Qu'importe le flacon, pourvu qu'on aille à Reims

Le Sciences Po International Tasting, ou SPIT pour les intimes, est le plus grand concours étudiant de dégustation de vin en France. La 8ème édition de cette compétition internationale a eu lieu les 1er & 2 avril 2016 sur le campus de Sciences Po à Reims, au pays du Champagne. Récit d'un rendez-vous qui rassemble des passionnés du monde entier. 

In vino veritas : dans le vin, la vérité. Pour les passionnés de grands vins qui ont pu mesurer leurs qualités de dégustateurs au cours du Sciences Po International Tasting, le dicton a acquis une nouvelle signification. Cette fameuse locution latine renvoie aussi au nom de l’association d’œnologie de Sciences Po, qui organisait ce concours de dégustation pour la 8e année consécutive, les 1er et 2 avril 2016, au pays du Champagne. À la recherche de la vérité dans le vin, entre Reims, Aÿ et les prestigieuses Caves Legrand à Paris, 12 équipes du monde entier ont dévolu leur week-end à l’art de la dégustation.

Le concours de dégustation étudiant le plus réputé de France

Le Sciences Po International Tasting, ou "SPIT" pour les intimes, est le concours de dégustation étudiant le plus réputé de France. Cette année, la compétition rassemblait six écoles françaises et six universités étrangères*. Et pour la première fois depuis sa création, une équipe asiatique, celle de l’Université Chinoise de Hong Kong, était présente. Les festivités ont débuté le vendredi soir sur le campus de Sciences Po à Reims, dans une salle des Actes richement ornementée, où les participants eurent la chance de déguster un florilège de vins de haute volée.

Le concours en lui-même n’a commencé que le lendemain. Sous l’œil d’un jury de professionnels du monde du vin**, les participants se sont d’abord affrontés autour d’une série de questions théoriques sur des grands crus de champagnes Bollinger, puis autour de trois vins blancs sur la thématique « le long du Rhin ». Trois vins rouges issus d’un unique cépage, le pinot noir, clôturaient la phase des qualifications. Les trois meilleures équipes – Oxford, Cambridge et l’EM Lyon – se sont départagées lors d’une finale d’exception qui fut l’occasion de découvrir deux nectars mythiques : un Bollinger Vieilles Vignes Françaises 1985 et un Château Climens 1975. L’équipe de l’EM Lyon l’a finalement emporté d’une courte tête, soulignant l’exceptionnelle qualité des équipes en présence.

12 équipes du monde entier

Comme en 2015, le cocktail d’ouverture du concours s’est tenu le vendredi 1er avril sur le campus de Reims, qui accueille les programmes Europe-Amérique et Europe-Afrique du Collège universitaire, le premier cycle de Sciences Po. « C’est en faisant rayonner l’événement sur les différents campus de Sciences Po que le concours étendra son engouement et son audience », explique Ségolène Bon, membre de l’équipe d’organisation du SPIT. « Le caractère international de l’événement est notre ambition première. Nous organisons des dégustations ouvertes à tous à Sciences Po une à deux fois par semaine. Notre objectif est de nous rapprocher de notre équivalent rémois, le Champagne Tasting Club et d’organiser des événements ensemble. »

L’internationalisation croissante du SPIT est apparue comme une évidence lors de cette édition. Entre la préférence d’un William Kinney Jr, étudiant à Cornell University, pour les vins espagnols, et l’amour d’un Ronald Chan, étudiant à la Chinese University of Hong Kong, pour la complexité des vins de Bourgogne, c’est un très riche dialogue entre étudiants et vins du monde entier qui s’est noué lors de ces deux jours.

Le prestigieux président du jury, Andreas Larsson, élu meilleur sommelier du monde en 2007, était enthousiaste à l’idée d’évaluer pour la première fois des étudiants pour leurs compétences en dégustation. « Ce concours est une excellente initiative », a-t-il estimé.

Ce sont des voies très différentes qui ont mené ces étudiants à découvrir et à aimer le vin. Contrairement à certains membres de l’association In Vino Veritas, comme Jean-Quentin Prats qui a « quasiment grandi dans un vignoble », beaucoup d’étudiants ont rencontré l’art de la dégustation plus tardivement. Robin Lenfant, un des vainqueurs de l’EM Lyon, en apprécie le côté « convivial et grisant. C’est une façon ludique d’approfondir nos connaissances autour du vin ».

"Le vin est une école de la vie"

Pour les membres de l’équipe de Cornell University, c’est un cours avec un de leurs professeurs favoris qui a été à l’origine de leur passion pour le vin. Pour l’équipe de Saint-Andrews, dont deux membres participaient pour la première fois au SPIT, ce concours est avant tout un évènement passionnant qui leur offre l’opportunité de découvrir Reims et ses trésors, dont le campus de Sciences Po.

L’équipe d’organisation a désormais les yeux rivés sur les prochaines éditions. Ségolène Bon souhaiterait organiser un jour une sélection plus ardue pour les équipes souhaitant participer au concours. Elle espère aussi une encore plus grande présence internationale avec des équipes venant des quatre coins du globe. Mais l’équipe du SPIT a déjà de quoi être fière de cette édition 2016: dans la sublime salle des Actes résonnant de conversations dans toutes les langues, une coupe de champagne à la main, elle peut savourer la récompense de ces mois de travail acharné. Un photographe, recruté pour l’occasion, immortalise les équipes, toutes prêtes à défendre avec acharnement les couleurs de leur université. Comme Andreas Larsson l’a souligné dans son discours plus tôt dans la soirée, le vin est une « école de vie…et un immense plaisir ». Partager cette passion avec une partie toujours plus importante du globe est le défi à poursuivre pour les années à venir pour les étudiants du SPIT. Espérons qu’elle soit célébrée pour de nombreuses années encore dans l’atmosphère pétillante de Reims.

Par Sarah Klena et Marion Lefèvre, étudiantes du campus de Sciences Po à Reims et journalistes du Sundial Press.

Traduit de l’anglais par Marion Lefèvre et Baudouin de Dreuille.

*Les écoles et universités en compétition étaient l’École Normale Supérieure, l'EM Lyon, l'ESSEC, l'ESTP, Polytechnique et HEC en France, et Cambridge University (UK), Copenhagen Business School (Danemark), Cornell University (USA), Chinese University of Hong Kong (Hong Kong), Oxford University (UK), et St Andrews (Scotland, UK). 

**Le jury était composé d’Andreas Larsson (meilleur sommelier du monde 2007), Angélique de Lencquesaing (cofondatrice d’IdealWine), Joëlle Weiss Boisson (journaliste à Terres de Vins), Jérôme Philipon (président de Champagne Bollinger), Gilles Descotes (Chef de Caves chez Bollinger) et Franck Ramage (responsable du département vins de l’École Le Cordon Bleu).

En savoir plus

Rendez-vous sur la page Facebook du SPIT. 

"Pas de photo, c'est interdit"

"Pas de photo, c'est interdit"

Si votre photo n’est pas assez bonne, c’est que vous n’êtes pas assez près”, disait le photographe Robert Capa. Dans leurs cours consacré au photojournalisme, Dimitri Beck, Alain Genestar et leurs prestigieux invités poussent les futurs journalistes à aiguiser leur regard, leur curiosité, mais aussi leur humanité. Pour apprendre à capturer le réel dans l’obturateur, et parfois sa beauté. 

Lire la suite
Un siècle de femmes à Sciences Po

Un siècle de femmes à Sciences Po

Les étudiantes représentent près de 60 % de la promotion diplômée en juin 2019. Il y a un siècle, les premières femmes entraient à Sciences Po. Des premières étudiantes en 1919 jusqu’à une politique active de soutien de l’égalité aujourd’hui, comment leur place a-t-elle évolué dans l’École ? À l’occasion de ce centenaire,  retour sur 5 dates clés de l’histoire des femmes à Sciences Po.

Lire la suite
Engagée pour les océans

Engagée pour les océans

À l’occasion de la Semaine des Océans à Sciences Po, nous avons rencontré Ève Isambourg, étudiante en 3ème année du Collège universitaire et activiste pour la protection des océans. Après deux ans sur les bancs du campus de Paris, Ève a consacré sa troisième année à l’étranger à mobiliser les esprits sur les questions océaniques autour du monde. Dernière étape de sa mission et non des moindres : une conférence devant l’ONU à New York.

Lire la suite
L’Allemagne, le pays où les hauts fonctionnaires se forment à l’université

L’Allemagne, le pays où les hauts fonctionnaires se forment à l’université

Par Cornelia Woll (CEE). Le débat sur la suppression de l’École nationale d’administration est d’autant plus vif qu’il se situe à la convergence de plusieurs enjeux : principes de la méritocratie, ascension sociale, fonctionnement de l’administration publique, réseaux d’influence et rentes professionnelles que procurent les grands corps. D’autres modèles existent chez nos voisins. Une comparaison avec l’Allemagne éclaire le rôle que peut jouer l’université dans la formation de la haute fonction publique.

Lire la suite
Salomé Zourabichvili, alumna et Présidente

Salomé Zourabichvili, alumna et Présidente

Diplômée de Sciences Po en 1972, professeure à Sciences Po entre 2006 et 2015, Salomé Zourabichvili est la première femme élue présidente de Géorgie depuis le 28 novembre 2018. Mais aussi l’une de nos rares alumna femmes et cheffes d’État. À l’occasion de sa conférence du 18 février 2019 dans son alma mater, retour sur la brillante trajectoire d’une étudiante prometteuse, et timide. 

Lire la suite
Fact-checking, un combat difficile à gagner

Fact-checking, un combat difficile à gagner

Les «fake news», ou infox, sont devenues les grandes animatrices des campagnes électorales récentes, de la campagne pro-Brexit au Royaume-Uni jusqu’à l’élection du nouveau président brésilien Jair Bolsonaro, en passant par diverses élections en Europe et aux États-Unis. Emeric Henry, professeur au Département d'économie de Sciences Po a mené une étude pour étudier comment luttre contre ces "fakes news".

Lire la suite
Paul Claudel, diplomate à ses heures

Paul Claudel, diplomate à ses heures

Poète et dramaturge français, frère de la sculptrice Camille Claudel, membre de l’Académie française, Paul Claudel est un ancien élève de Sciences Po. Bien que son parcours étudiant fut en demi-teinte, les années qu’il passa à Sciences Po ont été déterminantes dans le choix de sa carrière diplomatique. Parallèlement à ses fonctions de consul, Claudel a écrit des poèmes, pièces et essais, loués pour leur lyrisme. Catholique fervent souvent controversé pour ses positions politiques très à droite, Paul Claudel fut un grand artiste symboliste. 

Lire la suite
Voix afghanes

Voix afghanes

Diplômée 2018 de l’École des affaires internationales de Sciences Po, Samina Ansari a choisi de s’engager pour son pays, l’Afghanistan. Devenue directrice exécutive du Centre pour les femmes à l’université américaine d’Afghanistan, elle encourage les femmes de son pays à créer des entreprises. Portrait vidéo d’une alumna engagée.

Lire la suite
Civiliser le capitalisme

Civiliser le capitalisme

Dans son dernier ouvrage, Civiliser le capitalisme (Fayard), Xavier Ragot, président de l’OFCE, propose de repenser le libéralisme économique afin de réduire l’insécurité économique et de défendre la démocratie. Parmi les solutions proposées, la mise en place d’une assurance chômage européenne, comme cela a été fait au niveau national avec les États-providence. Interview.

Lire la suite
Léo Ferré : du sale gosse de Sciences Po au Joli môme de l’Olympia

Léo Ferré : du sale gosse de Sciences Po au Joli môme de l’Olympia

Avant de devenir l’un des plus célèbres chanteurs français du 20ème siècle, Léo Ferré a usé ses pantalons sur les bancs de Sciences Po, dont il est sorti diplômé en 1939 (non sans péripéties). De la Péniche aux plus grandes scènes françaises, retour sur un parcours rempli d’insouciance et de maladresse.

Lire la suite