Paul Smith : “Beaucoup de gens savent regarder, peu voient réellement”

Le 18 septembre 2019, le célèbre styliste Paul Smith a donné une masterclass exceptionnelle à Sciences Po, au cours de laquelle il a partagé ses inspirations, son expérience et ses conseils pour gérer une maison de couture de luxe qui a su résister à l’épreuve du temps. 

Une première boutique de... 3 mètres carrés

Paul Smith ne s’est pas réellement intéressé à la mode lorsqu’il était enfant, il rêvait en effet d’une carrière de cycliste. Un accident grave de vélo à l’âge de 17 ans, suivi de 6 mois d’hospitalisation, l’ont cependant amené à reconsidérer ses options. La rencontre avec sa future femme, Pauline Smith, qui étudiait la haute couture au Royal College of Art, changera sa vie.

En 1970, son premier magasin ouvert à Nottingham, faisait 3 mètres carrés. “Dans un espace aussi petit, il fallait mettre les clients à l’aise”, explique-t-il, “donc je mettais un objet sympa sur une table basse, une petite oeuvre d’art, et, au mur, un poster de Giacometti ou autre artiste trouvé à la galerie Maeght. Les gens se sentent plus à l’aise quand il y a un objet pour démarrer la conversation.” Aujourd’hui encore, la marque Paul Smith reste une entreprise indépendante, “Un miracle en soi”, dit-il. Implantées dans 73 pays, ses boutiques aux ambiances cosy et aux vitrines décalées sont connues pour donner le sourire aux gens. “C’est le petit plus offert”, explique-t-il.

“Ça ne suffit pas d’être styliste”

Quand on rencontre Paul Smith en personne, on remarque immédiatement sa stature imposante (il fait 1,95 mètre) et son attitude modeste. Bien qu’il ait été fait chevalier par la reine d’Angleterre et qu’il ait été désigné plusieurs années d’affilée “meilleur styliste anglais”, il reste humble et accessible. “Je suis une personne décontractée”, explique-t-il. Une chance, selon lui, lorsqu’il constate à quel point il est aujourd’hui difficile de se lancer dans un monde de la mode saturé. “On n’a pas besoin d’un styliste en plus”, explique-t-il, “Avant, il suffisait d’avoir une idée et d’espérer que quelqu’un l’aime. Aujourd’hui, poursuit-il, une maison de couture, c’est avant tout une question de marque, de marketing, d’influence… et éventuellement de vêtements.” Paul Smith pense que le secret de la longévité de sa marque est peut-être sa relative discrétion. Quand une marque est trop présente, “un jeune qui a vu son père porter du Paul Smith quand il était adolescent ne va pas vouloir en porter quand il deviendra lui-même adulte”, souligne-t-il.

“L’inspiration est partout. Si vous n’avez pas trouvé, regardez à nouveau !”

Lorsqu’il est question d’inspiration, le regard créatif de Paul Smith ne connaît pas de limites. A l’écran, dans l’amphithéâtre bondé, il pointe une image de pot de fleur : “Je ne vois pas un pot, je vois de la couleur”, souligne-t-il.  Le styliste fait défiler à l’écran des images colorées éclatantes. Tous les regards sont tournés vers lui. Une photo d’une femme guatémaltèque en robe traditionnelle illumine le public de teintes bleu et rouge. “Ceci devient cela”, explique le styliste en montrant ensuite des échantillons de motifs issus de cette inspiration.”Je n’ai jamais été au Guatemala, je suis allé visiter… une bibliothèque.” Pour Paul Smith, l’inspiration peut venir de partout. La clef, explique-t-il, c’est d’apprendre à ses yeux non seulement à regarder mais aussi à voir. 

Paul Smith a résisté aux offres de rachats et a choisi de rester une entreprise de taille relativement modeste. Le plus important à ses yeux est que celle-ci soit toujours fidèle à ses 5 valeurs clefs : style, communication, originalité, personnalité et qualité.

Le sens de l’humour, la créativité et la générosité du styliste étaient sensibles tout au long de cette masterclass. Lors de la séance de questions-réponses, le styliste a lancé aux étudiants qui osaient poser une question une paire de chaussettes rayées... Paul Smith.

Cette masterclass exceptionnelle a été organisée dans le cadre du master de Marketing et du master New Luxury & Art de Vivre de l’École de management et d’innovation de Sciences Po et avec l’aide de la journaliste et auteure Laurence Benaïm qui enseigne le cours “Art et mode : les liaisons dangereuses”

Pour un réveil écologique : quand les étudiants s'engagent

Pour un réveil écologique : quand les étudiants s'engagent

Lancé en septembre 2018, le Manifeste Étudiant pour un Réveil Écologique a été signé par près de 30 000 étudiants provenant de plus de 400 établissements d’enseignement supérieur en France. Le collectif "Pour un réveil écologique" s'est constitué pour prolonger cette dynamique et inscrire ce besoin d'agir dans les faits. Membres de l'équipe permanente, Théo Miloche et Claire Egnell, tous deux étudiants en master à Sciences Po, expliquent pourquoi ils se sont engagés, et ce qu'ils ont accompli. 

Lire la suite
Serge Hurtig, 1927 - 2019

Serge Hurtig, 1927 - 2019

Secrétaire général de la FNSP durant trois décennies, Serge Hurtig a contribué à internationaliser Sciences Po et la science politique française. Portrait d'une personnalité majeure de l’histoire de notre établissement.

Lire la suite
Comment concilier Noël et souci écologique ?

Comment concilier Noël et souci écologique ?

À Noël, le risque de surconsommation est grand... mais n'est pas une fatalité. Acheter en vrac des produits locaux et bio, faire son cadeau soi-même ou encore recycler ses textiles en guise d'emballage : à l'approche des fêtes de fin d'année, Sciences Po Environnement livre ses conseils pour un Noël durable et zéro déchet, et les met en pratique à l'occasion d'ateliers organisés dans plusieurs campus..

Lire la suite
Sciences + Sciences Po : une double licence inédite

Sciences + Sciences Po : une double licence inédite

Dès la rentrée universitaire 2020, une nouvelle double licence interdisciplinaire, le Bachelor of Arts and Sciences (BASc), sera proposée aux étudiants de première année, en partenariat avec des établissements universitaires français. Ce double cursus en quatre ans associe sciences et sciences humaines et sociales pour apprendre à penser et agir face aux défis de notre siècle. Les deux premiers parcours ciblent en particulier celui de la transition écologique. 

Lire la suite
Chronique d'une démocratie fragmentée

Chronique d'une démocratie fragmentée

Pour conclure une année marquée par les soubresauts politiques, Pascal Perrineau revient dans son nouvel ouvrage, Le grand écart. Chronique d'une démocratie fragmentée, sur les trois registres démocratiques ayant façonné tour à tour l'année 2019 : la démocratie directe des gilets jaunes, celle participative du grand débat national et celle représentative issue des urnes lors des élections européennes. Une démocratie en trois scènes, qui semble plus fragmentée et conflictuelle qu'auparavant.

Lire la suite
Sciences Po lance la chaire

Sciences Po lance la chaire "Dette souveraine"

Penser le financement souverain et la soutenabilité de la dette : voilà l'ambition de la nouvelle chaire, portée par l'École des affaires internationales de Sciences Po (PSIA). En associant praticiens de la dette et universitaires de renom, cette chaire vise à devenir un lieu de référence international sur cette question.

Lire la suite
Quelle sera la&nbspcouleur de la COP 25 ?

Quelle sera la couleur de la COP 25 ?

Quelle sera la couleur de la COP 25 qui se déroulera à Madrid du 2 au 13 décembre 2019 sous la présidence du Chili ? Elle était annoncée bleue comme l’océan (Blue COP) par la présidence chilienne. À Madrid, au-delà des écosystèmes marins, l’ensemble de la biodiversité tant terrestre que marine devrait occuper une place de choix. Bien plus qu’une simple coloration, cette COP devrait constituer une étape majeure dans l’identification de capacités d’action conjointe pour le climat et pour la biodiversité.

Lire la suite
La surenchère anti-élite de la campagne présidentielle américaine

La surenchère anti-élite de la campagne présidentielle américaine

Par William Genieys (CEE) et Larry Brown (Columbia). La publication, le 5 novembre dernier, du livre de Donald Trump Jr., Triggered : How the Left Thrives on Hate and Wants to Silence Us (Hystériques : comment la gauche se nourrit de haine et veut nous faire taire), est venue alimenter le discours anti-élite dans une campagne présidentielle dont le contexte, marqué par une procédure de destitution en cours, est tout à fait inédit.

Lire la suite