Jacques Chirac, un "étudiant d'avenir'

“Contre toute attente, je me plais très vite à Sciences Po”, raconte Jacques Chirac dans ses Mémoires. Soigneusement conservé dans les archives de Sciences Po, son dossier étudiant retrace la trajectoire de comète d’un jeune homme pressé que ni l’envie, ni son milieu ne prédisposait à aborder ce “nouveau monde”. Contre toute attente, ce n’est pas la passion pour la politique que l'ancien président de la République découvre et explore rue Saint-Guillaume, mais celle de “l’aventure”. Plongée dans le dossier d'un de nos plus illustres alumni disparu le 26 septembre 2019.

Fraîchement débarqué, à regrets, du navire charbonnier sur lequel il a servi plusieurs mois comme matelot, le fougueux jeune homme, “encore fixé sur rien”, entame le cursus emblématique de la scolarité du Sciences Po d’après-guerre. Cela démarre par le passage exigeant de l’Année préparatoire, propédeutique pluridisciplinaire et redoutable dispositif sanctionné par un examen de fin d’année qui fait plus de déçus que d’élus : pour presque 500 candidats, il ne reste que 182 élus en 1952. Parmi eux se trouve l’étudiant Chirac, heureux de poursuivre cette aventure en section Service Public, voie royale vers l’ENA et une carrière de haut fonctionnaire qui semble alors toute tracée pour cet excellent élève à la fois “méthodique” et “passionné", selon son professeur de droit public, M. Raison.

“Beaucoup de brio”

La découverte intellectuelle se poursuit lors des deux années qui suivent, et avec elle celle de “grands professeurs” que Jacques Chirac évoque avec nostalgie dans ses Mémoires*. Jacques Donnedieu de Vabre, Bernard Chenot, ou encore Pierre Laroque enseignent alors  le droit administratif, les institutions administratives et les questions sociales; Paul Delouvrier, Roger Nathan et François Bloch-Lainé forment aux Finances publiques; Jacques Chirac suit également les cours d’Alfred Sauvy, premier directeur de l’INED.

L’étudiant continue de se distinguer par son talent et par son potentiel : doté de “beaucoup de brio”, et de “beaucoup d’autorité” pour M. Chavanon en droit public, qui décrit “un élève de grande valeur, capable d’un succès brillant”, il sortira troisième de sa section lors de sa diplomation. En parallèle de sa rencontre - célèbre et documentée, avec Bernadette Chodron de Courcel, sur les bancs de Sciences Po - le dossier de l’étudiant témoigne d’un coup de foudre réciproque avec son professeur de géographie économique Jean Chardonnet. Il décrit dans ses appréciations “un étudiant de grande valeur. Très intelligent, consciencieux et qui a fourni durant toute l’année un travail très pratique et utile. Étudiant d’avenir”, conclut l’enseignant, soulignant ces deux derniers mots... L’admiration est réciproque : l’ancien président se souvient de J. Chardonnet comme “d’un extraordinaire initiateur aux réalités de la vie” qui emmène ses étudiants “visiter des usines et des mines de Lorraine”. L’expédition mémorable est racontée par son ancienne camarade Béatrice de Andia** : “Il m’a fait descendre à mille mètres sous terre. Ce qui l’amusait beaucoup, c’était de passer la frontière entre la France et l’Allemagne, à mille mètres sous terre, dans une chaleur épouvantable”.  C’est aussi sous la direction du professeur de géographie que Jacques Chirac travaillera sa “thèse” de fin d’études sur la Nouvelle-Orléans en 1953 qui lui vaut un remarquable 18/20.

Un été dans l’Ouest 

L’anecdote est révélatrice de ce qui anime profondément cet excellent étudiant. “En réalité, mon intérêt pour la politique demeure encore très relatif à cette date, raconte-t-il dans ses Mémoires. D’autres expériences m’attirent bien davantage, à commencer par celles, restées inassouvies, de l’aventure et de la découverte du monde”. Et c'est là ce que va préférer Jacques Chirac dans ses années Sciences Po. Son dossier le raconte à merveille : hors des appréciations dithyrambiques et des bulletins impeccables, il renferme la trace de cette énergie pour l’ailleurs. C’est ainsi que Jacques Chirac a demandé, et obtenu, une césure dans sa scolarité, peu commune à l’époque et néanmoins accordée par une administration très attentive aux initiatives personnelles. Il s'embarque ainsi à l'été 1953 pour un voyage vers une destination encore moins commune : les États-Unis.

Inscrit avec deux de ses camarades à l’école d’été de la Harvard Business School à Boston, le jeune homme fait la plonge de nuit dans un restaurant de Harvard Square et suit ses cours le jour. Promu garçon-serveur grâce à son bagout, il vit une romance avec une jeune américaine qui roule en décapotable, traverse le pays en stop dans un périple vers San Francisco, puis Dallas comme chauffeur d’une richissime vieille dame, pour finir à la Nouvelle Orléans. L’aventure, digne d’un roman de Philippe Labro, fait l’objet d’une touchante lettre conservée dans le dossier, adressée au directeur de l’Institut d’Études Politiques en remerciement de la bourse qui a permis de financer le (début du) voyage. Les deux compères ont prévu de terminer leur séjour par New York où ils souhaitent assister à une réunion générale de l’ONU. “Nous espérons ainsi terminer en beauté une expérience aussi passionnante que pleine d’imprévu”, écrivent-ils. Fasciné, l’étudiant s’aménage une nouvelle échappée américaine en 1954 pour rédiger son mémoire de géographie industrielle sur la Nouvelle Orléans. La réalité - et l’autorité paternelle - le rattrapent alors : il faut rentrer toutes affaires cessantes pour passer les oraux d’entrée de l’ENA.

La politique, contre toute attente

Si son destin d’aventurier - contrarié à maintes reprises - s’arrête là, il ne se laissera pas pour autant enfermer dans la carrière de haut fonctionnaire que sa famille (et celle de sa jeune fiancée, Bernadette Chodron de Courcel) avait imaginée pour lui. “Je ne m’attendais pas du tout à ce qu’il fasse de la politique !” confirme son épouse***. C’est par envie d’action, en conquérant, qu’il embrasse cette voie, davantage que par conviction politique. Son parcours à Sciences Po, marqué par son amitié avec Michel Rocard, ne lui pas pas permis de se forger de certitude en la matière : pacifiste comme toute sa génération, tenté brièvement par le communisme, sceptique à l’égard de la SFIO qu’il trouve conservatrice comme les gaullistes du RPF, il n’est ferme que sur son rejet “d’une certaine droite conformiste et rétrograde”*. Il est en revanche catégorique sur son choix de carrière. Toujours frondeur sous ses nouveaux habits d’énarque, Jacques Chirac n’en démordra pas : “pour moi, servir l’État, c’était occuper un poste de responsabilité où l’on puisse disposer d’une certaine influence”. Il ne savait alors pas encore jusqu’où le mènerait cette conviction...

Sources : 

En savoir plus

Photo : extrait du dossier d’étudiant de Jacques Chirac (Mission archives de Sciences Po), avec l’aimable autorisation de la famille Chirac.

Abonnez-vous à nos newsletters !

Ne jetez plus vos couverts, mangez-les !

Ne jetez plus vos couverts, mangez-les !

Écologiste convaincue et diplômée de Sciences Po en 2015, Tiphaine Guerout a mis ambition entrepreneuriale au service de la cause environnementale. Elle a fondé Koovee, une start-up qui propose une alternative aux couverts jetables en plastique : des cuillères et fourchettes en biscuit, fabriqués en France, qui ont la particularité d’être suffisamment résistants pour que l’on puisse manger avec. Rencontre avec une jeune diplômée qui ambitionne d’inonder les marchés français et européens dans les prochaines années.

Lire la suite
La France est-elle vraiment une

La France est-elle vraiment une "startup nation" ?

Spécialiste de l’histoire politique des États-Unis, Denis Lacorne enquête dans son ouvrage Tous Milliardaires !, paru chez Fayard en novembre 2019, sur le mythe de la "startup nation". L'ambition de la France à figurer parmi les nations capables de produire des géants du numérique est-elle une réalité ?

Lire la suite
Patrick Chamoiseau, nouvel écrivain en résidence

Patrick Chamoiseau, nouvel écrivain en résidence

Après Kamel Daoud et Marie Darrieussecq, Patrick Chamoiseau est le nouveau titulaire de la chaire d’écrivain en résidence de Sciences Po. Lauréat du Prix Goncourt 1992, primé à maintes reprises, Patrick Chamoiseau est auteur de romans, contes, essais, scénarios. À partir de janvier 2020, il donnera cours aux étudiants de Sciences Po.

Lire la suite
Et si vous étudiiez à Sciences Po cet été ?

Et si vous étudiiez à Sciences Po cet été ?

Vous êtes lycéen ou étudiant ? Vous souhaitez étudier les sciences humaines et sociales à Sciences Po le temps d'un été ? Les candidatures pour l’édition 2020 de la Summer School sont ouvertes, avec deux programmes distincts, l'un pour les étudiants, l'autre pour les lycéens. Voici ce qu’il faut savoir avant de déposer sa candidature.

Lire la suite

"On peut sortir de la croissance sans sortir du capitalisme"

Économiste engagé pour une société visant le bien-être, Éloi Laurent démontre dans son dernier ouvrage, Sortir de la croissance, mode d’emploi, pourquoi la crise écologique ne pourra être résolue sans abandonner l’objectif de croissance. Utopiste ? Non, d’après lui, il s’agit au contraire d’un objectif non seulement humaniste mais aussi tout à fait réaliste. Preuves à l’appui.

Lire la suite
Vêtements durables, mode d'emploi

Vêtements durables, mode d'emploi

Étudiante en master Innovation & transformation numérique, Camille Gréco a rejoint l'École du management de Sciences Po après des études de mode à Londres. Passionnée par le secteur de la mode et du textile, mais soucieuse de le rendre plus durable et moins polluant, elle crée en 2017 CrushON, une plateforme en ligne qui rassemble l’offre de friperies. L'objectif : démocratiser l’achat de vêtements vintages, dans une optique de consommation écoresponsable. Explications.

Lire la suite

“CO2 ou PIB, il faut choisir”

“CO2 ou PIB, il faut choisir”

Précis, véhément et volontiers iconoclaste, l'ingénieur et spécialiste du climat Jean-Marc Jancovici a délivré aux étudiants de deuxième année une leçon en forme de démonstration sur l’inéluctable fin de l’âge d’or énergétique. En la matière, point de compromis possible : décarboner l’économie, c’est aussi en finir avec la course éperdue à la croissance. Retour sur les points-clés d’une démonstration salutaire, à revoir en intégralité.

Lire la suite
Fariba Adelkhah a entamé une grève de la faim

Fariba Adelkhah a entamé une grève de la faim

26 décembre 2019 - En cette période de fêtes de fin d’année, notre collègue et amie Fariba Adelkhah, injustement emprisonnée en Iran depuis plus de six mois, a débuté une grève de la faim illimitée. Cette grave nouvelle nous bouleverse profondément et porte à son comble l’inquiétude que nous éprouvons devant le sort terrible imposé à nos collègues.

Lire la suite
Lutte contre l’obsolescence programmée, une affaire de bobos ?

Lutte contre l’obsolescence programmée, une affaire de bobos ?

Par Julie Madon (CSO). Voté par le Sénat à la quasi-unanimité, le projet de loi anti-gaspillage pour une économie circulaire a été examiné le 9 décembre 2019 par l’Assemblée nationale. Parmi les mesures phares, l’adoption d’un indice de réparabilité, qui indique si un produit est réparable, difficilement réparable ou non réparable. Il permettrait, en aiguillant le choix du consommateur, de lutter contre l’obsolescence programmée.

Lire la suite
16 nouveaux chercheurs à Sciences Po

16 nouveaux chercheurs à Sciences Po

16 académiques permanents ont rejoint Sciences Po en cette rentrée 2019. Une grande diversité les caractérise, qu'il s'agisse de leurs universités d'origine, de leurs parcours, de leurs disciplines ou encore de leurs spécialités.

Lire la suite