Eric Dupond-Moretti : "La Justice est une institution merveilleusement, terriblement, humaine"

À l’occasion de sa rentrée solennelle, le 9 septembre dernier, l’École de droit de Sciences Po a eu le privilège de recevoir Eric Dupond-Moretti, garde des Sceaux, ministre de la Justice, invité à prononcer la leçon inaugurale devant un parterre d’étudiantes et d’étudiants attentifs et avides d’inspiration.

Un amphithéâtre comble, une chaleur et une attente dignes d’une salle d’audience, le décor est planté dès l’arrivée d’Eric Dupond-Moretti. Bénédicte Durand, administratrice provisoire de Sciences Po, lui signifie d’entrée : “il y a quelque chose de très Sciences Po en vous, monsieur le ministre. L’éclat d’une voix, la liberté, le panache, la pluralité des chemins, un engagement profond…”. En réponse, le garde des Sceaux, surpris, déclare : “par la grâce de l'aléatoire, me voici promu professeur de votre prestigieuse école. C’est un très grand honneur”.

Les quelque deux-cent-cinquante étudiantes et étudiants présents lui sont introduits par Sébastien Pimont, doyen de l’École de droit. Certains sont issus de Sciences Po, les autres de multiples horizons, “mais tous ont en commun une intuition qui commence, une idée de la Justice, une sorte d’imaginaire…”.

“Le droit n’est finalement pas grand chose sans humanité”

Eric Dupond-Moretti entame alors son propos en leur rappelant la chance qu’ils ont de bénéficier de l’une des meilleures formations de juristes de notre pays. Il les exhorte en toutes circonstances à conserver à l’esprit que le droit est peu de chose sans humanité et à garder en commun le même objectif, celui de veiller au respect de l'État de droit.

“Je vais vous faire part de ma vision de la Justice, nourrie par 36 années de barreau, que je traduis en actes en tant que garde des Sceaux”. La Justice, cette institution à hauteur d'homme, aime-t-il à rappeler, est la base de notre contrat social et représente une mission aussi fondamentale que les attentes des citoyens sont légitimes.
Il évoque bien sûr les dysfonctionnements, le manque de moyens, le sentiment que la Justice s’est éloignée de la Cité. Avant d’en rappeler les vertus fondamentales : protéger, défendre la vie de nos concitoyens. Il souligne alors les moyens qu’il veut lui donner : augmentation historique du budget, mise en place d’une Justice de proximité, conditions de détention respectueuses de la dignité humaine, veille à la réinsertion par le travail, tolérance zéro en matière de violences conjugales…

“La Justice est une institution merveilleusement, terriblement, humaine. C’est de cette humanité que naissent ses défaillances”, rappelle-t-il.

“Devenir avocat, c’est maîtriser ses peurs”

L’ancien avocat au Barreau de Paris évoque son métier avec passion et engagement et rappelle aux étudiantes et étudiants présents qu’ils ont devant eux la plus belle des missions, celle de défendre la vie de nos concitoyens, dans le respect de l'impartialité, dans la mesure et la nuance.

“Vous avez décidé de contribuer au maintien de la paix sociale. Vous pouvez d’ores et déjà être fiers de vous. Mais pas trop ! L'humilité est de rigueur et l’impartialité est la vertu cardinale de la Justice et reste un combat quotidien.”
Il se fait alors professeur d’art oratoire et explique comment s’exprimer pour bien se faire entendre et comprendre. “Je vais vous donner un vrai conseil : apprenez à respirer. Le silence souligne le dernier mot que vous venez de prononcer et surtout… il est prélude au prochain. Il suscite la curiosité et le sentiment que vous maîtrisez votre propos.”

S’ensuivent des échanges passionnés entre les élèves et le maître, sur le mélange des corps de la magistrature et du barreau ; l’apparition du numérique dans l’appareil juridique ou encore l'impartialité entre Justice et politique.  
À la main qui se lève dans l’auditoire pour poser l’ultime question de cette séance, il précise avec humour : “j’attends une dernière question pertinente, concise, ciselée, en un mot d’excellence”. Vaste programme, à l’image du parcours qui s’ouvre à nos étudiantes et étudiants de l’École de droit en cette nouvelle année.

L'équipe éditoriale de Sciences Po

Abonnez-vous à nos newsletters !

En savoir plus : 

Rapport de recherche sur

Rapport de recherche sur "La France, le Rwanda et le génocide des tutsi", entretien avec Vincent Duclert

Vincent Duclert, historien, ancien directeur du Centre Raymond Aron (CESPRA, EHESS-CNRS) dont il est membre titulaire, enseigne pour la Formation commune de Sciences Po, depuis 2016, un cours d’histoire globale des génocides et des processus génocidaires. Le 26 mars 2021, la Commission de recherche qu’il a présidée sur les archives françaises relatives au Rwanda et au génocide des Tutsi a remis son rapport au président de la République.

Lire la suite
Être procureur au XXIème siècle : rencontre avec François Molins et Cyrus Vance

Être procureur au XXIème siècle : rencontre avec François Molins et Cyrus Vance

Lors de leur conférence donnée à l’École de droit de Sciences Po, le procureur général près la Cour de cassation de Paris, François Molins, et le procureur du comté de New York, Cyrus Vance, se sont accordés sur un constat : être procureur au XXIème siècle ressemble peu à ce à quoi la fonction ressemblait il y a quarante ans. Happés par un monde tourné vers la technologie et opérant dans l’époque post-9/11, ces deux hommes ont souligné l’impact qu’a eu la cybercriminalité en premier lieu, et le terrorisme en second lieu, sur leurs parcours et leurs manières d’évoluer dans le métier.

Lire la suite
Un après-midi autour de Samuel Paty : ses ambitions  par Marc Lazar et Benoit Falaize

Un après-midi autour de Samuel Paty : ses ambitions par Marc Lazar et Benoit Falaize

Le 20 octobre prochain le Centre d’histoire et le séminaire sur l’enseignement scolaire de l’histoire organisent une demie journée de réflexion en hommage à Samuel Paty. Découvrez nos échanges avec Marc Lazar, directeur du Centre d’histoire de Sciences Po (CHSP) et Benoit Falaize, inspecteur général et chercheur-correspondant du Centre d’histoire de Sciences Po, modérateur de ce moment clef de libre expression.

Lire la suite
Horizon 2024 : les Jeux en débat

Horizon 2024 : les Jeux en débat

À un peu plus de 1 000 jours de l’ouverture des Jeux Olympiques et Paralympiques d’été qui se tiendront en France en 2024, le Certificat pour sportifs de haut niveau et l’École urbaine de Sciences Po ont lancé le 12 octobre un cycle de conférences dédié à cette olympiade française et à son héritage. Sur trois années, ce cycle ouvert à un large public proposera des analyses et des débats autour du sport, des multiples impacts sociétaux des Jeux et des transformations urbaines qui y sont associées.Objet inconnu

Lire la suite