Que deviennent nos diplômés ?

L’enquête jeunes diplômés 2020 portant sur la promotion 2018 conforte l’attractivité des étudiants de Sciences Po auprès des employeurs avec 9 diplômés sur 10 en activité professionnelle. Parmi eux, 86 % ont trouvé leur premier emploi en moins de 6 mois, et près des ¾ occupent un emploi stable. Ils sont de plus en plus nombreux (37 %) à travailler à l’étranger, dans 87 pays. Découvrez tous les résultats de notre enquête* !

L’enquête en 5 chiffres clés

  • 9 diplômés sur 10 ayant décidé d’entrer dans la vie professionnelle sont en activité (même chiffre que l’an dernier), soit une augmentation de 5 points depuis 2014.

  • 86 % ont trouvé leur premier emploi moins de 6 mois après l’obtention de leur diplôme (87 % pour la promo 2017), soit 5 points de plus qu’en 2014.

  • 66 % travaillent dans le secteur privé (70 % dans la promo 2017)
  • 37 % débutent leur carrière hors de France ( 34 % en 2017)
  • La rémunération brute annuelle moyenne (hors primes) passe de 38 k€ à 39 k€

Des diplômés qui s’insèrent bien et vite sur le marché du travail...

Parmi les diplômés ayant décidé d’entrer dans la vie professionnelle, 9 sur 10 sont en activité, un chiffre stable par rapport à l’an passé. 7, 7% d’entre eux seulement sont à la recherche d’un emploi (7,6 % en 2017). À noter que 76 % des répondants se déclarant à la recherche d’emploi ont en fait déjà occupé un premier emploi depuis leur sortie de Sciences Po, ce qui porte le taux d’insertion global à 98 % !

Les délais d'accès à l'emploi restent rapides : 86 % des diplômés ont trouvé un emploi en moins de 6 mois (87 % 2017, 88,4% en 2016, 87% en 2015, 81% en 2014). Parmi eux, 72 % occupent un emploi stable, un taux qui a progressé de 5 points depuis 2014 (67 %), mais connaît une légère baisse par rapport à la promotion 2017 (76 %). Cette évolution reflète surtout celle des choix de carrière : par rapport à l’enquête précédente, la part de CDD demeure identique, tandis qu’augmente la part des contrats en organisation internationale, les VIE/VIA à l’international, et la part d’indépendants et chefs d’entreprise.

... et choisissent un peu moins le privé 

66 % des diplômés en emploi travaillent dans le secteur privé ; ils étaient 70 % en 2017 et 2016, 71% en 2016, et 73% en 2015. Une tendance à la baisse qui s’esquisse, avec davantage de diplômés dans le public (22% contre 20 % en 2017) et 12 % dans les organisations internationales (10% en 2017). Cela témoigne-t-il d’une volonté de nos diplômés de prolonger au-delà du diplôme leurs multiples engagements, en choisissant des secteurs à impact directement positif ? Les prochaines enquêtes diront s’il s’agit là d’une évolution de long terme. 

Des salaires de plus en plus élevés

La rémunération brute annuelle moyenne atteint 39 172 €. Plus élevée que les années précédentes (38 634 € pour 2018, 37 164 € pour 2017), elle dépasse la moyenne (36,7 k€) de l’enquête menée par la Conférence des Grandes Écoles. Les diplômés qui travaillent à l’étranger gagnent davantage (40 611 € en moyenne). 

Bonne nouvelle de cette édition 2020 : l’écart de rémunération entre les femmes et les hommes se réduit, et passe de 16 % l’an dernier à 13 %, grâce au rattrapage des salaires féminins qui augmentent de 35 k€ à 37 k€ en moyenne. Si ces écarts s’expliquent toujours par des choix différents de master et de secteur d’activité, nous espérons y voir l’effet des actions entreprises : cycle d’ateliers, tables rondes, conférences, et travaux de la Chaire pour l'entrepreneuriat des femmes. Une évolution à suivre de près...

Des carrières de plus en plus internationales

37 % des répondants déclarent travailler hors de France, contre 34% pour la promotion 2017. Parmi eux, 55 % ont choisi l’Union européenne, 15 % en Afrique et Moyen-Orient, 14 % l’Asie/Pacifique, 11 % l’Amérique du Nord et 5% l’Amérique du Sud. 

Des secteurs toujours aussi variés 

L’audit et le conseil (19 % des diplômés), l’administration et le secteur public (17 %), le domaine banque/finance/assurance (8 %) et les organisations internationales (8 %) restent les premiers choix des diplômés. Nouveauté révélée par cette enquête 2020 : l’apparition d’un secteur Environnement/RSE à part entière, avec 3 % des diplômés. 

Expériences professionnelles et réseau, des tremplins essentiels

Les expériences professionnelles acquises avant le diplôme - stage ou  contrat d’apprentissage - ont permis à 34% des diplômés 2018 de trouver leur premier emploi, tandis que 26 % ont utilisé leur réseau personnel, professionnel ou lié à Sciences Po.

Les étudiants en apprentissage sont plus fréquemment en emploi et ont des délais d’insertion raccourcis, avec 55 % d’entre eux embauchés avant l’obtention du diplôme. 

Des diplômés satisfaits de leur poste 

Pour la deuxième année consécutive, l’enquête mesure le bien-être des diplômés au travail. Et ceux-ci se disent à 83 % satisfaits ou très satisfaits de leur emploi. Plus en détail, le taux de satisfaction atteint plus de 56 % pour les conditions de travail et l’autonomie, s’élève à 63% pour leur lieu de travail ; il est de 51.5% pour la rémunération. Plus de 62.5% des diplômés se disent “satisfaits” ou “très satisfaits” des relations avec leurs collègues

L'équipe éditoriale de Sciences Po

À propos

*L'édition 2020 de l'enquête d'insertion professionnelle a été réalisée par Sciences Po Carrières sous la supervision scientifique de Nicolas Sauger (Professeur associé à Sciences Po, chercheur affilié au Centre d’études européennes (CEE) et au Laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques (LIEPP), directeur du Centre de données socio-politiques (CDSP), et avec le savoir-faire de Blazej Palat (ingénieur d’études au CDSP. La participation de la promotion représente 1702 diplômés, soit un taux de réponse important de 73 %.

En savoir plus

Abonnez-vous à nos newsletters !

Laurence Bertrand Dorléac, nouvelle Présidente de la FNSP

Laurence Bertrand Dorléac, nouvelle Présidente de la FNSP

Élue le 10 mai 2021 Présidente de la Fondation nationale des sciences politiques (FSNP), Laurence Bertrand Dorléac est la première femme à occuper ce poste phare de la gouvernance de Sciences Po, et la deuxième historienne de l’art à présider aux destinées de l’institution, après... Émile Boutmy, son fondateur. 

Lire la suite
Le prix Dominique Baudis distingue quatre court-métrages d'étudiants

Le prix Dominique Baudis distingue quatre court-métrages d'étudiants

Pour sa première édition, le prix Dominique Baudis récompense quatre courts-métrages réalisés par des étudiants de Sciences Po. Décerné par l’association Dominique Baudis, avec le soutien de la Mairie de Toulouse et du Conseil supérieur de l’audiovisuel, ce prix distingue des créations vidéos qui mettent en valeur le bien commun. Découvrez les quatre productions récompensées !

Lire la suite
Découvrez la saison 2 de notre série vidéo FOCUS !

Découvrez la saison 2 de notre série vidéo FOCUS !

Les infos passent, les idées restent. Dans FOCUS, la série vidéo de Sciences Po, un chercheur ou un enseignant aborde son domaine sous un angle inattendu. En trois minutes, FOCUS offre une réflexion hors des sentiers battus sur les questions qui animent le débat public et propose des perspectives pour comprendre et pour agir.

Lire la suite
Summer School 2021 : cultivez votre curiosité !

Summer School 2021 : cultivez votre curiosité !

Vous souhaitez étudier les sciences sociales à Sciences Po le temps d'un été ? Sciences Po, première université française en sciences sociales, ouvre ses portes à des étudiants venus du monde entier pour leur permettre de suivre des programmes d'études intensifs en sciences sociales en ligne ou sur le campus de Paris. Voici ce qu’il faut savoir avant de postuler !

Lire la suite

"Une discipline subversive"

Le droit : ensemble de règles gravées dans le marbre ? Outil au service d’un argumentaire ou, à plus forte raison, d’une cause ? C’est le cœur du cours que Dany Cohen, avocat et professeur de droit, enseigne à Sciences Po. Nos étudiants de l’École de droit qui se destinent au barreau ou à la magistrature ont la chance, chaque semaine, de se mesurer les uns aux autres en conditions réelles, dans une salle de classe qui, pour quelques heures, devient salle d’audience. 

Lire la suite
Points de vue croisés : l'assurance chômage, par Pierre Cahuc et Didier Demazière

Points de vue croisés : l'assurance chômage, par Pierre Cahuc et Didier Demazière

Pierre Cahuc, chercheur au Département d'économie de Sciences Po et Didier Demazière, chercheur au Centre de Sociologie des Organisations (CSO), ont accepté de répondre à nos questions et de confronter leurs points de vue sur les mesures qui entourent l'assurance chômage. Une interview à deux voix qui, forte des divergences constructives de ces deux visions, offre une meilleure perspective sur ces mesures controversées.

Lire la suite