Paul Smith : “Beaucoup de gens savent regarder, peu voient réellement”

Le 18 septembre 2019, le célèbre styliste Paul Smith a donné une masterclass exceptionnelle à Sciences Po, au cours de laquelle il a partagé ses inspirations, son expérience et ses conseils pour gérer une maison de couture de luxe qui a su résister à l’épreuve du temps. 

Une première boutique de... 3 mètres carrés

Paul Smith ne s’est pas réellement intéressé à la mode lorsqu’il était enfant, il rêvait en effet d’une carrière de cycliste. Un accident grave de vélo à l’âge de 17 ans, suivi de 6 mois d’hospitalisation, l’ont cependant amené à reconsidérer ses options. La rencontre avec sa future femme, Pauline Smith, qui étudiait la haute couture au Royal College of Art, changera sa vie.

En 1970, son premier magasin ouvert à Nottingham, faisait 3 mètres carrés. “Dans un espace aussi petit, il fallait mettre les clients à l’aise”, explique-t-il, “donc je mettais un objet sympa sur une table basse, une petite oeuvre d’art, et, au mur, un poster de Giacometti ou autre artiste trouvé à la galerie Maeght. Les gens se sentent plus à l’aise quand il y a un objet pour démarrer la conversation.” Aujourd’hui encore, la marque Paul Smith reste une entreprise indépendante, “Un miracle en soi”, dit-il. Implantées dans 73 pays, ses boutiques aux ambiances cosy et aux vitrines décalées sont connues pour donner le sourire aux gens. “C’est le petit plus offert”, explique-t-il.

“Ça ne suffit pas d’être styliste”

Quand on rencontre Paul Smith en personne, on remarque immédiatement sa stature imposante (il fait 1,95 mètre) et son attitude modeste. Bien qu’il ait été fait chevalier par la reine d’Angleterre et qu’il ait été désigné plusieurs années d’affilée “meilleur styliste anglais”, il reste humble et accessible. “Je suis une personne décontractée”, explique-t-il. Une chance, selon lui, lorsqu’il constate à quel point il est aujourd’hui difficile de se lancer dans un monde de la mode saturé. “On n’a pas besoin d’un styliste en plus”, explique-t-il, “Avant, il suffisait d’avoir une idée et d’espérer que quelqu’un l’aime. Aujourd’hui, poursuit-il, une maison de couture, c’est avant tout une question de marque, de marketing, d’influence… et éventuellement de vêtements.” Paul Smith pense que le secret de la longévité de sa marque est peut-être sa relative discrétion. Quand une marque est trop présente, “un jeune qui a vu son père porter du Paul Smith quand il était adolescent ne va pas vouloir en porter quand il deviendra lui-même adulte”, souligne-t-il.

“L’inspiration est partout. Si vous n’avez pas trouvé, regardez à nouveau !”

Lorsqu’il est question d’inspiration, le regard créatif de Paul Smith ne connaît pas de limites. A l’écran, dans l’amphithéâtre bondé, il pointe une image de pot de fleur : “Je ne vois pas un pot, je vois de la couleur”, souligne-t-il.  Le styliste fait défiler à l’écran des images colorées éclatantes. Tous les regards sont tournés vers lui. Une photo d’une femme guatémaltèque en robe traditionnelle illumine le public de teintes bleu et rouge. “Ceci devient cela”, explique le styliste en montrant ensuite des échantillons de motifs issus de cette inspiration.”Je n’ai jamais été au Guatemala, je suis allé visiter… une bibliothèque.” Pour Paul Smith, l’inspiration peut venir de partout. La clef, explique-t-il, c’est d’apprendre à ses yeux non seulement à regarder mais aussi à voir. 

Paul Smith a résisté aux offres de rachats et a choisi de rester une entreprise de taille relativement modeste. Le plus important à ses yeux est que celle-ci soit toujours fidèle à ses 5 valeurs clefs : style, communication, originalité, personnalité et qualité.

Le sens de l’humour, la créativité et la générosité du styliste étaient sensibles tout au long de cette masterclass. Lors de la séance de questions-réponses, le styliste a lancé aux étudiants qui osaient poser une question une paire de chaussettes rayées... Paul Smith.

Cette masterclass exceptionnelle a été organisée dans le cadre du master de Marketing et du master New Luxury & Art de Vivre de l’École de management et d’innovation de Sciences Po et avec l’aide de la journaliste et auteure Laurence Benaïm qui enseigne le cours “Art et mode : les liaisons dangereuses”

Jacques Chirac, un

Jacques Chirac, un "étudiant d'avenir"

Article initialement publié le 30 décembre 2019 - “Contre toute attente, je me plais très vite à Sciences Po”, raconte Jacques Chirac dans ses Mémoires. Soigneusement conservé dans les archives de Sciences Po, son dossier étudiant retrace la trajectoire de comète d’un jeune homme pressé que ni l’envie, ni son milieu ne prédisposait à aborder ce “nouveau monde”. Contre toute attente, ce n’est pas la passion pour la politique que l'ancien président de la République découvre et explore rue Saint-Guillaume, mais celle de “l’aventure”. Plongée dans le dossier d'un de nos plus illustres alumni disparu le 26 septembre 2019.

Lire la suite
Les livres à mettre dans vos valises

Les livres à mettre dans vos valises

Que lire en cet été si particulier ? Entre besoin d’évasion et envie de réflexion, la Librairie de Sciences Po vous propose sa sélection pour un été conscient, reposant, ou les deux à la fois. Faites de la place dans vos bagages !

Lire la suite
Le fact-checking est-il vraiment efficace ?

Le fact-checking est-il vraiment efficace ?

Par Manon Berriche (article initialement publié le 22 janvier 2020) - Le fact-checking ne date pas d’hier. Dès son lancement, en 1923, le magazine Time avait déjà recruté une équipe de fact-checkers. Leur rôle à l’époque : vérifier scrupuleusement toutes les informations avant qu’elles ne soient publiées. Mais à l’ère du numérique, l’essor des réseaux sociaux a entraîné un bouleversement du fonctionnement de l’espace public traditionnel.

Lire la suite
La duchesse de Galliera, première mécène de Sciences Po

La duchesse de Galliera, première mécène de Sciences Po

Par Emmanuel Dreyfus (promo 91) pour le Magazine Émile -- Si Sciences Po doit sa fondation à la volonté d’un homme, Émile Boutmy, l’École doit sa pérennité au don d’une femme, Maria Brignole-Sale, duchesse de Galliera. Le diplômé de la rue Saint-Guillaume connaît vaguement son nom et son profil sculpté, le Parisien sait que le musée de la mode s’appelle le palais Galliera. Et l’on n’en sait guère plus. Pourtant, la vie de la duchesse mérite d’être contée, même si faute de biographie publiée, on doit en glaner les éléments dans les notices en ligne et les dictionnaires.

Lire la suite
Les origines du populisme. Enquête sur une défiance politique et sociale

Les origines du populisme. Enquête sur une défiance politique et sociale

Des électeurs qui ne croient plus en rien et surtout pas en leurs institutions, qu’elle soient politiques ou autres. Une solitude prégnante liée à la société post-industrielle et à ses modes de travail et de vie. Voici le cocktail détonnant qui serait aux origines du populisme d’après quatre chercheurs. Après avoir mené un long travail d’enquête, ils livrent les résultats de leurs travaux - et des pistes de solutions -, dans “Les origines du populisme”, paru chez Seuil. 

Lire la suite
Suzanne Basdevant-Bastid, juriste d'exception

Suzanne Basdevant-Bastid, juriste d'exception

Par Maïna Marjany (promo 14) pour le magazine ÉmileLe parcours de Suzanne Basdevant-Bastid force l’admiration. Universitaire respectée, professeure attentive et dévouée, résistante et académicienne. Elle ne s’est pas contentée d’être une pionnière, mais a enchaîné les succès et les distinctions, toujours avec modestie.

Lire la suite
Vêtements durables, mode d'emploi

Vêtements durables, mode d'emploi

Étudiante en master Innovation & transformation numérique, Camille Gréco a rejoint l'École du management de Sciences Po après des études de mode à Londres. Passionnée par le secteur de la mode et du textile, mais soucieuse de le rendre plus durable et moins polluant, elle crée en 2017 CrushON, une plateforme en ligne qui rassemble l’offre de friperies. L'objectif : démocratiser l’achat de vêtements vintages, dans une optique de consommation écoresponsable. Explications.

Lire la suite
Res Communis : le droit au service de tous

Res Communis : le droit au service de tous

Droit de la famille, droit du travail, droit des étrangers, droit du logement : grâce à la Clinique de l’École de droit de Sciences Po, les étudiants mettent leurs connaissance au service des Maisons de Justice et du Droit (MJD) et des Points d’accès au droit (PAD), des lieux d'accueil permanent et gratuit qui soutiennent les personnes confrontées à des problèmes juridiques ou administratifs. Orienter, conseiller, expliquer, et trouver des solutions en temps réel font partie de leurs responsabilités, et enrichissent leur parcours. Témoignage. 

Lire la suite
Sciences Po et les femmes

Sciences Po et les femmes

Par l’historienne Marie Scot et la rédaction du magazine Émile Ni précurseure, ni en retard en la matière, l’École de la rue Saint-Guillaume a collé, en matière de féminisation, à l’évolution de la société française. Dans les années 2000, le nombre de femmes étudiantes a même dépassé celui des hommes ; les femmes représentent aujourd’hui 60 % des effectifs des étudiants de Sciences Po. Alors que les premières femmes étudiantes sont entrées à l’École libre des sciences politiques il y a tout juste un siècle, retour sur leur histoire au sein de l’établissement. 

Lire la suite
“Le vélo, c’est un levier de développement sobre”

“Le vélo, c’est un levier de développement sobre”

Diplômée de l’École urbaine, Camille Gaumont emploie aujourd’hui son énergie à élargir la place du vélo dans l’espace urbain gigantesque et dense de Plaine Commune, qui regroupe 9 villes au nord de Paris. Un moyen de concilier son expertise sur la ville, sa passion pour la bicyclette, et sa volonté d’agir concrètement pour la planète. Entretien.

Lire la suite