Le futur site de l'Artillerie ouvrira en 2022

Sciences Po lance sa plus grande campagne de levée de fonds

Sans le mécénat, Sciences Po n’existerait pas. Ni les fameuses Conventions Éducation Prioritaire. Depuis de nombreuses années, l’engagement des mécènes a rendu possible d’innombrables projets, notamment en matière d’innovation sociale. Sciences Po dévoile aujourd’hui la plus ambitieuse campagne de levée de fonds de son histoire. Objectif : lever 100 millions d’euros d’ici 2022, date anniversaire des 150 ans de l’institution. Et former une génération engagée, capable de comprendre et de transformer le monde de demain.

Sciences Po 2022 : une université ouverte qui forme une génération engagée

Sciences Po dévoile aujourd’hui la plus ambitieuse campagne de levée de fonds de son histoire. Baptisée “Sciences Po 2022”, elle a pour objectif de rassembler 100 millions d’euros sur la période 2018-2022. Une phase “silencieuse” a permis de sécuriser 47 millions d’euros auprès d’entreprises et de donateurs. Présidée par Alexandre Bompard (PDG de Carrefour, promo 1994), elle verra son aboutissement avec l'inauguration du nouveau site parisien autour de l’Artillerie et la célébration des 150 ans de l’établissement.

“Sciences Po 2022 est un projet de refondation qui s’appuie sur 150 ans d’innovation pour bâtir une université ouverte, internationale et innovante. Notre ambition est d’incarner une forme singulière d’excellence et de responsabilité dans un espace mondialisé de l’enseignement supérieur et de la recherche", explique Frédéric Mion, le directeur de Sciences Po.

La campagne « Sciences Po 2022 » financera un grand nombre d’actions autour de cinq axes stratégiques :

  • Bâtir un nouveau campus urbain autour de l’Artillerie : ce nouveau site emblématique, durable et accessible, rassemblera chercheurs et étudiants autour d’espaces innovants au coeur de la cité
  • Réaffirmer l’engagement d’accueillir les talents les plus divers : il s’agit de poursuivre et développer la politique d’égalité des chances initiée par Sciences Po il y  a plus de 15 ans, à travers l’accueil de publics traditionnellement éloignés de l’université (lycéens de zones et de milieux défavorisés, étudiants en situation de handicap, étudiants réfugiés).
  • Ouvrir Sciences Po à un champ élargi de disciplines, et notamment les sciences du vivant et les sciences dures : partenariats avec d’autres établissements leaders dans les domaines scientifiques et lancement de nouvelles chaires.
  • Continuer d’ancrer la présence de Sciences po dans le monde, avec l’Afrique comme horizon prioritaire, en proposant notamment un ambitieux programme de bourses d’excellence et de fonds de mobilité.
  • Former une génération responsable, par la multiplicité des opportunités d’engagement proposées par l’institution, à l’image du Parcours Civique lancé en avril 2018

⇒ à lire : la brochure de campagne

Mécènes : les “bonnes fées” à l’origine de Sciences Po

Sciences Po a une longue tradition de mécénat. Elle lui doit à la fois son acte de naissance et son premier bâtiment. Son fondateur, Émile Boutmy, jeune homme aussi visionnaire que désargenté, a eu besoin de convaincre un cercle d’actionnaires et de bienfaiteurs pour donner vie à l’École libre des Sciences Politiques en 1872. Quelques années plus tard, en 1879, un don de la duchesse de Galliera permit à l’École libre d’acquérir son premier bâtiment, au 27 rue Saint-Guillaume.

Cette tradition du mécénat s’est structurée dans les années 2000 avec la création, pionnière dans l’enseignement supérieur français, d’une direction en charge de la levée de fonds, qui mène de 2008 à 2013 une première campagne de fundraising prometteuse. L’engagement des mécènes accompagne, entre autres, le déploiement d’une politique d’ouverture sociale unique en son genre, dans le sillage des Conventions Éducation Prioritaire lancées en 2001.

Sciences Po a vu son modèle économique évoluer rapidement au cours des dernières années : de très majoritaire au milieu des années 80, la dotation publique s’établit désormais à 37 % du budget (chiffres 2017). Le mécénat joue désormais un rôle essentiel : il représente 9% du budget en 2018. Aujourd'hui ce sont plus de 100 entreprises qui soutiennent nos projets, près d'un millier de donateurs et 35 fondations et institutions.

⇒ à lire : le bilan de la levée de fonds 2017

En savoir plus

Abonnez-vous à nos newsletters !

"Un cours comme un point d'interrogation"

Quoi de plus iconique qu’un cours sur “l’abécédaire du politique” à Sciences Po ? Un grand classique, certes, mais qui n’exclut pas l’originalité. En convoquant théorie politique, philosophie, littérature, et anthropologie, Astrid Von Busekist questionne le champ du politique et mène les étudiants vers une réflexion “un peu ordonnée” avec un seul credo : penser, c’est argumenter. 

Lire la suite
L’armée algérienne à l’épreuve du mouvement citoyen du Hirak

L’armée algérienne à l’épreuve du mouvement citoyen du Hirak

Par Luis Martinez (CERI) - Aux yeux de l’armée, le mouvement dit Hirak, qui balaie l’Algérie depuis maintenant près d’un an, exprime avant tout la colère du peuple à l’encontre du système Bouteflika – un système caractérisé par la présence au gouvernement de nombreux civils, souvent accusés de corruption. La réponse politique des militaires, qui tiennent les rênes du pays depuis la démission de Bouteflika en avril 2019, a donc été de mettre en place un gouvernement de technocrates présentés comme compétents et intègres. L’armée ne souhaite pas démocratiser le régime, mais seulement améliorer la gouvernance afin de pouvoir répondre aux besoins socio-économiques de la population.

Lire la suite
5 conseils avant les écrits

5 conseils avant les écrits

Samedi 22 et dimanche 23 février prochains, vous serez des milliers de candidats à plancher sur les épreuves écrites pour l’entrée en 1ère année à Sciences Po. C’est le moment d’avoir confiance en soi : voici quelques rappels utiles pour arriver sereins. 

Lire la suite
Fabrice Amedeo, de Sciences Po au grand large

Fabrice Amedeo, de Sciences Po au grand large

Diplômé de Sciences Po en 2002, Fabrice Amedeo a déjà plusieurs vies. Journaliste, auteur, et désormais navigateur au long cours, ce quarantenaire s'apprête à prendre le départ du Vendée Globe 2020 à la barre d'un monocoque doté de capteurs ultra-sophistiqués qui lui permettent d'allier passion pour la voile et protection de l'environnement. Portrait en vidéo.

Lire la suite
Transition écologique : Sciences Po lance un programme d’action à 3 ans

Transition écologique : Sciences Po lance un programme d’action à 3 ans

Face à l’urgence climatique et aux bouleversements environnementaux planétaires, Sciences Po se donne une feuille de route sur trois ans dans le cadre de l’initiative globale « Climate Action : Make it work » lancée en 2015. Elle engage l’institution à la fois en tant que lieu de formation et de savoir, et en tant que lieu d’études et de travail, à Paris et sur ses six campus en région.  

Lire la suite
Admissions 2019 : nouveau record de candidatures

Admissions 2019 : nouveau record de candidatures

Le dernier bilan des admissions confirme l’attractivité de Sciences Po avec plus de 20 000 candidatures en 2019. 4218 nouveaux étudiants issus de 137 pays ont rejoint nos cursus de premier cycle, de master et de doctorat. Les effectifs totaux de Sciences Po restent stables, et la sélectivité est en hausse avec un taux d’admis de l’ordre de 20%. 

Lire la suite
Solidarité avec nos chercheurs captifs en Iran

Solidarité avec nos chercheurs captifs en Iran

Fariba Adelkhah et Roland Marchal, tous deux chercheurs au Centre de recherches internationales de Sciences Po (CERI), ont été arrêtés en Iran au début du mois de juin 2019. Depuis lors, ils sont toujours incarcérés. Le 31 janvier 2020, le CERI organisait un colloque, « Captifs sans motif », visant à contribuer à la mobilisation en faveur de leur libération et à sensibiliser aux divers enjeux (diplomatiques, politiques, intellectuels et humains) que soulève leur détention. De nombreux chercheurs, mais aussi des personnalités familières de la question des arrestations arbitraires, étaient présents. Retour en vidéo sur leurs échanges.

Lire la suite
Hommage à David Kessler, enseignant et compagnon de route de Sciences Po

Hommage à David Kessler, enseignant et compagnon de route de Sciences Po

Disparu le 3 février 2020, David Kessler, intellectuel, haut fonctionnaire, conseiller politique et acteur majeur du secteur culturel en France, a enseigné à Sciences Po durant une trentaine d’années. Avec lui, Sciences Po perd un enseignant de talent et un compagnon de route très fidèle, attentif et bienveillant, qui a soutenu l’institution dans toutes les grandes transformations qui ont marqué les dernières décennies. 

Lire la suite
Amérindiens, leur combat pour la planète

Amérindiens, leur combat pour la planète

Les peuples amérindiens qui vivent en dehors de la mondialisation industrielle représentent près de 400 millions de personnes dans le monde. Ils constituent une part significative de la population de certains pays et régions et leur survie n'est pas seulement un enjeu à l'échelle de leurs peuples. "Nous avons besoin de ces populations pour préserver les 4/5e de la diversité biologique qui se trouvent concentrés sur leurs terres", souligne ainsi Sébastien Treyer, directeur général de l'Iddri. Ce 29 janvier, Davi Kopenawa, chaman et porte-parole des Indiens Yanomami du Brésil et Almir Narayamoga Surui, leader des Paiter Surui du Brésil, sont venus débattre à Sciences Po de leur combat.

Lire la suite
Après le Brexit, une Europe des 27 plus unie ?

Après le Brexit, une Europe des 27 plus unie ?

Par Christian Lequesne et Thierry Chopin. Le Brexit n’est pas une bonne nouvelle pour l’Union européenne : il représente une amputation, en termes de poids commercial, politique et stratégique. Il rend aussi plus difficile le discours normatif sur le modèle européen de régionalisme dans le monde. Au Brésil, en Inde ou en Afrique du Sud, le modèle apparaît comme une entreprise qui se délite. Par ailleurs, le Brexit acte la possibilité d’une véritable réversibilité politique, si bien que certains ont même parlé d’une désintégration de l’Union européenne. Malgré cela, du point de vue des gouvernements nationaux, il est remarquable que les 27 autres États membres aient présenté dans les négociations un « front uni » face aux divisions britanniques.

Lire la suite