Découvrez Debtwatch : un outil au service d’un débat qualitatif sur la dette publique

Lancée il y a quelques mois, cette application développée au sein de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) permet une appréciation multidimensionnelle de la dette pour les citoyens et les experts à la recherche de données solides pour faire vivre le débat, en toute transparence. Échanges sur le sujet avec Xavier Timbeau, Directeur de l'OFCE.

Pouvez-vous nous en dire plus sur la genèse du projet Debtwatch : pourquoi avoir lancé cet outil ? qui a participé à ce projet ? Pourquoi avoir sélectionné une cible de 15 pays ?

La genèse de debtwatch remonte à la crise des dettes souveraines en zone euro. Nous avons entrepris à l'OFCE un travail de longue haleine qui visait à produire une contre analyse de la Commission Européenne au moment du lancement de Semestre Européen. Le Semestre Européen est une séquence qui dure 6 mois et pendant laquelle les recommandations de politique économique pour chaque Etat membre de l'Union Européenne sont élaborées afin qu'elles alimentent dans la deuxième partie de l'année la construction des lois de finance de chaque pays. La Commission amorce ce cycle avec la publication d'un Annual Growth Survey fin novembre de chaque année. Le projet que nous avons conduit de 2012 à 2019 était de proposer un Annuel Growth Survey indépendant, élaboré par un groupe d'instituts européens. Nous avons plaidé pour une stratégie économique plus intégrée entre les pays européens, prenant en compte les dimensions sociales et en cherchant à désamorcer les pièges d'un respect à la lettre des règles du Pacte de Stabilité et de Croissance. Nous avons beaucoup insisté sur la nécessité de ne pas réduire brutalement les dettes publiques lorsque les économies sont en récession, parce qu'à court terme, cela ne produit qu'un aggravement de la récession et une hausse de la dette qui alimente la défiance des marchés.

C'est de ces travaux que debtwatch est né, en cherchant à proposer un outil qui permette de discuter de la soutenabilité de la dette publique dans toutes ses dimensions.

Cet outil semble assez technique, à qui s’adresse-t-il ? Quels en sont les usages envisageables/souhaités ? Est-il accessible à tous ? Sa "durée de vie" est-elle limitée dans le temps ?

L'outil est technique parce que le problème est complexe et embrasse de nombreuses politiques. La soutenabilité de la dette dépend des perspectives de croissance, d'inflation, mais aussi de l'évolution des taux qui est en partie déterminée par la politique monétaire de la Banque Centrale. Nous avons voulu être le plus sérieux possible et ne pas faire de raccourcis pour simplifier à l'extrême cette question essentielle. Mais nous avons voulu que cela soit accessible à quelqu'un qui s’intéresse de près à ces questions sans en être un spécialiste. Cela peut être un étudiant en économie, mais le cœur de ceux qui sont visés sont les citoyens qui voteront dans quelques mois et qui veulent avoir une opinion informée sur la dette. Pour rendre l'outil encore plus accessible nous comptons aussi sur les spécialistes ou les experts de la question. Ils ont des analyses souvent tranchées sur la question de la dette. Debtwatch leur permet de simuler les scénarios qu'ils jugent pertinent et de communiquer ensuite à tous les références de leurs simulations. Debtwatch permet en effet d'enregistrer les simulations et de les retrouver par un simple code à 5 lettres. Ainsi, toute analyse sur la dette publique peut être confrontée à une analyse quantitative rigoureuse et ouverte . Les spécialistes peuvent alors débattre en toute transparence pour le bénéfice de tous.

Quant à la durée de vie, depuis que je fais de l'économie, la question de la dette publique n'a jamais été absente du débat. J'imagine qu'elle le sera encore quelques années. Mais il faudra sans doute adapter debtwatch à de nouvelles questions !

Comment fonctionne-t-il ?

Debtwatch est basé sur modèle de simulation stochastique et utilise les données de la Commission Européenne (AMECO) comme base statistique. Par un effet inattendu de la crise sanitaire, l'Impérial College a rendu public les codes qu’ils emploient pour simuler les modèles épidémiologiques. Bien qu'ils ne soient pas directement fait pour ça, il a été assez facile de les adapter au problème de la dette publique et de faire les calculs correspondant en quasi temps réel. Cela permet d'héberger l'application sur un serveur et de faire les calculs à la demande de chaque utilisateur. Ainsi de nombreux paramètres peuvent être modifiés. Debtwatch est entièrement en Open Source et il est très facile d'accéder au code source pour le modifier ou s'assurer de sa pertinence.

Pourriez-vous nous indiquer en quoi l’OFCE était le laboratoire idéal pour élaborer cet outil ?

L'OFCE a acquis une grande expérience en matière de modélisation et d'analyse appliquée des questions de politique économique. La mission de l'OFCE est de "mettre au service du débat public en économie les fruits de la rigueur scientifique et de l’indépendance universitaire". Debtwatch n'est qu'une nouvelle façon de plus de le faire. 

En savoir plus :

 
Le programme

Le programme "Emouna, l’amphi des religions" a cinq ans !

Le programme Emouna, qui forme ensemble des ministres du culte, des responsables de communautés religieuses de toutes les confessions et des personnes laïques au dialogue interreligieux et interconvictionnel, tout en favorisant l’engagement dans la société civile et la laïcité républicaine, célébrait son 5e anniversaire ce lundi 23 mai 2022, dans l’amphithéâtre Boutmy de Sciences Po à Paris.

Lire la suite
Babacar Seck : « Aucune université ne peut réussir sans ses Alumni »

Babacar Seck : « Aucune université ne peut réussir sans ses Alumni »

Originaire de Dakar au Sénégal, et de la région Auvergne en France, Babacar Seck a été diplômé de Sciences Po en 2014, après avoir suivi le programme de Bachelor au sein du campus du Havre du Collège universitaire, puis le master en Finance et Stratégie à Paris. Aujourd’hui responsable investissement chez Proparco et président du Cercle Afrique de Sciences Po, il nous raconte son parcours et son engagement pour le continent africain.

Lire la suite
Ethan Zuckerman à Sciences Po :

Ethan Zuckerman à Sciences Po : "Nous devons imaginer un meilleur internet"

Malgré les nombreux bienfaits d'internet, il y a consensus sur la nocivité de la structure actuelle des réseaux sociaux, pour les individus et pour la société. Quel devrait être l'avenir des réseaux sociaux ? Le 10 mai 2022, Ethan Zuckerman, professeur associé à l'université du Massachusetts et directeur du UMass Institute for Digital Public Infrastructure, a débattu de cette question aux côtés de Bruno Patino, président d'ARTE, et de Julia Cagé, professeure associée d'économie à Sciences Po. Une conférence sur le thème "Competing visions for the future of social media" organisée par l'Institut McCourt en partenariat avec le Centre pour l'entrepreneuriat de Sciences Po.

Lire la suite
Félicitations aux lauréats de la 10ème promotion du double diplôme Sciences Po - Columbia

Félicitations aux lauréats de la 10ème promotion du double diplôme Sciences Po - Columbia

Lundi 16 mai 2022 a eu lieu à New York la 10e cérémonie de diplomation du double diplôme Sciences Po-Columbia University. Cette année, ce sont 69 étudiants qui recevront à la fois leur diplôme de Bachelor de Sciences Po et celui de Columbia lors d’une cérémonie marquée par l’émotion et les paroles inspirantes de ceux qui le font vivre. Étaient également présents les étudiants des promotions 2020 et 2021 dont les cérémonies avaient été annulées en raison de la pandémie.

Lire la suite
Mariama Sow :

Mariama Sow : "Je n'ai jamais eu peur de la différence"

Pour sa 3e année de Bachelor – et avant d’intégrer le double master Corporate and Public Management entre Sciences Po et HEC Paris – Mariama Dalanda Sow a choisi d’effectuer un échange universitaire au sein de la prestigieuse Strathmore Business School à Nairobi. L’étudiante de 21 ans raconte son expérience et son envie de s’en inspirer pour espérer, un jour, avoir un impact en Guinée, son pays d’origine.

Lire la suite
CIVICA : focus sur les cours joints

CIVICA : focus sur les cours joints

Vendredi 29 avril 2022, les étudiants du cours joint sur les États providence en transitions dispensé par Bruno Palier de Sciences Po et Anke Hassel enseignante à la Hertie School ont enfin pu se retrouver, en présentiel à Sciences Po. Un point sur cette expérience pédagogique inédite avec Frank Stadelmaier, Senior Manager CIVICA et Carly Hafner, chargée de projet au sein de la Direction des études et des partenariats, CIVICA.

Lire la suite
TOMMASO VITALE EST NOMMÉ DOYEN DE L’ÉCOLE URBAINE DE SCIENCES PO

TOMMASO VITALE EST NOMMÉ DOYEN DE L’ÉCOLE URBAINE DE SCIENCES PO

Mathias Vicherat, directeur de Sciences Po, a nommé Tommaso Vitale doyen de l'École urbaine. Il succède à Patrick Le Galès. Tommaso Vitale prendra ses nouvelles fonctions de doyen de l’École urbaine à compter du mois de septembre, après une période de transition qui débutera le 1er juin. Cette nomination fait suite au travail mené par un comité de sélection, composé de personnalités internes et externes, mis en place début mars afin de sélectionner le meilleur profil pour le poste de doyen de l’école urbaine.

Lire la suite
 Fort moment d’échanges entre Volodymyr Zelensky et les étudiantes et étudiants de France

Fort moment d’échanges entre Volodymyr Zelensky et les étudiantes et étudiants de France

Face à des amphithéâtres bondés et parés de drapeaux bleu et jaune, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a échangé, mercredi 11 mai 2022, pendant plus d’une heure avec plusieurs centaines d’étudiantes et étudiants de Sciences Po, de l’Institut National du Service Public, de l’École Polytechnique, de l’Inalco et de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, de l’Univesité Paris II Panthéon Assas, de l’IEP de Lille, de Sorbonne Université, de l’Université de Haute-Alsace, de l’École du Louvre, de l’Université de Lyon, de Sorbonne Paris Nord. Dans toute la France, de très nombreux amphithéâtres ont été ouverts, et des dizaines de milliers de personnes ont pu suivre, en personne ou en ligne, cet échange inédit.

Lire la suite