Nouveau MOOC : migrations internationales

Nouveau MOOC : migrations internationales

Inscriptions jusqu'au 10 mars 2017
  • MOOC "Migrations internationales" de Catherine Wihtol de Wenden ©Sciences PoMOOC "Migrations internationales" de Catherine Wihtol de Wenden ©Sciences Po

“Migrations internationales : un enjeu mondial” : c'est le sujet du nouveau MOOC produit par Sciences Po, et disponible depuis le 23 janvier. Plus de 7300 étudiants en ligne ont déjà rejoint ce cours de la politologue et sociologue Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche au CERI. Entretien sur ce processus de mondialisation et de régionalisation des migrations, qui affecte à la fois les États, mais aussi la planète.

Le MOOC est à suivre sur la plateforme FUN : les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 10 mars 2017. 

Dans quelle mesure, l’arrivée de migrants à laquelle doit faire face actuellement l’Europe est-elle exceptionnelle ?

Catherine Wihtol de Wenden :

Les flux de migrants en Europe sont exceptionnels par le nombre de demandeurs d’asile en 2015 : 1,2 million contre  650 000 en 2014 et 200 000 en temps normal. Mais il y a eu par le passé d’autres pics de réfugiés comme dans les années 1990, quand l’Allemagne a reçu 500 000 demandeurs d’asile par an jusqu’en 1993 après la chute du rideau de fer et durant la crise yougoslave. Si la crise apparaît exceptionnelle, il est nécessaire de la comparer à d’autres crises. Quant à son caractère exceptionnel, il réside également cette fois dans le manque de solidarité entre pays européens, les pays d'Europe de l'Est ayant refusé la relocalisation proposée par la commission Juncker.


FUN-MOOC : Migrations internationales : un... par fr-universite-numerique

«Nous n’avons pas encore réalisé à quel point ces nouveaux migrants nous ressemblent», disiez-vous dans une interview à Libération le 4 décembre 2015. Pouvez-vous préciser un peu plus ?

C. de W. :

Quand la photo du jeune Aylan Kurdi a été publiée dans les journaux, nous avons pu nous rendre compte combien cet enfant de trois ans ressemblait aux autres enfants européens. Il portait le même type de vêtements. Les familles sont la plupart du temps issues de la classe moyenne lorsqu’elles arrivent de Syrie. Elles recherchent la paix en Europe et un statut de réfugié afin d’avoir une vie stable et en sécurité… comme nous le ferions dans une telle situation. Quant aux jeunes d’Afrique sub-saharienne, ils sont de plus en plus de jeunes urbains scolarisés à la recherche d’un travail et d’une vie paisible, ce que ne peut pas toujours leur offrir leur pays. Cette crise est le symbole de la rencontre entre deux mondes.

Comment, à votre avis, cette crise migratoire va-t-elle évoluer les mois et les années à venir ?

C. de W. :

A l’avenir, nous assisterons à la mobilité de nouveaux profils de migrants. Les plus pauvres n’ont pour le moment pas encore quitté leur pays par manque de réseaux transnationaux et de ressources financières. Mais ils migreront en cas de crise environnementale vers les pays voisins : de Sud à Sud.  D’autres crises politiques apporteront de nouveaux migrants d’Afrique (Algérie incluse) pour des raisons démographiques, liées au chômage mais aussi en raison de risques persistants qu’ils soient sociaux, politiques et environnementaux. Les anciens pays d’émigration deviennent des pays d’immigration comme le Maroc, le Mexique et la Turquie. Et ce mouvement s’accentue. Quant aux grandes villes de pays d’immigration traditionnels, elles deviennent de plus en plus cosmopolites.

Ce Mooc sera disponible pour un public anglophone à partir du 20 février.

En savoir plus

  • Sciences Po produit des MOOCs en plusieurs langues depuis 2013. Diffusés sur les plateformes FUN et COURSERA, ils ont rassemblé plus de 100 000 apprenants dans le monde entier sur des sujets aussi variés que les Humanités Scientifiques, Espace Mondial, Géopolitique de l’Europe, Politics and economics of international energy, Cities are back in town, Enjeux Socio-Politiques du Numérique, etc. Découvrez tous nos MOOCs ici
  • Catherine Wihtol de Wenden est directrice de recherche au CERI. 
Retour en haut de page