FEMPO, la success story

FEMPO est une start-up qui propose des culottes en tissu lavable destinées à remplacer les protections hygiéniques. Accompagné par l’incubateur de Sciences Po en 2018, ce projet est né de la rencontre de deux alumnae, Fanny Abes, diplômée du master en politique économique internationale, et Claudette Lovencin, diplômée du master en politique publique. En à peine quelques mois, leur entreprise rencontre un beau succès avec près de 30 000 utilisatrices et un chiffre d’affaire qui double chaque mois. Rencontre avec les créatrices de cette success-story made in Sciences Po.

Pourquoi avoir décidé de créer une entreprise de création, production et vente de culottes menstruelles ?

Fanny Abes : Avec Claudette nous avons commencé par nous demander comment, à notre niveau, nous pouvions aider les gens. C’est seulement dans un second temps que nous avons réfléchi aux problématiques spécifiques aux femmes. Je pense que nous sommes naturellement allées vers un projet destiné à des personnes qui nous ressemblent, avec qui nous partageons les mêmes besoins.

Nous avons sorti un produit en lien avec le cycle menstruel pour proposer aux femmes de renouer un lien plus positif avec leur corps, leur biologie et leur cycle. Le but était de retourner la situation : ne plus subir notre corps de femme mais mieux le comprendre pour s’en faire un allié. Cela passe par la création d’une culotte menstruelle aujourd’hui, mais pourrait passer par d’autres projets dans le futur.

Qualifieriez-vous votre projet entrepreneurial de féministe ?

Claudette Lovencin : Créer une culotte menstruelle, c’était créer un objet concernant les femmes, du moins des personnes ayant leurs règles, donc on assimilera peut-être notre entreprise à un projet féministe. Mais on ne souhaite pas rentrer dans un cadre, on est plutôt dans la recherche de l’autonomie individuelle.

FA : Oui, on préfère parler de l’autonomisation comme processus de conquête.

CL : Aujourd’hui nous avons créé une culotte menstruelle mais la philosophie de notre projet c’est comment faire pour mieux comprendre son corps, comment il est, quels sont ses besoins. On ne cherche pas à donner un sens politique à notre action, même si cela peut s’assimiler à du féminisme, ou même à de l’humanisme.

FA : Ce que nous cherchons à faire aujourd’hui avec FEMPO c’est plutôt à donner des outils aux individus afin qu’ils puissent s’émanciper individuellement. Mais cela n’empêche pas de voir qu’il y a des combats politiques et sociétaux à mener collectivement.

En quoi vos parcours à Sciences Po ont-ils participé au développement de votre projet ?

FA : Maxime Marzin, le directeur du Centre pour l’entreprenariat de Sciences Po nous a beaucoup aidées. Il a eu un regard très fin sur notre projet et cela nous a permis de structurer et lancer FEMPO.

CL : De mon côté j’avais choisi une mineure en gender studies à l’université de Concordia. J’y ai amassé deux belles années de connaissances et je suis arrivée en master politiques publiques à Sciences Po avec ce bagage académique associé à six années d’expérience de terrain acquises au Canada au sein de la Société Elizabeth Fry qui aide des femmes marginalisées.

Il y a quelques mois Sciences Po a lancé une Chaire pour l’entreprenariat des femmes, dirigée par Anne Boring. Est-ce que porter un sujet qui ciblait un public 100% féminin vous a aidé en tant que femmes-entrepreneuses ?

FA : Je pense que le fait d’être des femmes et de répondre à un besoin qui nous concerne directement a apporté de la crédibilité à notre projet. À mes yeux aujourd’hui, le fait d’avoir été une femme n’a pas été du tout un frein : on a bien sûr rencontré des difficultés, mais de là à savoir si c’était parce qu’on était des filles, qu’on était jeunes ou qu’on venait de débarquer dans le secteur, je ne sais pas. En tous cas moi je n’ai pas ressenti de discrimination basée sur mon sexe.

CL : Je suis d’accord, c’est difficile à dire. C’est un peu compliqué aujourd'hui d’isoler pourquoi on a eu telle difficulté ou pas. Souvent les femmes entrepreneuses racontent qu’elles ont eu des difficultés à avoir des financements, alors que nous on a plutôt eu de la chance. Je pense que nous avons bénéficié de l’originalité de notre projet : nous ne sommes pas passées inaperçues.

Et aujourd’hui j’encourage toutes les personnes qui souhaitent se lancer dans un projet d’entreprise à utiliser les outils disponibles à Sciences Po. Fanny et moi nous avons commencé avec très peu, au début FEMPO c’était un projet “bouts de ficelle” ...

FA : Oui, nous avons commencé avec 250 euros et la machine à coudre de ma mère.

CL : Je suis convaincue qu’il faut se battre pour ses idées et mener son projet jusqu’au bout pour voir ce qu’il en est. Ça vaut toujours la peine d’essayer !

Entretien initialement publié sur le site du Programme PRESAGE

En savoir plus

Abonnez-vous à nos newsletters

"Du climat et du sens"

Que se passe-t-il quand une région comme l’Asie du Sud-Est se retrouve simultanément acteur et victime du changement climatique ? Quand un pays comme la Chine figure à la fois au rang des grands pollueurs et des pionniers de la diplomatie environnementale ? Quand les grandes organisations internationales peuvent décider de surveiller... ou de punir ? Réponse : “ça part en débat !” Pour faire un tour dans la “galaxie environnement” avec Marine Denis et ses étudiants engagés, c’est par ici...

Lire la suite
“La dimension politique de la parole des scientifiques est devenue évidente”

“La dimension politique de la parole des scientifiques est devenue évidente”

Par Sébastien Treyer (IDDRI) - Les scientifiques sont particulièrement exposés dans la crise sanitaire actuelle, où les gouvernements recourent à leur avis pour consolider leurs décisions. Ainsi convoqués comme experts, également par les médias, ils se trouvent à la fois mis en responsabilité collective, comme c’est le cas des conseils scientifiques mobilisés autour du gouvernement français, et exposés individuellement. Ils constituent aussi un phare, auquel on peut se référer pour se construire, progressivement, en tant que citoyen, une compréhension de la situation.

Lire la suite
Un hackathon pour lutter contre la pandémie

Un hackathon pour lutter contre la pandémie

Simonas Žilinskas est étudiant en deuxième année sur le campus de Dijon (programme Europe centrale et orientale). Lorsque l’épidémie de Covid-19 a commencé, il est rentré dans sa Lituanie natale et a cherché à s’impliquer dans la lutte contre le virus. Déjà rôdé à l’exercice du hackathon, grâce à son expérience dans le monde des startups lituaniennes, il a rejoint l’équipe de pilotage de Hack the Crisis, un hackathon en ligne qui s’est déroulé du 20 au 22 mars 2020, avec le but de trouver des solutions innovantes à la crise. Il raconte. 

Lire la suite
Covid-19 : Ce qui change pour les candidats

Covid-19 : Ce qui change pour les candidats

Dernière mise à jour : 09/04/20 - Vous êtes candidat à Sciences Po pour la rentrée 2020 ? Nos procédures d’admission suivent leur cours, mais s’adaptent au contexte de crise sanitaire. Retrouvez ci-dessous le nouveau calendrier et les nouvelles modalités pour chacune des procédures.

Lire la suite
“Après la crise, je ne crois pas à un retour au monde d'avant

“Après la crise, je ne crois pas à un retour au monde d'avant"

Les décisions prises dans l’urgence par les institutions économiques nationales et européennes seront-elles suffisantes pour amortir le choc de la crise économique, conséquence inévitable de la pandémie du Covid-19 ? Analyse par Xavier Ragot, président de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), qui évoque aussi la nécessité de repenser, à l'issue de cet épisode tragique, les liens entre économie, société et environnement.  

Lire la suite
Keep Learning : comment Sciences Po est passé en ligne

Keep Learning : comment Sciences Po est passé en ligne

14 000 étudiants issus du monde entier et sur tous les continents, 700 cours par jour : le passage en ligne imposé par la crise sanitaire a constitué un défi inédit pour Sciences Po. C’est aussi l’opportunité d’inventer de nouvelles façons d’apprendre et d’enseigner. Bénédicte Durand, Directrice de la formation, raconte l’énergie déployée par toutes les communautés dans cette aventure qui transformera durablement Sciences Po.  

Lire la suite

"Menton Livraison" : des étudiants s'engagent pendant la crise

Au début du mois de mars 2020, alors qu’une grande partie de la France vit encore dans l’insouciance, Tommaso Campomagnani, Nolwenn Menard, Joseph Moussa et Mathilde de Solages, étudiants en première année sur le Campus de Menton, anticipent la possibilité d’un confinement. Dans cette ville où un tiers de la population a plus de soixante ans, ils créent la plateforme Menton Livraison, qui garantit la livraison de produits de première nécessité par des bénévoles pour les personnes à risque. Mathilde et Nolwenn nous racontent cette aventure collective, faite de difficultés administratives et de belles rencontres.

Lire la suite
Avec Bertrand Badie, un

Avec Bertrand Badie, un "espace mondial du savoir"

Mise à jour 27 mars 2020 : Pas de confinement pour les idées ! Grâce à la plateforme Coursera, il redevient possible de suivre le MOOC incontournable et plébiscité de Bertrand Badie, "Espace Mondial". Le temps des études est celui d'une vie. #KeepLearning

22 000 fans : plus qu’un concert de Beyoncé à Bercy. C’est le nombre d’internautes qui ont suivi le cours en ligne de Bertrand Badie, en 2014 et 2015. Depuis un village de Saintonge, Rabat, La Réunion ou Mexico, au bureau, ou en faisant le ménage, ces étudiants de tous les âges et du monde entier ont plébiscité cette première édition du MOOC “Espace mondial”. Bonne nouvelle pour les accros, l’aventure redémarre sur la plate-forme Coursera, avec une nouvelle version internationale, multilingue, et à la demande.

Lire la suite
La compétition des propagations

La compétition des propagations

"Virus, mèmes et bonnes pratiques : la compétition des propagations"

Par Dominique Boullier (Professeur des universités en sociologie, CEE, Sciences Po) - Lorsqu’une crise sanitaire advient, ce ne sont pas seulement les virus qui se propagent avec leurs propres mécanismes. C’est aussi chaque société qui fait émerger tout son potentiel viral, selon un fonctionnement social tout à fait ordinaire que Tarde avait pensé sous le terme d’imitation à la fin du XIXe siècle. Car les messages d’alerte ou de soutien sur les réseaux sociaux, les bonnes pratiques, les peurs, les fake news, tout se diffuse selon un modèle de viralité.

Lire la suite