Khadija Janati, femme libre & serial entrepreneure

Khadija Janati Idrissi, cheffe d'entreprise marocaine membre de l'Association des femmes entrepreneurs du Maroc, fait partie des diplômées de la 1ère promotion du programme “Femmes d’Avenir en Méditerranée”. Un programme de formation unique en son genre élaboré par Sciences Po, à l’attention de jeunes femmes issues de la rive sud de la Méditerranée. A l’heure où la 2ème édition se prépare pour mai 2016, elle nous raconte en quoi il l’a aidée dans son engagement pour l’égalité.

Comment avez-vous entendu parler du programme Femmes d’avenir en Méditerranée (FAM) ? 

Khadija Janati : J’ai découvert l’existence de cette formation à travers l’Association des Femmes Entrepreneures du Maroc. Mon réseau personnel, qui connaît ma passion pour le développement des femmes et mon intérêt pour les questions de genre, m’a aussi informée de l’appel à candidatures.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de candidater ?  

K. J. : J’étais motivée pour plusieurs raisons à la fois. D’abord, la formation aborde différents aspects de l’égalité femmes-hommes : théoriques, juridiques, politiques. Ensuite, j’ai été attiré par la qualité des modules dispensés, ainsi que l’expertise des chercheur.e.s du programme Presage (Programme de recherche et d’enseignement des Savoirs sur le Genre). Le programme FAM était ainsi pour moi l’occasion de bénéficier de l’excellence et du prestige de Sciences Po...sans oublier Paris et mon amour inconditionnel pour la Ville des lumières. Enfin la formation présentait un caractère régional, permettant aux lauréates de rencontrer et échanger avec d’autres femmes issues de pays différents, tout en partageant au quotidien les mêmes défis.

Quel était votre parcours avant de participer au programme FAM ?

K. J. : Avant de participer à la formation, j’étais engagée en faveur de la cause des femmes à travers les entreprises que j’ai créées. Passionnée par l’entreprenariat, j’ai lancé ma première entreprise en 2009. À la tête de plusieurs groupes opérant dans le domaine des médias et de la communication j’étais déjà Directrice générale de KMK Parteners, une agence de communication, et KMK Advertising, une agence média et relations publiques créée en 2013. J’étais également associée à trois autres start-ups au Maroc, REGIE-21, Digital Crea et AD Sport, que j’ai lancées et gérées lors de leur création. L’une de mes plus grandes fiertés est d’être l’unique femme marocaine et arabe directrice d’une publication sportive, Al Mawiid Arriadi, un hebdomadaire de sport gratuit que j’ai créé en 2010.

Étiez-vous particulièrement engagée en faveur de l'égalité ? 

K. J. : J’ai toujours été une défenseure des droits des femmes. Je suis révoltée de voir des femmes violentées, des femmes analphabètes, des femmes mal rémunérées, des femmes abusées sexuellement, et des femmes à qui on nie le droit à l’ascension sociale, à l’accès aux postes de décision politique et économique, et cela, pour l’unique raison qu’elles sont des femmes.

J’ai commencé, très jeune, à en parler autour de moi et à essayer de changer les choses dans mon cercle de connaissances. Par la suite, j’ai choisi de me focaliser sur l’autonomisation économique des femmes à travers l’entreprenariat, étant convaincue qu’une femme libre doit d’abord être financièrement indépendante. Dans cette perspective, j’ai contribué à fonder le Réseau de Femmes pour le Mentoring et le Networking (RFMN), une organisation pour les femmes entrepreneures, tout en m’impliquant activement dans l’association AFEM (Association des Femmes Entrepreneures du Maroc) où je préside le "Comité mentoring".

Qu'avez-vous retenu de votre participation à Femmes d’Avenir en Méditerranée? 

K. J. : Le programme Femmes d’Avenir en Méditerranée a été pour moi bien plus qu’une simple formation : ce fut une formidable expérience humaine. Se retrouver étudiante à Paris, avec dix-huit autres femmes de mon âge, venues de plusieurs pays de la Méditerranée, avec des parcours différents et des cultures différentes, mais partageant notre combat pour les droits des femmes, a représenté une expérience unique. Suivre des cours délivrés par des experts de l’égalité femmes-hommes comme Marie Mercat-Bruns ou Réjane Sénac n’est pas, non plus, une occasion qui se présente tous les jours. Et puis l’apprentissage, les idées et la qualité des échanges avec les formateurs et les participantes furent extrêmement enrichissants.

Ces échanges se sont-ils poursuivis après la fin du programme ?  ?

K. J. : Au terme du programme, nous avons décidé de créer un réseau, baptisé GEMED, car nous sommes convaincues que le combat pour les droits des femmes commence par l’accès à l’information. Avec les autres fondatrices, nous travaillons activement sur le lancement d’une plateforme web qui regroupera une riche documentation sur la condition de la femme dans les pays de la Méditerranée, avec des textes juridiques, des statistiques ou de publications scientifiques. La plateforme permettra aussi de relayer des opportunités en termes d’éducation, de formation et  d’entreprenariat. Elle aidera les femmes à prendre conscience de leurs droits, mais surtout à accéder à des opportunités dont elles ignoraient l’existence. Enfin, GEMED sera un espace de débat et de plaidoyer en faveur de l’égalité femmes-hommes.

En quoi la formation FAM a-t-elle changé votre vie professionnelle et/ou personnelle aujourd'hui? 

K. J. : Aujourd’hui, plus que jamais, je pense avoir une part de responsabilité dans mon pays, pour faire évoluer les mentalités et diffuser une culture d’égalité homme-femme. Les questions relatives au genre sont présentes dans tout ce que j’entreprends : recrutement de collaborateurs, choix de prestataires, constitution de bureaux d’associations… La parité est au cœur de mon engagement. Ce concept a remplacé le quota dans mes discours et mes interventions média, ce qui, à terme, je l’espère, élèvera le débat au Maroc sur les droits des femmes. Il faut élargir la perspective, et au-delà de l’intégration des femmes dans la vie politique et économique, réfléchir à la parité dans l’ensemble des instances décisionnelles du pays.

En savoir plus

Covid-19 : une crise organisationnelle

Covid-19 : une crise organisationnelle

La crise du Covid-19 révèle la difficulté des décideurs à appréhender des problèmes complexes : pour les sociologues Olivier Borraz et Henri Bergeron (CSO), le réflexe qui consiste à créer de nouvelles organisations en réponse à l’incertitude a fait la preuve de son inefficacité. Selon eux, les dirigeants devraient, face aux défis de la crise sanitaire en cours, adopter une démarche scientifique plutôt que d’attendre de la science une vérité absolue. Entretien.                        

Lire la suite
Olivier Duhamel : “Vous allez apprendre à penser par vous-mêmes”

Olivier Duhamel : “Vous allez apprendre à penser par vous-mêmes”

C’est une leçon de rentrée historique à tous points de vue qui s’est déroulée ce jeudi 10 septembre 2020 : délivrée en ligne, l’intervention d’Olivier Duhamel, président de la Fondation nationale des sciences politiques, s’adressait à tous les étudiants du Collège universitaire, mais aussi à un large public grâce à une diffusion en direct sur Youtube. “Argumentez, doutez, écrivez, découvrez qui vous êtes, et faites l’amitié” : l’éminent Professeur de droit constitutionnel a prodigué ses conseils et répondu aux questions des étudiants. Une ode à l’esprit de liberté, à revoir en intégralité. 

Lire la suite
3 conseils pour devenir le photographe politique de l’année

3 conseils pour devenir le photographe politique de l’année

Plus que quelques jours pour participer à la quatrième édition du Prix de la Photographie Politique, ouvert à toutes et tous : vous avez jusqu'au 15 septembre pour envoyer vos images ! D'ici là, le jury nous rappelle qu’une bonne photographie politique n’est pas une question de sujet mais une affaire de regard - une façon d’observer ce monde parfois surprenant qui est le nôtre, au-delà des compétitions électorales et des manifestations de rue. Voici trois conseils pour se lancer. 

Lire la suite
Enseignement : qu’est-ce que la pédagogie hybride ?

Enseignement : qu’est-ce que la pédagogie hybride ?

Après un semestre de printemps qui a basculé en ligne dans l'urgence, le semestre d'automne démarre à Sciences Po sous le signe du "double campus", avec des cours au format largement réinventé. À quelques jours de la rentrée fixée au 14 septembre 2020, tour d'horizon de cette réinvention pédagogique avec Delphine Grouès, Directrice de l'Institut des compétences et de l'innovation. 

Lire la suite

Paris : quoi de neuf sur le chantier du futur campus ?

Paris : quoi de neuf sur le chantier du futur campus ?

Lorsque l’ancien hôtel de l'Artillerie aura achevé sa mue, il deviendra le cœur du futur campus parisien. Pour le moment, sous les échafaudages, le lieu poursuit sa transformation grâce aux grandes machines et aux hommes de l’art. Aperçu du chantier sous l’œil de notre photographe, Martin Argyroglo.

Lire la suite
“Apprendre le droit sans le sacraliser”

“Apprendre le droit sans le sacraliser”

Doyen délégué de l’École de droit depuis un an, Sébastien Pimont prend à la rentrée de septembre 2020 la succession de Christophe Jamin en tant que doyen. Une relève préparée de longue date, et qui intervient dans un contexte pédagogique inédit. Pas de quoi effrayer ce Professeur des universités qui y voit l’opportunité de poursuivre la réinvention pédagogique permanente, marque de fabrique de l’École de droit. Entretien.

Lire la suite
Découvrez la saison 1 de notre série vidéo !

Découvrez la saison 1 de notre série vidéo !

Les infos passent, les idées restent. Dans FOCUS, la série vidéo de Sciences Po, un chercheur ou un enseignant aborde son domaine sous un angle inattendu. En trois minutes, FOCUS offre une réflexion hors des sentiers battus sur les questions qui animent le débat public et propose des perspectives pour comprendre et pour agir.

Lire la suite