Le futur site de l'Artillerie ouvrira en 2022

Sciences Po lance sa plus grande campagne de levée de fonds

Sans le mécénat, Sciences Po n’existerait pas. Ni les fameuses Conventions Éducation Prioritaire. Depuis de nombreuses années, l’engagement des mécènes a rendu possible d’innombrables projets, notamment en matière d’innovation sociale. Sciences Po dévoile aujourd’hui la plus ambitieuse campagne de levée de fonds de son histoire. Objectif : lever 100 millions d’euros d’ici 2022, date anniversaire des 150 ans de l’institution. Et former une génération engagée, capable de comprendre et de transformer le monde de demain.

Sciences Po 2022 : une université ouverte qui forme une génération engagée

Sciences Po dévoile aujourd’hui la plus ambitieuse campagne de levée de fonds de son histoire. Baptisée “Sciences Po 2022”, elle a pour objectif de rassembler 100 millions d’euros sur la période 2018-2022. Une phase “silencieuse” a permis de sécuriser 47 millions d’euros auprès d’entreprises et de donateurs. Présidée par Alexandre Bompard (PDG de Carrefour, promo 1994), elle verra son aboutissement avec l'inauguration du nouveau site parisien autour de l’Artillerie et la célébration des 150 ans de l’établissement.

“Sciences Po 2022 est un projet de refondation qui s’appuie sur 150 ans d’innovation pour bâtir une université ouverte, internationale et innovante. Notre ambition est d’incarner une forme singulière d’excellence et de responsabilité dans un espace mondialisé de l’enseignement supérieur et de la recherche", explique Frédéric Mion, le directeur de Sciences Po.

La campagne « Sciences Po 2022 » financera un grand nombre d’actions autour de cinq axes stratégiques :

  • Bâtir un nouveau campus urbain autour de l’Artillerie : ce nouveau site emblématique, durable et accessible, rassemblera chercheurs et étudiants autour d’espaces innovants au coeur de la cité
  • Réaffirmer l’engagement d’accueillir les talents les plus divers : il s’agit de poursuivre et développer la politique d’égalité des chances initiée par Sciences Po il y  a plus de 15 ans, à travers l’accueil de publics traditionnellement éloignés de l’université (lycéens de zones et de milieux défavorisés, étudiants en situation de handicap, étudiants réfugiés).
  • Ouvrir Sciences Po à un champ élargi de disciplines, et notamment les sciences du vivant et les sciences dures : partenariats avec d’autres établissements leaders dans les domaines scientifiques et lancement de nouvelles chaires.
  • Continuer d’ancrer la présence de Sciences po dans le monde, avec l’Afrique comme horizon prioritaire, en proposant notamment un ambitieux programme de bourses d’excellence et de fonds de mobilité.
  • Former une génération responsable, par la multiplicité des opportunités d’engagement proposées par l’institution, à l’image du Parcours Civique lancé en avril 2018

⇒ à lire : la brochure de campagne

Mécènes : les “bonnes fées” à l’origine de Sciences Po

Sciences Po a une longue tradition de mécénat. Elle lui doit à la fois son acte de naissance et son premier bâtiment. Son fondateur, Émile Boutmy, jeune homme aussi visionnaire que désargenté, a eu besoin de convaincre un cercle d’actionnaires et de bienfaiteurs pour donner vie à l’École libre des Sciences Politiques en 1872. Quelques années plus tard, en 1879, un don de la duchesse de Galliera permit à l’École libre d’acquérir son premier bâtiment, au 27 rue Saint-Guillaume.

Cette tradition du mécénat s’est structurée dans les années 2000 avec la création, pionnière dans l’enseignement supérieur français, d’une direction en charge de la levée de fonds, qui mène de 2008 à 2013 une première campagne de fundraising prometteuse. L’engagement des mécènes accompagne, entre autres, le déploiement d’une politique d’ouverture sociale unique en son genre, dans le sillage des Conventions Éducation Prioritaire lancées en 2001.

Sciences Po a vu son modèle économique évoluer rapidement au cours des dernières années : de très majoritaire au milieu des années 80, la dotation publique s’établit désormais à 37 % du budget (chiffres 2017). Le mécénat joue désormais un rôle essentiel : il représente 9% du budget en 2018. Aujourd'hui ce sont plus de 100 entreprises qui soutiennent nos projets, près d'un millier de donateurs et 35 fondations et institutions.

⇒ à lire : le bilan de la levée de fonds 2017

En savoir plus

Abonnez-vous à nos newsletters !

Serge Hurtig, 1927 - 2019

Serge Hurtig, 1927 - 2019

Secrétaire général de la FNSP durant trois décennies, Serge Hurtig a contribué à internationaliser Sciences Po et la science politique française. Portrait d'une personnalité majeure de l’histoire de notre établissement.

Lire la suite
Comment concilier Noël et souci écologique ?

Comment concilier Noël et souci écologique ?

À Noël, le risque de surconsommation est grand... mais n'est pas une fatalité. Acheter en vrac des produits locaux et bio, faire son cadeau soi-même ou encore recycler ses textiles en guise d'emballage : à l'approche des fêtes de fin d'année, Sciences Po Environnement livre ses conseils pour un Noël durable et zéro déchet, et les met en pratique à l'occasion d'ateliers organisés dans plusieurs campus..

Lire la suite
Sciences + Sciences Po : une double licence inédite

Sciences + Sciences Po : une double licence inédite

Dès la rentrée universitaire 2020, une nouvelle double licence interdisciplinaire, le Bachelor of Arts and Sciences (BASc), sera proposée aux étudiants de première année, en partenariat avec des établissements universitaires français. Ce double cursus en quatre ans associe sciences et sciences humaines et sociales pour apprendre à penser et agir face aux défis de notre siècle. Les deux premiers parcours ciblent en particulier celui de la transition écologique. 

Lire la suite
Chronique d'une démocratie fragmentée

Chronique d'une démocratie fragmentée

Pour conclure une année marquée par les soubresauts politiques, Pascal Perrineau revient dans son nouvel ouvrage, Le grand écart. Chronique d'une démocratie fragmentée, sur les trois registres démocratiques ayant façonné tour à tour l'année 2019 : la démocratie directe des gilets jaunes, celle participative du grand débat national et celle représentative issue des urnes lors des élections européennes. Une démocratie en trois scènes, qui semble plus fragmentée et conflictuelle qu'auparavant.

Lire la suite
Sciences Po lance la chaire

Sciences Po lance la chaire "Dette souveraine"

Penser le financement souverain et la soutenabilité de la dette : voilà l'ambition de la nouvelle chaire, portée par l'École des affaires internationales de Sciences Po (PSIA). En associant praticiens de la dette et universitaires de renom, cette chaire vise à devenir un lieu de référence international sur cette question.

Lire la suite
Quelle sera la&nbspcouleur de la COP 25 ?

Quelle sera la couleur de la COP 25 ?

Quelle sera la couleur de la COP 25 qui se déroulera à Madrid du 2 au 13 décembre 2019 sous la présidence du Chili ? Elle était annoncée bleue comme l’océan (Blue COP) par la présidence chilienne. À Madrid, au-delà des écosystèmes marins, l’ensemble de la biodiversité tant terrestre que marine devrait occuper une place de choix. Bien plus qu’une simple coloration, cette COP devrait constituer une étape majeure dans l’identification de capacités d’action conjointe pour le climat et pour la biodiversité.

Lire la suite
La surenchère anti-élite de la campagne présidentielle américaine

La surenchère anti-élite de la campagne présidentielle américaine

Par William Genieys (CEE) et Larry Brown (Columbia). La publication, le 5 novembre dernier, du livre de Donald Trump Jr., Triggered : How the Left Thrives on Hate and Wants to Silence Us (Hystériques : comment la gauche se nourrit de haine et veut nous faire taire), est venue alimenter le discours anti-élite dans une campagne présidentielle dont le contexte, marqué par une procédure de destitution en cours, est tout à fait inédit.

Lire la suite
La matière noire de la démocratie

La matière noire de la démocratie

Le mouvement des gilets jaunes n’est pas anecdotique. Tenter de l'expliquer en se focalisant sur la sociologie des participants ou en évoquant la montée des populismes, n'est pourtant, selon Luc Rouban, guère probant. Le chercheur au Centre d’études politiques de Sciences Po voit dans ce mouvement le symptôme d’une profonde mutation du rapport au politique. En épluchant sondages, enquêtes, baromètres et remontées du grand débat national, il met au jour les sources cachées de cette mutation dans son dernier ouvrage : "La matière noire de la démocratie" (Presses de Sciences Po).

Lire la suite
De Sciences Po à l'Asie du Sud

De Sciences Po à l'Asie du Sud

Hugo Ribadeau Dumas est diplômé du master Governing the Large Metropolis en 2013. Après un bachelor à Sciences Po, il a passé sa troisième année en échange à l’Université Jamia Millia Islamia, en Inde, en master de journalisme. Interview.

Lire la suite