Suzanne Basdevant-Bastid, juriste d'exception

Par Maïna Marjany (promo 14) pour le magazine ÉmileLe parcours de Suzanne Basdevant-Bastid force l’admiration. Universitaire respectée, professeure attentive et dévouée, résistante et académicienne. Elle ne s’est pas contentée d’être une pionnière, mais a enchaîné les succès et les distinctions, toujours avec modestie.

Le droit en héritage

Suzanne Basdevant est née le 15 août 1906, à Rennes. Sa mère, Renée Mallarmé, descendait d’une famille de juristes alsaciens qui, refusant de vivre sous le joug allemand, s’étaient installés en Algérie en 1871. Son père, Jules Basdevant, était professeur agrégé de droit international à l’université de Rennes et à l’École libre des Sciences Politiques. Il a certainement transmis son amour de l’étude des textes juridiques à sa fille Suzanne, l’aînée de ses sept enfants.

À l’issue de ses études, la jeune Suzanne gravit les échelons les uns après les autres. En 1932, elle devient la première femme agrégée en droit public. Ce qui l’amène à devenir la première femme titulaire d’une chaire dans cette discipline en étant nommée professeure de droit à la faculté de droit de Lyon, en 1933. 

Pionnière à tous les échelons

Petite et grande histoire sont ensuite intimement liées. Suzanne Basdevant épouse en 1937 Paul Bastid, alors ministre du Commerce dans le gouvernement de Léon Blum. Elle devient sa cheffe de cabinet. En 1940, ils sont tous deux exilés à bord du Massilia, puis s’engagent au sein du premier organe central de la Résistance. C’est d’ailleurs pendant la Seconde Guerre mondiale que Suzanne Bastid donne ses premiers cours en droit international à l’École libre des Sciences Politiques, non pas rue Saint-Guillaume mais au sein de son antenne ouverte en zone libre, à Lyon. La guerre terminée, elle devient la première enseignante titulaire d’un cours fondamental de l’Institut d’études politiques. Elle restera d’ailleurs la seule jusqu’en 1968. Elle est également professeure à l’université de Droit, d’Économie et des Sciences sociales de Paris.

Le directeur de Sciences Po Jacques Chapsal saluait ainsi son parcours, lors d’une allocution, en 1972 : « Je veux seulement dire les liens personnels que vous avez eus avec la rue Saint-Guillaume ; elle fut d’abord domiciliée pour vous quai Claude-Bernard, à Lyon, dans notre filiale de zone libre où, jeune agrégée de droit public, vous avez commencé à nous apporter votre concours pendant la période d’occupation. Et, il y a quelque 25 ans, vous recueilliez tout naturellement à l’Institut d’études politiques la chaire de Droit international public devenue vacante par le départ de votre père. Je n’ai pas besoin d’insister sur les qualités de l’excellent professeur que vous êtes. »

Des engagements à l’international

La période post-Seconde Guerre mondiale est un véritable laboratoire pour la pratique du droit international, auquel Suzanne Bastid participe activement. En 1948, elle est la première femme élue à l’Institut de droit international, qui a pour mission d’aider à apaiser les potentielles sources de conflit et à codifier le droit international public. Elle en sera la secrétaire générale de 1963 à 1969.

Elle fait également partie des premiers membres du Tribunal administratif des Nations Unies lors de sa création en 1950, et en est la présidente de 1953 à 1968. « Suzanne Bastid a été un fonctionnaire vraiment international. Son analyse a été calme, impartiale et objective ; elle n’a fait aucune attention aux préjugés nationaux qui sont si endémiques dans le monde international », tenait à souligner en 1972 Francis T.P. Plimpton, vice-président du Tribunal administratif des Nations Unies.

En 1955, elle fonde l’Annuaire français de droit international qui rassemble, tous les ans, l’actualité juridique internationale. Désireuse de promouvoir l’enseignement de la matière qu’elle affectionne tant, elle crée en 1968 la Société française pour le droit international, dont elle restera présidente pendant 20 ans.

La femme à l’épée

C’est de nouveau un rôle de femme pionnière qu’elle endosse lorsqu’elle est élue, le 22 mars 1971, à l’Académie des sciences morales et politiques. Jusqu’à présent, seule l’Académie des beaux-arts avait compté des personnes de sexe féminin parmi ses membres, uniquement à l’époque de l’Ancien régime.

« Ce destin qui semble être le vôtre d’ouvrir à la femme l’accès à des compagnies jusque-là réservées aux hommes et que vous accomplissez non par la revendication mais par la voie autrement irrésistible du savoir et du talent, a trouvé sa première consécration à l’Académie. » C’est par ces mots que le professeur R. J. Dupuy, secrétaire général de l’académie de Droit international de La Haye, félicitait Suzanne Bastid.

La remise de son épée d’académicienne, quelques mois plus tard, est l’occasion de s’interroger sur la pertinence de cette tradition. Lors de son allocution, le secrétaire général de l’Annuaire français de droit international fait part des doutes qui ont animé ses collaborateurs : « Était-ce une épée que l’on devait vous offrir ? (…) Les principes du droit international ne prohibent-ils pas l’usage de la force ? (…) Certes, les principes du droit international nous disaient qu’il ne saurait y avoir de discrimination selon le sexe et qu’il n’existait donc aucune raison de refuser à une femme académicienne ce que tous ses confrères pouvaient porter. »

L’un des traits de caractère qui ressort des témoignages sur la carrière de Suzanne Bastid est sa dévotion à son métier d’enseignante. L’un de ses anciens élèves, Yves Daudet, devenu professeur de droit détaillait : « Parmi vos multiples activités et alors que de si nombreux organismes bénéficient de votre pensée et de votre travail, vous veillez toujours à ce que l’université et vos étudiants passent avant le reste (…) Vous avez mis au service de votre enseignement l’expérience de la pratique du droit international. Il en résulte que votre enseignement est vivant et vrai. »

En savoir plus : 

Jeux Olympiques : 6 athlètes de Sciences Po concourent à Tokyo !

Jeux Olympiques : 6 athlètes de Sciences Po concourent à Tokyo !

Dès le 23 juillet, ils représenteront leurs équipes à Tokyo … mais aussi un peu Sciences Po ! Six athlètes sélectionnés pour les Jeux Olympiques et Paralympiques de 2021 sont étudiants au sein du Certificat pour sportifs de haut niveau. Et pour la troisième occasion, le drapeau français sera porté par un alumnus de ce programme de Sciences Po : Stéphane Houdet sera l’un des porte-drapeaux de la délégation française, après Teddy Riner aux Jeux Olympiques et Michaël Jérémiasz aux Jeux Paralympiques de Rio en 2016.

Lire la suite
Angèle Paty : en “bikepacking” de Montpellier aux Îles Shetland

Angèle Paty : en “bikepacking” de Montpellier aux Îles Shetland

45 jours, 4 pays, 2500 kilomètres - et tout ça, à vélo : Angèle Paty, ancienne étudiante du programme Europe-Amérique du Nord sur le campus de Reims, s’est lancé un défi de taille. Après une troisième année à l’université Saint Andrews malheureusement amputée à cause de la crise sanitaire, elle monte le projet SAORSA - “liberté” en gaélique écossais. L’étudiante décide de retourner en Écosse en ralliant les îles Shetland depuis sa ville natale de Montpellier, toute seule, à la force de ses jambes. Nous avons pu lui poser quelques questions avant son départ.

Lire la suite
Que deviennent nos diplômés 2019 ?

Que deviennent nos diplômés 2019 ?

Les résultats de l’enquête jeunes diplômés 2021 portant sur la promotion 2019 révèlent une attractivité toujours aussi forte des étudiants de Sciences Po auprès des employeurs, avec 9 diplômés sur 10 en activité professionnelle. Malgré un marché de l’emploi en tension, 82 % ont trouvé leur premier emploi en moins de 6 mois, et près des ¾ occupent un emploi stable. Ils sont toujours aussi nombreux (37 %) à travailler à l’étranger dans 84 pays. Découvrez tous les résultats de notre enquête !

Lire la suite
Découvrez la saison 2 de notre série vidéo FOCUS !

Découvrez la saison 2 de notre série vidéo FOCUS !

Les infos passent, les idées restent. Dans FOCUS, la série vidéo de Sciences Po, un chercheur ou un enseignant aborde son domaine sous un angle inattendu. En trois minutes, FOCUS offre une réflexion hors des sentiers battus sur les questions qui animent le débat public et propose des perspectives pour comprendre et pour agir.

Lire la suite
Commissaires de police 2021 : 78 % des admis issus de Sciences Po !

Commissaires de police 2021 : 78 % des admis issus de Sciences Po !

Depuis sa création en 2012, la classe préparatoire aux concours de police et de gendarmerie de l’École de droit de Sciences Po s’affirme chaque année comme l’une des meilleures préparations aux métiers de la sécurité. Cette année, sur les 27 postes ouverts au concours externe de commissaire de police, 21 places sont occupées par nos étudiants. Félicitations !

Lire la suite
Admissions post-bac 2021 : qui est entré à Sciences Po via la voie générale sur Parcoursup ?

Admissions post-bac 2021 : qui est entré à Sciences Po via la voie générale sur Parcoursup ?

Pour sa première campagne se déroulant intégralement sur Parcoursup, Sciences Po a enregistré près de 12 000 candidatures issues de la voie générale, soit plus du double par rapport à 2020. Avec une sélectivité record, la campagne a attiré davantage de boursiers, issus de lycées beaucoup plus divers, sur l’ensemble du territoire. Premier bilan intermédiaire de cette campagne d’admission exceptionnelle. 

Lire la suite
Sciences Po, université 3 étoiles pour le Français langue étrangère

Sciences Po, université 3 étoiles pour le Français langue étrangère

Sciences Po a obtenu le renouvellement du label Qualité Français langue étrangère avec la note maximale, celle des trois étoiles. Ce label reconnaît la qualité des formations en Français langue étrangère (FLE), le professionnalisme et l’implication des enseignants et des personnels, la qualité des procédures, ainsi que les conditions dans lesquelles sont accueillis les étudiants. 

Lire la suite
Qui sont nos diplômés 2020 et 2021 ?

Qui sont nos diplômés 2020 et 2021 ?

Des étudiants brillants, engagés et résilients : à l’issue de deux années de scolarité bousculées par la crise sanitaire, les promotions 2020 et 2021 se verront remettre leurs diplômes de fin de Master entre le 23 et le 30 juin 2021. Plus de 5000 nouveaux diplômés seront célébrés dans plusieurs cérémonies très attendues, organisées dans le meilleur respect des restrictions sanitaires et valorisant la participation de chacun. Qui sont les étudiants des promotions 2020 et 2021 ? Découvrez leurs profils.

Lire la suite
Natacha Valla :

Natacha Valla : "La transformation et la transition sont devenues les bases de la vie professionnelle"

L'École du management et de l'innovation (EMI) de Sciences Po a pour vocation de favoriser une "prospérité inclusive". De la finance aux industries créatives, des grandes multinationales aux start-ups en herbe, ses promotions forment les acteurs économiques de demain.

Sa Doyenne Natacha Valla nous présente les innovations, débouchés, profils, perspectives d’avenir et projets pédagogiques de l’École, dans un monde en constante mutation.

Lire la suite
Nouvelle direction de Sciences Po : la procédure de désignation est ouverte

Nouvelle direction de Sciences Po : la procédure de désignation est ouverte

La procédure de désignation de la nouvelle direction de Sciences Po a débuté le 9 juin 2021 avec la publication d’un appel public à candidatures au Journal Officiel et sur le site de l’institution. Le poste, qui porte à la fois sur les fonctions d’administration de la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP) et de direction de l’Institut d’études politiques (IEP), sera exercé sur un mandat de 5 ans, renouvelable deux fois. Les candidatures sont ouvertes jusqu’au 31 août.

Lire la suite