découvrez leurs profils.

Lire la suite
Pour que vive le livre : Marc Ladreit de Lacharrière, grand mécène de Sciences Po

Pour que vive le livre : Marc Ladreit de Lacharrière, grand mécène de Sciences Po

Marc Ladreit de Lacharrière, président de Fimalac et grand mécène de la culture, s’engage aux côtés de Sciences Po en effectuant un don à la Fondation Nationale des Sciences Politiques (FNSP). Sa généreuse contribution en faveur du livre dans le domaine des sciences humaines et sociales va permettre à Sciences Po de développer avec ambition sa politique de diffusion des savoirs, en particulier à travers sa nouvelle Librairie, qui ouvrira en septembre 2021 au cœur du quartier historique de Saint-Germain-des-Prés.

Lire la suite
Découvrez la saison 2 de notre série vidéo FOCUS !

Découvrez la saison 2 de notre série vidéo FOCUS !

Les infos passent, les idées restent. Dans FOCUS, la série vidéo de Sciences Po, un chercheur ou un enseignant aborde son domaine sous un angle inattendu. En trois minutes, FOCUS offre une réflexion hors des sentiers battus sur les questions qui animent le débat public et propose des perspectives pour comprendre et pour agir.

Lire la suite
Les enjeux mondiaux analysés par CIVICA : 11 projets de recherche sélectionnés

Les enjeux mondiaux analysés par CIVICA : 11 projets de recherche sélectionnés

Penser le monde dans un cadre qui associe 10.000 chercheurs européens, tel est le défi que se fixe le volet recherche de CIVICA, université européenne des sciences sociales dont Sciences Po est partie prenante.  L'ambition de CIVICA Research est de réunir une diversité d'analyses et d’approches sur les grands défis mondiaux : la construction européenne, les enjeux auxquels font face les démocraties, la transformation des sociétés, les crises environnementales, l'impact du numérique sur les sociétés mais aussi leur usage au service des sciences sociales ...

Lire la suite
Startups d'utilité publique

Startups d'utilité publique

À Sciences Po, l'entrepreneuriat se conjugue souvent avec l'intérêt général et le goût pour l'action publique : en voici deux exemples avec Public+ et Le Parapheur, deux startups créés par des étudiants de Sciences Po au service des territoires, des élus et des citoyens. Portraits en vidéo. 

Lire la suite

Yann Algan :

Yann Algan : "Nos étudiants veulent plus que jamais servir l'intérêt général"

Yann Algan, Doyen de l’École d’affaires publiques (EAP) et professeur au département d'économie, a accepté la proposition d’HEC d’exercer la fonction de Doyen associé du programme Pré-expérience et d’y poursuivre ses travaux de recherche sur la confiance et la coopération dans les organisations. Il quitte donc ses fonctions de Doyen de l’École d'Affaires Publiques à partir de la rentrée 2021. En février, il répondait à nos questions sur cette formation historique de Sciences Po : innovations, débouchés, projets pédagogiques, préparation aux concours de la haute fonction publique, transformation de l’action publique par la crise sanitaire …

Lire la suite
Conventions Éducation Prioritaire : 63 nouveaux lycées rejoignent le dispositif

Conventions Éducation Prioritaire : 63 nouveaux lycées rejoignent le dispositif

À l’occasion des vingt ans des Conventions Éducation Prioritaire, Sciences Po renouvelle son dispositif d’égalité des chances pour renforcer son impact social et territorial. Dès ce printemps, 63 nouveaux lycées partenaires rejoignent le programme, qui s’étend à dix nouvelles académies et à de nouvelles zones, notamment le monde rural et des petites villes. 

Lire la suite