Qu'importe le flacon, pourvu qu'on aille à Reims

Le Sciences Po International Tasting, ou SPIT pour les intimes, est le plus grand concours étudiant de dégustation de vin en France. La 8ème édition de cette compétition internationale a eu lieu les 1er & 2 avril 2016 sur le campus de Sciences Po à Reims, au pays du Champagne. Récit d'un rendez-vous qui rassemble des passionnés du monde entier. 

In vino veritas : dans le vin, la vérité. Pour les passionnés de grands vins qui ont pu mesurer leurs qualités de dégustateurs au cours du Sciences Po International Tasting, le dicton a acquis une nouvelle signification. Cette fameuse locution latine renvoie aussi au nom de l’association d’œnologie de Sciences Po, qui organisait ce concours de dégustation pour la 8e année consécutive, les 1er et 2 avril 2016, au pays du Champagne. À la recherche de la vérité dans le vin, entre Reims, Aÿ et les prestigieuses Caves Legrand à Paris, 12 équipes du monde entier ont dévolu leur week-end à l’art de la dégustation.

Le concours de dégustation étudiant le plus réputé de France

Le Sciences Po International Tasting, ou "SPIT" pour les intimes, est le concours de dégustation étudiant le plus réputé de France. Cette année, la compétition rassemblait six écoles françaises et six universités étrangères*. Et pour la première fois depuis sa création, une équipe asiatique, celle de l’Université Chinoise de Hong Kong, était présente. Les festivités ont débuté le vendredi soir sur le campus de Sciences Po à Reims, dans une salle des Actes richement ornementée, où les participants eurent la chance de déguster un florilège de vins de haute volée.

Le concours en lui-même n’a commencé que le lendemain. Sous l’œil d’un jury de professionnels du monde du vin**, les participants se sont d’abord affrontés autour d’une série de questions théoriques sur des grands crus de champagnes Bollinger, puis autour de trois vins blancs sur la thématique « le long du Rhin ». Trois vins rouges issus d’un unique cépage, le pinot noir, clôturaient la phase des qualifications. Les trois meilleures équipes – Oxford, Cambridge et l’EM Lyon – se sont départagées lors d’une finale d’exception qui fut l’occasion de découvrir deux nectars mythiques : un Bollinger Vieilles Vignes Françaises 1985 et un Château Climens 1975. L’équipe de l’EM Lyon l’a finalement emporté d’une courte tête, soulignant l’exceptionnelle qualité des équipes en présence.

12 équipes du monde entier

Comme en 2015, le cocktail d’ouverture du concours s’est tenu le vendredi 1er avril sur le campus de Reims, qui accueille les programmes Europe-Amérique et Europe-Afrique du Collège universitaire, le premier cycle de Sciences Po. « C’est en faisant rayonner l’événement sur les différents campus de Sciences Po que le concours étendra son engouement et son audience », explique Ségolène Bon, membre de l’équipe d’organisation du SPIT. « Le caractère international de l’événement est notre ambition première. Nous organisons des dégustations ouvertes à tous à Sciences Po une à deux fois par semaine. Notre objectif est de nous rapprocher de notre équivalent rémois, le Champagne Tasting Club et d’organiser des événements ensemble. »

L’internationalisation croissante du SPIT est apparue comme une évidence lors de cette édition. Entre la préférence d’un William Kinney Jr, étudiant à Cornell University, pour les vins espagnols, et l’amour d’un Ronald Chan, étudiant à la Chinese University of Hong Kong, pour la complexité des vins de Bourgogne, c’est un très riche dialogue entre étudiants et vins du monde entier qui s’est noué lors de ces deux jours.

Le prestigieux président du jury, Andreas Larsson, élu meilleur sommelier du monde en 2007, était enthousiaste à l’idée d’évaluer pour la première fois des étudiants pour leurs compétences en dégustation. « Ce concours est une excellente initiative », a-t-il estimé.

Ce sont des voies très différentes qui ont mené ces étudiants à découvrir et à aimer le vin. Contrairement à certains membres de l’association In Vino Veritas, comme Jean-Quentin Prats qui a « quasiment grandi dans un vignoble », beaucoup d’étudiants ont rencontré l’art de la dégustation plus tardivement. Robin Lenfant, un des vainqueurs de l’EM Lyon, en apprécie le côté « convivial et grisant. C’est une façon ludique d’approfondir nos connaissances autour du vin ».

"Le vin est une école de la vie"

Pour les membres de l’équipe de Cornell University, c’est un cours avec un de leurs professeurs favoris qui a été à l’origine de leur passion pour le vin. Pour l’équipe de Saint-Andrews, dont deux membres participaient pour la première fois au SPIT, ce concours est avant tout un évènement passionnant qui leur offre l’opportunité de découvrir Reims et ses trésors, dont le campus de Sciences Po.

L’équipe d’organisation a désormais les yeux rivés sur les prochaines éditions. Ségolène Bon souhaiterait organiser un jour une sélection plus ardue pour les équipes souhaitant participer au concours. Elle espère aussi une encore plus grande présence internationale avec des équipes venant des quatre coins du globe. Mais l’équipe du SPIT a déjà de quoi être fière de cette édition 2016: dans la sublime salle des Actes résonnant de conversations dans toutes les langues, une coupe de champagne à la main, elle peut savourer la récompense de ces mois de travail acharné. Un photographe, recruté pour l’occasion, immortalise les équipes, toutes prêtes à défendre avec acharnement les couleurs de leur université. Comme Andreas Larsson l’a souligné dans son discours plus tôt dans la soirée, le vin est une « école de vie…et un immense plaisir ». Partager cette passion avec une partie toujours plus importante du globe est le défi à poursuivre pour les années à venir pour les étudiants du SPIT. Espérons qu’elle soit célébrée pour de nombreuses années encore dans l’atmosphère pétillante de Reims.

Par Sarah Klena et Marion Lefèvre, étudiantes du campus de Sciences Po à Reims et journalistes du Sundial Press.

Traduit de l’anglais par Marion Lefèvre et Baudouin de Dreuille.

*Les écoles et universités en compétition étaient l’École Normale Supérieure, l'EM Lyon, l'ESSEC, l'ESTP, Polytechnique et HEC en France, et Cambridge University (UK), Copenhagen Business School (Danemark), Cornell University (USA), Chinese University of Hong Kong (Hong Kong), Oxford University (UK), et St Andrews (Scotland, UK). 

**Le jury était composé d’Andreas Larsson (meilleur sommelier du monde 2007), Angélique de Lencquesaing (cofondatrice d’IdealWine), Joëlle Weiss Boisson (journaliste à Terres de Vins), Jérôme Philipon (président de Champagne Bollinger), Gilles Descotes (Chef de Caves chez Bollinger) et Franck Ramage (responsable du département vins de l’École Le Cordon Bleu).

En savoir plus

Rendez-vous sur la page Facebook du SPIT. 

“L’égalité des chances doit aussi être territoriale”

“L’égalité des chances doit aussi être territoriale”

Originaire de l’Allier, Salomé Berlioux a livré une longue bataille contre l’autocensure avant d’obtenir son diplôme de l’École d’affaires publiques de Sciences Po. En 2016, elle engage le combat à grande échelle en fondant l’association Chemin d’avenirs, qui aide aujourd’hui 1000 jeunes issus des campagnes et des petites villes à surmonter les obstacles qui entravent leurs ambitions. Entretien avec une alumna déterminée.

Lire la suite
Leçons d’un semestre pas comme les autres

Leçons d’un semestre pas comme les autres

Les étudiants de l’année 2019/2020 viennent de clôturer une année académique à nulle autre pareille. Quel bilan tirer de cette expérience ? Comment s’est déroulée cette bascule en urgence pour les étudiants et les enseignants ? Le bilan que nous publions aujourd’hui montre un pari plutôt réussi pour la grande majorité d’entre eux. Et permet de tirer d’utiles leçons pour le semestre à venir. 

Lire la suite
Féminicides : cartographie d'une controverse

Féminicides : cartographie d'une controverse

En 2020, Auriane, Cassandre, Cloë, Fiona et Huifang, étudiantes en Master Communication, médias et industries créatives à l'École du Management et de l’Innovation de Sciences Po, ont cartographié les controverses autour des féminicides en France. Cette méthode pédagogique, créée par Bruno Latour, professeur émérite à Sciences Po, a pour but d’apprendre aux étudiants à se repérer dans l'univers de la recherche en sélectionnant une controverse sur laquelle ils accumulent une documentation complète qu’ils mettent en forme et publient sur un site web. Chaque thème devient alors une sorte de "parlement virtuel" aidant à la mise en politique des nouvelles "choses publiques". Elles racontent leur expérience.

Lire la suite
Et le prix du meilleur reportage est attribué à...

Et le prix du meilleur reportage est attribué à...

Bouclage en beauté pour les étudiants de l’École de journalisme de Sciences Po ! Sept d’entre eux ont été distingués par l'un des prix remis chaque année par des rédactions prestigieuses pour identifier leurs prochaines recrues ou récompenser des reportages et enquêtes de qualité, et 15 d'entre eux ont été invités à rejoindre les rédactions de TF1/LCI et France Télévisions. Alors que l’École s’apprête à accueillir une nouvelle promotion, présentation du palmarès 2020. 

Lire la suite
Peuplecratie : le nouveau populisme

Peuplecratie : le nouveau populisme

Les infos passent, les idées restent. Dans FOCUS, la série vidéo de Sciences Po, un chercheur ou un enseignant aborde son domaine sous un angle inattendu. En trois minutes, FOCUS offre une réflexion hors des sentiers battus sur les questions qui animent le débat public et propose des perspectives pour comprendre et pour agir.

Lire la suite
À l'écoute des campagnes

À l'écoute des campagnes

Fondée par des diplômés de l’Ecole urbaine, l’association La Traverse a pour mission d’accompagner les territoires ruraux dans leurs démarches de transition écologique et sociale. Pour étudier et diffuser les bonnes pratiques, cette association produit le podcast “Transitions en terrain connu”, qui met en valeur des stratégies territoriales ambitieuses. Elle a ainsi réalisé un “tour de France des territoires ruraux” dont elle vient de publier le bilan. À cette occasion, Alexia Beaujeux, une des fondatrices, témoigne. 

Lire la suite
L'innovation dans tous ses États

L'innovation dans tous ses États

Comment réinventer les prisons de demain ? Comment décarboner les Jeux olympiques de 2024 ? Comment rendre le patrimoine du Domaine de Chantilly accessible aux générations futures ? Voici quelques-unes des questions soulevées par l’Incubateur des politiques publiques, un programme destiné aux étudiants de master de l’École d’affaires publiques de Sciences Po.

Lire la suite
Voyage au coeur de la <em>start-up nation</em>

Voyage au coeur de la start-up nation

Après la Silicon Valley en 2017 et le MIT en 2019, le Centre pour l’Entrepreneuriat a organisé sa troisième Learning Expedition en Israël, pays équivalent en taille à un département français mais qui détient le record mondial du nombre de start-ups par habitant (1 pour 6000). Sur quoi repose ce “miracle entrepreneurial”, et quelles en sont ses limites ? Parmi les douze étudiants qui ont été sélectionnés pour prendre part à l’aventure, Loanne Guérin et Laura Salesse (respectivement en première et deuxième année du master Finance et Stratégie) témoignent. 

Lire la suite
Climat, santé : “La crise du Covid agit comme un révélateur”

Climat, santé : “La crise du Covid agit comme un révélateur”

Sophie Dubuisson-Quellier, directrice adjointe du Centre de Sociologie des Organisations, a rejoint à la fin de l’année 2019 le Haut conseil pour le climat. A l’occasion de la publication d’un rapport intitulé Climat, santé : mieux prévenir, mieux guérir - consacré aux enseignements à tirer de la crise sanitaire du Covid-19 et aux suites à donner pour atteindre nos objectifs vers la neutralité carbone - elle nous présente cet organisme et ses réflexions en cours.

Lire la suite