Extrême droite et rapports sociaux de sexe

Mardi 19 février 2019 17h00 à 19h00
Salle Leroy-Beaulieu - 27 rue Saint-Guillaume 75007 Paris
Organisé parProgramme de Recherche et d'Enseignement des Savoirs sur le Genre de Sciences Po (Presage)

Extrême droite et rapports sociaux de sexe. La mobilisation des militantes au Front national et à la Ligue du nord.

Discussion autour de Francesca Scrinzi, Senior lecturer en sociologie, Université de Glasgow.

Discutante : Réjane Sénac, politiste, directrice de recherche CNRS, CEVIPOF Sciences Po.

En Europe occidentale, depuis les années 1990, les partis d’extrême droite mobilisent de plus en plus souvent les questions de genre, afin d’attirer des voix féminines traditionnellement minoritaires dans leur base électorale et de normaliser leur image publique. Ils se présentent comme les défenseurs des droits des femmes, qui seraient menacés, dans leur discours, par l’immigration, notamment celle des pays musulmans.

La féminisation du militantisme est envisagée comme une stratégie de normalisation par ces partis qui, en même temps, maintiennent dans l’ensemble des positions conservatrices, voire très conservatrices, en matière de genre. Ce développement paradoxal interroge les théories dominantes qui associent souvent ces partis d’extrême droite avec des idéologies autoritaires et sexistes.

Le projet de recherche Gendering activism in populist radical right parties. A comparative study of women’s and men’s participation in the Northern League (Italy) and the National Front (France), financé par le Conseil Européen de la Recherche (2012-2014), a analysé les dimensions sexuées du discours et du militantisme dans deux partis d’extrême droite : le Front national et la Ligue du nord.

À partir d’une enquête qualitative, Francesca Scrinzi présentera les façons dont ces deux partis font appel aux questions de genre et décrira leurs stratégies de mobilisation des militantes. La perspective comparative de l’étude montre comment ces discours et ces stratégies sont façonnés par les contextes culturels nationaux (régimes de genre, d’intégration et de religion), d’une part, et d’autre part, par les traditions idéologiques spécifiques aux deux partis.

© David Hawxhurst/Wilson Center