Engagée pour les océans

À l’occasion de la Semaine des Océans à Sciences Po, nous avons rencontré Ève Isambourg, étudiante en 3ème année du Collège universitaire et activiste pour la protection des océans. Après deux ans sur les bancs du campus de Paris, Ève a consacré sa troisième année à l’étranger à mobiliser les esprits sur les questions océaniques autour du monde. Dernière étape de sa mission et non des moindres : une conférence devant l’ONU à New York.

Des bancs de Sciences Po à l’ONU 

“Si quelqu’un m’avait dit, “Ève, cet été tu parleras à l’ONU pour défendre l’Océan”, je ne l’aurais jamais cru, raconte Ève Isambourg, étudiante au Collège universitaire. Mais, il se trouve que les chemins les plus inattendus s’ouvrent à ceux qui se battent pour faire avancer les choses, et alors les rencontres se multiplient, les opportunités se présentent, les projets naissent et le cercle vertueux est engagé.” Il y a quelques mois, Ève Isambourg était encore une étudiante en 2ème année qui passait ses examens en gouvernance environnementale et enjeux océaniques. Elle décide alors en mai dernier de transformer sa 3ème année à l’étranger - un passage obligé dans la formation à Sciences Po - en mission pour la planète. C’est en soutien à la journée internationale de l’Océan le 8 juin 2018, qu’elle lance le mouvement #IspeakBlueToo, qui va mobiliser des milliers de personnes sur les réseaux sociaux.

Le mouvement #IspeakBlueToo s’est depuis mué en une communauté d’acteurs engagés pour la protection de la planète bleue et de ses océans. “Quand on nous prédit qu’en 2050, il y aura plus de plastique que de poissons dans les océans, oui, cela m’inquiète. Mais, par dessus tout, cela me donne envie de m’engager et d’agir!”, explique Ève. D’origine française, Ève a grandi à l’Île Maurice, et c’est chez elle qu’elle décide d’effectuer son premier stage de troisième année, auprès de l’antenne locale Let’s Do It Foundation, puis comme responsable communication et relations publiques du WorldCleanUpDay 2018, qui s’est tenu le 15 septembre dernier. Cet événement a pris une ampleur internationale : plus de 17 millions de personnes, gants et sacs à la main, se sont unies pour nettoyer la planète. À Maurice, plus de 8000 personnes s’étaient rassemblées sur 70 lieux de nettoyage, une première pour cette petite île de l’Océan indien !

C’est au même moment qu’Ève reçoit un coup de fil lui annonçant qu’elle est sélectionnée pour devenir “Jeune Ambassadrice Océan & Climat” par l'ONG Peace Boat.

“Après quelques recherches sur internet, j’ai rapidement compris que cette opportunité unique était à saisir! raconte la jeune femme. J’ai la chance d’avoir une famille et des parents qui me soutiennent dans mes projets et croient en moi. Quelques jours plus tard, je décollais pour Stockholm!”

À bord du navire Peace Boat, qui fait le tour du monde en trois mois et demi avec 1000 passagers, sept jeunes ambassadeurs choisis par l'ONG et issus des îles du Pacifique, de l’Océan Indien et des Caraïbes, embarquent pour faire bouger les lignes. Au programme : traversée de l’Atlantique, de Stockholm à New York, via Copenhague, Bergen, Reykjavik et Halifax ! Les jeunes ambassadeurs ont plusieurs missions pour ce voyage : “sessions à huis clos” sur divers sujets (réchauffement, blanchiment du corail, extinction de la biodiversité, géostratégie des mers, pollution plastique …), présentations et conférences pour les passagers du bateau. Tout au long du trajet, les volontaires organisaient dans les différents ports des réunions avec les acteurs locaux, aussi bien publics que privés, engagés dans le combat pour un environnement sain et un océan propre et préservé.

“Une expérience aussi riche humainement, qu’intellectuellement. Sans connexion internet pendant 3 semaines, j’ai aimé vivre l’instant, apprendre, encore et encore, partager, rencontrer, découvrir, être émerveillée, inspirée … Ce voyage m’a ouvert les yeux, j’ai rencontré des dizaines de belles personnes, positives et engagées ! Je suis extrêmement reconnaissante", témoigne Ève Isambourg. 

En accostant à leur port d’arrivée à New York, direction l’ONU pour intervenir au High-Level Political Forum et y faire entendre leur voix, comme une invitation urgente à l’unité et à l’action.  

En savoir plus et s'engager

Abonnez-vous à nos newsletters !

Générations Erasmus

Générations Erasmus

Au sein de Sciences Po, l’association “Jeunes Européens” est mobilisée depuis plusieurs mois pour susciter l’intérêt sur les questions européennes et encourager les étudiants à aller voter. Europhiles, certes, mais pas non plus dénués de sens critique sur les blocages européens, ces étudiants attendent avec une pointe d’anxiété les résultats du 26 mai qui pourraient changer la couleur politique de l’Union. Entretien avec Maria Popczyk, présidente des Jeunes Européens - Sciences Po. 

Lire la suite
Pour qui voter aux européennes ?

Pour qui voter aux européennes ?

Déjà menacées par une abstention record, les élections européennes du 26 mai laissent beaucoup d’électeurs perplexes face aux 34 listes et à la complexité des enjeux. Après le succès de La Boussole présidentielle® en 2017, le Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof), en partenariat avec 20 Minutes et Ouest France, réédite son outil d’aide à la décision avant le scrutin. Explications par Thomas Vitiello, chercheur associé au Cevipof et directeur scientifique de La Boussole européenne®.

Lire la suite
Charisme politique : comment incarner l’Union ?

Charisme politique : comment incarner l’Union ?

Dans ses travaux sur l’État et la bureaucratie modernes de 1921, l’universitaire Max Weber distingue trois sources de légitimité politique : son caractère traditionnel, bureaucratique ou charismatique. Dès ses origines, l’Union européenne a fondé sa légitimité sur la nature rationnelle de son administration bureaucratique (1). Face à la critique du déficit démocratique, l’Union européenne s’est parfois dotée de leaders charismatiques qui ont cherché à incarner l’Europe ; mais cet effort s’est souvent heurté aux réticences des États membres, soucieux de préserver leur leadership dans la construction européenne.

Lire la suite
Ces nationalistes attachés à l'Europe

Ces nationalistes attachés à l'Europe

Par Sylvain Kahn (Centre d'histoire). Ceux que l’on appelle les nationalistes défendent leur nation comme étant un principe sensé qui régit tout. La plupart d’entre eux ne semblent pas être opposés à une construction européenne. Cependant, la nuance est de mise : les nationalistes ne sont pas non plus pour un approfondissement de cette construction.

Lire la suite
Candidats en 1ère année : 5 idées reçues sur les oraux

Candidats en 1ère année : 5 idées reçues sur les oraux

En train de préparer les oraux d'admission à Sciences Po ? La deuxième quinzaine du mois de mai 2019, tous les candidats admissibles au Collège universitaire (1er cycle) de Sciences Po sont invités à un entretien. Une épreuve parfois stressante qui génère son lot d’idées reçues : voici quelques conseils pour se débarrasser des clichés et aborder ce dernier round avec le maximum de sérénité.

Lire la suite
Climat : est-il déjà trop tard ?

Climat : est-il déjà trop tard ?

On parle sans cesse du changement climatique mais comment joindre les actes à la parole ? Sébastien Treyer directeur général de l’Institut du développement durable et des relations internationales, l’IDDRI, explique le rôle de chacun dans la bataille pour sauver la planète. 

Lire la suite
Que reste-t-il des internationales ouvrières ?

Que reste-t-il des internationales ouvrières ?

Qui se souvient que les syndicats ouvriers furent longtemps organisés à l’échelle internationale et ce, bien avant les mondes de l’entreprise ou de la finance ? Dans son ouvrage La Lutte et l’Entraide. L’âge des solidarités ouvrières, l’historien Nicolas Delalande revient sur les “internationales”, ces mouvements ouvriers solidaires et transnationaux qui furent incontournables pendant près d’un siècle, avant de connaître une lente érosion au tournant des années 70.

Lire la suite
Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Suite à l’annonce de Frédéric Mion, en mars 2019, Sciences Po s’engage pour le climat à travers un ensemble d’initiatives éco-responsables regroupées sous le programme “Climate Action: Make it Work”. Grâce à une nouvelle plateforme collaborative, “Climate Action: Make it Work”, les différentes communautés de Sciences Po sont invitées à devenir des acteurs engagés pour mener la transition écologique via une série de consultations en ligne.

Lire la suite
Voyager autrement avec Stop & Go

Voyager autrement avec Stop & Go

Stop & Go est une association étudiante de Sciences Po qui vise à remettre au goût du jour la pratique de l’auto-stop. Voyages, week-ends ou festival en stop : autant d’ activités ludiques et festives qui portent un message écologique. Rencontre avec la présidente de Stop & Go, Apolline Tarbé de Saint-Hardouin. 

Lire la suite
" Entre jazz et Moyen-Orient "

" Entre jazz et Moyen-Orient "

Chanter en arabe, en farsi, en hébreu ou en persan. Rencontrer un célèbre joueur de oud ou apprendre à en jouer. Explorer la musique sous un angle anthropologique, technique, vocal. Le cours "Chant, écriture plurilingue et anthropologie de la musique" enseigné par Cécile Jarnot sur le campus de Menton, c'est tout cela à la fois et c'est bien plus qu'un cours de chant. Ou comment aborder les textes et cultures du Proche et du Moyen-Orient d'une manière résolument différente.

Lire la suite