Gaspard Koenig, le globe-trotter libéral

Enseignant à Sciences Po et à la tête du think tank GenerationLibre, Gaspard Koenig est allé à la rencontre de citoyens à travers le monde, des activistes, des dissidents, des entrepreneurs, tous militants pour davantage de liberté individuelle et collective. Voir la vidéo

À Sciences Po, Gaspard Koenig enseigne aux étudiants de 2ème année du Collège universitaire un cours de philosophie consacré à la pensée libérale, de Mandeville à Hayek, en passant par Smith et Tocqueville. Militant libéral convaincu, il a fondé le think tank GenerationLibre et tient des chroniques dans plusieurs médias. Les Aventuriers de la liberté (Plon), son dernier livre, rassemble sept reportages publiés pour l'hebdomaire Le Point consacrés à des expériences concrètes de libéralisme politique, économique ou social menées, à petite échelle, en différents points du monde. "À force de vanter le libéralisme, écrit Koenig en introduction, "je me suis dit qu'il était temps de connaître la liberté et ceux qui la pratiquent, parfois au risque de leur vie".

Un roman d'aventures 

Dans les arrières salles de bars à Berlin-est, l'auteur part à la rencontre de hackers qui défendent la protection de leurs données contre la surveillance internationale. On se retrouve ensuite parmi les libertariens du New Hampshire, des anarchistes auprès de qui Koenig n'arrive même pas à acheter un sandwich parce qu'ils refusent "la monnaie de la Banque centrale". On plonge en pleine démocratie directe, dans un canton de suisse alémanique, entre Zurich et la frontière autrichienne, où les habitants débattent sous une pluie battante du montant de la subvention à accorder à la maison de la culture parce que tout décision qui concerne la collectivité est soumis à la consultation générale.
L'auteur ne se réclame ni de Joseph Kessel ni de Jack London, autres grands aventuriers litterraires. Tous ces reportages prouvent, par l'exemple, ce que peuvent réussir des citoyens libres et responsables. Le livre défend la liberté envers et contre tout. Un chapitre est consacré à une réfugiée saoudienne qui depuis le Canada se bat aux côtés d'Amnesty International pour la libération de son mari, retenu prisonnier dans leur pays. Gaspard Koenig se méfie tout autant des États que des super-puissants GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft). "Les vrais libéraux ont toujours lutté contre les oligopoles et la patronat" affirme-t-il. Sa conclusion sur les réussites au niveau local conduit à s'interroger sur l'action de chacun au sein de la société. Elle est pleine d'élan aussi : "Plus nous sommes proches de nos intérêts et de nos affections, plus nous sommes capables de générosité, de souplesse et d'inventivité".

En savoir plus

 

Les livres à mettre dans vos valises

Les livres à mettre dans vos valises

Que lire en cet été si particulier ? Entre besoin d’évasion et envie de réflexion, la Librairie de Sciences Po vous propose sa sélection pour un été conscient, reposant, ou les deux à la fois. Faites de la place dans vos bagages !

Lire la suite
La duchesse de Galliera, première mécène de Sciences Po

La duchesse de Galliera, première mécène de Sciences Po

Par Emmanuel Dreyfus (promo 91) pour le Magazine Émile -- Si Sciences Po doit sa fondation à la volonté d’un homme, Émile Boutmy, l’École doit sa pérennité au don d’une femme, Maria Brignole-Sale, duchesse de Galliera. Le diplômé de la rue Saint-Guillaume connaît vaguement son nom et son profil sculpté, le Parisien sait que le musée de la mode s’appelle le palais Galliera. Et l’on n’en sait guère plus. Pourtant, la vie de la duchesse mérite d’être contée, même si faute de biographie publiée, on doit en glaner les éléments dans les notices en ligne et les dictionnaires.

Lire la suite
Les origines du populisme. Enquête sur une défiance politique et sociale

Les origines du populisme. Enquête sur une défiance politique et sociale

Des électeurs qui ne croient plus en rien et surtout pas en leurs institutions, qu’elle soient politiques ou autres. Une solitude prégnante liée à la société post-industrielle et à ses modes de travail et de vie. Voici le cocktail détonnant qui serait aux origines du populisme d’après quatre chercheurs. Après avoir mené un long travail d’enquête, ils livrent les résultats de leurs travaux - et des pistes de solutions -, dans “Les origines du populisme”, paru chez Seuil. 

Lire la suite
Suzanne Basdevant-Bastid, juriste d'exception

Suzanne Basdevant-Bastid, juriste d'exception

Par Maïna Marjany (promo 14) pour le magazine ÉmileLe parcours de Suzanne Basdevant-Bastid force l’admiration. Universitaire respectée, professeure attentive et dévouée, résistante et académicienne. Elle ne s’est pas contentée d’être une pionnière, mais a enchaîné les succès et les distinctions, toujours avec modestie.

Lire la suite
Vêtements durables, mode d'emploi

Vêtements durables, mode d'emploi

Étudiante en master Innovation & transformation numérique, Camille Gréco a rejoint l'École du management de Sciences Po après des études de mode à Londres. Passionnée par le secteur de la mode et du textile, mais soucieuse de le rendre plus durable et moins polluant, elle crée en 2017 CrushON, une plateforme en ligne qui rassemble l’offre de friperies. L'objectif : démocratiser l’achat de vêtements vintages, dans une optique de consommation écoresponsable. Explications.

Lire la suite
Res Communis : le droit au service de tous

Res Communis : le droit au service de tous

Droit de la famille, droit du travail, droit des étrangers, droit du logement : grâce à la Clinique de l’École de droit de Sciences Po, les étudiants mettent leurs connaissance au service des Maisons de Justice et du Droit (MJD) et des Points d’accès au droit (PAD), des lieux d'accueil permanent et gratuit qui soutiennent les personnes confrontées à des problèmes juridiques ou administratifs. Orienter, conseiller, expliquer, et trouver des solutions en temps réel font partie de leurs responsabilités, et enrichissent leur parcours. Témoignage. 

Lire la suite
Sciences Po et les femmes

Sciences Po et les femmes

Par l’historienne Marie Scot et la rédaction du magazine Émile Ni précurseure, ni en retard en la matière, l’École de la rue Saint-Guillaume a collé, en matière de féminisation, à l’évolution de la société française. Dans les années 2000, le nombre de femmes étudiantes a même dépassé celui des hommes ; les femmes représentent aujourd’hui 60 % des effectifs des étudiants de Sciences Po. Alors que les premières femmes étudiantes sont entrées à l’École libre des sciences politiques il y a tout juste un siècle, retour sur leur histoire au sein de l’établissement. 

Lire la suite
“Le vélo, c’est un levier de développement sobre”

“Le vélo, c’est un levier de développement sobre”

Diplômée de l’École urbaine, Camille Gaumont emploie aujourd’hui son énergie à élargir la place du vélo dans l’espace urbain gigantesque et dense de Plaine Commune, qui regroupe 9 villes au nord de Paris. Un moyen de concilier son expertise sur la ville, sa passion pour la bicyclette, et sa volonté d’agir concrètement pour la planète. Entretien.

Lire la suite
Sciences Po, l'école des diplomates

Sciences Po, l'école des diplomates

Par Nicolas Scheffer, diplômé (2017), pour le magazine Émile - La diplomatie fait partie de l’ADN de Sciences Po depuis sa création en 1872. Près de 60 % des ambassadeurs français actuellement en poste sont issus de l'École, faisant ainsi la preuve que l’enseignement des relations internationales tel que pratiqué rue Saint-Guillaume est un incontournable pour les futurs diplomates. 

Lire la suite
Hommage à Zeev Sternhell (1935-2020)

Hommage à Zeev Sternhell (1935-2020)

L’âpre controverse qui l’a opposé à plusieurs historiens de Sciences Po a failli l’occulter : Zeev Sternhell, mort le 21 juin 2020, fut à Sciences Po un étudiant de 3è cycle remarquable et remarqué. Sous la direction admirative de Jean Touchard, il soutint en octobre 1969 sa thèse sur Maurice Barrès, à l’issue d’une idylle intellectuelle dont témoigne son dossier de scolarité... 

Lire la suite