Avec Bertrand Badie, un "espace mondial du savoir"

Mise à jour 27 mars 2020 : Pas de confinement pour les idées ! Grâce à la plateforme Coursera, il redevient possible de suivre le MOOC incontournable et plébiscité de Bertrand Badie, "Espace Mondial". Le temps des études est celui d'une vie. #KeepLearning

22 000 fans : plus qu’un concert de Beyoncé à Bercy. C’est le nombre d’internautes qui ont suivi le cours en ligne de Bertrand Badie, en 2014 et 2015. Depuis un village de Saintonge, Rabat, La Réunion ou Mexico, au bureau, ou en faisant le ménage, ces étudiants de tous les âges et du monde entier ont plébiscité cette première édition du MOOC “Espace mondial”. Bonne nouvelle pour les accros, l’aventure redémarre sur la plate-forme Coursera, avec une nouvelle version internationale, multilingue, et à la demande.

En janvier 2014, Bertrand Badie, professeur de relations internationales à Sciences Po, s’installait dans un amphi un peu particulier : pour la première fois, son cours d’Espace mondial s’ouvrait à tous, gratuitement et en libre accès sur la plate-forme France Université Numérique (FUN) . En deux éditions, son cours a fait le tour du monde et passionné 22 000 internautes âgés de 15 à 85 ans. Une expérience de démocratisation du savoir inégalée pour Sciences Po, qui a redémarré depuis le 3 juin dernier dans une version internationale sur la plate-forme américaine Coursera.

Délivrée en anglais et bientôt sous-titrée en arabe, mandarin, français, portugais et espagnol, cette nouvelle leçon d“Espace mondial” a désormais la possibilité de s’adresser à un public encore plus vaste que celui, déjà très divers, de la première édition. Près de 15% des internautes qui ont suivi la première version en français résidaient en effet à l’étranger.

  • À la carte et en 6 langues : une nouvelle version enrichie encore plus accessible

Mexique, Brésil, Maroc, Sénégal, Chili, Madagascar, Chine, États-Unis...mais aussi le Var, l’Aquitaine rurale, le village de Sausset-les-Pins et la Nouvelle-Calédonie : les commentaires enthousiastes des “étudiants” virtuels dessinent les contours d’une “communauté d’intérêt intellectuel” - selon l’expression d’un des élèves -  qui se joue de toutes les frontières. Même pour ceux qui ne parlent pas couramment le français : “Je suis philippine et mon niveau de français est assez bas, raconte une des internautes, mais grâce aux sous-titres et aux fiches je pouvais comprendre et améliorer mon français en plus de ma connaissance de l’Espace mondial !”.

Avec cette nouvelle version multilingue sur Coursera, ce MOOC se donne ainsi les moyens d’aller encore plus loin dans ce qu’un autre internaute appelle “l’espace mondial du savoir”, qui a également aboli les distinctions de classe, d’âge, ou de statut social. Les témoignages font ainsi entendre la voix d’un ancien agriculteur de 56 ans, d’une étudiante en Côte d’Ivoire, d’une psychologue, d’un ingénieur, d’une créatrice textile aussi bien que d’un retraité qui se réjouit de “retourner sur les bancs de l’école” qu’il a “quittée à 16 ans pour aller à l’usine.

  • Un cours déclaré “d’utilité publique” par 22 000 internautes

Je me sens enfin la capacité de mieux comprendre notre monde et ses mécanismes”. “Bertrand Badie m’a affûté le regard.” “Vos cours nous aident à garder une certaine distance vis-à-vis de l’actualité” : au-delà de leurs différences, ces profils partagent avec une immense jubilation intellectuelle leur “chance” d’avoir accès à ce “cours d’utilité publique”, “passionnant et addictif”, selon l’expression d’un élève.

Ces fans étaient déjà nombreux à réécouter le cours “la nuit, quand toute la maison dort”, “en faisant le ménage” ou “à l’aube avant d’aller au travail”. Pour les anciens et les nouveaux “addicts” d’Espace mondial, cette nouvelle version anglaise disponible sur Coursera promet encore plus de flexibilité.  Avec un format plus court “à la demande”, toutes les séances ouvrent en même temps : chacun peut circuler dans le cours à sa guise et selon sa disponibilité. Autre bonus de cette nouvelle saison : plus de 200 cartes, diagrammes et photos viennent à l’appui des 9 h de vidéos, ainsi que de très nombreux textes, QCM et forums de discussion.

Ce cours d’histoire-géo mêlé de philo, de droit, de sciences humaines est un vrai cours d’humanité, et je suis pour sa mondialisation immédiate” : le souhait de cet étudiant est désormais exaucé sur Coursera !

(Publié le 29 juin 2015)

En savoir plus

Jacques Chirac, un

Jacques Chirac, un "étudiant d'avenir"

Article initialement publié le 30 décembre 2019 - “Contre toute attente, je me plais très vite à Sciences Po”, raconte Jacques Chirac dans ses Mémoires. Soigneusement conservé dans les archives de Sciences Po, son dossier étudiant retrace la trajectoire de comète d’un jeune homme pressé que ni l’envie, ni son milieu ne prédisposait à aborder ce “nouveau monde”. Contre toute attente, ce n’est pas la passion pour la politique que l'ancien président de la République découvre et explore rue Saint-Guillaume, mais celle de “l’aventure”. Plongée dans le dossier d'un de nos plus illustres alumni disparu le 26 septembre 2019.

Lire la suite
Les livres à mettre dans vos valises

Les livres à mettre dans vos valises

Que lire en cet été si particulier ? Entre besoin d’évasion et envie de réflexion, la Librairie de Sciences Po vous propose sa sélection pour un été conscient, reposant, ou les deux à la fois. Faites de la place dans vos bagages !

Lire la suite
Le fact-checking est-il vraiment efficace ?

Le fact-checking est-il vraiment efficace ?

Par Manon Berriche (article initialement publié le 22 janvier 2020) - Le fact-checking ne date pas d’hier. Dès son lancement, en 1923, le magazine Time avait déjà recruté une équipe de fact-checkers. Leur rôle à l’époque : vérifier scrupuleusement toutes les informations avant qu’elles ne soient publiées. Mais à l’ère du numérique, l’essor des réseaux sociaux a entraîné un bouleversement du fonctionnement de l’espace public traditionnel.

Lire la suite
La duchesse de Galliera, première mécène de Sciences Po

La duchesse de Galliera, première mécène de Sciences Po

Par Emmanuel Dreyfus (promo 91) pour le Magazine Émile -- Si Sciences Po doit sa fondation à la volonté d’un homme, Émile Boutmy, l’École doit sa pérennité au don d’une femme, Maria Brignole-Sale, duchesse de Galliera. Le diplômé de la rue Saint-Guillaume connaît vaguement son nom et son profil sculpté, le Parisien sait que le musée de la mode s’appelle le palais Galliera. Et l’on n’en sait guère plus. Pourtant, la vie de la duchesse mérite d’être contée, même si faute de biographie publiée, on doit en glaner les éléments dans les notices en ligne et les dictionnaires.

Lire la suite
Les origines du populisme. Enquête sur une défiance politique et sociale

Les origines du populisme. Enquête sur une défiance politique et sociale

Des électeurs qui ne croient plus en rien et surtout pas en leurs institutions, qu’elle soient politiques ou autres. Une solitude prégnante liée à la société post-industrielle et à ses modes de travail et de vie. Voici le cocktail détonnant qui serait aux origines du populisme d’après quatre chercheurs. Après avoir mené un long travail d’enquête, ils livrent les résultats de leurs travaux - et des pistes de solutions -, dans “Les origines du populisme”, paru chez Seuil. 

Lire la suite
Suzanne Basdevant-Bastid, juriste d'exception

Suzanne Basdevant-Bastid, juriste d'exception

Par Maïna Marjany (promo 14) pour le magazine ÉmileLe parcours de Suzanne Basdevant-Bastid force l’admiration. Universitaire respectée, professeure attentive et dévouée, résistante et académicienne. Elle ne s’est pas contentée d’être une pionnière, mais a enchaîné les succès et les distinctions, toujours avec modestie.

Lire la suite
Vêtements durables, mode d'emploi

Vêtements durables, mode d'emploi

Étudiante en master Innovation & transformation numérique, Camille Gréco a rejoint l'École du management de Sciences Po après des études de mode à Londres. Passionnée par le secteur de la mode et du textile, mais soucieuse de le rendre plus durable et moins polluant, elle crée en 2017 CrushON, une plateforme en ligne qui rassemble l’offre de friperies. L'objectif : démocratiser l’achat de vêtements vintages, dans une optique de consommation écoresponsable. Explications.

Lire la suite
Res Communis : le droit au service de tous

Res Communis : le droit au service de tous

Droit de la famille, droit du travail, droit des étrangers, droit du logement : grâce à la Clinique de l’École de droit de Sciences Po, les étudiants mettent leurs connaissance au service des Maisons de Justice et du Droit (MJD) et des Points d’accès au droit (PAD), des lieux d'accueil permanent et gratuit qui soutiennent les personnes confrontées à des problèmes juridiques ou administratifs. Orienter, conseiller, expliquer, et trouver des solutions en temps réel font partie de leurs responsabilités, et enrichissent leur parcours. Témoignage. 

Lire la suite
Sciences Po et les femmes

Sciences Po et les femmes

Par l’historienne Marie Scot et la rédaction du magazine Émile Ni précurseure, ni en retard en la matière, l’École de la rue Saint-Guillaume a collé, en matière de féminisation, à l’évolution de la société française. Dans les années 2000, le nombre de femmes étudiantes a même dépassé celui des hommes ; les femmes représentent aujourd’hui 60 % des effectifs des étudiants de Sciences Po. Alors que les premières femmes étudiantes sont entrées à l’École libre des sciences politiques il y a tout juste un siècle, retour sur leur histoire au sein de l’établissement. 

Lire la suite
“Le vélo, c’est un levier de développement sobre”

“Le vélo, c’est un levier de développement sobre”

Diplômée de l’École urbaine, Camille Gaumont emploie aujourd’hui son énergie à élargir la place du vélo dans l’espace urbain gigantesque et dense de Plaine Commune, qui regroupe 9 villes au nord de Paris. Un moyen de concilier son expertise sur la ville, sa passion pour la bicyclette, et sa volonté d’agir concrètement pour la planète. Entretien.

Lire la suite