“Le choix du nucléaire engage des générations qui ne sont pas encore nées”

Conflits et tensions dans le monde, arsenaux en voie de modernisation, nouveaux traités de régulation… Les armes nucléaires sont aujourd’hui plus que jamais un sujet de préoccupation. Mais se pose-t-on les bonnes questions ? Fondateur du programme d'étude des savoirs nucléaires, Nuclear Knowledges, au Centre des relations internationales de Sciences Po (CERI), le chercheur Benoît Pelopidas rend possible une prise en compte des enjeux éthiques et démocratiques du nucléaire. Ou comment la recherche peut-elle oeuvrer à une meilleure information des citoyens.

Vous avez créé en 2017 Nuclear Knowledges, un programme de recherche universitaire sur le phénomène nucléaire. Dans quels buts ?

Même si, entre 1986 et aujourd’hui, la taille globale de l’arsenal nucléaire a diminué de plus de deux tiers, il reste à ce jour 14 000 systèmes d’armes nucléaires dans le monde. Et la plupart de ces systèmes d’armes a une capacité destructrice supérieure à celle de la bombe qui a détruit Hiroshima. Comme il est extrêmement difficile de concevoir une telle capacité de destruction et intolérable qu’une explosion nucléaire advienne, cela produit un désir de croire au contrôle sur ces arsenaux… Mais se pose-t-on les bonnes questions ? Très peu de personnes, notamment en France, font des recherches à ce sujet. Et, quand c’est le cas, celles-ci sont souvent réduites à des questions  techniques ou limitées aux aspects stratégiques : quels seraient les effets d’une explosion, comment gérer une crise, comment empêcher la prolifération ou dissuader un adversaire ? Or, l’étude du nucléaire, ce n’est pas que cela : il y a aussi des enjeux démocratiques ou encore des questions d’éthique intergénérationnelle et se pencher sur ces enjeux permet de repenser les questions stratégiques. La modernisation des arsenaux nucléaires engage les communautés politiques sur plusieurs décennies, ce qui veut dire qu’on engage des générations qui ne sont pas en mesure de voter parce qu’elles ne sont pas nées… Comment est-ce qu’on pense ce lien entre nucléaire et démocratie ?

Quels sont les objectifs de Nuclear Knowledges ?  

Le but du programme est de montrer que le phénomène nucléaire doit et peut être saisi par une recherche indépendante, afin qu’élus et citoyens puissent prendre leurs décisions à la lumière d’une information objective et sans être indûment influencés par des intérêts constitués. En d’autres termes, nous nous efforçons de documenter le passé et d’éclairer les paris nucléaires sur l’avenir ; je veux dire par là que nous explicitons les leçons du passé et les paris éthiques et politiques sur lesquels ils s’appuient. Sur ces sujets, il y a un réel besoin d’indépendance et de transparence. C’est aussi la raison pour laquelle le programme s’appuie sur un conseil scientifique international reconnu pour sa contribution à la connaissance et qu’il évite tout financement provenant de ministères concernés par la défense et l’énergie nucléaire, d’entreprises privées de l’armement, ou d’associations militantes anti-nucléaires. L’objectif est de poser les questions importantes qui restent à éclaircir (les liens entre démocratie et armes nucléaires, la délimitation des choix nucléaires possibles), de proposer des outils conceptuels pour s’en saisir et de mettre au jour des sources primaires permettant de les éclairer.

Vous vous concentrez tout particulièrement sur la “construction des savoirs”. Pourquoi ?

L’étude des constructions des savoirs est particulièrement intéressante dans le cas du nucléaire car de nombreux facteurs qui contribuent à déterminer une politique nucléaire ne sont pas purement matériels, militaires ou géostratégiques. Le rôle des savoirs et des constructions intellectuelles apparaît plus clairement dès que l’on prend au sérieux deux aspects : l’absence d’expérience de la guerre nucléaire et son caractère intolérable. Dans un tel contexte, on a tendance à penser que la capacité de destruction des armes, leur matérialité, structure les choix possibles. Or, ce sont les catégories utilisées pour saisir le problème, mais aussi les leçons supposées de certains épisodes passés et les imaginaires du futur qui structurent le champ des possibles. Je viens de vous énoncer trois de nos axes de recherche prioritaires. Observons aussi que la combinaison entre absence d’expérience de la guerre nucléaire et son intolérabilité crée également un désir de croire au contrôle exercé sur le phénomène. C’est ce que j’appelle la tentation de la confiance excessive, qui doit également être étudiée. Aujourd’hui, par exemple, c’est étonnant de voir à quel point on évite le sujet de la possibilité d’une explosion nucléaire accidentelle. L’objet du programme Nuclear Knowledges, c’est vraiment de comprendre comment les choses se décident et de donner ce que j’appellerais une “capacité constituante” aux citoyens, à savoir leur permettre d’imaginer les futurs possibles.

En quoi ces “constructions des savoirs” ont-elles une influence sur les politiques nucléaires ? Des exemples ?

Prenons l’exemple de l’arsenal américain dans les années 1960-1970 : le sentiment d’un retard par rapport à l’URSS a poussé les Américains à aller dans le sens d’une politique d’augmentation de l’arsenal. Alors, qu’en réalité, les États-Unis étaient très en avance ! Ce sont des logiques de rivalités inter-services qui ont poussé à fournir des évaluations erronées sur la taille de l’arsenal russe… Il y aurait dû avoir un ajustement à la baisse mais qui n’a pas eu lieu à cause d’un savoir inexact. Autre cas, l’histoire du nucléaire est souvent présentée comme l’histoire de la prolifération et des efforts de la diplomatie pour tenter de la contrôler. Or, cette vision est non seulement très réductrice, mais aussi historiquement fausse. Le nucléaire n’est pas qu’une question d’enjeux diplomatiques et de quantité d’armes en circulation ; il y a aussi des enjeux éthiques et démocratiques comme je l’ai déjà souligné. Sans compter que cibler uniquement la question de la prolifération permet opportunément de segmenter les mémoires du nucléaire “militaire” et du nucléaire “civil” de l’énergie et d’éviter de poser des questions sur l’articulation entre les deux domaines.

Est-ce qu’il y a une spécificité de la recherche sur le nucléaire ?

Oui, j’en  distingue au moins trois. En premier lieu, le fait que, par rapport à d’autres technologies militaires, nous n’avons pas d’expérience de la guerre nucléaire, comme je l’ai dit. Toutes nos connaissances sont fondées sur la spéculation, la modélisation et la simulation. Deuxième point important, notre “mémoire” du nucléaire repose sur un nombre de crises limitées, dont notamment celle de Cuba, qui est souvent présentée comme la crise la plus grave de l’âge nucléaire. Enfin, troisième spécificité, les données sur l’armement nucléaire sont difficiles d’accès, notamment en France avec la loi de 2008. Cela complique le travail de la recherche, mais la bonne nouvelle que porte ce programme est triple : rigueur méthodologique et innovation conceptuelle permettent de contourner les obstacles strictement français ; ce travail, longtemps présenté comme impossible ou pas nécessaire, a d’ores et déjà fait des découvertes et peut désormais se prévaloir d’une reconnaissance internationale ; enfin, et par conséquent, élus, citoyens et étudiants peuvent maintenant voir les premiers fruits d’une recherche indépendante sur le sujet et, s’ils le souhaitent, y participer sans avoir à compromettre les standards d’intégrité scientifique qui s’appliquent à d’autres domaines.

En savoir plus

Abonnez-vous à nos newsletters :

Disruption technologique : innovation ou chaos ?

Disruption technologique : innovation ou chaos ?

Chaque année, le Youth and Leaders Summit réunit des étudiants de l’École des affaires internationales de Sciences Po (PSIA) et des leaders majeurs des relations internationales. Pour sa 4e édition dédiée à Kofi Annan, ils se sont interrogés sur la révolution technologique. Quel est l’impact de la disruption dans un monde globalisé ? Comment mieux la comprendre et l’accompagner ? Retour sur les points de vue des invités en vidéo.

Lire la suite
Sir Austen Chamberlain, un alumnus so British

Sir Austen Chamberlain, un alumnus so British

Depuis sa création en 1872, Sciences Po a accueilli des milliers d’étudiants issus d’universités outre-Manche. Sir Austen Chamberlain, un diplômé de Cambridge promis à un brillant avenir dans la diplomatie européenne, fut parmi les tout premiers à y étudier. Célèbre pour son rôle dans les négociations des Accords de Locarno, pour lequel il reçut le prix Nobel de la paix, Austen Chamberlain occupa le poste de ministre des Affaires étrangères britannique pendant l’entre-deux-guerres de 1924 à 1929. Qu’a-t-il retenu de son passage à Sciences Po en tant qu’unique élève britannique de la promotion 1886, et comment ce séjour a-t-il forgé sa politique à une époque aussi charnière de l’histoire européenne ?

Lire la suite
“Retrouver le goût du partage démocratique”

“Retrouver le goût du partage démocratique”

Professeur à Sciences Po et ancien directeur du Centre d’études politiques de Sciences Po (Cevipof), Pascal Perrineau a été nommé le 17 janvier 2019 parmi les 5 garants du grand débat national. Comment envisage-t-il le débat ? Quels seront ses objectifs ? Réponse en vidéo.

Lire la suite
Livres : pourquoi Internet n'a pas tué le papier

Livres : pourquoi Internet n'a pas tué le papier

Par Dominique Boullier, Mariannig Le Béchec et Maxime Crépel. Les livres qui s’entassent dans votre bibliothèque sont-ils encore vivants ? Pourquoi les garder s’ils ne le sont plus ? Pourquoi l’attachement au livre imprimé ne se dément-il pas à l’heure du livre numérique ?

Lire la suite
“L’enquête révèle un paradoxe au sein de la société française”

“L’enquête révèle un paradoxe au sein de la société française”

Depuis 10 ans, le Baromètre de la confiance politique du Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF) mesure les niveaux de confiance accordés par les Français à leurs acteurs politiques, sociaux et économiques. Il révèle aussi les degrés de confiance personnelle et interpersonnelle : famille, voisins... et mesure les perceptions de l’avenir par les Français. À l’occasion de la parution de la 10e vague, entretien avec Martial Foucault, directeur du Centre de recherches politiques de Sciences Po.

Lire la suite
Et si vous étudiiez à Sciences Po cet été ?

Et si vous étudiiez à Sciences Po cet été ?

Vous êtes lycéen ou étudiant ? Vous souhaitez étudier les sciences humaines et sociales à Sciences Po le temps d'un été ? Les candidatures pour l’édition 2019 de la Summer School sont ouvertes, avec deux programmes distincts, l'un pour les étudiants, l'autre pour les lycéens. Voici ce qu’il faut savoir avant de déposer sa candidature.

Lire la suite
Italie : les clés de la popularité de Matteo Salvini

Italie : les clés de la popularité de Matteo Salvini

Par Michele Di Donato, Centre d'histoire de Sciences Po - En apparence spontanée et souvent même grossière, la communication de Matteo Salvini est coordonnée soigneusement et s'appuie sur un outil informatique très efficace. Il faut toutefois se garder de la tentation d’attribuer seulement à ces techniques la réussite de la communication de la Ligue. En effet depuis la crise de 2008, les partis qui proposent une distinction entre un « peuple » homogène et des « élites » corrompues, ont le vent en poupe un peu partout dans le monde.

Lire la suite
Concours juridiques : un palmarès 2018 brillant

Concours juridiques : un palmarès 2018 brillant

L’École de droit de Sciences Po confirme son excellent positionnement dans la préparation aux concours juridiques avec un taux de réussite de 45 % au concours 2018 de l’École Nationale de la Magistrature (ENM). Parmi les 180 étudiants de la classe préparatoire ayant présenté le concours, 79 ont été admis. Huit d’entre eux figurent dans les dix premiers du classement, et vingt parmi les trente premiers.

Lire la suite
Engagée pour les océans

Engagée pour les océans

À l’occasion de la Semaine des Océans à Sciences Po, nous avons rencontré Ève Isambourg, étudiante en 3ème année du Collège universitaire et activiste pour la protection des océans. Après deux ans sur les bancs du campus de Paris, Ève a consacré sa troisième année à l’étranger à mobiliser les esprits sur les questions océaniques autour du monde. Dernière étape de sa mission et non des moindres : une conférence devant l’ONU à New York.

Lire la suite
Le migrant est l’avenir du monde

Le migrant est l’avenir du monde

Par Bertrand Badie (CERI). Le débat sur la migration est stupéfiant et pourtant il dure, s’enlise et même s’encastre dans l’ordinaire de notre culture politique contemporaine. Il paralyse l’Europe qui en parle tout le temps, mais n’en délibère jamais. Il envahit les propagandes partisanes et s’impose comme une sorte de friandise électorale dont se délectent les populistes de tous poils, de droite et maintenant d’une certaine gauche. Il tétanise les gouvernements qui craignent que le respect de la vérité ou qu’un sursaut d’humanisme ne leur vaillent une chute dans les sondages.

Lire la suite