Que deviennent nos diplômés ?

L’enquête jeunes diplômés 2020 portant sur la promotion 2018 conforte l’attractivité des étudiants de Sciences Po auprès des employeurs avec 9 diplômés sur 10 en activité professionnelle. Parmi eux, 86 % ont trouvé leur premier emploi en moins de 6 mois, et près des ¾ occupent un emploi stable. Ils sont de plus en plus nombreux (37 %) à travailler à l’étranger, dans 87 pays. Découvrez tous les résultats de notre enquête* !

L’enquête en 5 chiffres clés

  • 9 diplômés sur 10 ayant décidé d’entrer dans la vie professionnelle sont en activité (même chiffre que l’an dernier), soit une augmentation de 5 points depuis 2014.

  • 86 % ont trouvé leur premier emploi moins de 6 mois après l’obtention de leur diplôme (87 % pour la promo 2017), soit 5 points de plus qu’en 2014.

  • 66 % travaillent dans le secteur privé (70 % dans la promo 2017)
  • 37 % débutent leur carrière hors de France ( 34 % en 2017)
  • La rémunération brute annuelle moyenne (hors primes) passe de 38 k€ à 39 k€

Des diplômés qui s’insèrent bien et vite sur le marché du travail...

Parmi les diplômés ayant décidé d’entrer dans la vie professionnelle, 9 sur 10 sont en activité, un chiffre stable par rapport à l’an passé. 7, 7% d’entre eux seulement sont à la recherche d’un emploi (7,6 % en 2017). À noter que 76 % des répondants se déclarant à la recherche d’emploi ont en fait déjà occupé un premier emploi depuis leur sortie de Sciences Po, ce qui porte le taux d’insertion global à 98 % !

Les délais d'accès à l'emploi restent rapides : 86 % des diplômés ont trouvé un emploi en moins de 6 mois (87 % 2017, 88,4% en 2016, 87% en 2015, 81% en 2014). Parmi eux, 72 % occupent un emploi stable, un taux qui a progressé de 5 points depuis 2014 (67 %), mais connaît une légère baisse par rapport à la promotion 2017 (76 %). Cette évolution reflète surtout celle des choix de carrière : par rapport à l’enquête précédente, la part de CDD demeure identique, tandis qu’augmente la part des contrats en organisation internationale, les VIE/VIA à l’international, et la part d’indépendants et chefs d’entreprise.

... et choisissent un peu moins le privé 

66 % des diplômés en emploi travaillent dans le secteur privé ; ils étaient 70 % en 2017 et 2016, 71% en 2016, et 73% en 2015. Une tendance à la baisse qui s’esquisse, avec davantage de diplômés dans le public (22% contre 20 % en 2017) et 12 % dans les organisations internationales (10% en 2017). Cela témoigne-t-il d’une volonté de nos diplômés de prolonger au-delà du diplôme leurs multiples engagements, en choisissant des secteurs à impact directement positif ? Les prochaines enquêtes diront s’il s’agit là d’une évolution de long terme. 

Des salaires de plus en plus élevés

La rémunération brute annuelle moyenne atteint 39 172 €. Plus élevée que les années précédentes (38 634 € pour 2018, 37 164 € pour 2017), elle dépasse la moyenne (36,7 k€) de l’enquête menée par la Conférence des Grandes Écoles. Les diplômés qui travaillent à l’étranger gagnent davantage (40 611 € en moyenne). 

Bonne nouvelle de cette édition 2020 : l’écart de rémunération entre les femmes et les hommes se réduit, et passe de 16 % l’an dernier à 13 %, grâce au rattrapage des salaires féminins qui augmentent de 35 k€ à 37 k€ en moyenne. Si ces écarts s’expliquent toujours par des choix différents de master et de secteur d’activité, nous espérons y voir l’effet des actions entreprises : cycle d’ateliers, tables rondes, conférences, et travaux de la Chaire pour l'entrepreneuriat des femmes. Une évolution à suivre de près...

Des carrières de plus en plus internationales

37 % des répondants déclarent travailler hors de France, contre 34% pour la promotion 2017. Parmi eux, 55 % ont choisi l’Union européenne, 15 % en Afrique et Moyen-Orient, 14 % l’Asie/Pacifique, 11 % l’Amérique du Nord et 5% l’Amérique du Sud. 

Des secteurs toujours aussi variés 

L’audit et le conseil (19 % des diplômés), l’administration et le secteur public (17 %), le domaine banque/finance/assurance (8 %) et les organisations internationales (8 %) restent les premiers choix des diplômés. Nouveauté révélée par cette enquête 2020 : l’apparition d’un secteur Environnement/RSE à part entière, avec 3 % des diplômés. 

Expériences professionnelles et réseau, des tremplins essentiels

Les expériences professionnelles acquises avant le diplôme - stage ou  contrat d’apprentissage - ont permis à 34% des diplômés 2018 de trouver leur premier emploi, tandis que 26 % ont utilisé leur réseau personnel, professionnel ou lié à Sciences Po.

Les étudiants en apprentissage sont plus fréquemment en emploi et ont des délais d’insertion raccourcis, avec 55 % d’entre eux embauchés avant l’obtention du diplôme. 

Des diplômés satisfaits de leur poste 

Pour la deuxième année consécutive, l’enquête mesure le bien-être des diplômés au travail. Et ceux-ci se disent à 83 % satisfaits ou très satisfaits de leur emploi. Plus en détail, le taux de satisfaction atteint plus de 56 % pour les conditions de travail et l’autonomie, s’élève à 63% pour leur lieu de travail ; il est de 51.5% pour la rémunération. Plus de 62.5% des diplômés se disent “satisfaits” ou “très satisfaits” des relations avec leurs collègues

L'équipe éditoriale de Sciences Po

À propos

*L'édition 2020 de l'enquête d'insertion professionnelle a été réalisée par Sciences Po Carrières sous la supervision scientifique de Nicolas Sauger (Professeur associé à Sciences Po, chercheur affilié au Centre d’études européennes (CEE) et au Laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques (LIEPP), directeur du Centre de données socio-politiques (CDSP), et avec le savoir-faire de Blazej Palat (ingénieur d’études au CDSP. La participation de la promotion représente 1702 diplômés, soit un taux de réponse important de 73 %.

En savoir plus

Abonnez-vous à nos newsletters !

Les livres à mettre dans vos valises

Les livres à mettre dans vos valises

Que lire en cet été si particulier ? Entre besoin d’évasion et envie de réflexion, la Librairie de Sciences Po vous propose sa sélection pour un été conscient, reposant, ou les deux à la fois. Faites de la place dans vos bagages !

Lire la suite
Les origines du populisme. Enquête sur une défiance politique et sociale

Les origines du populisme. Enquête sur une défiance politique et sociale

Des électeurs qui ne croient plus en rien et surtout pas en leurs institutions, qu’elle soient politiques ou autres. Une solitude prégnante liée à la société post-industrielle et à ses modes de travail et de vie. Voici le cocktail détonnant qui serait aux origines du populisme d’après quatre chercheurs. Après avoir mené un long travail d’enquête, ils livrent les résultats de leurs travaux - et des pistes de solutions -, dans “Les origines du populisme”, paru chez Seuil. 

Lire la suite
Suzanne Basdevant-Bastid, juriste d'exception

Suzanne Basdevant-Bastid, juriste d'exception

Par Maïna Marjany (promo 14) pour le magazine ÉmileLe parcours de Suzanne Basdevant-Bastid force l’admiration. Universitaire respectée, professeure attentive et dévouée, résistante et académicienne. Elle ne s’est pas contentée d’être une pionnière, mais a enchaîné les succès et les distinctions, toujours avec modestie.

Lire la suite
Vêtements durables, mode d'emploi

Vêtements durables, mode d'emploi

Étudiante en master Innovation & transformation numérique, Camille Gréco a rejoint l'École du management de Sciences Po après des études de mode à Londres. Passionnée par le secteur de la mode et du textile, mais soucieuse de le rendre plus durable et moins polluant, elle crée en 2017 CrushON, une plateforme en ligne qui rassemble l’offre de friperies. L'objectif : démocratiser l’achat de vêtements vintages, dans une optique de consommation écoresponsable. Explications.

Lire la suite
Res Communis : le droit au service de tous

Res Communis : le droit au service de tous

Droit de la famille, droit du travail, droit des étrangers, droit du logement : grâce à la Clinique de l’École de droit de Sciences Po, les étudiants mettent leurs connaissance au service des Maisons de Justice et du Droit (MJD) et des Points d’accès au droit (PAD), des lieux d'accueil permanent et gratuit qui soutiennent les personnes confrontées à des problèmes juridiques ou administratifs. Orienter, conseiller, expliquer, et trouver des solutions en temps réel font partie de leurs responsabilités, et enrichissent leur parcours. Témoignage. 

Lire la suite
Sciences Po et les femmes

Sciences Po et les femmes

Par l’historienne Marie Scot et la rédaction du magazine Émile Ni précurseure, ni en retard en la matière, l’École de la rue Saint-Guillaume a collé, en matière de féminisation, à l’évolution de la société française. Dans les années 2000, le nombre de femmes étudiantes a même dépassé celui des hommes ; les femmes représentent aujourd’hui 60 % des effectifs des étudiants de Sciences Po. Alors que les premières femmes étudiantes sont entrées à l’École libre des sciences politiques il y a tout juste un siècle, retour sur leur histoire au sein de l’établissement. 

Lire la suite
“Le vélo, c’est un levier de développement sobre”

“Le vélo, c’est un levier de développement sobre”

Diplômée de l’École urbaine, Camille Gaumont emploie aujourd’hui son énergie à élargir la place du vélo dans l’espace urbain gigantesque et dense de Plaine Commune, qui regroupe 9 villes au nord de Paris. Un moyen de concilier son expertise sur la ville, sa passion pour la bicyclette, et sa volonté d’agir concrètement pour la planète. Entretien.

Lire la suite
Sciences Po, l'école des diplomates

Sciences Po, l'école des diplomates

Par Nicolas Scheffer, diplômé (2017), pour le magazine Émile - La diplomatie fait partie de l’ADN de Sciences Po depuis sa création en 1872. Près de 60 % des ambassadeurs français actuellement en poste sont issus de l'École, faisant ainsi la preuve que l’enseignement des relations internationales tel que pratiqué rue Saint-Guillaume est un incontournable pour les futurs diplomates. 

Lire la suite
Hommage à Zeev Sternhell (1935-2020)

Hommage à Zeev Sternhell (1935-2020)

L’âpre controverse qui l’a opposé à plusieurs historiens de Sciences Po a failli l’occulter : Zeev Sternhell, mort le 21 juin 2020, fut à Sciences Po un étudiant de 3è cycle remarquable et remarqué. Sous la direction admirative de Jean Touchard, il soutint en octobre 1969 sa thèse sur Maurice Barrès, à l’issue d’une idylle intellectuelle dont témoigne son dossier de scolarité... 

Lire la suite
Promo 2020 : une année historique

Promo 2020 : une année historique

Après deux ou cinq années d’efforts, ils ont accompli toutes les étapes les menant au précieux diplôme de Sciences Po, plus une : avoir vécu et réussi un semestre en pleine pandémie. Quel impact aura ce moment historique sur leur vie future ? En attendant de le savoir, voici le portrait d’une promo à nulle autre pareille : félicitations aux diplômés 2020 !

Lire la suite