"Emouna est une extraordinaire expérience !"

Ce mercredi 3 juillet, Sciences Po certifie la seconde promotion d’Emouna. Qu’est-ce que Emouna ? Une formation unique, née du souhait de plusieurs ministres du culte, - prêtre, imam, rabbin… -, de favoriser le dialogue entre religions, tout en s’interrogeant sur leurs places respectives au sein de la culture française. Deux années à peine après sa création, Emouna compte déjà une soixantaine de certifiés. Pauline Bebe, membre cofondateur* du programme, revient sur les moments forts de cette formation.

C’est sous le toit en chaume de la Grande Pagode du Bois de Vincennes que la dernière journée de cours de la formation Emouna - l’Amphi des Religions s’est déroulée. Après avoir longé le lac du Bois de Vincennes, et foulé les petits chemins bordés d’herbes folles, ils se sont retrouvés devant ce bâtiment aux inspirations africaines datant de l’exposition universelle de 1931. A côté d’une statue du Bouddha imposante, qui reflétait dans ses dorures la lumière du soleil levant, un groupe improbable écoutait religieusement Frédéric Dieu, conseiller d’État, lui parler des nuances de la loi française concernant les Ministres du Culte. Le culte y était bien défini mais pas le Ministre du Culte. La subtilité des décisions juridiques se déroulait comme une dentelle de finesse, ponctué des sourires du juge passionné par son sujet.

« Religieusement », en réalité pas tant que cela, les questions fusaient de toute part sur les notions qui faisaient le quotidien de l’auditoire : loi 1901, loi 1905, du principe de non-ingérence à l’ordonnance de l’État de respecter la hiérarchie religieuse, de la menace à l’ordre public à l’impossibilité de tenir des réunions politiques dans les lieux cultuels, du secret professionnel et de ses limites exceptionnelles jusqu’au concept d’un « toit juridiquement détachable ». Humour, loi et religion font bon ménage !

Sur les visages lumineux des participants se lisait la passion du moment mêlée de l’ombre d’une tristesse de savoir que le soir ils se quitteraient et que cet apprentissage prendrait fin, après 18 journées passées ensemble. Dix-huit journées où imams, moines bouddhistes, pasteurs, prêtres, rabbins, et représentants de la société civile ont pu, grâce à ce programme inédit, tisser des liens forts qui, ont-ils dit, ont changé leur vie.

C’est en septembre 2016 que Sciences Po et son directeur Frédéric Mion avaient répondu oui à la demande d’un petit groupe multiconfessionnel composé d’un prêtre catholique, deux imams, un pasteur, deux rabbins, un moine bouddhiste, un prêtre orthodoxe, et présidé par Frédéric Puigserver, enseignant à Sciences Po. Un oui courageux d’ouvrir ses portes à des étudiants pas comme les autres qui demandaient à croiser les points de vue universitaires et religieux pour vivre une laïcité ouverte à toutes ses diversités et aborder des sujets qui les concernent tous.

Deux ans plus tard, ils recueillaient avec satisfaction les témoignages reconnaissants de la soixantaine d’élèves qui avaient déjà suivi cette formation dorénavant soutenue par le Ministère de l’Intérieur, toutes les grandes institutions religieuses du pays et saluée par le Pape. Convaincus d’avoir partagé des moments de complicité exceptionnels en apprenant et en travaillant ensemble, ils étaient déterminés à vouloir porter le message au-delà de leur formation, auprès de leurs fidèles respectifs et des personnes qu’ils côtoyaient.

Il y avait Droupgyu, dont la voix chamanique et cristalline s’élevait comme des gouttes de rosée vers le ciel quand elle entonnait un chant tibétain. Il y avait Moktar, aumônier des hôpitaux qui accueillait ses frères et sœurs de toutes les confessions avec un sourire chaleureux et revivait l’Andalousie du Moyen-âge ; Anne-Sophie, pasteur et aumônier des aéroports qui avait aimé la journée art et religion passée au Centre Pompidou, cette balade au milieu des œuvres d’art quand le ciel déchargeait ses flocons blancs sur les toits de Paris. Il y avait David dont la mission était d’accompagner spirituellement les gens du voyage et de régler des conflits, qui s’était confié sur l’art de la médiation. Il y avait Sévim dont la voix douce exprimait la sagesse et qui dans un tableau de Matisse d’un chat jouant avec un poisson, avait vu la capacité d’échapper à son destin et d’exprimer son libre-arbitre. Il y avait Catherine, journaliste qui lançait une émission sur la République et la foi, Nissim rabbin en noir et blanc qui citait Alfred de Vigny et les philosophes en les mêlant aux accents talmudiques, Pierre, prêtre orthodoxe qui nous avait fait visiter la Métropole grecque et admirer ses peintures. Chaque journée avait été l’occasion d’aller dans le lieu de l’autre, de le comprendre et d’apprendre, de confronter les croyances et les pratiques, de s’ouvrir avec bienveillance à la différence.

Les étudiants habituels de Sciences Po, pressés par leurs pas, avaient-ils remarqué la statue de Moïse impassible qui les regardait passer rue Saint-Guillaume ? Michel-Ange lui avait fait des cornes à cause d’une erreur de traduction : keren en hébreu, signifiait le rayon de lumière. Un Moïse qui aurait pu leur faire un clin d’œil parce qu’il savait que partout où politique et religion se trouvaient, il y avait aussi de l’humain et la nécessité de construire ensemble une éthique universelle aux multiples facettes et que si les universités tournaient le dos aux religions, elles pouvaient contribuer à leur radicalisation.

Sciences Po a su relever le défi du XXIème siècle. Aujourd’hui le programme Emouna - l’Amphi des Religions se développe dans trois pays d’Europe, l’Italie, la Belgique et les Pays-Bas et, selon l’Ambassadeur chargé des affaires religieuses au Quai d’Orsay, d’autres encore sont intéressés par l’exemple français. Il est temps de réconcilier les religions entre elles d’une part, les différentes tendances de chaque religion d’autre part, et enfin les universités et les religions dans une laïcité qui favorise un dialogue entre tous.

Emouna, Amana et Amen signifient en hébreu, en arabe et en latin la confiance, la loyauté, le pilier sur lequel nos sociétés doivent s’appuyer pour grandir. Alors si Moïse, Jésus, Marie, Mohammed, Fatima, Bouddha, Descartes, Victor Hugo et Einstein se rencontraient aujourd’hui, sans doute s’inscriraient-ils au programme Emouna - l’Amphi des Religions, pour apprendre à se connaître et se comprendre, accepter ceux qui croient et ne croient pas pour autant qu’ils apprennent à se regarder et se respecter dans la grande cour d’une université au sein d’une République laïque.

Les inscriptions pour la rentrée 2018-2019 d’Emouna sont ouvertes.

*Collège des fondateurs : Emmanuel Adamakis, métropolite de France, président de l’Assemblée des évêques orthodoxes de France ; Mohammed Azizi, imam, aumônier régional des hôpitaux d’Ile-de-France ; Pauline Bebe, rabbin de la Communauté juive libérale, Île-de-France ; Corinne Lanoir, doyenne de l’Institut protestant de théologie, Paris ; Moché Lewin, rabbin, conseiller spécial du Grand rabbin de France, directeur exécutif de la Conférence des rabbins européens ; Nicolas Péjout, directeur de Sciences Po Executive Education ;  Frédéric Puigserver, enseignant à Sciences Po, président du collège ; Boubker Sabri, imam de la Mosquée As-Salam - Argenteuil ; Thierry Vernet, prêtre, directeur du département Judaïsme et Christianisme au Collège des Bernardins ; Olivier Wang-Genh, moine Zen Soto, président de l’Union bouddhiste de France.

Ce projet bénéficie du soutien du ministère de l’Intérieur, de la Fondation Notre Dame, de la Fondation Caritas France, de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah, de la Fondation de l’Islam de France, de la Fondation Maayan, de la Fédération Protestante de France, de la Métropole Grecque Orthodoxe de France, de l’Union Bouddhiste de France, du Sciences Po Alumni UK Charity Trust, ainsi que des nombreux particuliers qui soutiennent ce projet au travers d’un don individuel.

En savoir plus

Le programme du certificat Emouna

Abonnez-vous à notre newsletter

Nouveau Mooc : entreprendre dans le milieu culturel

Nouveau Mooc : entreprendre dans le milieu culturel

Le Mooc « Entreprendre dans les industries culturelles à l’ère du numérique »  conçu par l’École d’affaires publiques de Sciences Po avec le ministère de la Culture s’adresse à tous ceux qui souhaitent se lancer dans l’entrepreneuriat culturel contemporain : étudiants, jeunes diplômés, entrepreneurs, professionnels de la culture, etc.

Lire la suite
Paroles d'étudiants

Paroles d'étudiants

Pourquoi ont-ils choisi Sciences Po ? Quelles sont leurs premières impressions ? À l'occasion des rentrées du Collège universitaire sur nos 7 campus, paroles de nouveaux étudiants.

Lire la suite
La ritournelle des emplois non pourvus

La ritournelle des emplois non pourvus

Par Hadrien Clouet (CSO). Dimanche 16 septembre, interpellé par un horticulteur sans emploi, le président de la République Emmanuel Macron lui a répondu « je traverse la rue, je vous trouve un emploi ». Cette phrase relance un vieux mythe : les chômeurs sont responsables de leur propre chômage, car ils accompliraient trop peu d’efforts pour retrouver un emploi.

Lire la suite
Choix scolaires : une « orientation heureuse » est-elle possible ?

Choix scolaires : une « orientation heureuse » est-elle possible ?

Par Marie Duru-Bellat (OSC). Depuis qu’il existe un dispositif d’orientation institutionnalisé, répartissant les jeunes entre les filières scolaires, puis vers des métiers, on n’a de cesse de dénoncer les difficultés et la cruauté de ce système. Mais peut-il y avoir, dans la société telle qu’elle est, une « orientation heureuse » ?

Lire la suite
“On assiste à une capture du politique par les intérêts privés”

“On assiste à une capture du politique par les intérêts privés”

La démocratie est-elle capturée par le poids de l’argent privé ? Financement des partis et des campagnes électorales, dons aux fondations ou achats de médias, les outils à disposition pour tenter d’influencer les termes du débat public ne manquent pas.  Après avoir réfléchi à la question de l’indépendance des médias, Julia Cagé, chercheuse à Sciences Po, appelle dans son dernier ouvrage - le Prix de la démocratie (éd. Fayard) - à une réforme radicale du financement des partis et des élections. Entretien.

Lire la suite
Une semaine dans la Silicon Valley

Une semaine dans la Silicon Valley

Afin de sensibiliser les étudiants aux révolutions du digital, le Centre pour l’entrepreneuriat de Sciences Po a proposé à quinze d’entre eux de découvrir la Silicon Valley à la rencontre des acteurs du numérique : Facebook, Google, Airbnb... Yaël, en master recherche de théorie politique à l’École doctorale de Sciences Po, et Thomas, étudiant ingénieur à l'École polytechnique, faisaient partie de ce road trip original d’apprentissage par l’immersion. Machine learning, blockchain, data sciences… Ils nous expliquent tout.

Lire la suite

"Faire l'Europe dans un monde de brutes"

Pour sa rentrée solennelle, L'École des affaires internationales (PSIA) recevait mercredi 5 septembre 2018 Nathalie Loiseau, ministre des Affaires européennes, qui s’est livré à un ardent plaidoyer pour l’avenir de l’Europe avant d’échanger avec les étudiants.

Lire la suite
Sur les planches avec Rhinocéros

Sur les planches avec Rhinocéros

Créée en 2008, Rhinocéros est une association de théâtre qui réunit des passionnés d’art dramatique. Chaque année, l'association organise son festival de théâtre Festiféros. Découvrez les réalisations de la troupe !

Lire la suite
Après Nicolas Hulot, François de Rugy et les dilemmes de l’écologie politique

Après Nicolas Hulot, François de Rugy et les dilemmes de l’écologie politique

Par Daniel Boy (Cevipof) - Si elle ne change pas de façon radicale la difficulté de l'écologie à réussir en politique, la nomination au poste de ministre de la Transition écologique de François de Rugy en remplacement de Nicolas Hulot présente certains atouts pour la désignation à ce poste délicat. Celui-ci satisfait tout d'abord clairement à la condition de compétence et de sérieux sur les enjeux environnementaux. Il est aussi reconnu du monde de l'écologie politique comme un homme qui a milité sur le terrain et su gravir avec habileté les échelons classiques de la carrière politique. Mais il serait évidemment vain de croire que ces qualités lui vaudront le soutien des associations environnementales ou du parti des Verts.

Lire la suite
L’espionne qui venait de Sciences Po

L’espionne qui venait de Sciences Po

Jeannie de Clarens, née Rousseau, première de sa promotion en juillet 1940, entame au sortir de la rue Saint-Guillaume une carrière d’espionne-interprète exceptionnelle. À 23 ans, elle a offert aux Alliés un des renseignements les plus précieux de la Deuxième Guerre Mondiale. Une véritable héroïne de “l’armée des ombres”, à qui Sciences Po rend aujourd’hui hommage en baptisant un des ses amphithéâtres à son nom.

Lire la suite