Voyager autrement avec Stop & Go

Stop & Go est une association étudiante de Sciences Po qui vise à remettre au goût du jour la pratique de l’auto-stop. Voyages, week-ends ou festival en stop : autant d’ activités ludiques et festives qui portent un message écologique. Rencontre avec la présidente de Stop & Go, Apolline Tarbé de Saint-Hardouin. 

D’où vient l’idée de créer une association dédiée à l’auto-stop ?

L’auto-stop est un mode de transport économique, écologique et engagé : l’association est née en 2012 de l’envie d’encourager les étudiants de Sciences Po à utiliser ce mode de déplacement pour leurs voyages ! Aujourd’hui, l’objectif premier de l’association, c’est de montrer que des moyens alternatifs de transport permettent d’éviter de prendre de l’avion ou sa voiture, et donc de réduire son empreinte carbone. Mais c’est aussi un moyen de valoriser le dépassement de soi, l’autonomie, l’esprit d’équipe ou encore...la gestion de l’imprévu ! 

Vous organisez de nombreux événements tout au long de l’année…

On propose des week-ends quatre fois par an, un voyage de deux semaines en hiver, un voyage d’un mois l’été. Tout doit se faire en stop, bien sûr ! Sur les voyages longs, nous sommes en moyenne une trentaine. Nous formons des binômes mixtes - une garçon et une fille - pour pratiquer l’auto-stop. Et, tous les trois jours, on se donne un rendez-vous fixé à l’avance pour se regrouper pour une nuit dans une auberge de jeunesse. Aux binômes de se débrouiller pour nous rejoindre ! Après ce regroupement, on change les binômes avant de repartir pour une nouvelle destination à atteindre trois jours plus tard ! L’idée, c’est de partager l’expérience avec tout le monde mais aussi de favoriser la rencontre, l’ouverture d’esprit et l’échange ! Dans le même esprit, nous organisons également un festival avec des concerts.

Un festival… d’autostop ?

Un festival auquel il faut se rendre… en stop ! Le lieu change tous les ans ; cette année, ce sera en Normandie. Le festival est ouvert à tout le monde, étudiant ou pas ! L’idée, c’est de sensibiliser un maximum de personnes aux modes de voyage responsables et alternatifs, mais aussi à l’écologie. Près de 400 personnes répondent présents en moyenne et on invite tous les participants à venir en stop. Mais on essaie aussi d’avoir le moins d’impact écologique possible sur place avec des toilettes sèches, des douches, etc. On fait toute la nourriture nous-mêmes en utilisant des ingrédients végétariens et locaux pour privilégier les partenariats avec les fermes voisines. Pendant le festival, il y a aussi des ateliers de sensibilisation à l’écologie et des conférences en journée, avant les concerts du soir. Cette année, par exemple, le maire de Malaunay, une ville connue pour son exemplarité écologique, vient donner une conférence. Le collectif Villes et décroissance de Sciences Po viendra également pour une table ouverte sur le thème de la transition énergétique, etc.

Et… cela vous arrive-t-il de prendre l’avion ou le train ? 

En France, j’essaie de faire du stop toute seule en dehors de l’association. Au début, je voyais Stop&Go juste comme une association “fun” qui organise des voyages, mais j’ai découvert au fur et à mesure que j’aimais vraiment l’idée de sensibiliser les étudiants au fait qu’ils peuvent voyager autrement. Si, tous les ans, on parvient à sensibiliser 400 personnes, c’est déjà énorme. La dimension écologique de l’association est de plus en plus importante : cette année on a intégré le REFED, le réseau des étudiants pour le développement durable. Ce sont des associations étudiantes qui oeuvrent pour la sensibilisation écologique. 

Qu’est-ce que vous aimez dans l’auto-stop ?

J’aime beaucoup le côté humain et l’échange : je me retrouve dans des voitures avec des gens très différents et ce sont toujours des rencontres intéressantes. C’est vraiment une manière différente de voyager : si tu vas à Barcelone en avion, le voyage commence à la sortie de l’aéroport. Quand tu fais du stop, le voyage commence dès la seconde où tu sors de chez toi parce que tout le trajet est une aventure ! Parfois, un conducteur nous dit qu’il a déjà pris quelqu’un de notre association ou qu’il a entendu parler de notre festival et ça nous fait plaisir : on a l’impression de relancer l’auto-stop en France !

En savoir plus 

Abonnez-vous à nos newsletters !

 

Qui est Roland Marchal, incarcéré en Iran depuis juin 2019 ?

Qui est Roland Marchal, incarcéré en Iran depuis juin 2019 ?

Par Sandrine Perrot et Didier Péclard - Roland Marchal, incarcéré en Iran depuis juin 2019, est sociologue, chercheur CNRS au Centre de recherches internationales (CERI) de Sciences Po depuis 1997. Il a consacré l’essentiel de son œuvre à l’analyse des guerres civiles en Afrique subsaharienne, notamment dans leur rapport à la formation des États. Homme de terrain, chercheur infatigable, méticuleux et exigeant, Roland Marchal est l’un des plus fins connaisseurs de la Somalie, mais son expertise s’étend à toute la Corne de l’Afrique, au Tchad, à la République centrafricaine et au Mali.

Lire la suite
Soutien à Fariba Adelkhah et Roland Marchal

Soutien à Fariba Adelkhah et Roland Marchal

Jeudi 17 octobre 2019. 

La détention en Iran de notre collègue Roland Marchal, directeur de recherche CNRS au CERI, vient d'être rendue publique. Pour des raisons de sécurité, les autorités françaises n'avaient pas encore révélé la nouvelle de son arrestation et nous avaient demandé de respecter cette consigne de discrétion.

Lire la suite
Qui est Fariba Adelkhah, incarcérée en Iran depuis juin 2019 ?

Qui est Fariba Adelkhah, incarcérée en Iran depuis juin 2019 ?

Par Jean-François Bayart - Incarcérée depuis le début du mois de juin en Iran, Fariba Adelkhah, spécialiste de l’anthropologie sociale et de l’anthropologie politique de l’Iran postrévolutionnaire, est chercheuse au Centre de recherches internationales de Sciences Po (CERI) depuis 1993. Ses travaux initiaux portaient sur les femmes et la Révolution islamique. Ses recherches actuelles portent sur la circulation des clercs chiites entre l’Afghanistan, l’Iran et l’Irak. Portrait scientifique de cette chercheuse de terrain, reconnue internationalement et respectée par ses pairs, aujourd'hui prisonnière scientifique.

Lire la suite
“Venir d’un lycée de zone rurale et faire Sciences Po

“Venir d’un lycée de zone rurale et faire Sciences Po"

A l’origine association dédiée uniquement aux jeunes basques, “Des territoires aux grandes écoles” est aujourd’hui une fédération établie à l’échelle de toute la France. Son objectif ? Encourager les lycéens des zones rurales à oser candidater dans l’enseignement supérieur. Interview avec Mandine Pichon Paulard, étudiante et présidente de l’antenne Sciences Po de l’association. 

Lire la suite
16 nouveaux chercheurs à Sciences Po

16 nouveaux chercheurs à Sciences Po

16 académiques permanents ont rejoint Sciences Po en cette rentrée 2019. Une grande diversité les caractérise, qu'il s'agisse de leurs universités d'origine, de leurs parcours, de leurs disciplines ou encore de leurs spécialités.

Lire la suite
Solitude moderne

Solitude moderne

Des électeurs qui ne croient plus en rien et surtout pas en leurs institutions, qu’elle soient politiques ou autres. Une solitude prégnante liée à la société post-industrielle et à ses modes de travail et de vie. Voici le cocktail détonnant qui serait aux origines du populisme d’après quatre chercheurs. Après avoir mené un long travail d’enquête, ils livrent les résultats de leurs travaux - et des pistes de solutions -, dans “Les origines du populisme”, paru chez Seuil. 

Lire la suite
Jeremy Rifkin : transformer nos sociétés grâce à un

Jeremy Rifkin : transformer nos sociétés grâce à un "New Deal vert"

Révolutionner l'économie pour sauver la planète : oui, mais comment ? Jeremy Rifkin était le 17 octobre 2019 l'invité de Sciences Po pour défendre son "New Deal vert", un ambitieux programme visant à penser l'après-carbone. Pour l'essayiste américain, spécialiste des questions énergétiques et climatiques, il ne faudra qu'une décennie pour voir les énergies fossiles s'effondrer. Il est dès lors urgent de construire un nouveau modèle de société.

Lire la suite
Erasmus : Vivre L’Europe

Erasmus : Vivre L’Europe

Sur l'année universitaire 2018-2019, plus de 500 étudiants de Sciences Po ont participé à un programme Erasmus+, et 650 ont été reçus à Sciences Po : comme chaque année, Sciences Po participe activement au programme Erasmus ! Notre université n’est pas seulement membre active de ce programme, elle est aussi impliquée dans de nombreuses initiatives visant à construire une Europe plus forte et plus unifiée dans les domaines de l'éducation et de la mobilité. 

Lire la suite
Qu'apprend-on au Collège universitaire ?

Qu'apprend-on au Collège universitaire ?

La pluridisciplinarité. La troisième année à l’étranger. L’histoire. La science politique. Étudier à Paris. Ne pas étudier à Paris. Chaque étudiant a sa raison bien à lui de choisir le bachelor de Sciences Po. Mais de quelles sciences humaines et sociales parle-t-on ? À quoi cela peut-il bien servir plus tard ? Entretien avec la doyenne du Collège universitaire, Stéphanie Balme, sur cette formation “iconique” du parcours à Sciences Po.

Lire la suite