L'amphithéâtre Caquot portera le nom de Simone Veil

Deux héroïnes donnent leur nom à des amphithéâtres de Sciences Po

Les étudiants auront bientôt cours en amphithéâtre Simone Veil ou Jeannie de Clarens : pour la première fois, Sciences Po donne le nom de deux femmes à des amphithéâtres. Un hommage à deux diplômées au parcours exceptionnel, et un symbole choisi par l’institution pour célébrer la journée internationale des droits des femmes, aux côtés de ses nombreux engagements en faveur de l’égalité femmes-hommes.

Lire le communiqué de presse du 8 mars (pdf, 90 ko)

Simone Veil (1927-2017), figure politique majeure et icône de la lutte pour les droits des femmes

Au 28, rue des Saints-Pères, l’amphithéâtre Caquot portera désormais le nom de Simone Veil, l’une des plus illustres diplômées de Sciences Po décédée en juin 2017. Elle y entre à 18 ans, en octobre 1945, moins de six mois après son retour des camps de concentration en Allemagne, où sont morts presque tous les membres de sa famille. Elle vit trois années d’études “heureuses et fortes” dans la section Service Public, une des plus masculines dans une institution qui ne compte alors que 20% de femmes. Elle obtient son diplôme en 1948, à 21 ans, bien décidée à entrer dans la vie professionnelle une fois que son mari - Antoine Veil, rencontré à Sciences Po - aura terminé l’ENA. C’est ce qu’elle fera : reçue au concours de la magistrature en 1956, elle devient secrétaire générale du Conseil supérieur de la magistrature en 1970, puis ministre de la Santé en 1974. Elle fait adopter la même année la loi dépénalisant le recours à l’avortement, devenant une icône de la lutte des femmes pour leurs droits. Première présidente du Parlement européen (1979 - 1982) Simone Veil est également une figure politique majeure de la construction européenne. Élue à l’Académie française en 2008, elle est décédée en juin 2017 et fera son entrée au Panthéon en juillet 2018.

> Lire le portrait complet sur www.sciencespo.fr

 

Jeannie de Clarens (1919-2017), l’espionne-interprète, héroïne de la Résistance

Née en 1919, Jeannie Rousseau, fille de diplomate brillante et polyglotte, étudie à Sciences Po de 1937 à 1940 en section Finances Privées et en sort première de sa promotion. À Dinard où sa famille s’installe après la débâcle, sa maîtrise de l’allemand lui ouvre une carrière d’interprète qui fera d’elle l’une des espionnes les plus talentueuses (et méconnues) de la Seconde Guerre mondiale. En Bretagne, puis à Paris où elle est de retour en 1941, elle transmet les informations récoltées auprès des autorités allemandes grâce à son habile travail de traductrice, et se fait recruter en 1942 au service du réseau Alliance de la Résistance. Sous le nom de code “Amniarix”, elle signe l’un des plus grands exploits du réseau : ce sont ses renseignements qui permettent aux Britanniques de retarder la mise au point des bombes volantes allemandes V1 et V2. Arrêtée une première fois à Rennes en janvier 1941 puis relâchée, elle poursuit ses missions de renseignement à Paris avant d’être arrêtée une seconde fois  en avril 1944 et déportée à Ravensbrück où elle se distingue par des actes de rébellion et dont elle est rapatriée un an après en avril 1945. Après la guerre, elle épouse Henri de Clarens et poursuit une carrière de traductrice pour des organisations internationales, témoignant à de rares occasions sur son passé. Elle est titulaire de la Médaille de la Résistance et de la Croix de Guerre, et avait été élevée au rang de Grand officier de la Légion d’honneur en 2009. Elle est décédée à 98 ans le 23 août 2017.

> Lire son portrait dans le New York Times (eng.)

Les actions de Sciences Po pour l’égalité femmes-hommes

Nommée parmi les 10 “champions universitaires” du programme de l’ONU HeForShe, Sciences Po s’engage pour faire avancer l’égalité entre les femmes et les hommes à travers de nombreuses actions : ateliers professionnels pour prévenir les inégalités et combattre le sexisme, recommandations pour les enseignants, journée de la parentalité le 28 mars 2018, actions de sensibilisation par les clubs étudiants, etc. Retrouvez tous nos engagements.

L’agenda du mois de l’égalité femmes-hommes :

  • 5 - 29 mars - Cycle d’ateliers carrières dédiées à l’égalité professionnelle et aux femmes entrepreneures  
  • 5 - 9 mars - Queer Week, Campus de Poitiers, organisé par l’association Volar
  • 14 mars - Le Paris d’une égalité à haut niveau, Amphi Boutmy, 19h - 21h, organisé par l’Association sportive de Sciences Po
  • 16 mars - Self Defence Workshop organisé par l’Association sportive de Reims et la Feminist Society, campus de Reims
  • 17 mars - Fédération des mouvements étudiants HeForShe, Sciences Po
  • 28 mars - Sciences Mômes, la journée parents-enfants de Sciences Po
  • 3 au 7 avril - Afriqu'elles, l’Afrique faite femme. Semaine africaine de Sciences Po
  • 4-6 avril - Gender Equality Week, campus de Reims

Abonnez-vous à nos newsletters !

"montrer la révolution entrepreneuriale au féminin"

Diplômée du master en communication de Sciences Po, Nora Poggi est la réalisatrice du film documentaire « She Started It ». Projeté plus de 300 fois, entre autres aux universités de Harvard, de Columbia, de Yale… mais aussi à la Banque Mondiale, à Disney, ou encore chez Google et dans de nombreux festivals, ce film suit le parcours de cinq jeunes femmes qui ont lancé leur start-up dans la Silicon Valley. Interview avec la réalisatrice à l’occasion d’une conférence à Sciences Po.

Lire la suite
un nouveau master en marketing et luxe

un nouveau master en marketing et luxe

À la rentrée 2019, l’Ecole du management et de l’innovation ouvre un nouveau master intitulé « Master Marketing : New Luxury & Art de Vivre ». Entièrement en anglais, il a pour vocation d’accueillir 25 étudiants français et internationaux. Les participants auront des parcours très divers. Des connaissances préalables en marketing ne sont pas nécessaires.

Lire la suite
Réussissez le Bac avec Sciences Po !

Réussissez le Bac avec Sciences Po !

Vous révisez le Bac ? Sciences Po vous accompagne dans la dernière ligne droite avec ses tutoriels en vidéo. Dans “Sciences Po passe le Bac”, nos profs planchent sur un sujet et donnent leurs conseils pour le traiter. Dans nos fiches méthodo, on vous explique comment éviter le hors-sujet, lire une carte ou encore travailler en temps limité. De quoi se préparer aux épreuves en toute sérénité.

Lire la suite
« Le campus s'inscrit dans notre vision du grand paris »

« Le campus s'inscrit dans notre vision du grand paris »

Adjoint à la mairie de Paris, chargé de l’urbanisme, de l’architecture, des projets du Grand Paris, du développement économique et de l’attractivité, Jean-Louis Missika a suivi le projet du campus de l’Artillerie depuis ses prémisses. Il raconte comment la Ville de Paris s’est impliquée dans le dossier. L’enjeu ? Le déploiement, au cœur de l’espace urbain, d’un campus symbolisant le rôle prépondérant que les établissements universitaires sont appelés à jouer dans la métropole de demain.

Lire la suite
Mieux prévenir la criminalité

Mieux prévenir la criminalité

Comment prévenir la criminalité ? L’incarcération permet-elle de réduire durablement la récidive ? Roberto Galbiati, chercheur à Sciences Po, se penche sur “l’économie du crime”. Il propose d’ouvrir la boîte noire des politiques d’incarcération et de lutte contre la récidive en France, en Italie et aux États-Unis. Il présentera les enseignements de ses travaux le 4 juillet prochain lors d’un colloque co-organisé par le Laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques de Sciences Po, en partenariat avec France Stratégie.

Lire la suite
La cogestion

La cogestion

En mai et juin, Sciences Po dévoile des documents et archives inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages vidéos… L’ambition de cette série d’articles est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Septième épisode de “Ça s’est passé…” : le 17 juin 1968, le statut de cogestion, élaboré par le comité paritaire des études, est voté par les étudiants. Il sert de matrice à la réforme des statuts de l’IEP de janvier 1969.

Lire la suite
Core : un autre enseignement de l'économie est possible

Core : un autre enseignement de l'économie est possible

Enseigner l’économie comme si les 30 dernières années avaient vraiment eu lieu. Et (re)donner le goût pour cette discipline aux étudiants. Telles sont les ambitions de CORE, un nouveau cours et son manuel élaborés par des professeurs d’économie du monde entier, parmi lesquels Yann Algan à Sciences Po. Objectif de ce cours : montrer que l’économie, jugée souvent trop abstraite et théorique, peut contribuer à résoudre les problèmes et les crises du monde réel.

Lire la suite
Le mai des professeurs et des chercheurs

Le mai des professeurs et des chercheurs

En mai et juin, Sciences Po dévoile des documents inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages, archives… L’ambition de cette série d’articles est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Sixième épisode de “Ça s’est passé…”, le 8 juin 1968, les enseignants de Sciences Po se réunissent pour la seconde fois en Assemblée générale. Leur action, conjointe à celle des étudiants, contribue à révolutionner leur statut au sein de l’école.

Lire la suite
Le mai de l’administration

Le mai de l’administration

En mai et juin, Sciences Po dévoile, à travers une série d’articles, des documents inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages, archives… L’ambition est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Cinquième épisode de “Ça s’est passé…” : le 21 mai 1968, la direction, ayant pris acte de l’occupation de Sciences Po, cherche à composer avec le mouvement étudiant.

Lire la suite
L’attaque d’Occident

L’attaque d’Occident

En mai et juin, Sciences Po dévoile des documents inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages, archives… L’ambition de cette série d’articles est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Quatrième opus avec le seul moment violent des événements de mai 68 à Sciences Po : le 20 mai, un commando attaque l’école.

Lire la suite