À l'écoute des campagnes

Fondée par des diplômés de l’Ecole urbaine, l’association La Traverse a pour mission d’accompagner les territoires ruraux dans leurs démarches de transition écologique et sociale. Pour étudier et diffuser les bonnes pratiques, cette association produit le podcast “Transitions en terrain connu”, qui met en valeur des stratégies territoriales ambitieuses. Elle a ainsi réalisé un “tour de France des territoires ruraux” dont elle vient de publier le bilan. À cette occasion, Alexia Beaujeux, une des fondatrices, témoigne. 

Comment ce projet est-il né ? 

Nous nous sommes tous rencontrés lorsque nous étions étudiants dans le Master Stratégies urbaines et territoriales (STU) de l’Ecole urbaine de Sciences Po. Pendant nos études, nous avons créé une association dont l’objectif était vaste : il s’agissait de repenser l’aménagement du territoire en fonction des enjeux énergétiques et climatiques et notamment de remettre en question le bien-fondé de la métropolisation, dont l’histoire s’explique par la disponibilité, aujourd’hui révolue, du pétrole à bas-coût. 

Nous avons pris goût à travailler ensemble, et assez vite nous avons voulu trouver notre place dans l’écosystème foisonnant des associations qui travaillent sur la structure écologique des territoires. Nous avons ensuite décidé de resserrer notre réflexion sur les territoires ruraux, parce que nous nous sommes rendu compte que ces derniers étaient a priori plus aptes à la résilience que les villes (même s’il reste du chemin à parcourir). Nous définissons la résilience par la capacité à faire face au changement climatique et aux enjeux énergétiques, notamment en se rendant moins dépendant du pétrole. Nous avons obtenu notre diplôme en juin 2019, et en septembre 2019, la Traverse était lancée. 

Qui est derrière La Traverse ? 

La Traverse est une association animée par huit diplômés du Master STU, dont trois personnes à temps plein : Maxime, Solène et moi. Ce qui est amusant, c’est qu’aucun de nous trois n’a vraiment grandi dans un milieu rural ! Aujourd’hui, nous sommes installés à Poitiers où nous partageons à la fois notre appartement et notre projet professionnel. 

Les cinq autres diplômés impliqués travaillent dans des domaines connexes et nous aident de façon ponctuelle. Il y a par exemple un chef de projet “sobriété énergétique” à Dunkerque, qui acquiert et partage des connaissances techniques précieuses. Nous aimerions que d’autres nous rejoignent, et d’autres aimeraient nous rejoindre : ce sera possible dès que l’association aura pris son rythme de croisière

Pourquoi créer un podcast ? 

Cette idée est née de notre partenariat avec l’Unadel (Union nationale des acteurs du développement local), un réseau qui oeuvre depuis plus de 30 ans pour la reconnaissance des “territoires de projets”. L’Unadel manquait d’informations sur les territoires ruraux. Nous nous sommes demandé comment produire cette information, et nous avons pensé à faire un podcast : relativement facile à réaliser, actuellement en plein essor, ce format nous permettait de capter l’attention sans avoir des moyens pharaoniques. L’expérience de Maxime, qui a animé une radio étudiante à Sciences Po, était aussi un atout. 

C’est ainsi que nous nous sommes lancés à la découverte des territoires ruraux et de leur stratégie de résilience. Et plus on avançait, plus on apprenait ! Les personnes investies dans le développement local ont parfois été surprises que de jeunes urbains, sans connaissance de l’agriculture, puissent s'intéresser aux territoires ruraux comme à des espaces d’avenir ; mais loin de voir cela comme un problème, ils s’en sont félicité. Idem lorsque nous sommes allés à la rencontre d’éleveurs alors que nous sommes tous les trois végétariens. En fait, être dans une posture de média permet de rencontrer des gens, d’apprendre, de partager

Comment réalisez-vous vos podcasts ? 

Toutes les deux semaines, nous partons à deux sur un “terrain”. Chaque podcast nous prend en général une semaine de travail (sans compter le temps de préparation et de thématisation qui précède l’arrivée sur un territoire). Nous sommes toujours hébergés gratuitement par nos interlocuteurs locaux, et nous nous déplaçons en train ou en auto-stop pour favoriser les rencontres (comme nous le faisions d’ailleurs à Sciences Po en tant que membres de l’association étudiante Stop & Go). Certains entretiens pour le podcast ont même été réalisés directement pendant nos trajets en voiture ! 

Généralement, nous programmons 6 à 8 entretiens avant notre arrivée, et d’autres se rajoutent au cours de notre séjour. Il s’agit toujours de portraits subjectifs, d’histoires personnelles racontées par nos interlocuteurs, quels qu’ils soient : agriculteurs, militants associatifs, commerçants… Nous essayons aussi de toujours voir un ou plusieurs élus, même s’ils ne sont pas systématiquement porteurs des dynamiques de transition. 

Loos-en-Gohelle, Coaraze, le Kochersberg... Qu’avez-vous appris en enquêtant sur ces territoires ? 

Nous nous sommes rendu compte qu’il était possible de classer les territoires par niveau de résilience : il y a, d’abord, les territoires où les acteurs de la transition foisonnent, mais où il n’y a pas de coordination. Ensuite, il y a des territoires sur lesquels la dynamique se structure, par exemple autour d’une AMAP, ou de la mise en commun de nouveaux modes de distribution ou de production d’énergie (par exemple l’achat collectif d’une éolienne). 

Il y a, enfin, des “projets de territoire” qui prennent toutes ces dimensions en compte : agriculture, alimentation, distribution, énergie… Dans ces cas-là, on note que l’implication des élus, et l’apport de financements institutionnels (par exemple de subventions), sont toujours présents. Ce qui revient à dire que la force bénévole ne suffit pas, notamment pour assurer la coordination entre les initiatives : là où il y a projet de territoire, il y a investissement public

Quels sont vos projets aujourd’hui ? Que souhaitez-vous développer ? 

Avec notre podcast, qui représente actuellement une part importante de notre activité, nous avons couvert 11 territoires et prévoyons d’en couvrir encore 5 ou 6. Nous recherchons aussi des territoires qui peuvent nous apprendre quelque chose sur une thématique identifiée comme, par exemple, le lien éventuel entre la résilience territoriale et l’accueil de migrants. Nous avons enfin réalisé un “tour de France des territoires ruraux”, dont nous venons de publier un bilan

À partir de la rentrée 2020, nous lancerons le deuxième pilier de notre activité : la “résidence rurale”, imaginée sur le modèle de la résidence d’artiste. Il s’agit en fait de proposer à des territoires de nous recevoir “en pointillé” (à peu près une semaine par mois pendant un an et demi) pour impulser des dynamiques de transition durables. Cela peut passer, par exemple, par la création d’une “commission résilience” mobilisant des élus, des porteurs de projets et des agents des collectivités. 

Cela peut aussi passer par l’organisation d’ateliers créatifs favorisant la “mise en récit”, c’est-à-dire le fait, pour les acteurs d’un territoires, d’apprendre à raconter leur propre histoire. C’est une leçon que nous avons tirée de Loos-en-Gohelle, ancienne ville minière sinistrée dont le maire est devenu une star en communiquant sur la transition “du noir au vert”. Pour que des personnes adhèrent aux changements proposés, il faut que ceux-ci leur paraissent cohérents avec leur présent mais aussi leur passé. 

Et le rôle de Sciences Po dans tout cela ? 

Sciences Po nous a doté de compétences qui nous servent au quotidien. Il y a, d’abord, la possibilité de comprendre ce qu’on appelle les “jeux d’acteurs” : le fonctionnement des échelons de l’Etat, l’activation des leviers politiques et financiers… Il y a, ensuite, la formation en sciences sociales, qui s’est révélée indispensable pour notre activité de podcast ! C’est par exemple dans nos cours de sociologie que nous avons appris à mener des entretiens “semi-directifs”, et à adopter la bonne posture lors de la réalisation de nos podcasts. Enfin - et cela est bien moins évident qu’il n’y paraît - il y a la capacité de synthèse, l’organisation, la rigueur… Savoir monter une structure, gérer un budget, organiser des événements : tout cela nous vient directement de la vie pédagogique et associative de Sciences Po ! 

L'équipe éditoriale de Sciences Po

Pour aller plus loin : 

 

Les livres à mettre dans vos valises

Les livres à mettre dans vos valises

Que lire en cet été si particulier ? Entre besoin d’évasion et envie de réflexion, la Librairie de Sciences Po vous propose sa sélection pour un été conscient, reposant, ou les deux à la fois. Faites de la place dans vos bagages !

Lire la suite
Le fact-checking est-il vraiment efficace ?

Le fact-checking est-il vraiment efficace ?

Par Manon Berriche (article initialement publié le 22 janvier 2020) - Le fact-checking ne date pas d’hier. Dès son lancement, en 1923, le magazine Time avait déjà recruté une équipe de fact-checkers. Leur rôle à l’époque : vérifier scrupuleusement toutes les informations avant qu’elles ne soient publiées. Mais à l’ère du numérique, l’essor des réseaux sociaux a entraîné un bouleversement du fonctionnement de l’espace public traditionnel.

Lire la suite
La duchesse de Galliera, première mécène de Sciences Po

La duchesse de Galliera, première mécène de Sciences Po

Par Emmanuel Dreyfus (promo 91) pour le Magazine Émile -- Si Sciences Po doit sa fondation à la volonté d’un homme, Émile Boutmy, l’École doit sa pérennité au don d’une femme, Maria Brignole-Sale, duchesse de Galliera. Le diplômé de la rue Saint-Guillaume connaît vaguement son nom et son profil sculpté, le Parisien sait que le musée de la mode s’appelle le palais Galliera. Et l’on n’en sait guère plus. Pourtant, la vie de la duchesse mérite d’être contée, même si faute de biographie publiée, on doit en glaner les éléments dans les notices en ligne et les dictionnaires.

Lire la suite
Les origines du populisme. Enquête sur une défiance politique et sociale

Les origines du populisme. Enquête sur une défiance politique et sociale

Des électeurs qui ne croient plus en rien et surtout pas en leurs institutions, qu’elle soient politiques ou autres. Une solitude prégnante liée à la société post-industrielle et à ses modes de travail et de vie. Voici le cocktail détonnant qui serait aux origines du populisme d’après quatre chercheurs. Après avoir mené un long travail d’enquête, ils livrent les résultats de leurs travaux - et des pistes de solutions -, dans “Les origines du populisme”, paru chez Seuil. 

Lire la suite
Suzanne Basdevant-Bastid, juriste d'exception

Suzanne Basdevant-Bastid, juriste d'exception

Par Maïna Marjany (promo 14) pour le magazine ÉmileLe parcours de Suzanne Basdevant-Bastid force l’admiration. Universitaire respectée, professeure attentive et dévouée, résistante et académicienne. Elle ne s’est pas contentée d’être une pionnière, mais a enchaîné les succès et les distinctions, toujours avec modestie.

Lire la suite
Vêtements durables, mode d'emploi

Vêtements durables, mode d'emploi

Étudiante en master Innovation & transformation numérique, Camille Gréco a rejoint l'École du management de Sciences Po après des études de mode à Londres. Passionnée par le secteur de la mode et du textile, mais soucieuse de le rendre plus durable et moins polluant, elle crée en 2017 CrushON, une plateforme en ligne qui rassemble l’offre de friperies. L'objectif : démocratiser l’achat de vêtements vintages, dans une optique de consommation écoresponsable. Explications.

Lire la suite
Res Communis : le droit au service de tous

Res Communis : le droit au service de tous

Droit de la famille, droit du travail, droit des étrangers, droit du logement : grâce à la Clinique de l’École de droit de Sciences Po, les étudiants mettent leurs connaissance au service des Maisons de Justice et du Droit (MJD) et des Points d’accès au droit (PAD), des lieux d'accueil permanent et gratuit qui soutiennent les personnes confrontées à des problèmes juridiques ou administratifs. Orienter, conseiller, expliquer, et trouver des solutions en temps réel font partie de leurs responsabilités, et enrichissent leur parcours. Témoignage. 

Lire la suite
Sciences Po et les femmes

Sciences Po et les femmes

Par l’historienne Marie Scot et la rédaction du magazine Émile Ni précurseure, ni en retard en la matière, l’École de la rue Saint-Guillaume a collé, en matière de féminisation, à l’évolution de la société française. Dans les années 2000, le nombre de femmes étudiantes a même dépassé celui des hommes ; les femmes représentent aujourd’hui 60 % des effectifs des étudiants de Sciences Po. Alors que les premières femmes étudiantes sont entrées à l’École libre des sciences politiques il y a tout juste un siècle, retour sur leur histoire au sein de l’établissement. 

Lire la suite
“Le vélo, c’est un levier de développement sobre”

“Le vélo, c’est un levier de développement sobre”

Diplômée de l’École urbaine, Camille Gaumont emploie aujourd’hui son énergie à élargir la place du vélo dans l’espace urbain gigantesque et dense de Plaine Commune, qui regroupe 9 villes au nord de Paris. Un moyen de concilier son expertise sur la ville, sa passion pour la bicyclette, et sa volonté d’agir concrètement pour la planète. Entretien.

Lire la suite
Sciences Po, l'école des diplomates

Sciences Po, l'école des diplomates

Par Nicolas Scheffer, diplômé (2017), pour le magazine Émile - La diplomatie fait partie de l’ADN de Sciences Po depuis sa création en 1872. Près de 60 % des ambassadeurs français actuellement en poste sont issus de l'École, faisant ainsi la preuve que l’enseignement des relations internationales tel que pratiqué rue Saint-Guillaume est un incontournable pour les futurs diplomates. 

Lire la suite